Week 17 ~ DET – GB : Un « bye » et c’est tout

Detroit Lions – Green Bay Packers : 20 – 23

WIN

FG de Crosby : victoire ! (Photo : Evan Siegle)

Dernier match de la saison régulière et dernière victoire pour les Packers. Mais qu’elle fut compliquée à obtenir puisque ce n’est qu’un field goal à l’expiration du temps réglementaire qui donna pour la première et la dernière fois l’avantage aux Packers.

RODGERS ARROSE

Souvent, les premières actions donnent le ton d’un match et ce fut très caractéristique dans ce DET-GB de la semaine 17.

Sur la première action défensive, Za’darius Smith (OLB) pressait le QB adverse David Blough qui lançait une passe incomplète mais Smith prenait une sévère pénalité pour brutalité, son bras ayant traîné sur le cou du QB.

Sur la première action offensive, la maintenant classique « play action », Rodgers trouvait Graham pour un gain potentiel d’une vingtaine de yards au moins mais le tight-end relâchait de manière coupable le ballon. Deux actions suivantes, Rodgers tentait la passe profonde pour Valdes-Scantling (WR), une passe trop appuyée pour que le n°83 la réceptionne.

Sur les deux premiers drives du match, on vit un résumé du match des Packers : trop de pénalités, des réceptions manquées et surtout un Aaron Rodgers à la mire complètement déréglée : trop fort ou pas assez, le n°12 a été flashé à 16 reprises pour des passes trop appuyées. Du jamais vu dans toute la NFL depuis que la statistique existe (2006) ; seul Jameis Winston (Tampa Bay Buccaneers) avait fait aussi pire en 2013.

Avec ces tendances, la première mi-temps fut une vraie purge pour les cheeseheads. En plus, la défense semblait peu concernée en début de match, se faisant manger à la course alors que le plan offensif mettait l’accent sur la passe (à vrai dire, Detroit semblait être l’adversaire idéal pour cela) avec un Rodgers hors sujet…

Les Lions n’avaient rien à perdre, ce qui amena l’action de leur premier touchdown sur leur deuxième drive, un « reverse » pour que le WR, ici Amendola, lance pour le QB (Blough) complètement oublié par la défense (Martinez et les safeties). Ce fut exactement la même action tentée infructueusement par les Vikings la semaine précédente, mais Amendola, qui en a réussi plus d’une quand il était chez les New England Patriots, est un bien meilleur lanceur que Diggs. (7-0)

Les Lions n’avaient rien à perdre non plus en défense, « blitzant » en 3eme tentative, mettant à mal les tentatives de Rodgers. Entre temps, Patrick avait remplacé au poste de Centre Linsley, touché au dos. Le n°62 a bien pris le flambeau et a rendu une belle copie.

Puis Detroit profitait de ce qui s’apparente à un petit « sophomore slump » de Jaire Alexander (CB). Le Packer autorisait une réception de 42 yards du WR 1 Golladay, commotionné et out pour le match sur cette action. Puis, le n°23, sûrement frustré, effectuait une faute personnelle aussi inutile que stupide après qu’il ait autorisé une nouvelle fois une réception, cette fois de Amendola (WR).

Résultat, Detroit avait 4 tentatives à 7 yards pour le TD. Z. Smith (OLB) mettait toujours la pression et C. Sullivan (CB) stoppait la course de Blough (QB) à 1 yard de l’en-but. Mais toujours dans une optique de « rien à perdre », les Lions tentaient la 4ème et le fullback battait en un contre un Martinez (ILB) venu à sa rencontre. (14-0)

Avec 3 mn à jouer en première mi-temps, Rodgers retrouvait enfin quelques marques. D’abord, une réception de Graham (TE) sur une « action gratuite » puis enfin une passe parfaite pour un gain de 33 yards d’Adams.

