Week 1 ~ MIN – GB : Pas prêts à ça !

Minnesota Vikings – Green Bay Packers : 23 – 7

Christian Watson, à deux doigts (!) de rentrer dans l’histoire NFL

Not ready for this ! En mimant le refrain d’un célèbre tube des 2 Unlimited, repris dans la plupart des salles NBA, je ne pouvais mieux trouver comme résumé de cette première journée de la saison 2022 pour les Packers. Ils n’étaient pas prêts et par voie de conséquence, nous les fans n’étions pas non plus préparés à une défaite aussi salée chez l’ennemi violet.

LA « BOMBE » WATSON QUI FAIT « PSCCHHT » PUIS LE NÉANT

Même causes, mêmes effets. Une pré-saison évitée pour la quasi-totalité des 22 titulaires fait qu’on expose ces joueurs à une période de rodage qui peut être fatale. Les Packers avaient pourtant l’exemple de la déroute de 2021 en Floride où les Saints avaient passé un 38-3 du plus mauvais effet. Mais on s’était dit que l’épisode du drama Rodgers y avait été pour beaucoup.

Alors, oui, toutes les autres équipes n’ont pas fait jouer tous leurs titulaires, et quand cela a été le cas, cela a été plus symbolique qu’autre chose. À GB, depuis que Rodgers a l’envergure d’un membre décisionnel, et puisque le n°12 estime que jouer des matchs de pré-saison n’est pas assez instructif au regard du risque de blessures, les Packers en pré-saison sont des équipes bis.

Seulement, si le n°12 peut argumenter de 18 saisons NFL, il oublie peut-être qu’il joue en équipe et qu’une équipe a besoin d’automatismes. Or, dimanche, les Packers avaient besoin de beaucoup d’automatismes car :

  • l’attaque 2022 jouait sans ses WR 1 (Adams), WR 2 (Lazard, blessé), et WR 3 (Valdes-Scantling) de 2021
  • l’OL ne jouait finalement pas sans ses 2 meilleurs éléments calibre All-Pro (Bakhtiari et E. Jenkins) avec un RG (Hanson) sans aucune mise en jeu NFL et à la pré-saison douteuse
  • Le TE 1 (Tonyan) revenait de quasiment une année sans match
  • un corps de CB qui n’a pour ainsi dire jamais joué ensemble, Alexander s’étant blessé en semaine 4 en 2021 quand Rasul Douglas fit sa 1ère mise en jeu pour GB en semaine 6.
  • le coordinateur défensif avait décidé une stricte défense de zone nécessitant une certaine maîtrise tactique avec une secondary sans aucun snap de pré-saison.

Tous ces éléments ont concouru à l’apocalypse d’une large défaite.

Et pourtant, tout aurait pu changer par la grâce d’une première action offensive Packers.

Après que les Vikings aient marqué leur 1er TD au bout d’un long drive de quasiment 6 mn (7-0), Rodgers prenait la balle en main… pour une bombe à destination du rookie Christian Watson. La balle était parfaitement placée pour le n°9 qui avait semé Patrick Peterson (CB) et prenait ses distances avec le safety Harrison. La ligne de touche jaune et verte commençait à exulter mais Watson ne refermait pas assez ses bras et « droppait » le ballon.

Watson passait en un instant de la lumière à l’ombre et a manqué l’occasion de marquer l’histoire de son sport en marquant un touchdown de 75 yards sur sa première action NFL en tant que rookie ! Et quand on pense que Watson n’a effectué aucune mise en jeu en pré-saison pour cause de blessure…

Et pour rajouter une petite couche sur la nécessité de répétition avec ses WR rookies, le 1er drive de GB s’achevait sur une incompréhension entre Rodgers et Doubs (WR).

