OTA 2024 : Promesses printanières

Le printemps des entrainements NFL s’est achevé et avec ceux-ci, celui des Packers. Un printemps d’un vrai renouveau dans le Wisconsin. Et ce renouveau semble prometteur.

Dans la suite d’une saison 2023 qui a bluffé les cheeseheads et les suiveurs de la NFL, les Packers sont repartis au charbon pour viser plus haut que ce tour de Division des play-offs qui a surpris toute la NFL (souvenons-nous que Green Bay avait le spot n°7 de la NFC) et qui ne demande qu’à être confirmé (voire surpassé).

ROOKIES NON DRAFTÉS

Après la draft qui a vu les Packers utiliser 11 choix sur notamment 3 OL, 3 S et 2 LB, GB a ensuite fait ses emplettes sur le marché des rookies non draftés avec seulement 8 joueurs pris.

Parmi ces 8 joueurs, Green Bay a pris 2 OL dont Donovan Jennings (de South Florida et à qui GB a donné + de garanties financières que le minimum syndical), 2 DL, un LS des Badgers de Wisconsin et un RB d’Alcorn State (petite fac du Mississippi d’où est sorti un certain Donald Driver) : Jarveon Howard (profil « dans les tranchées »). Y aura t-il dans ces 8 joueurs l’heureux élu qui fera persister la tradition des Packers de signer dans l’effectif des 53 un rookie non drafté, une tradition perpétuée depuis 19 ans maintenant ?

Tous ces rookies se sont retrouvés quelques jours après la draft pour le mini-camp des rookies les 5 et 6 mai derniers. L’ensemble des rookies a été signé, le dernier en lice fut sans surprise le 1er tour Jordan Morgan (OT), signature actée le 13 juin durant le minicamp.

REPRISE DE L’ENTRAINEMENT ET ÉTAT DES LIEUX

Le programme d’intersaison a vu les programmes de préparation physique générale débuter le 15 avril, puis les entrainements sur terrain sans ballon avant de basculer le 20 mai dans les « OTA », entrainements classiques mais sans épaulières et sans contacts. Ces OTA ont duré 3 semaines, à raison de 3 entrainements par semaine dont un ouvert aux médias. Avant de se terminer par le mini-camp de juin, du 11 au 13 juin dernier.

Ce qui a marqué ces OTA est la présence de l’ensemble des joueurs, vétérans inclus. Une assiduité jamais vue sous l’ère Matt LaFleur, avec les dernières années compliquées de Rodgers (qui a d’ailleurs zappé les OTA des Jets ce printemps…) ou encore les bouderies des CB Alexander et Douglas l’année passée.

Côté blessés, on a déjà pu voir s’entraîner Enagbare (OLB) dont la blessure lors du match de wild-card à Dallas (on avait craint une rupture des ligaments croisés) ne fut finalement pas si grave que cela. Par contre, Tucker Kraft (TE) et Zach Tom (RT) sont blessés et ne devraient revenir que durant le camp estival, au mieux. Les deux joueurs ont subi la même blessure : déchirure à un pectoral subie lors d’un exercice de développé-couché. On scrutera l’évolution des blessures des n°50 et n°85, deux joueurs assez essentiels dans l’attaque 2024 des Packers.

Hormis cela, l’ambiance apparait comme excellente. Il faut dire que l’effectif est très jeune et sera à coup sûr le + jeune de la NFL en 2024. C’était déjà le cas en 2023 après le départ de Rodgers. Mais après ceux de Bakhtiari (LT) et Campbell (ILB), les 53 ressembleront à une colonie de vacances où Preston Smith (32 ans en novembre) sera le vétéran de la défense alors que le joueur le + âgé de l’attaque sera… Elgton Jenkins (LG), 29 ans en décembre !

ATTAQUE ET DÉFENSE AU DIAPASON ?

Cette jeunesse sera t-elle triomphante ? Évidemment que oui si on en croit les joueurs. Deux mots résument l’ambition des Packers pour la saison 2024.

