Week 13 ~ GB – PHI : Tranquillement… ou presque

Green Bay Packers – Philadelphia Eagles : 30 – 16

Adams se prosterne devant le roi Aaron et son 400ème TD en carrière

Encore un match abouti des Packers contre néanmoins une équipe à la croisée des chemins dotée d’un QB en panne de repères et d’une OL faiblarde. Malgré un match maîtrisé des Packers, deux cagades, l’une de la défense, l’autre des équipes spéciales, auront relancé la rencontre en fin de match avant qu’une action d’éclat d’Aaron Jones (slalom de 77 yards pour le TD) ne ferme le ban.

DÉPART DIESEL…

Désormais, il n’y a plus de secret pour les franchises NFL. Pour battre les Packers, il faut courir. Non seulement, pour appuyer sur le talon d’achille de GB, mais aussi pour manger le chronomètre pour maintenir le plus longtemps Aaron Rodgers en dehors du terrain.

Les Eagles ont donc appliqué cette recette en début de match en alternant avec des passes aux tight-ends. Mais au bout de 7 mn de drive, ils n’obtinrent qu’un FG, grâce notamment à un plaquage pour – 3 yards de Kamal Martin (ILB) sur le RB. (0-3)

PHI avait le sourire néanmoins car c’était la première fois que les Eagles menaient sur les 4 derniers matchs. Ce sourire s’accentuait avec le « 3 and out » de GB où Aaron Jones récupérait son propre fumble sur la première prise de ballon et Lucas Patrick concéda le sack en position de LG. Ce fut d’ailleurs une énième version de l’OL présentée avec cette fois un alignement Bakhtiari – Patrick – Jenkins – Turner – Wagner. Le rookie Runyan était donc écarté, sans raison apparente, et ce nouveau 5-OL a été moins convaincant qu’à l’accoutumée, subissant plus la pression. En même temps, la DL 4-3 est le point fort des Eagles.

PHI ne put en profiter, Wentz commençant à subir les pressions du pass-rush Packers (sack de Gary, sack de Keke), ce qui allait être sa litanie tout au long de la soirée où les QB Eagles subirent 28 pressions !

La chance des Eagles était passée. GB enclenchait son drive par une passe lobée de 28 yards pour Adams (WR) seul et Aaron Jones (RB) montrait tout son talent des yards obtenus après le premier contact. Aaron Jones permet à GB d’user et abuser de la « play action », ce qui sera le maître-mot de l’attaque Packers toute la soirée. Il fallut malgré tout insister 3 fois sur Davante Adams pour obtenir le TD, dont la dernière tentative était la 4ème à un demi-yard de l’en-but. Un TD où Davante Adams montrait tout son « hang time ». (7-3)

Adams en mode basketteur NBA

La pression de la défense Packers stoppait PHI avec en plus un blitz réussi de Raven Greene (S). GB renouvelait sa recette offensive mais remontait le terrain encore plus rapidement, grâce d’abord à une play action qui trouvait Marcedes Lewis (TE) seul à gauche du terrain pour 36 yards. Puis GB marquait son 2ème TD avec un Rodgers vintage qui scannait le fond de terrain tout en évitant les pressions par des petits pas d’évitement. Résultat : 6 secondes avant de lancer sur un Tonyan (TE) oublié par une défense focalisée sur Adams. (14-3)

Le tout à 1 mn de la fin de la mi-temps. PHI voudra tenter l’impossible mais ne récoltera qu’un sack de Keke (DT) et une pression de Gary (OLB). (14-3 à la mi-temps)

Gary sacke un Wentz dépité

AVANT UN RODGERS EN FEU…

Aaron Rodgers faillit tuer le match dès la première action de la seconde mi-temps en balançant une « bombe » de 60 yards pour Valdes-Scantling (WR) qui laissait passer le ballon captable, malgré la pression de Maddox (CB), entre ses bras. Un drop de plus pour le n°83. Un Tonyan inattentif forçait le « 3 and out ». En face, Wentz (QB), après avoir enregistré sa plus longue passe (41 yards pour le TE Goedert) grâce à une glissade de Savage (FS), se montrait imprécis.