Après un 3 and out Vikings avec un sack de Gary, GB n’avançait pas. On notait la présence de joueurs que nombre d’observateurs ne comprenaient pas : le TE Tyler Davis manquait un block pour A.J. Dillon (RB) et Jake Hanson, titularisé en RG se fit littéralement valdinguer en arrière par un Za’darius Smith (OLB) revanchard sur son premier sack.

On observait une rotation de la DL avec une implication plus importante que prévue des DL Slaton et Wyatt dans un 3ème drive Vikings inabouti.

GB entamait son 3ème drive avec le second quart-temps et plus de créativité autour des coureurs A. Jones et A.J. Dillon. Le n°28 récupérait une passe dans le flat gauche mais échoua à 1 yard du touchdown, stoppé d’abord par Harrison Smith (SS). La 4ème et 1 (après temps mort) était courue d’avance pour A.J. Dillon me disais-je. Ce fut le cas.

Mais si cet appel de jeu en 4ème et 1 ne me choque pas, son exécution fut manquée avec M. Lewis partant dans le flat sans essayer de toucher Z. Smith qui du côté de la ligne plongea dans les pattes d’A.J. Dillon. GB échouait à quelques centimètres de l’égalisation.

Ce nouveau coup du sort marquait le début d’une lente agonie. La défense s’y mettait également niveau boulettes, et dans les grandes largeurs d’une couverture de zone à côté de la plaquette. Savage (FS) et Amos (SS) nous jouaient les Pippo et Bimbo de la profondeur et Justin Jefferson se mangeait 64 yards au milieu de la défense…

J’avais oublié que le n°18 violet était déjà l’auteur du 1er TD de MIN sur une… 4ème et 1 réussie à 4 yards de la goal line. Jefferson, en mouvement de la gauche vers la droite avant le snap n’était pas suivi par un défenseur et Eric Stokes (qui a manqué son match) ne le calcula même pas quand il passa devant lui, préférant se concentrer sur son attaquant, le WR K.J. Osborn. Un touchdown tout en facilité indigne du potentiel de cette défense.

GB ne prenait pas tout de suite le bouillon avec Jefferson (WR) qui ne put poser un 2ème pied en endzone balle en main, sous la pression de Amos tout de même. FG de 28 yards. (10-0)

Et Rodgers faisait même des siennes avec une balle trop haute pour Aaron Jones (RB) en 3ème tentative. Restait 3 mn aux Vikings en 1ère mi-temps pour couler le radeau en fromage mouillé. D’abord avec des courses prudentes de Cook (RB), et encore avec une « zone » qui laissait Jefferson seul avec aucun Packers à – de 10 mètres, Alexander (CB) ayant lâché le n°18 au sortir de sa zone de marquage. Jefferson avait traversé le terrain et courait vers le potelet orange droit. TD de 36 yards à 35 secondes de la mi-temps. (17-0 à la mi-temps).

TOUJOURS PAS DE SOLUTION EN SECONDE MI-TEMPS

On sait l’importance des drives entourant la mi-temps. GB reprenant le cuir pour débuter la seconde mi-temps, un maigre espoir subsistait. Patatras ! Une OL qui se déchire avec Z. Smith qui jaillit entre Myers(C) et Runyan (LG), ces deux derniers s’auto-bloquant (!), pour pousser A.J. Dillon et pousser Rodgers vers l’extérieur. Rodgers commit son pêché de garder le ballon pour tenter le tout pour le tout mais il ne récolta qu’un sack et un fumble perdu pendant que Runyan sortit pour commotion sur l’action.

Les Vikings n’eN firent pas grand-chose avec un sursaut individuel des CB Packers. Mais quand tout va bien, tout va bien, MIN enquillait un FG de 56 yards. (20-0)

La sortie de Runyan permit l’entrée de Zach Tom au poste de LG. Coïncidence : course d’Aaron Jones sur 25 yards avec un effort collectif au block (Doubs, Cobb et donc Tom). Ce même Tom poussa A.J. Dillon pour le TD de 2 yards. (20-7) En l’absence de Bakhtiari et de E. Jenkins, Tom doit passer devant Hanson dans l’effectif, absolument.