Du côté de l’attaque, le mot qui revient, c’est alchimie. Cité par Matt LaFleur et par le QB Jordan Love. Ce dernier n’a pas assez de mots pour dire comment la situation est différente de l’année passée à la même époque. Eh oui, l’année dernière, Jordan Love effectuait ses premiers entrainements en tant que QB1 après le départ de Rodgers officialisé avant la draft 2023. Et cela avec deux WR de 2ème année, encadrant une fournée de WR et TE rookies !

Quand on voit la progression des connexions de Love avec ses cibles durant le cours de la saison régulière, on ne peut que le croire quant au fait que lui et ses WR-TE sont déjà en phase.

Si les cibles de Love sont multiples, on sera plus attentif à Christian Watson, le WR le plus haut drafté par les Packers depuis… 2002. Le n°9 a offert des flashs de talent (rookie offensif NFL du mois de novembre 2022) mais pas encore assez de consistance, d’abord parce que les blessures ne lui ont pas permis de prendre un rythme de croisière (25 matchs joués sur 36 possibles en 2022 et 2023), avec principalement des blessures à l’ischio-jambier.

Devant ses blessures récurrentes dans cette partie du corps, Watson a passé des batteries d’examen à l’université du Wisconsin. Ceux-ci ont permis de révéler qu’il avait une morphologie asymétrique, rendant sa jambe droite moins forte et sollicitant bien plus que la normale sa jambe gauche. Le diagnostic posé, Watson a donc bien plus accentué le renforcement musculaire de sa jambe plus faible. Pour l’instant, le résultat a été convaincant durant ces OTA. À voir sur la durée.

La « WR-TE room » des Packers offre de multiples facettes de talents tout en offrant le coût le plus faible de la NFL pour ces unités : 14 M$ en 2024 pour 7 WR et 4 TE ! Assez savoureux dans une intersaison qui a vu les contrats mirifiques être donnés aux WR : Justin Jefferson (140 M$ pour 4 ans aux Vikings), Amon-Ra St. Brown (120 M$ pour 4 ans aux Lions), A.J. Brown (96 M$ pour 3 ans aux Eagles), Jaylen Waddle (85 M$ pour 3 ans aux Dolphins), DeVonta Smith (75 M$ pour 3 ans aux Eagles) ou encore Nico Collins (73 M$ pour 3 ans aux Texans), entre autres.

Côté défense, le mot qui revient, c’est agressivité. Eh oui, tout cela résulte d’un changement complet de logiciel pour la défense des Packers cette intersaison. Le changement de coordinateur défensif doit faire passer cette défense d’une attitude passive (en prévention du « big play ») à une attitude agressive, quitte ou double. Et cela plait aux défenseurs. Pas de surmenage tactique. Une assignation, une exécution.

Nous verrons si ce nouveau logiciel mettra à profit les qualités d’une défense qui coûte cher, très cher. En effet, avec 150 M$ sur le salary cap 2024 consacrés à la défense, les Packers se hissent sur le podium (derrière les Steelers et les 49ers) des défenses 2024 les plus chères de la NFL. Cela ne peut correspondre à des performance de bas de tableau. Jeff Hafley est un coordinateur défensif néophyte à ce niveau. Et pourtant, on attendra beaucoup de lui pour faire briller cet effectif dans un nouveau schéma 4-3 où la DL titulaire sera constitué de P. Smith – Clark – Wyatt – Gary, si on tient compte des premiers entraînements.

Les DT Wyatt (n°95) et Clark (n°97) seront la base de la nouvelle défense 4-3

LES FINANCES PACKERS RESPIRENT

Niveau salary cap, les Packers voient désormais la vie en vert et or. L’épisode Rodgers (40 M$ de dead cap en 2023) est définitivement purgé. Et GB a épuré sa situation en résiliant le LT David Bakhtiari (toujours sans club), économisant 20 M$, et l’ILB Devondre Campbell (chez les 49ers désormais), enlevant 10 M$ sur le même cap 2024.