Mais cela ne se concrétisera que par un field goal. D’abord, Allison (WR) se fendait de son habituelle perte de balle, heureusement hors des limites du terrain, avant que Rodgers manque Aaron Jones (RB) pour le touchdown sur 3eme et 4. (14-3)

AIR CATCH 33

« Air catch » d’Aaron Jones sur un lancer trop fort de Rodgers (Photo : Evan Siegle)

Avec 20 secondes à jouer, on attendait un genou à terre des Lions mais les Packers subissaient une honteuse course de 40 yards de Ty Johnson (RB). Cela amenait ainsi à un FG de 42 yards de Prater (K), rejetant GB à 14 points d’écart, rendant presque vain leur récent effort pour marquer leur FG. (17-3 à la mi-temps)

Je pensais les Packers partir sur de nouvelles bases en seconde mi-temps mais ce fut encore une déception sur le premier drive de GB. Je commençais à péter les plombs sur une passe trop forte de Rodgers sur un Lazard (WR) bien démarqué, suivie de la même en couleurs pour Erving (RB). À ce moment du match, Rodgers affichait un magnifique 35 % de passes complétées…

Et pour en rajouter, Crosby (K) manquait son 2eme FG de l’année (51 yards) ; à croire que ce Ford Field lui est maudit.

UN RÉVEIL TARDIF

Heureusement, les Packers récupéraient le ballon sur un « 3 and out », les Lions l’ayant joué petit bras (2 courses). Bien qu’acculés sur leurs 5 yards, une réception de Lazard mettait GB en route avec ce premier first down, avant une autre réception spectaculaire de 18 yards (réception avec rebond sur la grille faciale). L’actuel n°13 est en train de gagner sa place pour quelques années dans l’effectif.

Arrivé aux 20 yards adverses, GB voulut forcer le trait à la passe. Ce n’est qu’à la 3ème tentative et 10 que Rodgers, avec tout le temps du monde derrière son OL, trouvait Adams (WR) qui, sur un tracé « post-corner », avait donné le tournis à la défense pour s’isoler. Les Packers se relançaient après ce drive de 6 mn. (17-10)

TD 17

TD d’Adams récompensant un magnifique tracé

Après que la défense ait imposé un nouveau « 3 and out » à Detroit, GB reprenait la recette du drive précédent, mais cette fois les 3 tentatives de passe à l’entrée de la « zone rouge » se soldaient par un échec, obligeant à un FG, tout en ayant gaspillé quasiment 5 nouvelles minutes. (17-13)

Il existe parfois des fautes « intelligentes » et c’est exactement ce qu’a fait Jaire alexander (CB). Battu par le jeune WR Lacy et non couvert par un safety, le n°23 attrapait les jambes du receveur évitant une réception facile et un probable TD. Ce n’était « que » une interférence défensive de passe de 30 yards. Peut-être bien le tournant de cette fin de match car les Lions ne purent convertir une 3ème et 1 sous la pression combinée des Smiths Brothers et de Fackrell. FG de 56 yards facilement réussi par Prater (K). (20-13)

Malgré les efforts défensifs, l’attaque s’obstinait à forcer le trait sur la passe avec un Rodgers clairement dans un jour « sans ». 3 and out. Mais les pressions multipliées du pass-rush allaient payer. Un sack de Martinez faisait perdre 7 yards à Blough (QB). L’ILB avait blitzé et battu le block du RB, tout en ayant profité des pressions extérieures de Z. Smith (OLB) et Fackrell (OLB).

55

Za’darius Smith (OLB), toujours en maître de la pression (petit holding sur l’action peut-être ?)

L’action suivante, Blough se rappela qu’il avait été non drafté et envoya une « saucisse » sous-dosée plein centre qui ne pouvait trouver que Martinez ou Amos (SS). C’est finalement l’ILB qui prit le ballon pour le remonter sur 22 yards. Alors que l’action était terminée, le pourtant expérimenté Amendola (WR) pétait les plombs et poussait violemment King (CB) à terre, sûrement chauffé à blanc par du « trash-talking » entre les deux adversaires ; 15 yards de pénalité supplémentaires.

Déjà sur les 40 yards adverses, GB dut passer de suite par la conversion d’une 4ème et 1 (roll-out de Rodgers pour une petite passe de 3 yards pour Adams). Encore poussé à une 3ème et 10 après deux tentatives de passe, on revit un « vintage » Rodgers pour une passe de TD de 28 yards pour Lazard qui déploya toute sa hauteur et sa détente pour capter spectaculairement le ballon. Le WR brillait encore contre les Lions, c’était en effet au match aller qu’il avait effectué sa première grosse performance et éclaté au yeux de la NFL. (20-20)

TD 13

Spectaculaire Lazard !