La défense offrait un maigre espoir en faisant rapidement punter grâce aux pressions de P. Smith et de Kenny Clark, et surtout au plaquage en champ ouvert sur 3ème tentative de Keisean Nixon (CB), blessé à l’épaule sur l’action.

On arrivait en fin de 3ème quart et tout restait possible en théorie. Mais Rodgers aurait lui aussi besoin de quelques répétitions en match. Car il laissait souvent s’écouler le temps ballon en main pensant trouver une faille dans la défense Vikings. Mais son OL était loin d’être optimale, on l’a vu. Et sur ce coup-là, c’est Newman (RT) qui n’arrivait plus à contenir son défenseur pour un nouveau sack.

Rodgers étant Rodgers, il scannait bien le terrain et trouvait sur l’action suivante Romeo Doubs complètement seul pour 23 yards. Mais plus tard, après s’être magnifiquement échappé d’une nasse violette, Rodgers attendit trop et se fit punir une nouvelle fois quand sur la ligne de touche Tonyan (TE) attendait le cuir pour le first down.

Alors qu’il restait encore 10 mn de jeu et 13 pts d’écart, le match restait jouable mais deux actions sonnèrent le glas des Packers. D’abord un presque sack de Preston Smith qui faisait paniquer Cousins (QB) lançant alors une balle flottante à hauteur d’homme que Campbell (ILB) ne put capter car focalisé sur son joueur. Puis sur 3ème et 8, la défense n’était pas préparé au moment du « snap » et voyait une nouvelle fois Justin Jefferson traverser latéralement le terrain pour capter une balle flottante trop haute mais que le n°18 capta en s’étirant de tout son long.

MIN ne prenait finalement que 3 pts au score mais avait mangé 5 mn au chrono, alors que Krys Barnes (ILB) sortait du terrain sur civière (grosse entorse à la cheville et mise sur la liste des blessés). (23-7)

Le dernier drive de Rodgers résumait la performance offensive avec une attaque soufflant le chaud et le froid avec une OL ne lui permettant pasde totalement s’exprimer, mais une OL pas forcément aidée non plus par un Rodgers prenant trop de temps derrière son OL post-snap après avoir pris trop de temps avant la mise en place des 11, occasionnant trop souvent des « snaps » trop pressés.

Une 3ème et 1 mal exécutée rajoutait la frustration d’un match joué par un effectif trop peu rodé. La passe « WR screen » voyait Cobb (WR) manquer son block et Watson se retourner trop tard pour capter la passe. Quant à la 4ème et 1, Rodgers chercha dans la endzone un Robert Tonyan (TE) doublement marqué comme il chercha un Davante Adams dans les dernières minutes d’un finale de conférence perdue en 2020 contre les Tampa Bay Buccaneers. En fin de match, Jordan Love (QB) s’occupa même du dernier drive.

MAL PRÉPARÉS

Vous avez pu le lire tout au long du résumé, les Packers, des deux côtés du ballon, ont multiplié les approximations symboliques d’un manque de cohésion collective qui n’a pas été cimentée par des répétitions en match.

En face, l’attaque Vikings avait pourtant aussi peu joué en pré-saison mais elle disposait elle de son OL titulaire et d’un corps de receveurs inchangé. Quant à la défense Vikings qui est elle totalement remaniée, elle a pu bénéficier de la qualité moyenne de l’OL Packers alignée, et peut-être des conseils de l’ex-Packers Za’darius Smith…

Résultat, l’attaque a totalement déjoué et ne pouvait se reposer de manière fiable que sur les coureurs, pourtant pas encore assez impliqués avec une balance de jeux de 66 % de jeux de passe pour 33 % de jeux de course !

