Week 8 ~ KC – GB : Les Aarons comme des chefs

Kansas City Chiefs – Green Bay Packers : 24 – 31

33 rec

Aaron Jones s’est mué en parfait receveur et a battu des records

Victoire de prestige en terre hostile face à l’attaque la plus terrifiante de la NFL, sauf que celle-ci était privée de son maître à jouer Patrick Mahomes (QB). Plus impactés par les blessures que les Packers, les Chiefs ont vendu chèrement leur peau dans un duel d’attaques bien menées par les entraineurs en chef. Mais le dernier mot est revenu aux Packers, auteurs du seul turnover du match.

LES PACKERS EN ACTION, LES CHIEFS À RÉACTION

Compte tenu de leurs blessures, les Chiefs étaient clairement diminués au début du match. Imaginez donc, c’est comme si pour ce match GB était amputé d’Aaron Rodgers (QB), de David Bakhtiari (LT), d’Elgton Jenkins (LG), de Za’darius Smith (OLB), de Kenny Clark (DT) et de Jaire Alexander (CB) ! Ajouté à ces blessures une défense qui depuis le début de saison a plus été habitué à la jouer portes ouvertes que fermetures à double tour, et vous comprendrez que les cheeseheads pouvaient être raisonnablement confiants pour ce match.

Le début de match allaient leur donner raison, Rodgers se connectant par deux fois avec James Kumerow (WR) : la première par une passe lobée ajustée le long de la ligne (14 yards), la deuxième par un exploit du WR captant au ras du sol un lancer du QB sur le point d’être sacké (34 yards). Cette dernière réception fut tellement improbable que KC grillait une première révision vidéo (« challenge »).

16

Une réception spectaculaire de Kumerow (WR) pour lancer le match (Photo : Evan Siegle)

En zone rouge, un premier TD d’Aaron Jones (RB) était annulé pour un « tenu » (holding) de Bakhtiari (LT), avant que le RB marque réellement le 1er TD sur une course latérale filant derrière les blocks de Graham (TE), Lazard (WR) et J. Williams (RB), le tout étant comptabilisé comme une passe dans les statistiques d’Aaron Rodgers, Aaron Jones ayant reçu la balle en étant devant le n°12. Comme ça, tout le monde est content. 😉 (0-7)

KC subissait de suite un « 3 and out ». Ce n’était pas le premier avis des arbitres qui avaient validé un first down de Watkins (WR) sur une passe de 2 yards. Le coach LaFleur contestait le jugement à raison, Jaire Alexander (CB) avait bel et bien stoppé le WR, 1 yard plus tôt.

Un Rodgers gourmand dans sa volonté d’étendre le jeu (le jeune LG Jenkins doit encore apprendre à continuer ses actions au moins 5 secondes après la mise en jeu) subissait une perte de 17 yards sur un sack. Un bon retour de punt suivant, les Chiefs prenaient la pression du pass-rush Packers et tentaient un field goal de 50 yards… manqué !

Cette fois, Rodgers allait faire parler la poudre avec une passe sur la gauche du terrain pour Aaron Jones parti pour un sprint de 60 yards et le TD.. malheureusement annulé pour un petit talon hors du terrain. C’était tout de même un gain de 50 yards. Et deux jeux plus tard, J. Williams (RB) suivait sa locomotive Vitale (FB) pour un TD de 1 yard en force et en puissance, sur un jeu que les Packers avaient oublié ces dernières années (et les rares fois où il fut essayé, il était mal exécuté). (0-14)

Williams Vitale

TD en force de Williams derrière son fullback (Photo : Evan Siegle)

Ça commençait à sentir bon pour les Packers s’ils stoppaient pour une 3ème fois de suite les Chiefs. Mais Matt Moore (QB), qu’Andy Reid avait sorti de sa retraite une semaine plus tôt, trouvait la bonne cadence avec les cibles de choix que sont Tyreek Hill (WR) et Travis Kelce (TE), grâce notamment à une étonnante bonne protection de son OL malgré l’absence de son LT 1 et LG 1. À n’en pas douter, avec Mahomes en QB, ce trio QB-WR-TE est le plus performant de la ligue. Le WR et le TE faisaient tourner en bourrique la défense sur ce drive, et le plus exposé fut Darnell Savage (FS), le rookie étant affecté pour son retour au marquage de Kelce. En fait, Savage comme toute la défense Packers, mordait complètement dans la feinte de course latérale de Hill. Kelce se baladait tranquillement au milieu du terrain et marquait un TD sans aucune opposition. (7-14)