GB a près de 27 M$ de « cap space », 7ème NFL. Mais ces économies, les Packers vont devoir les dépenser. Et cela devrait très bientôt arriver avec probablement le plus gros contrat de l’histoire de la franchise à venir pour Jordan Love. Non pas que le QB est le meilleur joueur de l’histoire de la franchise du Wisconsin loin de là, mais il a prouvé en 2023 qu’il pouvait être considéré comme le franchise QB des Packers. Et avec un salary cap qui a explosé à l’intersaison et qui n’a jamais été aussi haut, eh bien les jeunes QB en sont les grands bénéficiaires.

Ainsi, le top 6 NFL des salaires annuels NFL est constitué des contrats donnés aux QB depuis 2023, tous situés entre 51 M$ et 55 M$/an. Tout récemment, Trevor Lawrence, le QB des Jaguars au bilan de 20 victoires – 30 défaites en 3 saisons, a égalé le + gros montant de 55 M$/an détenu par le QB Joe Burrow (Bengals) – (mais en ayant moins d’argent garanti).

Le manager général Brian Gutekunst a confirmé qu’une solution à long terme était en cours de négociation avec Jordan Love. Attendez-vous à un gros contrat dans la tranche des chiffres évoqués ci-dessus, voire peut-être même au-dessus. Eh oui, dans l’inflation galopante d’une NFL à la croissance annuelle digne d’une start-up en plein succès, ces montants annuels ne seront sûrement plus la norme la saison prochaine.

Le cap actuel servira aux Packers pour payer au prix fort son QB sur qui ils ont misé à la draft 2020. Mais il pourrait aussi être utilisé pour offrir un dernier contrat à Kenny Clark, drafté en 2016 et seulement 29 ans en novembre. Libre en 2025, le n°97 pourrait être prolongé mais cette option est moins évidente que l’extension de Jordan Love. Il faudra sûrement quelques matchs dans le nouveau système défensif de GB pour savoir s’il faut miser encore sur Clark, un joueur dont l’éthique de travail n’a jamais été remise en doute.

Hormis Love (QB) et Clark (DT), l’ensemble de l’effectif est bloqué pour les deux prochaines saisons (j’oublie volontairement le Centre Myers, libre en 2025). Ces deux prochaines saisons ressemblent donc à une belle fenêtre de tir pour des jeunes Packers qui ont dépassé toutes les espérances en 2024. Et cette fenêtre de tir pourrait bien se prolonger si la cuvée de draft 2024 et les prochaines portent leurs fruits.

Les Packers sont maintenant en vacances studieuses jusqu’au 22 juillet prochain, date de la reprise pour le camp d’entraînement estival 2024 ! Avec finalement comme tous les ans, beaucoup d’ambitions !

GreenBayPackersFrance

5 Comments

  1. ArnaudCDN

    Excellent résumé, comme d’hab’, mais du coup, rien à ajouter…

    Nan, j’déconne 🙂
    Mais peu de choses à ajouter quand même.

    Bon, je me suis abstenu de commenter à chaud la draft qui m’a laissé très dubitatif, avec plusieurs choix discutables et dans l’ensemble une stratégie « petit bras », et pour le moment, de ce qu’on a pu entrevoir des OTA, ça a globalement confirmé mes premières impressions.
    Alors oui, entrainements sans contacts, toussa toussa, tout le monde il est formidable et finira pro-bowler, ok ok, mais il me semble qu’il y a quand même des enseignements à tirer.
    Je vais donc faire d’une pierre deux coups, commenter la draft au regard des premiers echos des OTA:

    Jordan Morgan a visiblement un peu de mal pour le moment, comme beaucoup le prévoyaient, notre premier tour va avoir du boulot avant de s’imposer, ce qui semble donner raison à ceux qui lui préféraient Barton ou ceux qui comme moi auraient préféré trade down pour prendre un CB.
    Le garçon a l’air sympa, motivé, heureux d’être un Packer, mais prendra-t’il ne serait-ce que 10% des snaps offensifs cette saison?
    C’est maigre pour un premier tour… encore…
    Bon, je lui souhaite sincèrement de me donner tort.

