HOLLISTER

Pour quelques cm, les Seahawks manquent la victoire et les Packers le rang de n°1 NFC ! (Photo : AP)

Victoire pas jolie jolie mais victoire quand même des Packers contre les Detroit Lions en semaine 17. Si le titre de la division de la NFC North était acquis aux Packers la semaine précédente, cette dernière journée a permis de glaner le rang n°2 de la conférence NFC ; et c’était à quelques cm d’être mieux…

CLASSEMENT DIVISION NFC NORTH

NFCN

 

Les Green Bay Packers remportent la NFC North avec un bilan de 13-3, le meilleur bilan des Packers depuis l’exceptionnel 15-1 de la saison 2011.

Les Minnesota Vikings étaient assurés d’être en play-offs et ont donc fait reposer leurs titulaires dans un match pour eux sans enjeu contre les Chicago Bears. Avec véritablement leur équipe n°2, les Vikings ont lutté jusqu’au bout pour n’être battus que par un field goal à 12 secondes du terme du match (score : 19-21)

Avec le gros match de David Montgomery (RB), 113 yards et 1 TD, les Chicago Bears sauvent les apparences avec un bilan de 8-8. Mais ce ne sont que les apparences car les Bears, forts de leur saison 2018 à 12-4, se croyaient être la nouvelle force de la NFC North. Et tout d’un coup, l’avenir semble bien plus sombre avec un QB qui aura été un « bust » pour un n°2 général de draft, une situation compliquée au niveau du plafond salarial et un manque de choix hauts de draft.

Quant aux Detroit Lions, ils ont failli surprendre les Packers mais failli seulement. Et ce n’est pas nouveau pour eux car depuis deux saisons que Matt Patricia est l’entraineur en chef, les Lions sont l’équipe NFL qui perdent le plus de matchs quand ils mènent au 4ème quart-temps. L’effectif global n’étant pas spécialement excitant, ils semblent une nouvelle fois en reconstruction avec un Matt Stafford (QB) qui a fini la saison sur la liste des blessés. Celle-ci commence dès la draft 2020 où les Lions ont le choix n°3 général qui doit normalement leur donner un top joueur.

CLASSEMENT CONFÉRENCE NFC

NFC

 

Les Packers terminent la saison régulière 2019 au rang n°2 NFC, le plus haut rang là encore depuis la saison 2011 où GB était n°1 NFC. Cela leur octroie une semaine de récupération et une qualification directe en tour de division, droit qui échoit aux deux meilleurs de chaque conférence. On remarquera qu’à la fin de cette saison, les Packers auront eu le calendrier le moins difficile de la NFC avec un « strenght of schedule » au ratio victoires-défaites de 45,3 %. Année 2019 définitivement bénie pour GB.

Et pourtant, le rang de n°1 NFC n’était vraiment pas loin, à quelques centimètres ou à une décision arbitrale qui aurait dû permettre la victoire des Seattle Seahawks face aux San Francisco 49ers.

Menés tout le match, SEA avait le ballon pour le drive de la victoire à 2 mn 30 de la fin du match. Mais le score étant de 26-21, un touchdown était nécessaire.

Dans une fin de match incroyable, SEA convertissait une 4ème et 10 à 12 yards de l’en-but de SF mais la réception était captée à… 1 yard de la ligne. VIDÉO Les Seahawks durent jeter la balle au sol pour arrêter le chrono, tout ça pour dépasser le temps de jeu (« delay of game ») sur la 2ème tentative !

Avec trois tentatives à 5 yards de l’en-but sans temps mort, cela éliminait la possibilité d’utiliser le revenant Marshawn Lynch (RB). Wilson (QB) visait d’abord Lockett (WR) et faillit se faire intercepter. Puis, sur la 3ème, la cible était son TE Hollister… clairement accroché aux bras par le LB Niners Fred Warner. Alors que toute la saison, les arbitres nous ont cassé les noix avec des interférences de passes offensives ou défensives fantômes à cause de la jurisprudence du tour de division 2018 NO-LAR, là ils n’arrêtaient même pas le match pour une révision vidéo comme seuls eux en ont le droit dans les deux dernières minutes. Ou comment faire l’inverse de ce qu’on a préconisé toute l’année… VIDÉO

Sur la 4ème tentative, Wilson remettait ça avec Hollister qui captait le ballon sur les 1 yards avant de se prendre de plein fouet le LB Greenlaw qui le faisait retomber avec le ballon, à quelques centimètres de la ligne de touchdown. Fin du match. Incroyable dénouement. VIDÉO

Pour quelques centimètres donc, les San Francisco 49ers battaient les Seahawks et s’assuraient de la place de n°1 NFC, qui aurait été dévolue aux Packers en cas de victoire de Seattle. Un signe du destin que cette place de n°1 NFC qui s’échappe de GB pour un rien ? On ne fera pas la fine bouche au vu de la victoire plus qu’étriquée de GB face à DET, et de la saison 2019 des Packers en général qui aura souvent basculé du bon côté.

Les Seattle Seahawks héritent donc du rang n°5 et vont se déplacer en favoris chez les Philadelphia Eagles, n°4 NFC et vainqueur de la NFC East après une victoire sans trembler 34 à 17 chez les New York Giants. Il faut dire qu’ils avaient fait le plus dur en remportant la « finale » NFC East la semaine précédente contre les Dallas Cowboys.