Les Packers rendaient la balle, principalement en raison d’un second sack pris par Rodgers, Damian Wilson (LB), blitzant dans un petit espace mal géré par Lewis (TE), Williams (RB) et Bulaga (RT).

Le punt de J.K. Scott était anormalement mauvais. KC repartait de ses 40 yards et avançait vite, Tyreek Hill se jouant de Kevin King (CB) pour un gain de 18 yards avant que ce même King ne manque son plaquage sur une nouvelle course latérale d’un receveur Chiefs, en l’occurrence Hardman qui s’en allait lancé vers le TD. (14-14). Kevin King, bon en couverture, est définitivement « soft » lorsqu’il s’agit de plaquer un adversaire.

Les Chiefs avaient effacé un débours de 14 pts en 9 mn, et allaient même prendre l’avantage, Rodgers ne trouvant pas la solution à la passe et manquant de peu de se faire intercepter par Breeland (CB)qui avait le ballon dans ses mains.

En effet, KC terminait la mi-temps en trombe, Moore (QB) étant toujours peu inquiété par la pression de GB. Après avoir trouvé Tyreek Hill (WR), il trouvait également Hardman (WR) sur un gros gain (25 yards) qu’un nouveau mauvais plaquage Packers (par Savage – FS) permettait.

Mais la défense se reprenait en zone rouge. Montravius Adams (DT) déviait une passe de Moore avant que le QB subisse un gros choc de Fackrell (OLB) sur 3ème tentative. Le FG encaissé par les Packers était un moindre mal dans la furia rouge de ce 2ème quart-temps. (17-14)

On crut que la petite minute suffirait à un exploit de Rodgers. Mais une mauvaise gestion d’une passe complétée (30 secondes perdues) rendait l’exploit impossible (nouveau sack sur une tentative de passe Ave Maria). (17-14 à la mi-temps)

GB FAIT LE SPECTACLE EN SECONDE MI-TEMPS

On crut que les Chiefs reprenaient tambour battant la seconde mi-temps avec un Tyreek Hill rendant fous les défenseurs par ses mouvements « pré-snap ». Mais après un rude plaquage d’Alexander (CB) qui avait reconnu le jeu (passe de – 1 yard), le pass-rush sortait le sack qu’il fallait sur 3ème tentative. Avec une formation à 4 rushers dont 3 OLB, Z. Smith et Gary repoussaient leurs adversaires et c’est Z. Smith qui pénétrait dans la brèche pour plaquer Moore (QB).

Cette action revigorait GB qui restait à portée de fusil de KC. Elle revigorait surtout Rodgers qui lâchait sa balle beaucoup plus rapidement. Lazard (réception de 14 yards) et Jimmy Graham (11 yards pour le first down) en profitaient. Mais finalement, GB allait, comme KC, être bloqué dans la zone rouge adverse avec un sack de Ogbah qui battait Bulaga (RT). GB se contentait du FG après un drive de 8 mn 30 ! (17-17)

La bascule du match intervenait dès la première action du drive suivant des Chiefs. Course de Mc Coy (RB). Lancaster (DT) accroche le bras du coureur : fumble ! Et la balle revient devant Lancaster qui récolte le fruit de son action en recouvrant le cuir. VIDÉO. On ne reverra plus Mc Coy du match…

Lancaster

Lancaster (n°95) peut célébrer à raison le seul turnover du match (Photo : Evan Siegle)