Bref, GB nous a fait du mauvais vintage GB avec un QB trop sûr de lui, demandant l’exigence d’un haut niveau à des joueurs encore trop verts, l’OL devant souvent s’exécuter avec empressement avant snap et trop longtemps après snap. Les 2 WR rookies furent impliqués dans les jeux comme des vétérans (Watson et Doubs meilleurs WR Packers du match) alors qu’ils n’avaient pas joué un seul snap de pré-saison avec le n°12 !

Quant à la défense, elle a pâti d’un schéma très largement centrée sur la couverture de zone qui demande des automatismes là encore pas aboutis. La pression du front-7 fut décevant par rapport à ce que j’en attendais, permettant à Cousins de trouver son WR (et pas ses receveurs) constamment dans l’intervalle sans que ce dernier n’ait à lutter pour contester le ballon.

Dans une telle défaite, il n’y a pas d’énormes satisfactions mais plutôt de grandes promesses comme on a pu le voir avec les rookies : les 2 WR, le 1er tour de draft Quay Walker, vrai « flying LB », ou encore l’entrée en jeu de Zach Tom (OL).

La copie de ce match est très décevante mais aussi encourageante, tant tactique et technique ont pêché. Ces deux éléments sont en effet facilement perfectibles dans les semaines à venir et je reste confiant sur la valeur de l’effectif.

Et puis, on aurait presque oublié les équipes spéciales tant celles-ci n’ont pas fait de bruit… et c’est tant mieux ! On a aperçu le gunner Ford (S) faire quasiment un jeu parfait s’il n’avait pas manqué de justesse son plaquage. Par contre, Amari Rodgers (WR) n’a fait aucune mise en jeu offensive et est resté cantonné à un rôle de retourneur inoffensif puisque n’agissant qu’une 1 fois sur 5. 3ème tour de draft 2021 après trade-up, le n°8 commence à sentir le bust..

Et voilà nos Packers se diriger vers un match du dimanche soir contre les Chicago Bears avec beaucoup plus de pression que prévue. Les Bears ne devaient qu’être une formalité et voilà qu’ils ont défait, certes dans des conditions pluvieuses exceptionnelles, les San Francisco 49ers ! Si CHI n’a pas un effectif très reluisant sur le papier, il ne faudrait pas se laisser surprendre au Lambeau Field. Les frémissements d’une crise ne seraient pas loin en cas de défaite et d’un démarrage à 0-2 avant un déplacement à Tampa Bay.

LES STATS

Minnesota Vikings :

  • Kirk Cousins (QB) : 23/32 à la passe, 277 yards, 2 TD
  • Dalvin Cook (RB) : 20 courses, 90 yards, 4.5 yards par porté
  • Justin Jefferson (WR) : 9 réceptions, 184 yards, 2 TD
  • Jordan Hicks (OLB) : 9 plaquages, 5 plaquages assistés, 1 sack, 1 QB hit
  • Harrison Smith (SS) : 9 plaquages, 5 plaquages assistés, 1 sack, 1 QB hit
  • 4 sacks
  • Efficacité en 3ème tentative : 31 % (4/13)
  • Efficacité en redzone : 33 % (1/3)
  • 3 pénalités pour 20 yards
  • 31 mn de possession de balle

Green Bay Packers :

  • Aaron Rodgers (QB) : 22/34 à la passe, 195 yards, 1 INT
  • Aaron Jones : 5 courses, 49 yards, 9.8 yards par porté
  • A.J. Dillon (RB) : 10 courses, 45 yards, 4.5 yards par porté, 1 TD ; 5 réceptions, 46 yards
  • Rashan Gary (OLB) : 3 plaquages, 4 plaquages assistés, 1 sacks, 1 plaquage pour perte, 2 QB hits
  • 1 sack seulement pour l’équipe
  • 2 turnovers
  • Efficacité en 3ème tentative : 33 % (3/9)
  • Efficacité en redzone : 33 % (1/3)
  • 2 pénalités pour 10 yards
  • 29 mn de possession de balle

L’ACTION DU MATCH

  • La réception au milieu du terrain de Justin Jefferson, complètement seul sans personne à moins de 10 m, pour le TD à 35 secondes de la mi-temps donnant un score de 17-0

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Justin Jefferson a battu le record des Vikings pour le nombre de yards à la réception en 1ère mi-temps : 158 yards !