    Edgerrin Cooper, mon chouchou a lui confirmé son statut de meilleur LB de la draft. Explosif, intelligent avec un gros moteur, il devrait rapidement faire beaucoup de bien à notre défense.

    Javon Bullard: je crois qu’on est nombreux a en avoir marre des défenseurs de Georgia alors son pick fut plutôt une déception pour moi, mais avec le recul, je suis curieux de le voir en action. Clairement un choix pour le futur « système Haffley » il semble s’être rapidement mis au diapason, et pourrait bien être une bonne surprise.
    Ce que je crains, c’est d’avoir un autre gars de Georgia qui certes fait le job, mais pas d’étincelles. Ce serait quand même une amélioration par rapport à l’année dernière.

    MarShawn Lloyd; je ne m’attendais pas à ce qu’ils prennent un RB si haut avec la prolongation de Dillon, je ne me suis pas interressé aux RB annoncés top 100. Pas chaud au départ, les échos plutôt très favorables des OTA me laisse penser qu’on a peut être là un RB d’avenir. Il va avoir du boulot mais le potentiel semble là, tout comme le temps de dévelloppement nécessaire.

    Ty’Ron Hopper. LE pick WTF de Gutekunst, que personne n’attendait si haut et dont je me demande bien à quoi il va servir. Il n’a impressionné personne pendant ces OTA et si le montage comparatif le montrant faire le même exercice que Cooper n’est pas truqué, soit Cooper est un extraterrestre, soit Hopper est très loin du compte.
    A quoi va t’il servir? je crains qu’on ait payé très cher un mec random, et si on l’a pris pour la ST, ben Bisaccia n’aura plus d’excuses si ça flop.
    Encore une fois, je ne souhaite que me tromper, mais quand on voit qui étaient encore dispo au pick 91, ce choix pue les futurs regrets.

    Evan Williams. Encore un choix bien précoce, mais au contraire de son prédecesseur, lui aura plutôt fait bonne impression. Mais, là encore, un pick du quatrième tour pour la ST, c’est cher payé.
    Bisaccia, va falloir te sortir les doigts et faire progresser cette ST maintenant!!!

    Jacob Monk. Il n’était pas dans mes radars mais j’ai plusieurs fois entendu citer son nom comme sleeper de cette draft. Il n’a pas vraiment fait parler de lui et c’est plutôt bon signe , pas évident de voir le potentiel des linemen sans les pads à ce stade, au contraire des boulettes. Il sera peut être un bon pick de devellopement, à condition de le tenir éloigné de l’eau fraiche :-))

    Kitan Oladapo. Un autre de mes chouchous, je voulais vraiment un safety costaud capable de se coltiner les TE et gros WR adverses. j’espère que sa blessure légère sera du passé le mois prochain. j’attends de lui rapidement un impact en rotation et en ST.
    Là, c’est moi qui espère ne pas me tromper.

    Travis Glover. Comme Monk, pas vraiment fait parler de lui donc plutôt bon signe même si son Cv est moins flatteur.
    J’aurais préféré qu’on adresse le besoin en linemen au pick 91, et je suis aussi davantage intrigué par l’UDFA Jennings. Wait and see…

    Michael Pratt. Clifford a du soucis à se faire, même avec de multiples drops des receveurs de la troisième équipe, il a impressionné, réussira-t’il à foutre dehors le WTF pick 2023 de Gutekunst?
    réponse au prochain numéro.

    Kalen King. Heureusement que c’est un 7ème tour parceque lorsque les supporters de Penn State viennent commenter sur les sites ou chaines YT consacrés aux packers qu’ils sont « désolés pour nous », c’est jamais bon signe.
    Il n’a pas fait parler de lui, je sais pas si c’est bon signe mais il y avait tellement de prospects interessants à prendre avant au poste de corner…
    Pour le coup, j’aurais préferé qu’ils adressent ce besoin avant et qu’ils prennent Jennings à la place de King.