Rodgers était décidé à ce que les Packers prennent l’avantage. Il effectuait deux courses de 15 et 9 yards pour arriver sur les 3 yards de KC mais devant ensuite convertir une 3ème tentative. Situation de passe, Rodgers ne trouve pas de cible en première intention et doit subir la pression combinée de Ogbah (DE) et Ndadi (DT). En commençant à être plaqué par Ogbah, Rogders lançait le ballon de telle manière qu’on pouvait penser qu’il le balançait en dehors du terrain. Mais non, le ballon partait en lob vers le bull’s eye, un petit carré d’un m² au fond du coin droit de l’en-but pour une réception tout aussi spectaculaire de Jamaal Williams. On aurait pu croire à un coup de chance, mais au ralenti on peut apprécier le soin apporté au lancer par le n°12 malgré le quasi sack pour lancer une parfaite ogive. D’ailleurs, à peine tombé au sol, Rodgers suivait du regard son lancer, preuve qu’il espérait bien qu’il soit capté. Une des actions NFL de cette première moitié de saison. (17-24) VIDÉO

TD 30

Une réception de folie de Jamaal Williams ! (Photo : Evan Siegle)

 

On aurait penser les Chiefs assommés par ce combo turnover-TD mais il n’en fut rien. Damian Williams (RB) relançait le jeu de course de KC, Moore trouvait Watkins plein centre pour 25 yards. Mais une fois encore, les Packers resserraient les boulons en zone rouge et stoppaient 3 tentatives sauf que sur la 3ème avortée, Tramon Williams (CB) était sanctionné par un usage illégal des mains très sévère et ne concernant pas le joueur visé par la passe. Au lieu d’enquiller un simple FG, les Chiefs avaient 4 balles supplémentaires : ils faisaient mouche sur la première après une course de Damian Williams (RB), avec notamment Amos (SS) qui lisait mal le jeu et partait à l’envers de l’action. (24-24)

Réponse du berger à la bergère des Packers. Deuxième action du drive : passe latérale en première intention pour Aaron Jones. Graham bloquait son joueur, Bakhtiari et Linsley jaillissaient pour se projeter 5 et 10 yards plus loin, Aaron Jones fonçait dans la brèche puis le long de la ligne de touche gauche : touchdown de 67 yards ! Waow ! (24-31)

En réaction, Moore (QB) visait outrageusement Kelce (TE). Ça passait une fois sur 3ème tentative grâce à un plaquage soft de King encore. Mais pas deux avec une merveille de plaquage dans le dos du TE en plein dans le timing de la réception par Chandon Sullivan (CB). Les Chiefs puntaient jusqu’aux 2 yards de GB, pensant que les 5 mn restantes seraient suffisantes pour récupérer le ballon.

Mais c’était sans compter Aaron Jones qui parachevait sa soirée extraordinaire par un chef d’oeuvre plus classique à la course : 7 courses pour 31 yards pour autant de temps gagné et de temps morts adverses brûlés. Rodgers, voyant la défense adverse, modifiait même une 3ème tentative évidente de passe pour qu’A. Jones courre et grapille le first down.

Restait une 3ème tentative et 5 yards cruciale avec 2 mn à jouer. Qui allait être visé pour cette tentative ultra importante ? Aaron Jones bien sûr, dans un format qui marcha du tonnerre ce dimanche soir : le décrochage du n°33 d’une position de RB à une position de WR, marqué par un LB adverse. Aaron Jones était trop vivace et captait la balle pour le first down. Rodgers n’avait plus qu’à mettre le genou à terre 3 fois de suite pour acter la victoire 31 à 24.

UN MATCH HISTORIQUE

Ce fut un match de belle facture offensive. GB avait comme à son habitude bien préparé son affaire, et si le 1er quart-temps est le plus prolifique pour les Packers en 2019, cela en dit long sur la qualité de la préparation du match par le coach LaFleur. Mais les Chiefs, après un peu d’échauffement bien logique pour un Matt Moore (QB) sorti de sa retraite une semaine plus tôt, ont su perturber la défense des Packers par leurs innombrables mouvements pré-snap qui ont plus d’une fois pris à revers les défenseurs Packers. Heureusement que Mahomes était absent, car le jeune QB aurait rajouté sa mobilité dans l’arsenal offensif des Chiefs, qualité que n’a pas Moore, bien calé dans sa poche de QB, où il fut d’ailleurs bien aidé par une performance étonnante d’un OL meurtrie (sans le LT 1, le LG 1 et en fin de match le RG 1).