Les Packers revenaient enfin à égalité à 5 mn du terme. Et la pression du pass-rush Packers (Z. Smith et Fackrell en tête) redonnait le ballon à GB avec 3 mn 30 au chrono. Mais une interférence de passe offensive ultra-sévère signalée contre Kumerow (WR) obligeait Rodgers à forcer sa passe sur 3ème et 20. 4ème interception de l’année pour le n°12 certes, mais cette interception sur une longue passe sous-dosée vers Kumerow équivalait à un mauvais punt.

1 mn 40 à jouer et balle aux Lions. Transpiration chez les cheeseheads. Les Lions tentaient 3 passes et butaient en 4ème et 5. DET ne tentait pas l’audace, un échec aurait signé la possibilité d’un FG de GB.

1 mn 20, balle aux Packers sur leurs 17 yards. Pas gagné. Une pénalité pour un choc sur un Rodgers courant et engagé dans sa glissade vers l’avant censée le protéger de tout choc, donnait déjà 15 yards à GB et un chrono arrêté. Rodgers trouvait ensuite Valdes-Scantling (WR) pour un nouveau first down mais fut jugé à tort comme sorti du terrain (alors que son genou touchait le terrain sur le plaquage).

Mais les grands joueurs ressortent toujours le bout de leur nez quand le moment compte. Ce fut d’abord Aaron Jones à qui Rodgers fit une passe écran sous la pression d’Okwara (DE) pas assez « bumpé » par Jenkins (LG). Le n°33 réceptionna la balle un peu basse avant d’engranger 31 yards pour placer en situation de FG. Et Crosby (K) fit le nécessaire pour enquiller le FG de 33 yards à la dernière seconde et donner la victoire à GB sans que les Packers n’aient mené une seule seconde dans le match… exactement comme au match aller ! (20-23)

SCREEN

Magistrale course après passe écran d’Aaron Jones (RB)

UN BYE ET ÇA REPART

Après une victoire signature la semaine précédente, les Packers nous ont offert une victoire « gueule de bois » qui n’a valu que par sa dramaturgie. Offensivement, ce fut très difficile, et seuls Adams, Lazard, A. Jones et l’OL sont à féliciter. Avec le bagage offert contre les Lions, cela ne sera pas suffisant contre une top défense en play-offs.

La défense nous a offert une prestation égale à elle-même, même si la faiblesse de l’adversaire nuance le propos. La pression qu’elle a exercé sur le QB et l’indispensable « turnover » ont encore mis GB sur les rails de la victoire, les rails du « D-train ». ^^

Quant au niveau de Rodgers, j’attends de voir sa prestation en play-offs pour savoir si le déclin du n°12 est en route ou non, sa prestation contre les Lions étant l’une des pires de sa carrière. Or, les pires prestations de sa carrière, en fonction des catégories statistiques, se sont accumulées en cette saison 2019. Et ça, ce sont des signes qui malheureusement ne trompent que rarement.

Ce qu’on peut espérer, c’est qu’en effet ses receveurs, en dehors d’Adams et de Lazard, sont trop faibles pour bien se démarquer et que notre TE 1 (Graham) est trop usé (alors que ce poste est devenu primordial dans les attaques NFL actuelles) pour offrir les possibilités de briller à Rodgers. Cette réponse là, on ne l’aura pas avant la prochaine saison.

Pour le moment, on fera avec les moyens du bord pour tenter un « run » dans les play-offs. Après tout, avec cette victoire, GB obtient la place de n°2 NFC et le « bye »qui va avec, c’est-à-dire l’exemption du tour des wild-cards. Elle n’est même qu’à deux victoires du Super Bowl, dont une à glaner à domicile en match de division. Dans un match de football américain, tout reste possible alors espérons et savourons ces play-offs 2019 qui pourront être une illusion comme une consécration.