    Pour conclure, un mot sur Bo Melton qui a été chaud comme la braise pendant tous les OTA, un bienvenue à notre futur nouveau président, Ed Policy, et une question à vous autres, amis lecteurs:
    Pour vous, quel est désormais le point faible de l’effectif? (à part le kicker bien sur! 😉 )

  2. Guile

    Généralement, je mets assez peu d’enthousiasme (gros euphémisme) à commenter les OTA vu que, comme tu l’indiques Arnaud, tout le monde est incroyable, impressionnant, magnifique et tout ce que tu veux.

    Déjà, que je trouve que, de manière générale, les américains trouvent « Amazing ! » un truc lambda alors pendant les OTA c’est la foire à la saucisse. C’est limite si tu vas pas avoir un mec qui va s’extasier parce qu’un rookie est sorti du vestiaire avec la bonne tenue et les chaussures bien lacées.

    Mais bon comme tu as demandé quel était le point faible de l’effectif, je me sens un devoir de répondre pour faire vivre le débat 🙂
    Perso, je pense que le point faible de l’effectif c’est le GM suivi d’assez près par le Head Coach.

    Je m’explique :

    GM : Si on devait noter les GM de toutes les franchises, je pense pas que Gute serait dans la première moitié (et de loin). Je lui demande pas d’être un GM de génie mais juste de pas se faire enfumer par n’importe quel pékin à chaque draft (où tous ceux qui draftent juste avant ou juste après nous donnent l’impression de se foutre de notre gueule), d’arrêter les rushs débiles sur les mecs de Georgia ou ses chouchous et d’arrêter de drafter en avance ou de sur-drafter des postes ce qui nous posera problème dans quelques années à la fin des contrats rookie (cf. la draft spéciale WR de l’année dernière).
    Et j’ai regardé son historique de draft pour voir combien de gars sont encore présents quelques années après, et bah ça fait peur :
    – 2018 : 1 (Alexander) : je crois qu’on rigole encore de Josh Jackson, Oren Burks, J’m Moore ou notre super punter JK Scott.
    – 2019 : 2 (Gary et Jenkins). Ils ont arrêté la blague Savage et les autres sont plus ou moins portés disparus
    – 2020 : 2 (Love et Dillon mais juste parce qu’on a pas trouvé mieux). Runyan est pas conservé, Deguara était un TE en mousse et les autres sont aussi portés disparus.
    – 2021 : 5 (Stockes qui est blessé depuis plus d’un an, Myers qui est nul, Newman encore plus, Slaton et mcDuffie)
    Après, ça devient trop récent, les mecs sont en contrat rookie mais bon au final, si tu enlèves Dillon qui est sur un contrat court, tu as 4 joueurs depuis 2018 qui ont été renouvelé (ou en passe de l’être avec Love), ça fait pas cher payé pour ce génie (auto-proclamé) de Gute.

    Head Coach : Dans le fond, je trouve que LaFleur c’est un type sympa. Je pourrais même faire un barbecue avec lui. Par contre, niveau entraîneur qui va faire passer tes joueurs au niveau au-dessous, leur donner le supplément de confiance nécessaire ou sortir le jeu qu’il faut au moment où il faut pour feinter l’adversaire, là il n’y a plus personne. De mon point de vue, il va être tiré par ses joueurs au Superbowl mais pas les emmener. Il ne sait pas s’adapter si son plan ne marche pas, il ne sait pas essayer quelque chose de nouveau si le match tourne en sa défaveur (remember le match de Divsional contre les 49ers, franchement qui n’a pas vu la défaite rageante arrivée de loin). Il est incapable de parler football à une conférence, c’est juste des poncifs ridicules. Bref un bon coach genre moyen-courrier mais pas un grand coach.