GreenBayPackersFrance

6 Comments

  1. DavidBrillac

    Parfait tu as tout dit.
    Du mauvais voir très mauvais au quatre coins du terrain et du côté des coachs !
    Mais si je devais en retenir deux, Aaron Rodgers a comme contre les Saints été nul, mal préparer, prenant trop de temps, et très approximatif.
    Puis les 3 cornerback, quelle catastrophe, pas un pour rattraper l’autre.
    Grosse déception aussi du front seven dont on attendait beaucoup.

    Les satisfaction 🤔

  2. Guile

    Merci pour le superbe article ! 🙂

    Match frustrant mais c’était super prévisible vu que c’est la première fois que la plupart des mecs se retrouvent sur le terrain de l’année.

    Niveau défense, la secondary s’est fait découpée par Cousins (p**** Cousins) et Jefferson (quel joueur tout de même, ah si on avait trade-up pour le choper !).
    Perso, je ne comprends pas la défense de zone sur ce coup-là. Tout le monde savait avant le match que le seul moyen pour Cousins de faire avancer le ballon c’était soit de le filer à Cook soit de l’envoyer à Jefferson. De mon point de vue, tu colles Alexander en man-to-man tout le match avec Jefferson et tu vois s’il a retrouvé son niveau de shutdown corner qu’il avait l’année dernière avant de se blesser. Au lieu de ça, on le laisse se balader et exposer le fait que les 3 CB n’ont aucun automatisme et que Stokes est encore vert même s’il a fait une bonne année dernière.
    Niveau S, il n’y a rien à dire à part qu’ils ont fait le match le plus dégueulasse de ces dernières années (et de loin).
    Sur le front-7, on a vu de bonnes choses, des promesses (Enagbare, Q. Walker) mais surtout un manque de repère et j’ai trouvé que c’était assez flagrant pour Campbell. Clark a été bon mais comme d’hab j’ai envie de dire. Gary et Preston, c’était un peu sur courant alternatif.

    Niveau offense, on aurait pu se sauver par la course en filant plus de ballons à Jones et Dillon parce que ça marchait mais non, LaFleur/Rodgers ont forcé à la passe alors que ça ne passait pas.
    Par exemple, sur le dernier drive de Rodgers, sur la 3and1 puis la 4and1, je ne comprends pas pourquoi on envoie pas Dillon en jouant vite. Avec un peu de chance, vu son match, il peut même finir en end-zone.
    Il est très loin le temps de la décla de Rodgers (après une victoire à 4TD de Jones contre les Cowboys de mémoire), où il disait qu’il n’avait plus besoin de lancer 4 TD par match pour qu’on gagne. Il faudrait être plus gestionnaire dans des matchs qui partent en cacahuète comme ça, mais LaFleur ne sait pas s’adapter ce n’est pas nouveau.
    Enfin, si, il s’adapte parce qu’il pense qu’il a perdu (pour ça, que ça court plus dans le 3eQT) mais dès qu’il pense qu’il peut gagner à nouveau, il revient sur la stratégie initiale qui ne marchait pas.
    Après, le reste c’est comme prévu :
    – Les WRs sont jeunes et n’ont aucun repère et, à part le staff, personne ne pensait qu’ils pourraient être à fond dès le premier match. Je suis d’accord que le drop de Watson est horrible (comment j’ai levé les bras au ciel en jurant !!) mais il est quand même connu pour dropper un peu et même comme ça, je trouve que c’est dommage de ne pas avoir essayer de lancer et relancer le ballon sur lui. Tain, s’il a le niveau que vous nous vendez, faites lui voir du ballon !
    – L’OL est en mousse et tant que le Bak et Jenkins ne seront pas là, il faudra faire de la West Coast Offense. Cela tombe bien, j’ai cru lire que c’était l’attaque préférée de Rodgers, pourtant ça ne s’est pas vu dimanche. Hanson est nul et Newman a pas été ouf (après, est-ce parce que le mec à sa gauche était nul, allez savoir).
    Là, je me demande quelle OL serait la mieux entre : Bak-Runyan-Myers-Tom-Jenkins ou Bak-Jenkins-Myers-Tom-Newman. La première semble plus solide dans son ensemble alors que la seconde à un côté gauche niveau coffre-fort et un côté droit plus faible (après, ça dépend si Newman se ressaisi). A voir si Nijman peut jouer à droite sinon…
    – Niveau TE, Davis est nul (il a des dossiers sur LaFleur, Rodgers et Gute ou quoi ? parce que je comprends pas ce qu’il fait encore là), Tonyan revient de blessure et Lewis à 127 ans donc…

