Free Agency 2024 : Suite et fin

Nixon retournera encore pour GB

Il y a deux semaines débutait la free agency 2024 avec un lundi 11 mars 2024 qui restera dans les mémoires des cheeseheads comme un des rares jours où GB fut pro-actif sur le marché des transferts. Depuis, ce fut moins clinquant mais l’effectif des Packers a néanmoins évolué.

Le violent orage du 11 mars 2024 avait provoqué un large flot de news sur l’effectif des Packers, accompagnés de gros coups de tonnerre.

Exit les historiques David Bakhtiari (LT) et Aaron Jones (RB) qui seront à coup sûr dans le Packers Hall of Fame d’ici quelques années. Bienvenue Xavier Mc Kinney (S) et Josh Jacobs (RB). Et au revoir De’vondre Campbell (ILB), Jon Runyan (G) et Darnell Savage (S). Article du 12 mars 2024.

Après le déluge, le calme est revenu. Et si les annonces ont encore existé, elles n’eurent plus le même impact.

LES RETOURS

Nixon, le Money Gate

La plus importante signature d’entre elles fut le retour de Keisean Nixon (CB). On pouvait se douter que son retour était dans les tuyaux. Ce qui a le plus surpris, c’est d’abord la durée du contrat : 3 ans. Et ce qui a encore le plus surpris, c’est le montant : 18 M$ !

Mais comme l’année passée, il fallait regarder de plus près le contrat après l’annonce qui m’avait certes un peu estomaqué. En fait, de ces 18 M$, seuls 36 % sont garantis (6,5 M$). De plus, avec un dead cap decrescendo, rien ne dit qu’il aille au bout de son contrat (2,2 M$ dead cap en 2026). Enfin, un « intéressant » roster bonus de 2,8 M$ en 2025 laisse à penser que GB se laisse une issue sur le contrat de Nixon après la saison prochaine (résiliation ou restructuration).

Cette fois pas de primes de Pro Bowl ou All Pro pour son poste de kick returner qu’il aurait été en capacité de gagner. Mais au final, comme souvent, le prix annoncé en première instance n’est pas si important.

Il est néanmoins théoriquement fort pour un joueur dont on a attendu longtemps l’année passée son potentiel de « game changer » alors que les Packers lui laissaient carte blanche toute l’année sur ses retours (n°1 NFL au nombre de retours). Cependant, le retour de 70 yards en divisional à San Francisco, dans le match le plus important de l’année, a bien failli contribuer à un « upset » mémorable des Packers à San Francisco.

Quant au poste de CB, un tel contrat semble le destiner au poste de slot CB derrière Alexander et Stokes. Il a pourtant été sur courant alternatif en 2023 mêlant quelques bons matchs à de trop nombreuses errances suscitant les râleries de Douglas (CB) ou Owens (S).

Keisean Nixon était déjà le gars sûr de Rich Bisaccia, le coordinateur des équipes spéciales, malgré le fait que la position de retourneur sur laquelle il excelle a été dévaluée l’année passée par de nouvelles règles. Mais encore une fois, la NFL a fait évoluer il y a quelques jours les règles de retour pour les rendre plus statiques tout en laissant plus d’espace de démarrage au retourneur. De quoi relancer le rôle de Nixon en équipes spéciales ?

Cependant, Jeff Hafley, le nouveau coordinateur défensif, a donné son aval sur cette resignature et compte donc sur Nixon dans son système.

AJ Dillon, le retour du local

De manière asses inattendue, AJ Dillon (RB) est finalement de retour dans le Wisconsin, par un contrat peu commun issu du dernier accord propriétaires-joueurs. Un vrai contrat « low cost » de 1 an pour 1,1 à 1,3 M$ de cap. Clairement, dans un marché de RB à la fois fourni et dévalué en valeur, AJ Dillon n’était pas en position de force à l’heure de la free agency.

Sans avoir trouvé un contrat qui donne plus que le minimum, on peut imaginer qu’il a privilégié l’offre des Packers, lui qui est très impliqué dans la vie locale, depuis qu’il a rencontré sa femme wisconsinite.

Côté sportif, il a un rôle à jouer en protection de passe où son gabarit stoppe les + féroces pass-rushers. De même, dans les petits gains, il peut être aligné avec Jacobs (RB) pour brouiller les pistes voire pour forcer le passage de son coéquipier tel un fullback.

Le retour d’AJ Dillon, ajouté à la présence d’Emanuel Wilson retenu par un contrat d’agent libre restreint exclusif, donne de la souplesse à GB pour le poste de RB à la draft. Ce poste n’est donc pas un besoin primordial mais le choix d’un RB à la draft est loin d’être exclu, d’autant plus si une bonne affaire se présente.

De la profondeur en CB

Les Packers ont fait revenir Corey Ballentine (CB) et se sont même empressés de le faire puisque sa signature a été officialisée dès le début de la free agency. Il faut dire que le n°35 a su saisir sa chance la saison passée. Profitant des blessures d’Alexander et Stokes, il a été titularisé 6 fois, avec un certain succès, le « no name » Ballentine tenant parfois la dragée haute à des WR renommés.

Reconnaissant le talent du jamaïcain de naissance, GB lui a doublé son salaire et fait signer un contrat d’un an pour 2,1 M$ dont 24 % garantis.

Les Packers ont également resigné Robert Rochell (CB) au minimum (1 M$ pour 1 an). Le 4ème tour de draft 2021 des Los Angeles Rams fut récupéré à l’automne dernier sur le practice squad des Carolina Panthers.