Si le match a permis 7 touchdowns, les défenses ne furent malgré tout pas en reste. Pour une défense réputée mauvaise, les Chiefs ont surpris Rodgers plus d’une fois (5 sacks et multiples pressions), notamment parce que le coordinateur défensif des Chiefs Spagnuolo avait décidé de prendre tous les risques et de blitzer comme ils ne l’avaient jamais fait cette saison.

Et Bulaga (RT), dans son excellente saison, a livré sa prestation la plus moyenne de 2019. À noter d’ailleurs que son remplacement en fin de match (blessure à un doigt) par Alex Light fut très encourageante pour le n°70, tout comme les 3 mises en jeu que Light a pris lorsque Bakhtiari était hors du terrain. Ça aussi, c’est une énorme progression par rapport à avant où la blessure d’un T titulaire faisait passer des sueurs froides aux cheeseheads quant à la santé de Rodgers (Jason Spriggs, Kyle Murphy, au secours !).

Pour rester dans le chapitre OL, l’équipe du weekend du site ProFootball Focus aligne dans sa ligne offensive Elgton Jenkins au poste de LG et Corey Linsley au poste de C. Jenkins apporte une énorme valeur ajoutée et n’est pas pour rien dans les performances offensives des coureurs, particulièrement quand ils foncent plein centre, le plus souvent derrière le rookie pour des gains plus que positifs. S’il continue comme cela, il pourrait vite être considéré comme le meilleur joueur de ligne offensive de la dernière draft à la fin de cette saison.

Alors oui, la défense de GB a pris 3 TD, mais si elle a pris l’eau au second quart-temps, là encore on peut mesurer l’impact du coaching de Mike Pettine, le coordinateur défensif, qui a revu sa copie à la mi-temps. Bilan des Chiefs en seconde période : 105 yards et 1 TD.

Pettine devrait être heureux de retrouver son Darnell Savage (FS), non pas qu’il ait effectué un formidable match, mais son retour a permis de nouveau de donner l’élan dynamique à sa défense en appliquant son schéma « nickel » : 3 joueurs de ligne défensive (Clark – Lowry – Adams ou Lancaster), 3 linebackers (Z. Smith, P. Smith, Martinez) et 5 joueurs de ligne secondaire (Alexander, King, Amos, Savage, T. Williams ou Sullivan). Ce fut parfois même un schéma « dime » en 2-3-6.

Cette vitesse défensive était nécessaire pour contrer celle des Chiefs. Et finalement en ayant encaissé 249 yards à la passe (oui certes, toujours face à Matt Moore) de la part des Chiefs, n° 1 NFL avant le match avec 318 yards à la passe par match, et en limitant Kelce à 63 yards (dont 29 yards sur son TD en trottinant grâce à la couverture complètement manquée de la défense) au lieu de ses 77 yards habituels, le schéma défensif de Pettine a finalement payé.

Et enfin, savez-vous qui a mène la NFL au nombre des TD marqués ? Eh bien c’est Aaron Jones avec 11 TD en 8 matchs (8 à la course – 2ème RB NFL, 3 à la réception – 3ème RB NFL). Mieux que Dalvin Cook (Minnesota Vikings), leader des TD à la course (9), mieux que le phénomène Christian Mc Caffrey (RB), l’homme à tout faire des Carolina Panthers (10 TD en tout).

Ou encore mieux qu’Alvin Kamara, RB des New Orleans Saints, drafté la même année (2017) qu’Aaron Jones (5ème tour, choix n°182) mais en début de 3ème tour (choix n°67). En voyant Kamara exploser dès son année rookie, les cheeseheads ont pesté le choix n°61 de Josh Jones (S), 6 spots avant et désormais viré des Packers.