LES STATS

SCORE

Detroit Lions :

  • David Blough (QB) : 12/29 à la passe, 122 yards, 1 TD à la réception, 1 INT
  • Kerryon Johnson (RB) : 11 courses, 53 yards, 4.8 yards par porté
  • Kenny Golladay (WR) : 3 réceptions, 72 yards
  • Attaque : 171 yards à la course
  • Will Harris (S) : 4 plaquages, 1 sack, 1 plaquage pour perte, 1 passe déviée
  • Efficacité en 3ème tentative : 25 % (3 sur 12)
  • 25 mn de possession de balle

Green Bay Packers :

  • Aaron Rodgers (QB) : 27/55 à la passe, 323 yards, 2 TD, 1 INT
  • Aaron Jones (RB) : 25 courses, 100 yards, 4 yards par porté, 2 réceptions, 43 yards
  • Davante Adams (WR) : 7 réceptions, 93 yards, 1 TD
  • 10 receveurs avec une réception
  • Blake Martinez (ILB) : 6 plaquages, 1 plaquage assisté, 1 sack, 1 plaquage pour perte, 1 INT, 1 passe déviée
  • 1 sack
  • Efficacité en 3ème tentative : 35 % (8 sur 20)
  • 9 pénalités pour 97 yards concédés
  • 35 mn de possession de balle

LE DÉTAIL QUI TUE

  • les Packers ont battu les Lions deux fois cette saison… sans qu’ils n’aient mené une seule seconde dans les deux matchs ; ce n’était arrivé qu’une fois dans l’histoire de la NFL, en 1977 pour les San Francisco 49ers contre les New Orleans Saints

8 Comments

  1. Roundeux

    Bonne année 2020 à tous les fans de GB et merci à GBPF pour le travail effectué cette année. Le meilleur pour l’année qui vient et plein de bons articles ^^ !

    Je passe sur ce nouveau non-match de 3QT contre DET une fois de plus très bien résumé par GBPF… On « win ugly & uglier » mais « a win is a win and an ugly win still a win » comme on dit. Triste de se dire que c’est maintenant l’identité d’une attaque qui a été la plus flamboyante de la NFL et qui gagne maintenant souvent en dépit de Rodgers. Godgers reviens ! Ça ne suffira pas contre les cadors NFC mais tout peut arriver en PO surtout que GB ets sans doute l’équipe qui joue le plus loin de son potentiel maximum actuellement.

    On est en PO avec une bye à 13-3 et un sweep complet de division à 6-0 après un changement massif de personnel sur et en dehors du terrain dont un nouveau HC alors ce résultat improbable bien que souvent très laid dans la manière est plus qu’on ne pouvait en espérer en début de saison. Le reste n’est que du bonus même si on préférerait tous éviter le one and done qui a souvent affligé GB ces dernières années et qui ne serait franchement pas surprenant, surtout si on doit jouer les Saints (adversaire très probable) en divisional.

    Espérons juste qu’un match dans le froid de Lambeau suffira à les faire déjouer assez pour l’emporter ou que Rodgers trouve enfin le déclic pour remettre l’O à niveau, ou au moins l’empêcher de plomber la D.

    En petit bilan bref de cette SR 2019, on notera le très bon travail de la « semaine du Gute » en FA avec des apports qui ont souvent dépassé tout ce qu’on pouvait attendre, Z et son bro Smith en tête, Amos en suivant et Turner en moyen. La draft nous a donné l’énigme Gary, pour l’instant une énigme et assez gros regret pour une équipe qui avait besoin de playmakers tout de suite.

    Ensuite, rappelons qu’entre le pick de Gary en 12 et le trade up pour Savage en 21, nous avons laissé passé de gros noms potentiels, notamment sur l’OL (Lindstrom, Bradbury) et la DL (Wilkins, Simmons, Lawrence) ainsi qu’un RB star (Josh Jacobs) et un TE (Fant) qui aurait sans doute fait mieux que toute notre escouade réunie même si je me méfiais tout autant de ce pick que de celui de Gary. J’avais beaucoup aimé le choix de Sternberger au R4 mais nous l’avons malheureusment peu vu, peut-être en PO, qui sait 🙂 ?