    Après niveau joueurs, le corps de CB inquiète un peu (est-ce que Alexander va retrouver son niveau avec le nouveau DC, est-ce que Stockes va sortir de l’infirmerie de manière pérenne) et l’OL est un peu en chantier parce que le staff s’amuse à bouger des joueurs sur tous les postes parce que c’est plus marrant d’avoir des moyens polyvalents que des bons spécialistes. L’espèce de débat sur le replacement de Zach Tom en Centre parce qu’il serait All Star à ce poste est soit une vaste blague soit une fumisterie afin de chercher à faire oublier qu’on a drafté Myers à la place de Creed Humphreys parce que Gute crois qu’il est un génie.

    En tout cas, tu as réussi à me faire écrire un pavé sur un article OTA et ça c’est un exploit 🙂

  3. ArnaudCDN

    Salut Guile
    C’est vrai que d’habitude, je m’en bat les c… aussi des OTA, mais depuis le départ de Rodgers, j’avoue que je suis à nouveau « chaud patate » pour nos Packers, sentiment renforcé dès la fessée mise aux oursons en week 1 l’année dernière, évidemment aussi par la fin de saison mais également après la série de défaite de la première moitié de saison où j’avais vraiment envie de supporter cette jeune équipe en construction.

    Et puis comme le dit Julien dans l’article, entre l’assiduité des vétérans à ces OTA, et le renouveau attendu en défense, j’ ai été particulièrement attentif à ces OTA, sans non plus tomber dans l’extase béate de certains commentateurs US comme tu le soulignes.
    D’ailleurs nos amis de la windy city m’ont encore bien fait marrer, Caleb Williams n’a pas encore lancé un ballon en NFL mais certains l’annonce quasiment déjà comme top 5 QB de la ligue…

    Sinon pour ta réponse que je n’ai pas vu venir puisque cela concerne le hors terrain, tu pointes effectivement un sujet important.
    Pour moi, l’apport majeur de Gutekunst, c’est surtout le changement de politique en FA, et je pense qu’il faut le remercier pour cela, mais concernant les choix de draft, je serais encore plus dur que toi.
    Des soucis de santé m’ayant bloqué à la maison cet hiver, j’ai eu le temps de suivre à fond l’ensemble du processus draft de près pour la première fois, j’ai aussi fait le bilan des draft passées et pour moi il est mauvais, à quelques exceptions près, c’est empilage d’erreur de casting, de mecs random ou carrément hors sujet.
    Tu as cité des noms, je vais en rajouter, Cole Madison, Kadar Hollman, Kamal Martin, Amari Rodgers, Cole van Lanen… ok, on lui demande pas de faire un perfect tous les ans, juste d’arreter les conneries au bout d’un moment (j’ai pas un mot à ajouter sur ce que tu dis de ses lubies ou « stratégie »).
    Hopper, King cette année ou Clifford l’année dernière, je n’y crois pas une seconde!
    Avec une amélioration sur les chois en 2022 et 2023, j’ai naïvement crus qu’il avait appris de ses erreurs et cette année, bim, rebelote!!!
    Le seul point de désaccord que j’aurais avec toi est l’empilement des WR de l’année dernière, c’était un besoin et il y avait de la qualité et de la profondeur alors je ne vois pas le problème (mais sois sympa avec moi, ne me parle pas de Brian Branch 😉 )
    Enfin, j’ai un peu peur que le choix de J.Love lui serve de paratonnerre pendant de longues années.

    Lafleur, malgré son bilan statistique flatteur, n’est pas considéré comme un HC top 10 de la ligue, c’est pas pour rien.
    Pour le moment je ne désespère pas de le voir progresser et s’améliorer. Il y a des moments où on voit qu’il perd pied, c’est clair, mais j’ai plutôt apprécié de le voir évoluer avec Jordan Love au fil de la saison. Les deux ont d’ailleurs encore presque tout à prouver, si on sort de la hype et de l’enflammade due à la seconde partie de saison.
    Je lui fais encore confiance pour mener ce projet avec Love, mais si rien ne s’arrange dans les deux prochaines années, il ne faudra pas trainer pour passer le relais à quelqu’un d’autre.