Avec ces deux joueurs (ainsi que Nixon et Valentine), les Packers s’offrent de la profondeur laissant le poste de CB à la draft comme une possibilité mais pas comme une obligation.

Équipes spéciales

Depuis que Rich Bisaccia a été chèrement recruté comme coordinateur des équipes spéciales, la part de joueurs spécialement recrutés pour ces tâches bien précises a été augmentée. Ainsi, sont revenus les « chouchous » Tyler Davis (TE), Kristian Welch (LB) et Eric Wilson (LB), chacun pour des montants minimums (1 an chacun pour un peu + de 1 M$).

Plus logiquement, le très correct punter Daniel Whelan sera toujours en vert et or par un contrat d’agent libre restreint.

À signaler la toute récente signature du kicker vétéran Greg Joseph, l’ancien kicker des Minnesota Vikings. Les Packers joueraient-ils au même jeu que son rival violet ? Disons que cette signature est avant tout un moyen d’émulation pour Anders Carlson, le kicker 6ème tour de draft 2023, pour le prochain camp estival, voire peut-être même un chaperon.

Je pense qu’il aurait été de meilleur aloi que cette situation soit imposée la saison passée en gardant l’historique Crosby.

LES DÉPARTS

Côté lignes secondaires, Jonathan Owens (SS) n’a semble t-il lui pas séduit Hafley. Je trouvais intéressant son profil de cogneur en petit périmètre. Et même si les règles NFL favorisent de moins en moins ce profil, j’estimais que son profil agressif pouvait intégrer le nouveau système défensif voulu. À tort.

Comme pour beaucoup d’anciens Packers, Owens rejoint une écurie NFC North : les Chicago Bears. Récupéré pour rien (1M$ l’année) par GB en 2023, Owens signe cette fois un contrat de 2 ans, 4,75 M$, 32 % garantis. Avec son 1,5 M$ garantis à la signature, Owens a déjà gagné + qu’à GB. On regrettera M. Simone Biles, mari de la gymnaste, qui mettait encore plus de lumière via sa femme sur la franchise de Green Bay.

Yosh Nijman (OT) n’a pas été rappelé par les Packers et était donc laissé libre, une année après que GB l’ait retenu avec un contrat d’agent libre restreint de niveau de 2ème tour de draft et un montant de 4,3 M$.

Au contraire du poste de RB, le poste d’OT est bien plus valorisé sur le marché. Nijman a trouvé un point de chute chez les Carolina Panthers, une des plus mauvaises OL de la saison 2023. Avec un contrat de 2 ans, 8 M$ dont près des 2/3 garantis, Nijman ne s’en sort pas si mal pour finalement le même rôle dans nouvelle équipe : remplaçant n°1 au poste d’OT.

Côté Packers, le départ de Nijman, couplé à la résiliation de Bakhtiari ne laisse plus de profondeur au poste d’OT qui sera à coup sûr adressé à la draft, possiblement dans les 2 premiers jours. Toutefois, il faut ne pas négliger le géant Caleb Jones (2,06 m ; 170 kg) retenu en 2024 par un contrat d’agent libre restreint et couvé depuis 2022 par les Packers, de la même manière qu’ils avaient développé Nijman.

CEUX QUI RESTENT LIBRES

Eh bien, à ce stade de la free agency, les anciens Packers à être libres ne sont plus nombreux.

Ô surprise, Josiah Deguara (TE) est toujours sur le marché. Nantis de Musgrave, Kraft et Sims au poste de TE, on pouvait se douter que GB ne retiendrait pas, à raison, le 3ème tour 2020 qui devrait avoir des difficultés à poursuivre sa carrière en NFL. (MàJ : les Jacksonville Jaguars viennent de le signer pour 1 an !)

De manière plus surprenante, Rudy Ford (S) est encore libre. Non pas qu’il soit indispensable, mais à l’image de Balentine, ses quelques honorables prestations, sa vitesse ainsi que le départ de Savage (S) me laissaient penser que GB le ferait revenir. Peut-être un peu plus tard. Ou peut-être que le poste de safety, avec encore quelques vétérans sur le marché, sera l’objet d’une dernière signature avant la draft dans 1 mois maintenant.

LA FA EN RÉSUMÉ

Acquisitions :

  • Xavier Mc Kinney (S)
  • Josh Jacobs (RB)
  • Greg Joseph (K)

Résiliations :

  • David Bakhtiari (LT)
  • Aaron Jones (RB)
  • De’Vondre Campbell (ILB)

Retours :

  • Keisean Nixon (CB)
  • AJ Dillon (RB)
  • Tyler Davis (TE)
  • Corey Ballentine (CB)
  • Robert Rochell (CB)
  • Eric Wilson (LB)
  • Kristian Welch (LB)

Départs :

  • Jon Runyan (G)
  • Darnell Savage (S)
  • Yosh Nijman (RT)
  • Josiah Deguara (TE)

Agents toujours libres :

  • Rudy Ford (S)

GreenBayPackersFrance

1 Comment

  1. DavidBrillac

    Merci pour l’article très complet.
    Tout ça me semble cohérent de la part des Packers, si rien ne bouge d’ici fin avril, il est évident que OT, safety, et IL, seront la priorité dans les deux premiers tours.
    Avec 5 choix dans les 100 meilleurs joueurs, il y a de quoi se renforcer.

    Un petit mot sur Aaron Jones, que l’on regrettera, mais on pourra aussi trouver regrettable son choix de rester dans la NFC Nord, à voir si son accueil sera la même que pour Brett Favre à l’époque.

Laisser un commentaire