vikings-vs-packers-logos-large

Pour cette semaine 8, les Packers accueillent leur rival de division qui a été leur ennemi principal en NFC North ces 15 dernières années : les Minnesota Vikings. Un match qui a tout du match du rachat pour les Packers dont la saison semble bien mal engagée après deux dernières défaites par moins de 4 pts.

RIVALITÉ TEST

Dans une NFC North dont on savait que les Lions pouvaient prendre le sceptre, Packers (2-4) et Vikings (3-4) sont bien décevants. Cependant, ils sont dans une dynamique opposée : 3 défaites de suite pour les Packers dont la dernière contre un des pires bilans NFL (Denver Broncos), 2 victoires de suite pour les Vikings dont la dernière contre les San Francisco 49ers qui présentaient alors le meilleur bilan NFL (avec Eagles et Dolphins).

Le match a tout du rachat pour les Packers. Recevoir les Vikings au Lambeau Field n’est jamais anodin, surtout dans le contexte actuel et sachant que les deux dernières visites des violets au Lambeau Field se sont soldées par des déculottées pour Minnesota (41-17 en 2022 et 37-10 en 2021). Mais ça, c’était avec Aaron Rodgers aux commandes.

Comme ce le fut contre les Bears en week 1, Jordan Love va être encore + scruté qu’à l’accoutumée et ne manquera pas d’être châtié par la communauté de fans adverses prêts à se repaître d’une attaque Packers en construction après avoir trop souvent subi la loi du n°12.

Pour cela, paraît-il que Jordan Love aurait son attaque au complet. Je n’en peux plus d’écrire cela car chaque semaine est une déception, et notamment sur la présence active d’Aaron Jones. Le n°33 a cependant affirmé cette semaine qu’il ne s’était jamais senti aussi bien depuis sa blessure à l’ischio-jambier au 4ème quart-temps de la week 1. Jouera t-il comme un RB 1 avec les mises en jeu qui vont avec ? On ne le saura qu’à la mi-temps du match.

De toute manière, Matt LaFleur serait bien inspiré de donner plus d’opportunités à Jordan Love (QB) et arrêter le run-run-pass qui ne vaut que si on a dans sa manche une des meilleures OL en run block de la ligue. Les Packers ont juste tout le contraire en ce moment.

On attend donc que Jordan Love soit plus impliqué dès la 1ère mi-temps en utilisant toutes ses armes, dont la polyvalence d’Aaron Jones (course ou passe). J’ai un doute malgré tout sur la présence de Musgrave (TE), incertain en raison d’une entorse à la cheville la semaine passée.

Même si elle est bien meilleure en pass protection qu’en run block, l’OL Packers aura fort à faire face à l’équipe qui blitze le + (et de loin) en NFL. Ainsi, les 3 DL Vikings (dont l’ex-Packer Dean Lowry toujours aussi mauvais) doivent bloquer un maximum pour permettre les blitz des LB Danielle Hunter (OLB), DJ Wonnum (OLB) et Jordan Hicks (ILB).

Cette tactique agressive est à double tranchant. Beaucoup de sacks (7ème NFL) et de pressions mais aussi pas mal de yards encaissés à la passe (22ème NFL).

Quand cela marche, le blitz permet de ne pas exposer le manque de talent à certains postes défensifs, notamment au poste de CB. Mais attention toutefois pour GB à ne pas se faire surprendre par la bonne paire de safeties composée du vétéran Harrison Smith au côté duquel éclot le jeune Camryn Bynum, 2 INT contre les 49ers et qui prend la place d’un Lewis Cine, 1er tour 2022 mais toujours embêté par les blessures.

En fait, cette défense agressive a été efficace contre les Chicago Bears, les Carolina Panthers ou les San Francisco 49ers : des jeunes QB pas aidés par leur OL (le QB des Niners Brock Purdy était orphelin de son LT All-Pro Trent Williams). Contre les Chargers de Justin Herbert et les Chiefs de Patrick Mahomes, ce fut déjà un peu plus compliqué.

L’approche « blitz-heavy » des Vikings va donc être un bon révélateur pour Jordan Love (s’il n’est pas lâché par son OL).

UN ADVERSAIRE POUR MIEUX SE METTRE EN VALEUR ?

La défense des Packers va quant à elle affronter la 2ème attaque aérienne NFL en terme de yards totaux. C’est donc un sacré challenge que va se farcir la… 3ème défense aérienne NFL en terme de yards totaux. Etonnant, non ? Surtout que GB n’a jamais pu aligner ses lignes secondaires au complet, avec un Eric Stokes (CB) qui est reparti sur injury report à peine sorti de liste PUP et un Jaire Alexander (CB) absent la dernière rencontre.

Alors oui, la défense aérienne de GB a de bonne stats. Mais c’est d’abord parce que GB prend l’eau à la course et aussi parce que cette bonne défense aérienne l’est par un excès de prévention. Bien qu’affichant un 5ème rang NFL en terme de blitz effectués, les ligne secondaires sont trop souvent occupées à ne pas encaisser le big play plutôt que de défendre l’action au + près, ce qui est parfois rageant sur 3ème tentative.