Du côté de GB, le QB était lui en feu. Poussé à débuter un drive sur ses 1 yard, une « play action » téméraire était appelée. Le n°12 balançait une ogive 5 à 6 yards à l’intérieur de son en-but pour trouver 50 yards plus loin, dans le chas d’une aiguille entre deux défenseurs, Davante Adams qui lui ne relâchait pas la balle malgré un coup de flipper entre ses deux adversaires. VIDÉO

Puis, le n°12 lança vers Lazard (WR) le long de la ligne de touche droite pour 31 yards. Pour couronner le tout, le drive se terminait par un TD d’Adams sur une passe latérale en un contre un. Le TD aurait dû être annulé pour prise de la grille faciale du CB. Sans pénalité signalée, ce TD sera bien celui du 400ème TD en carrière de Rodgers, le plus rapide QB de l’histoire de la NFL à atteindre ce seuil. Crosby manquera pour le 2ème match de suite une transformation. À surveiller. (20-3)

 

L’entraîneur en chef des Eagles changeait de QB, mettant le rookie de 2ème tour de draft Jalen Hurts au feu. Celui-ci passait plus son temps à échapper à la pression qu’autre chose, même s’il réussit une longue passe pour Reagor (WR) qui battait en un contre un Kevin King (CB). Mais pas de points au bout du compte pour PHI.

On arrivait en fin de 3ème quart-temps et l’heure était à la gestion du côté de Green Bay. Des courses, des petites passes. Mais cette fois, la fameuse 3ème tentative pour Davante Adams échouait : le marquage était bon mais le n°17 « droppa » quelque peu le ballon. L’essentiel était assuré : 3 pts de + et 7 mn de + écoulées. (23-3)

Il n’y avait plus qu’à contrôler les 11 mn restantes contre une équipe avec un QB rookie et des blessés qui s’accumulaient au cours du match. Jalen Hurts (QB) se démenait à la course surtout et ne sut exploiter les largesses de King (CB) en défense. En situation de désespoir, PHI tentait une 4ème et 18… qui réussissait ! Déprimant. À croire que seul GB est capable de se faire avoir sur des 4ème longues. Sur cette action, le 4 men-rush obligeait Hurts à se dégager mais dans l’entre-jeu, la couverture de zone transformait les défenseurs en plots et Savage (FS) se retrouvait avec deux joueurs qui partaient seuls vers la « endzone »  : l’un en ligne droite (Jeffery), l’autre en « corner »(Ward) ! C’est Ward (WR) qui reçut l’offrande. (23-10)

GB s’infligeait un « 3 and out », avec une 3ème tentative captable par un St-Brown (WR) qui ne put réaliser l’exploit. Pas de panique à bord côté GB, il restait 7 mn à jouer et deux possessions d’écart. Mais quand Jalen Reagor remontait le terrain pour le TD après avoir laissé tomber à terre son ballon de retour, tout d’un coup l’ambiance se crispait à GB. Sur l’action, la majorité des joueurs Packers choisissait le mauvais côté du terrain, Kamal Martin (ILB) était un peu court pour le plaquage et J.K. Scott (P) nous refaisait sa danse du limbo face aux feintes de Reagor. C’était un 2ème TD de retour de punt en 3 matchs avec à peine plus de difficulté pour l’adversaire. Préoccupant. La transformation était manquée, si bien qu’il y avait bien un TD d’écart entre les deux équipes. (23-16)

Et quand GB se faisait un nouveau « 3 and out » en 1 mn 30, il n’était plus question de prendre à la légère cette fin de match. Heureusement, le pass-rush restait vivant et l’OL Eagles collaborait bien. En position de FG adverse en cas d’échec, les Eagles ne tentaient pas la 4ème et 13 et puntaient à 3 mn du terme comme une sorte de résignation bizarre.

Car les Packers allaient fermer le match à double tour par un magnifique TD d’Aaron Jones, démontrant à la fois les qualités de mobilité et de vision du RB mais aussi l’esprit collectif qui vit Bakhtiari (LT) jouer les chasse-neige devant le coureur et E. Jenkins (C) affairé d’abord par les blocks courir comme un dératé pour revenir sur les talons du n°33. Même Rodgers y allait de sa poursuite de l’action en courant. (30-16) Et pour bien finir la soirée, à 2 mn de la fin, Savage (FS) interceptait spectaculairement avec un plongeon à l’horizontale Hurts (QB), sa 3ème en 2 matchs.

CHAUD EN ATTAQUE, MAIS LE RESTE ?

Une victoire de plus dans l’escarcelle des Packers, impressionnante de maîtrise offensive. Ce match contre les Eagles est un cumul de highlights qui rappelle… la victoire des Packers sur les Eagles en 2014 sur le score de 53 à 20. Aaron Rodgers aurait pu avoir des statistiques encore plus impressionnantes si chacun de ses receveurs ne s’était pas fendu d’un « drop » (MVS en particulier pour une réception de 50-60 yards). La mécanique est tellement bien huilée qu’on a peur que ce climax arrive presque un peu trop tôt dans la saison. GB arrivera t-il à maintenir ce niveau offensif pendant encore un mois et demi ? La question de l’adversité pose aussi question même si les défenses des Bears et des Eagles sont loin d’être manchotes. On verra face aux Titans en semaine 16, mais l’équipe du Tennessee vient d’en prendre 41 à domicile contre les Cleveland Browns !