    Je parle bien sûr avec le recul, mais on peut écarter les OLs qui étaient des G puisque le choix de Jenkins au R2 s’est avéré plus que payant, sans doute le meilleur pick de cette cuvée 2019. Le plus gros regret est que le trade up aurait sans doute apporté plus en 10 & 11 avec l’OT Jonah Williams (même si notre RT Bulaga a globalement bien tenu sa place malgré mes craintes) et surtout Devin Bush, un top LB dont on aurait bien eu besoin et que PIT est venu nous souffler presque sous le nez. On ne parlera pas d’un Hockenson ou d’un Oliver partis avant et trop hauts pour nous.

    Savage est un bon complément à Amos mais n’a pas eu autant d’impact qu’on aurait pu l’espérer même si notre secondary retapée avec un King un minimum présent n’est plus la passoire ignoble qu’elle était il n’y a pas si longtemps encore. Je dirais qu’il ne manque plus qu’un LB dominant et peut-être un meilleur CB2 pour que cette D devienne presque injouable.

    Reste une O peu rechargée avec la grosse déception d »un groupe de WRs qu’on pensait fourni et n’a finalement que très peu contribué sans que ce soit toujours la faute des receveurs eux-mêmes (ahem). Heureusement, Aaron Jones aura largement compensé avec une saison remarquable à tous les niveaux, offrant une option que les TEs ou Wrs semblaient incapables de présenter.

    Je m’arrête là pour ne pas vous ennuyer davantage avec ce que vous savez déjà.

    GO PACK GO !

  2. Laogurdr

    Bonne année à tous !!!!
    Quelle purge ce match surtout pendant les 3 premiers QT. J’ai bien cru qu’on allait laisser cette bye week.
    Mais après cette victoire bien laide j’ai bien cru assister à ta prophétie GBPF (dans un article précédent) durant les Seahawks – 9ers. La première place NFC s’est vraiment joué à rien.

    Mais bon 2ème NFC, champion NFC North, après deux saisons moi ça me va. Tout n’a pas été beau, mais tout n’est pas si noir non plus. Maintenant les PO pour moi ne sont que du bonus. J’attends énormément de la saison prochaine avec une une continuité du travail avec ce nouveau staff et un corps de receveur renforcé avec la FA et la draft (Amari Cooper, Agholor ou pourquoi pas A.J Green avec un pied tout neuf 😉), ainsi qu’une ou 2 recrues au poste de linebacker (genre Littleton ou Woodyard), comme ça le SB sera à nous (l’espoir fait vivre pour la FA 😂😂).
    Gagner tous ces matchs à l’arrache démontre quand même un sacré mental et ça c’est le plus important.
    Et peu importe qui on prend en divisional on est très loin d’avoir perdu d’avance comme beaucoup de monde le pronostique, bien au contraire. On est clairement l’équipe la plus sous-estimée car la plus imprévisible de ces PO.

    Go pack go !!!!

  3. Green Bay Packers France

    Pour Gary, il faudra qu’il soit du niveau des Smiths pour justifier son pick.
    Mais ce qui est étonnant, c’est de faire un pick « projet » quand la FA a montré que GB était en mode « win now », ce qui est justifié pour la fin de carrière de Rodgers (3-4 ans, 1-2 ans 🙁 ). On le devrait le voir plus en année 2, surtout si Fackrell n’est pas prolongé (même si c’est un super joueur de rotation).

    Sinon, après avoir bossé la défense (je suis d’accord qu’il manque un super flying LB, et pour moi un bon joueur de rotation dans la DL : Keke peut-être en 2020), Gutekunst devrait sans surprise axer son boulot sur l’attaque.

    Vu qu’il hésite pas notre GM, WR sera forcément visé en FA et/ou draft. D’ailleurs, il doit se mettre des claques pour avoir virer Cobb. À son prix (4-5 M l’an), il aurait été un super outil qui aurait changé toute la physionomie de l’attaque ; je kiffais Marquise Brown (WR) à la draft 2019, mais on peut drafter tout le monde non plus, Savage étant tout de même très prometteur.

    L’OL est au top maintenant que Jenkins a remplacé Taylor. Jenkins est salué unanimement comme le meilleur OL de la dernière draft pour 2019.

    Pas sûr que Linsley aille plus loin que fin 2020. Par contre, y a un dilemme pour Bulaga qui mérite une prolongation. Je dirais un contrat de top 5 RT (10-12 M) mais libérable aisément à 2 ans max.