    Bref, il y a du boulot, c’était prévu mais peut-être pas autant. Va falloir se reprendre contre les Bears parce que sinon l’année va être longue…

    Go Pack Go !

  3. DavidBrillac

    Salut Guile, tu oubli Rodgers le 8 pas le 12, toi qui n’aime pas gâcher des choix de draft, ce gars là est un bust, je l’avais déjà dit la saison passée.

  4. dredge

    Jurisprudence premier match de l’année dernière, j’essaie de me convaincre que c’est un retard à l’allumage et que notre équipe vaut bien mieux que faire passer Cousins pour un Hall-of-famer, et la défense des vikings pour celle des Steelers.
    Par contre défaite interdite contre les oursons. Qu’il y ait la manière ou pas, il ne faut surtout pas commence la saison à 0-2 (qui a des chances de muter en 0-3 avec ce qui arrive après), car là on peut avoir rentrer directement en crise qui peut nous faire très, très mal, surtout avec le caractère de A-Rod !

  5. Guile

    @David : Effectivement, je l’avais oublié mais difficile de se souvenir et d’évaluer un receveur qui n’a pris aucun snap en attaque et s’est contenté de faire des fair catch en ST.

    Il y a tout de même deux points qui ne plaident pas en sa faveur niveau positionnement du staff :
    – Ils ont indiqué qu’ils n’avaient pris que 2 RB parce qu’ils pensaient qu’Amari pouvait courir mais quand il a fallu faire une reverse c’est Watson qui a couru.
    – Avec l’absence de Lazard, ils ont préféré élever Winfree de la PS plutôt que de le coller sur le terrain alors qu’ils étaient encore 6 WR dans les 53.

    Effectivement, ça sent le bust comme on se le disait tous un peu l’année dernière sachant que, de mémoire, personne ne pensait qu’il valait un 3e tour et que c’était encore un rush inconsidéré de Gute (qui a en plus dis, si je me souviens bien, qu’il avait failli le prendre au second).

    Sa chance, entre guillemets, c’est qu’il n’était pas de cette offense foireuse contre les Vikings et que LaFleur a annoncé vouloir plus courir donc on pourrait le retrouver dans des positions de gadget ou de reverse. De plus, si Lazard est toujours absent, il pourrait peut-être voir quelques snaps (de là à être ciblé et attraper le ballon, il y a tout de même un monde). S’il a sa chance, à lui de montrer quelque chose.

    Après, c’est sûr que s’il reste cantonné au même rôle lors du match contre les Bears, on sait qui sera le fusible lorsque Kylin Hill sortira de la PUP liste.

  6. DavidBrillac

    @dredge, tu ne crois quand même pas que les nounours avec un énième quaterback en bois sont capables de venir gagner au Lambeau Field 😏
    Non impossible, 20-3 depuis notre dernier Super Bowl.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.