Par contre, GB n’est pas à l’abri d’une grosse erreur défensive, matérialisée par cette 4ème et 18 réussie par un QB rookie ayant lancé 3 passes NFL avant ce match ! D’ailleurs, ça sent le sapin pour Carson Wentz que PHI va sûrement tenter d’échanger. Vous le voyez pas en blue navy des Bears le Wentz ? Hormis cette grosse cagade, la défense a festoyé par son pass-rush en effectuant un maximum de 7 sacks et 28 pressions rarement vus. Mais c’était contre la pire OL NFL qui compte maintenant 53 sacks concédés en 12 matchs, soit une bonne moyenne de 4,5 par match ! Mais elle a tout de même obligé PHI à abandonner la course, seule tactique valable pour renverser GB réduisant Miles Sanders à un petit 3.1 yards par course alors qu’il avait la meilleure moyenne NFL jusque-là (5.5 yards)

Si la performance est un peu biaisée par le niveau adverse, il est évident que Rashan Gary (OLB) progresse à vitesse grand V et commence à dissiper quelque peu les interrogations de son choix. Et tant qu’on parle du 1er tour de draft 2019, Darnell Savage (FS) commence aussi à affiner ses lectures. La défense aura quelques tests d’ici la fin de saison avec les Lions et les Panthers, 2 attaques top 15, mais surtout les Titans, l’ultime test contre la course en affrontant Derrick Henry (RB).

On l’a vu contre les Eagles, les équipes spéciales sont à même de renverser un match comme un turnover. Depuis quelques matchs, les erreurs s’accumulent à GB : 2 retours de punts en TD, un fumble perdu sur un kick return (Shepherd), un punt bloqué, 2 transformations manquées par Crosby… Il y a une grosse prise de conscience à avoir à ce niveau car de telles erreurs seront fatales en play-offs.

D’ici là, il faudra éviter les écueils du Covid et les blessures. Sternberger (TE), Ervin (RB) et Wynn (DT) ont eu des blessures sérieuses qui les feront manquer le prochain match mais pas le reste de la saison apparemment. Ervin absent, la signature d’Austin tombe à point pour redynamiser des équipes spéciales en souffrance.

LES STATS

 

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 25/34 à la passe, 295 yards, 3 TD
  • Aaron Jones (RB) : 15 courses, 130 yards, 8.7 yards par porté
  • Davante Adams (WR) : 10 réceptions, 121 yards, 2 TD
  • 437 yards offensifs
  • Darnell Savage (FS) : 2 plaquages, 1 passe déviée, 1 INT
  • Rashan Gary (OLB) : 2 plaquages, 2 plaquages assistés, 1 plaquage pour perte, 1.5 sack
  • 7 sacks
  • Efficacité en 3ème tentative : 41 %
  • 32 mn de possession de balle

Philadelphia :

  • Carson Wentz (QB) : 6/15 à la passe, 79 yards
  • Jalen Hurts (QB) : 5/12 à la passe, 109 yards, 1 TD, 1 INT
  • Miles Sanders (RB) : 10 courses, 31 yards, 3.1 yards par porté
  • Greg Ward (WR) : 3 réceptions, 57 yards, 1 TD
  • Alex Singleton (LB) : 8 plaquages, 4 plaquages assistés
  • 3 turnovers
  • Efficacité en 3ème tentative : 30 %

L’ACTION DU MATCH

  • Beaucoup de highlights, mais la course slalom de 77 yards d’Aaron Jones a fait péter l’adrénaline. VIDÉO

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Aaron Rodgers est donc devenu le QB le plus rapide de l’histoire NFL à atteindre la marque des 400 TD, en 193 matchs
  • Aaron Rodgers devient aussi le seul joueur de l’histoire NFL à avoir eu + de 35 TD / saison durant 5 saisons : 2011, 2012, 2014, 2016, 2020
HIGHLIGHTS

1 Comment

  1. DavidBrillac

    Philadelphia a une chèvre comme quarterback
    Green Bay a de son côté the GOAT !
    Je m’étais fais la réflexion après la victoire de Nick Foles dans le Super Bowl, que quoi que Wentz fasse dans le futur, il sera à jamais le cocu de l’histoire.
    Depuis il n’a fait que régresser.
    Notre GOAT à nous, est sur une saison MVP, Adams le meilleur WR de la NFL, tout ça derrière la meilleure ligne Packers depuis très longtemps.
    Malgré des erreurs ici et là en particulier la spécial team, les Packers ont la meilleure attaque NFL, un très bon coach, et peuvent battre aujourd’hui n’importe quel équipe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.