  4. DavidBrillac

    Bonne année à tous les fans de GBPF qui postent régulièrement ici, et aussi a ceux qui postent de temps en temps, et à Chambertin, que l’on ne voit plus.
    Je ferai demain mon petit commentaire sur notre fin de saison, et sur les oiseaux de malheur qui arrivent dimanche prochain.
    Encore une belle et heureuse année à tous.
    Go Pack Go !

  5. Guile

    Bonne année à tous !

    Oui, quelle purge que ce match contre les Lions. Trois QT désespérant avant de sortir (un peu) la tête de l’eau histoire de faire le minimum syndical pour gagner.

    La défense a fait le job pour laisser une chance à l’attaque de gagner le match… Heureusement qu’en face c’est leur 3e QB parce que l’interception de Martinez c’est cadeau…

    Coté Offense, l’OL a bien tenu malgré les sorties sur blessures mais que ce fut laborieux à la passe.
    Rodgers a égaré son mojo quelque part et ça fait un peu peine à voir… Il peut y avoir plusieurs explications :
    – Les WR ne font pas les routes convenues (et vu le niveau d’Allison et de MVS en ce moment c’est peut être bien ça) et ma foi ça se teste assez facilement : tu fais venir Nelson à l’entraînement pour faire quelques vieux tracés et s’il le trouve toujours les yeux fermés avec une main dans le dos, tu as ta réponse. D’ailleurs, j’aurais bien aimé qu’on tente un Nelson sur les playoffs en WR3… Faut pas négliger pour gagner un SB de faire confiance une connexion qui a marché pendant des années…
    – C’est le début de la fin pour Rodgers et on ne verra plus que par intermittence ce qu’on voyait il y a quelques années… Et c’est hard comme marche parce qu’en 2017 avant sa fracture ça tournait pas mal…
    – Finalement, la fracture de la clavicule d’il y a 2 ans a un impact sur son lancer et il ne sera plus jamais le même lanceur… C’est hard aussi… Va falloir qu’il se réinvente…

    J’ai vu une ITW de Rodgers qui disait que pour lui c’était un problème de timing entre lui et les WR et que ça n’allait pas se régler en 2 jours. Cela sent un peu comme une justification du genre : « cette année, on ira peut-être pas loin en playoff mais bon c’est mieux que les deux dernières années et ça ira mieux l’année prochaine »… Je remarque qu’il a moins de problème de timing avec Adams…

    Bon après, on sort une saison en 13-3, en remportant la division avec un sans-faute chez nos meilleurs « amis » du Nord, avec le 2nd Seed NFC et un HC bizut de 40 ans…
    Donc bon, au final, vu les deux dernières saisons, on ne va pas se plaindre trop fort parce que beaucoup aimerait être à notre place (rien que les Saints déjà, qui se sont fait toper par les Vikings).

    @Roundeux : Je laisse encore un peu de temps à Gary mais c’est vrai que je regrette toujours de ne pas avoir choper du Lindstrom parce qu’avec Jenkins ça aurait eu de la gueule et on aurait pas pris Turner (sauf à se dire que c’est le remplaçant de Bulaga) ce qui aurait laissé de l’espace pour un WR…
    J’aime bien Savage, je trouve qu’avec Amos, ils forment un bon duo et sont plutôt complémentaires donc je ne regrette pas l’échange pour monter (même si c’est vrai que Bush….)
    Pour les TE, moi ce que je regrette c’est qu’on ai laissé partir Cook après sa réception folle contre les Boys… Plutôt que le payer un peu plus, on a préféré embaucher deux vieux (Bennett puis Graham) qui ne font rien à part choper de l’oseille… Quand j’ai vu le match de Cook hier, ça m’a encore fait mal aux dents…

    Enfin bref, place au Divisional Round contre les Seahawks… J’ai hâte, ça fait 5 ans que j’attends qu’on les piétine en revanche de cette maudite finale NFC… J’aurais les nerfs à vie pour ça et les Giants 2011 mais ça adoucirait le truc qu’on les bâche… (même un Win Ugly d’un point…)
    Tout est en train de s’aligner pour une finale NFC au Lambeau contre les Vikings par -12°C, faut pas louper ça les mecs, écrasons les piafs…

    Go Pack Go !

