Le retour du 33

Aaron Jones aime apparemment la neige du Wisconsin !(Photo by Stacy Revere)

Grosse surprise en ce dimanche soir : Aaron Jones is back ! La nouvelle vient d’être officialisée, le RB revient à Green Bay avec un contrat de 4 ans et 48 M de $.  D’autant plus surprenant que les Packers n’ont pas les liquidités actuelles pour le faire revenir, d’autres mouvements devraient donc être effectués en conséquence de cette signature.

J’avoue, je ne m’y attendais pas. Car les Packers ne me semblaient pas en mesure d’assumer un tel contrat dans la situation actuelle. Et le départ d’Aaron Jones garantissait un futur 3ème tour compensatoire en 2022.

Mais apparemment, les Packers comme Aaron Jones voulaient s’entendre. Les Packers en hypothéquant grandement leur capacité à faire d’autres mouvements lors de la free agency qui arrive et en oubliant le tour compensatoire qu’ils auraient pu tirer à laisser Jones partir. Aaron Jones en signant un contrat qui ne fait claquer la timbale du marché des RB en restant à l’entrée du top 5 avec une moyenne annuelle de 12 M de $, plutôt loin des 16 M de $ Mc Caffrey (Carolina Panthers) et des 15 M de $ d’Ezekiel Elliott (Dallas Cowboys) et Alvin Kamara (New Orleans Saints).

D’ailleurs, du propre aveu de l’agent d’Aaron Jones, celui-ci estimait pouvoir décrocher un contrat plus juteux ailleurs mais Aaron Jones a insisté pour tenter de rester à Green Bay. Si parole d’agent de joueurs est loin d’être parole d’évangile, je pense en effet qu’ Aaron Jones aurait pu avoir un sacré contrat avec une équipe avec un monumental « cap space ». Même en ces temps difficiles… mais pas si difficiles pour certaines équipes donc. Mais jouer avec une équipe compétitive pour le Super Bowl a dû pencher dans la balance. Et allez savoir, peut-être même l’envie de rester dans le même groupe de joueurs.

Qu’elles qu’en soient les raisons, Aaron Jones reste donc un Packer pour longtemps. Sportivement, sa signature ne se discute pas. Sa vision, son équilibre et sa volonté font qu’il est une menace constante pour l’équipe adverse car capable sur n’importe quelle course de vous claquer un 60 yards. Mais son utilité n’est pas que dans le jeu de course et il est devenu une cible plus que fiable dans les airs. Enfin, Aaron Jones est unanimement apprécié dans le vestiaire.

Maintenant, le jeu (le prix en fait) en vaut-il la chandelle ? D’autres sources amènent des chiffres qui comporteraient beaucoup de primes à la performance. C’est à voir mais la vraie question est de se dire si un RB pris à la prochaine draft n’aurait pas pu compléter le backfield où rappelons-le, il y a un AJ Dillon prêt à foncer dans les lignes adverses.

Attendons les détails définitifs de la signature mais cette signature montre que le management souhaite maintenir l’équipe en place avec ses éléments les plus importants. De quoi offrir un beau dernier tour de piste à Aaron Rodgers ? Avec Brian Gutekunst, on ne sait pas sur quel pied danser puisque ce mouvement va plus dans une stratégie à court terme, en inadéquation avec le choix de Jordan Love au 1er tout de draft 2020. Car conserver Aaron Jones, c’est bien. Mais cela remet le salary cap des Packers dans le rouge. Résultat : GB va devoir encore manipuler ses contrats avec de l’argent toujours plus repoussé vers le futur. Et pour qu’Aaron Jones reste, le management va probablement restructurer ces prochains jours un très gros contrat. Celui de Za’darius Smith par exemple qui a tweeté récemment qu’il voulait être un Packer pour la vie : les négociations devaient être déjà en cours.

Quant à Jamaal Williams, lui aussi RB agent libre, son bail avec GB semble scellé avec la resignature d’Aaron Jones. Mais sait-on jamais ?

GBPF

 

1 Comment

  1. Guile

    Je ne m’y attendais vraiment pas à celle-là. Il avait effectivement montré des signes d’attachement à Green Bay en fin de saison dernière mais je pensais Gute allais le laisser signer un gros contrat (qu’il méritait) ailleurs.

    J’ai vu une prime à la signature de 13M dans les 48M ce qui ramène le contrat à 35M sur 4 soit 8.75M/an de réel salaire (même si je suis d’accord qu’il faut sortir les 13M, ça permet de jouer avec le cap space).

    Pour moi c’est du win-win :
    – Pour Jones, il touche un bon contrat que la prime rehausse et il reste à GB ce qu’il souhaitait vraiment à ce qu’il semble. Je pense, comme dis son agent, qu’il aurait pu avoir plus ailleurs vu son profil RB un peu atypique (vu que c’est la mode des tracteurs) capable de se muer en WR de secours pour QB en détresse.
    – Pour les Packers : on garde un super joueur tant en terme de jeu que de mentalité. La grosse prime à la signature permet sûrement de jouer avec le salary cap (attendons de voir le détail complet). A mon avis, pour absorber le truc, il faudra quand même restructurer le contrat de Z mais vu qu’il a annoncé vouloir rester un packer, ça devrait se faire.

    Pour une fois, je trouve que Gute joue finement l’intersaison avec toutes les renégo qui permettent de rentrer dans les clous du salary cap.
    Après, c’est l’année pour et les joueurs sont sûrement plus enclins à négocier pour rester au vu des deux dernières saisons mais il faut lui reconnaître qu’il mouille la chemise.
    J’aimerais bien voir passer aussi une restructuration du contrat de Rodgers. Si tout le monde le fait, ça serait mal venu qu’il n’accepte pas aussi (surtout que ce n’est pas comme s’il perdait de l’argent).

    J’espère qu’il jouera aussi finement la draft 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.