Mais bonne nouvelle, les Vikings n’ont pas leur star n°1 blessée à l’ischio-jambier (eh oui, ça arrive ^^) : Justin Jefferson. Le WR, choix n°22 de la draft 2020 est maintenant la pierre angulaire de MIN. Les Packers l’ont appris à leurs dépens la saison dernière en semaine 1 quand celui-ci leur avait passé 184 yards et 2 TD.

La présence de Jefferson et l’arrivée en 2022 du nouveau head coach à vocation offensive Kevin O’Connell ont réorienté les Vikings vers l’attaque à la passe, eux qui avaient traversé les 15 dernières années avec plutôt une grosse défense et un run game emmené par le futur Hall of Famer Adrian Peterson (2007-2016 chez les Vikings).

Tellement que MIN est l’équipe NFL qui passe le + en NFL : 69 % de ses jeux appelés. Et la blessure de Jefferson n’y a rien changé. Le rookie de 1er tour Jordan Addison (WR) a pris le relais, surtout la semaine passée contre les 49ers avec 123 yards et 2 TD (même si un TD de 60 yards était évitable si le défenseur avait joué la déviation plutôt que l’interception permettant à Addison de lui arracher le ballon des mains).

Normalement, Alexander (CB) sera de retour et devrait donc faire apprendre le métier au rookie, du moins on l’espère. Les lignes secondaires se présenteront avec un nouveau S, Jonathan Owens (Savage sur IR), et un Rasul Douglas (CB) juste très bon mais trop esseulé.

Le point fort de l’attaque MIN est donc le point fort de la défense de GB. C’est donc normalement bon signe pour GB, surtout que les Vikings ont une attaque au sol faiblarde, maintenant que Dalvin Cook (RB) est parti s’enterrer aux Jets.

En étant 22ème équipe NFL en terme de yards par course mais surtout avec aucune course de + de 20 yards (32ème NFL) et 0 TD à la course (32ème NFL), voilà un profil de MIN qui devrait convenir à la défense de GB. Méfiance malgré tout quand on a la 25ème défense NFL contre la course (en yards par course).

Cependant, pour prendre l’ascendant sur l’attaque de MIN, il faudra percer la protection de Kirk Cousins (QB). Celui-ci joue son meilleur jeu sans pression, ce que lui offre cette année son OL en chantier depuis plusieurs années avec plusieurs hauts choix de draft dépensés.

Mais après avoir été dans la moyenne en 2022, celle-ci est plutôt maintenant dans le top 10 avec une top paire d’OT. Christian Darrisaw (LT), 1er tour de draft 2021, a bien appris son métier et est désormais un des meilleurs LT en NFL alors que O’Neill (RT) est le 2ème meilleur élément de l’OL.

Il faudra que le pass-rush de GB force l’intérieur de l’OL, meilleur que l’année passée, si elle ne veut pas que Cousins découpe la défense en jouant dans un fauteuil. Preston Smith (OLB) devrait avoir du mal contre Darrisaw mais personne ne fait peur à Gary (OLB), et surtout pas O’Neill (RT).

Le temps accordé à Cousins sera la clé de l’équation à résoudre pour la défense Packers. D’autant plus que Cousins décoche plutôt rapidement ses ballons en visant avant tout l’entre-jeu, en témoigne une attaque Vikings, 4ème NFL en yards après réception. Cette partie est toujours le talon d’achille de la défense aérienne alors que les Vikings compte en leur sein le bon TE T.J. Hockenson. Je compte sur le retour de De’Vondre Campbell (ILB) pour mieux gérer cette partie du terrain mais aussi mieux gérer les ajustements nécessaires juste avant les mises en jeu.

Gros match à enjeu pour les deux équipes, à la croisée des chemins pour cette mi-saison. Une défaite au Lambeau Field face au rival de NFC North serait du plus mauvais effet et donnerait un bilan de 2-5, ce qui compte tenu du calendrier à venir, serait décourageant.

NFL: Minnesota Vikings at Green Bay Packers

LES COMPOSITIONS PROBABLES

GREEN BAY PACKERS

Attaque :

Love (QB) – A. Jones (RB) – R. Walker (LT) – E. Jenkins (LG) – Myers (C) – Runyan Jr (RG) – Tom (RT) – Musgrave (TE) – Watson (WR) – Doubs (WR) – Reed (WR)

Défense :

Clark (DT) – T.J. Slaton (DE) – Wyatt (DE) – Gary (OLB) – Campbell (ILB) – Q. Walker (ILB) – P. Smith (OLB) – Douglas (CB) – Alexander (CB) – Ford (FS) – Owens (SS)

MINNESOTA VIKINGS

Attaque :

Cousins (QB) – Mattison (RB) – Darrisaw (LT) – Cleveland (LG) – Bradbury (C) – E. Ingram (RG) – O’Neill (RT) – T.J. Hockenson (TE) – Addison (WR) – Powell (WR) – K.J. Osborn (WR)

Défense :

H. Phillips (DT) – Lowry (DE) – Bullard (DE) – Hunter (OLB) – Asamoah (ILB) – Hicks (ILB) – DJ Wonnum (OLB) – A. Evans (CB) – B. Murphy (CB) – Bynum (FS) – H. Smith (SS)

Coup d’envoi dimanche 29 octobre 2023 à 12h00, heure locale, 18h00, heure de Paris (changement d’heure).

GreenBayPackersFrance