Ceux qui ont pu être frustrés également en cette semaine 17, ce sont bien les New Orleans Saints qui ont atomisé les Carolina Panthers 42 à 10, et privés du rang n°2 NFC par la victoire à la dernière seconde des Packers. NO a donc le rang de n°3 NFC et accueillera donc dans son dôme les Minnesota Vikings, n°6 NFC déjà connu dès la semaine dernière et également pensionnaire d’un dôme couvert.

DANS LE RESTE DE LA NFL

En AFC, les Baltimore Ravens étaient assurés d’être n°1 AFC et ont fait reposer leur QB Lamar Jackson. Mais le QB 2 Robert Griffin a assuré l’essentiel et avec leur défense, BAL a battu les Pittsburgh Steelers 28 à 10 et atteint le bilan record pour la franchise de 14-2.

Le principal enjeu de cette semaine 17 en AFC était la désignation du rang n°6 entre les Tennessee Titans (8-7),  les Pittsburgh Steelers (8-7) et les Oakland Raiders (7-8). Finalement, il n’y a pas eu de suspense. Les Titans, qui avaient le rang n°6 avant la semaine 17, ont battu aisément 35 à 14 les Houston Texans, assurés de leur rang n°4 AFC et qui ont donc fait reposer leurs titulaires clés (leur QB Watson, leur WR 1 Hopkins et leur DE star J.J. Watt). Pas de regrets pour les Steelers et les Raiders (défaite 15-16 contre les Denver Broncos) qui n’ont pas gagné.

On pensait donc que ce rang n°6 serait le seul enjeu de cette semaine 17 en AFC. Mais que nenni ! Grâce à Ryan « Fitzmagic » Fitzpatrick, le QB des Miami Dolphins. Les Dolphins ont en effet battu 27-24 les New England Patriots chez eux ! Une défaite lourde de conséquences puisque, comme les Kansas City Chiefs n’ont eux pas failli à domicile face aux Los Angeles Chargers, les Chiefs récupèrent le rang de n°2 AFC et s’offrent la semaine de récupération (« bye »). Les Patriots sont eux relégués au rang de n°3 AFC et devront se coltiner un tour de wild-card, certes à domicile, ce qui ne leur était jamais arrivé depuis… 2009 !

Alors, est-ce que ça sent le sapin pour les Patriots dont la saison 2019 ressemble vaguement à une fin de règne (la perte du « Gronk » fut très impactante pour l’attaque de Brady (QB)) ?

Peut-être que les Buffalo Bills seront leurs successeurs dans les années à venir dans l’AFC East ? Pour 2019, ils terminent n°5 AFC et ont eux aussi fait reposer leurs titulaires en semaine 17 ; résultat : défaite à domicile 6-13 contre les New York Jets.

ET LA DRAFT ?

On connaissait déjà le futur n°1 de la draft : les Cincinnati Bengals. Les résultats de la semaine 17 ont figé l’ordre de la draft pour toutes les équipes qui ne font pas les play-offs, c’est à dire les 20 premiers choix.

DRAFT

Les Bengals devraient choisir leur QB du futur en n°1, ce qui est moins sûr pour les Redskins (n°2 de la draft) qui ont déjà misé sur un QB (Haskins) au 1er tour de draft 2019. Les Lions (n°3 de la draft) devront trouver un « playmaker », quelque soit le poste, pour sortir du marasme. Quant aux New York Giants (n°4 de la draft 2020), après leur RB titulaire (n°2 2018) et leur QB titulaire (n°6 2019 après trade-up), ils ont encore de quoi trouver un joueur majeur.

On remarquera que les Miami Dolphins (n°5 et n°18), les futurs Las Vegas Raiders (n°12 et n°19) et les Jacksonville Jaguars (n°9 et n°20) ont, avec deux choix dans les 20 premiers picks, de la marge pour des échanges (« trades ») qui peuvent affoler ce premier tour 2020.

LES AFFICHES DU TOUR DES WILD-CARDS

En AFC :

  • Houston Texans (n°4 AFC) Buffalo Bills (n°5 AFC)
  • New England Patriots (n°3 AFC) – Tennessee Titans (n°6 AFC)

En NFC :

  • New Orleans Saints (n°3 NFC) – Minnesota Vikings (n°6 NFC)
  • Philadelphia Eagles (n°4 NFC) – Seattle Seahawks (n°5 NFC)

PO

Pour l’adversaire en tour de division des Packers, trois opposants sont possibles :

  • New Orleans Saints (n°3 NFC)
  • Philadelphia Eagles (n°4 NFC)
  • Seattle Seahawks (n°5 NFC)

En effet, si les Minnesota Vikings, n°6 NFC, remportent leur confrontation contre les Saints, ils seront automatiquement basculés pour rencontrer les San Francisco 49ers en tour de division. Dans ce cas, les Packers rencontreront le vainqueur du match Eagles – Seahawks.

Au contraire, en cas de victoire des Saints, ceux-ci seront l’adversaire des Packers car ayant le meilleur bilan des qualifiés des wild-cards, peu importe le résultat du match Eagles – Seahawks.