Je n’aime pas tirer sur une ambulance, mais est-ce que LaFleur n’est-il pas en train de faire découvrir le potentiel « Kamaraesque » d’Aaron Jones, auteur d’une hallucinante ligne statistique contre les Chiefs : 13 courses, 67 yards et 7 réceptions pour 159 yards et 2 TD ? Lors de ses deux premières années sous le coaching de Mc Carthy, Aaron Jones n’avait même pas le statut de RB 1, et n’était pas utilisé comme un choix de réception (seulement une solution de secours si pression sur Rodgers). En une demi-saison 2019, Aaron Jones vient de dépasser ses statistiques de yards à la réception de 2017 et 2018 !

Et le cas d’Aaron Jones, joueur offensif NFC de la semaine, n’est pas isolé puisque Jamaal Williams, trop longtemps cantonné au rôle de marteau-pilon dans un mur de joueurs, retrouve une seconde jeunesse avec déjà 4 TD à la réception en 2019 quand il n’en avait que 2 cumulés en 2017 et 2018 !

Enfin, nous voyons des courses chercher le coin pour le TD en zone rouge (Aaron Jones contre KC, J. Williams contre OAK). Et il est rafraichissant de voir leur complicité lors des célébrations et au bord du terrain. Dommage qu’il ait fallu attendre leur 3ème année (sur un contrat de 4 ans) pour découvrir tout cela…

Quand on voit cela, on peut imaginer que LaFleur aurait peut-être su, comme l’a fait Sean Payton entraineur des New Orleans Saints, utiliser Taysom Hill, le QB à tout faire chipé dans l’effectif des Packers car résilié en 2017 (sacré année !)…

Enfin, savourons le moment présent et la joie de vivre de nos coureurs, et même de l’ensemble des joueurs, puisqu’il n’y a rien de mieux pour souder une équipe que la victoire. Et en premier lieu, Aaron Rodgers qui en deux matchs revient dans la discussion pour le titre de meilleur joueur de l’année (MVP) dans un millésime 2019 marqué par les blessures et par une domination des New England Patriots d’abord due à sa défense.

Les Packers ont vent dans le dos, le moral au top, les dieux du football avec eux (il fallait quand même un brin de chance pour ce TD hallucinant de Jamaal Williams + Mahomes absent). Bref, tout roule, les play-offs sont en vue et il semble inconcevable que GB n’y soit pas. Mais maintenant à quel rang ? Le match de la semaine 12 chez les San Francisco 49ers aura immanquablement une grande importance dans la course au meilleur rang NFC.

Laf

Y’a de la joie chez les Packers ! (Photo : Evan Siegle)

LES STATS

KC GB

Kansas City Chiefs :

  • Matt Moore (QB) : 24/36 à la passe, 267 yards, 2 TD
  • Lesean Mc Coy (RB) : 9 courses, 40 yards, 4.4 yards par porté, 1 fumble perdu
  • Tyreek Hill (WR) : 6 réceptions, 76 yards
  • Damian Wilson (LB) : 5 plaquages, 1 plaquage assisté, 1 sack, 1 plaquage pour perte
  • 5 sacks
  • Dustin Colquitt (K) : 3 punts, 51.3 yards de moyenne avec un + long à 58 yards
  • 4 retours de kickoff pour 95 yards
  • Efficacité en 3ème tentative : 54 % (6/11)
  • 27 mn de possession de balle

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 23/33 à la passe, 305 yards, 3 TD
  • Aaron Jones (RB) : 13 courses, 67 yards, 5.2 yards par porté ; 7 réceptions, 159 yards, 2 TD
  • Jaire Alexander (CB) : 5 plaquages, 1 plaquage pour perte, 1 passe déviée
  • Za’darius Smith (OLB) : 4 plaquages, 2 sacks, 2 plaquages pour perte
  • Efficacité en 3ème tentative : 61 % (8/13)
  • 1 turnover provoqué
  • 33 mn de possession de balle

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Aaron Jones est devenu le premier coureur Packers dans l’ère du Super Bowl à effectuer un match avec plus de 150 yards à la réception

2 Comments

  1. Green Bay Packers France

    Test : commentaires valides !

  2. Green Bay Packers France

    Pour laisser un commentaire, veuillez réinscrire d’abord vos identifiants de connexion. Vous pourrez ensuite laisser votre commentaire. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.