  6. The_Chosen_One

    Salut les copains, meilleurs voeux à vous tous pour la nouvelle décennie, puisse t elle être meilleure que celle qui s’achève.

    Je vous trouve un peu raide (surtout Roundeux 😉) sur la dernière draft et Gary notamment, je m’explique :
    Lindstrom (que j’appréciais tout particulièrement) : blessé jusqu’en décembre, a joué 5 matchs
    J. Williams : blessé au camp de printemps, out pour la saison
    Simmons : croisés en janvier, difficile à drafter sachant qu’il était out au moins jusqu’en novembre
    Lawrence et Wilkins pourquoi pas mais ils sont encore difficile à juger dans des équipes tellement limité, et la DL en avril n’était pas notre priorité.
    Jacobs : on avait pas de besoin de RB si haut et Jones l’a confirmé.
    Gary c’est quand même un type avec un potentiel hors norme, et je pense qu’ils ont vu cela comme une opportunité qui ne pensait pas avoir.

    Il a déjà montré quelques belles choses malgré un temps de jeu plus que limité on a connu y a pas si longtemps des 1er tour bien plus décevant. Pettine aurait peut être du l’utiliser comme ILB « sideline to sideline » vu sa vitesse à côté de Martinez qui n’est qu’un run stopper.
    pour moi Savage a été une satisfaction, et dieu sait que j’étais sceptique, il a été nettement supérieur à Clinton Dix et comme le dit Guile, très complémentaire avec Amos. Après c’est pas encore Earl Thomas ou Byard mais pour un rookie ça tient bien la route.

    Je rejoins GBPF sur le fait qu’un certain nombre de ses rookies devraient faire un jump en 2e année, Keke notamment dans un rôle complémentaire à Clark. Et espérons aussi Sternberger qui devrait être plus utilisé avec le départ (on espère tous) de Graham.

    La priorité doit vraiment se focaliser sur un WR à l’intersaison, en FA pourquoi pas mais aussi et surtout à la draft où vu le niveau on peut trouver des playmaker et des perles jusqu’au 4e tour facile.

    Sinon je suis d’accord sur le fait que le retour de Nelson ne pourrait pas être une mauvaise chose même après un an d’arrêt tant MVS et Allison sont mauvais.

  7. DavidBrillac

    @ Chosen, le comeback de Nelson nôtre chouchou, pourquoi pas, puisque les Seahawks ont bien rappeler leur bête.
    Mais il me paraissait plus probable de faire revenir au bercail Cobb, qui nous a tellement fait défaut cette saison, et qui est libre bientôt.
    Mais maintenant que ce bon Mike débarque chez les Cowboys, il est tout aussi probable qu’il veuille garder notre petit Randall.
    À ce moment pourquoi ne pas tenter à notre tour de faire venir un ancien de la maison Texane, en la personne de Des Bryant ?

  8. DavidBrillac

    @ Guile, tu as complètement raison sur Cook !
    Plusieurs fois cette saison j’ai regarder les matchs des Saints, une équipe que j’aime bien avec les Chiefs, et les Bengals.
    J’ai même préféré regarder en live le Saints-49ers de la semaine 14, avec un spectaculaire 46-48, et me faire le replay en deuxième partie de soirée du minable, Packers-Redskins, bien m’en à pris, n’est-ce-pas !
    Et lors de ce match, je me suis dit que Cook, à la place des deux tracteurs Renault cramés que l’on a en guise de TE, ça nous aurait bien aidé, et que le numéro 7 des Saints, véritable couteau suisse qui défonce tout le monde aux quatre coins du terrain, que lui aussi si on avait eu l’intelligence de le garder au frais du Wisconsin, ça aurait aussi été visionnaire.
    Et pour finir quand, au milieu de la saison, les Dolphins ont lancé leurs grande braderie, là encore on aurait pu se dire, ah, Martinez est un peu esseulé dans le no man’s land de notre deuxième rideau, et on va aller chercher Kiko Alonzo pour l’aider.
    Rien de tout ça, et pourtant les trois là, ce serait peut-être ce qui nous manquera pour aller au bout.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.