    Donc pas un point faible pour moi LaFleur.
    Pour Gutekunst, la question se pose, d’autant plus que pour moi le point faible de l’équipe, c’est le corps de CB, et c’est lui le responsable.

    Chacun des membres de cette escouade pose question, alors que l’on s’apprete à batailler dans une division où l’on trouve des WR et TE de très haut niveau. Quand je vois les noms des gars que les Bears, Vikes et Lion vont aligner, j’ai pas envie de rigoler.
    C’est quoi son niveau à Alexander, joueur surcôté ou top 5 CB de la ligue?
    Valentine va t’il confirmer son excellente première saison?
    Nixon, euh… Nixon???
    Ballentine peut-il devenir un solide titulaire en cas d’absecnce ou de nullité des joueurs cités plus haut?
    Stokes peut-il revenir à la vie?
    King va t’il passer le cut des 53?

    Alors, je sais pas si le staff a je ne sais quel projet farfelu de faire passer Bullard, Williams ou un autre en CB, mais pour le moment, ce groupe me fait peur.

    Pas inquiet pour la Oline, ils ont fait du bon boulot l’année dernière, je leur fait confiance.
    Mais si je pouvais remplacer les picks de Morgan, Hopper et Williams par ceux de Cooper Dejean, Tanor Bortolani et Javon Foster, j’hésiterais pas une seconde.
    Pourquoi Newman est encore dans l’effectif par contre?
    Mais enfin, la légendaire porte de saloon de la Oline doit à jamais rester Don Barclay!!!

    En tous cas merci de ta réponse, pour faire vivre le débat ;-), on est entré dans le mois de la mort ou les seules news qui vont arriver seront mauvaise (blessure, soucis extra sportif – coucou les Chiefs 🙂 ), et je suis déjà impatient d’être au premier match de présaison, non, même pas, je suis impatient d’être à la Family night 🙂 !
    ça va être long.

    Go Pack Go

  4. Guile

    @Arnaud : Je ne dis pas que la draft de tous les WR de l’année dernière (et de l’année d’avant) n’étaient pas nécessaire vu qu’elle l’était vraiment au niveau de l’effectif à cause :
    – De mauvaises drafts précédentes sur le sujet (Amari Rodgers)
    – De joueurs qu’on ne pouvait plus garder car on les a tellement pressé avec des contrats ridicules qu’ils sont allés voir ailleurs dès qu’ils en ont eu l’occasion (Lazard)
    – De transferts de joueurs qui ne voulaient plus rester (Adams)

    Ce que je reproche sur ce coup-là c’est le manque de vision en amont et en aval.
    – En amont, parce que les drafts pré-2022 étaient soit pauvres en WR soit ils étaient nuls (tu as 3 WR draftés en 2018 dont seulement MVS est allé au bout de son contrat de rookie puis rien jusqu’à 2021 et A.Rodgers). Donc tu es obligé de drafter en urgence 2 fois 3 WR dans les drafts 2022 et 2023.
    – En aval parce qu’en 2024 tu n’en drafte aucun et qu’au final, vu qu’ils ont l’air bons, tu vas te retrouver à les avoir tous (ou presque) en fin de contrat rookie en même temps et donc tu ne pourras pas tous les garder parce qu’ils iront chercher de l’argent ailleurs. De mon point de vue, c’est le rôle du GM d’anticiper que le contrat rookie dure quelques années et qu’il a un salary cap à respecter donc qu’il ne doit pas se retrouver avec un max de joueurs (surtout sur le même poste) en fin de contrat rookie en même temps.

    En résumé, c’est plus la gestion/vision à long terme (enfin plutôt le manque de vision) que je pointais dans mon commentaire.
    Gouverner c’est prévoir comme on dit mais là, cela ressemble parfois à de la gestion à la petite semaine.

  5. ArnaudCDN

    @Guile

    Oui, je comprends, d’ailleurs, cette même gestion de l’effectif conduit à drafter 3 safety plus un gros FA cette année (avec un millésime moyen en terme de qualité et profondeur) et l’année prochaine ce sera un rush sur les CB…

Laisser un commentaire