Week 17 ~ GB – MIN : La croisière s’amuse

Green Bay Packers – Minnesota Vikings : 37 – 10

2ème TD d’A.J. Dillon portant le score à 37-10 (Photo : Evan Siegle)

Le paquebot vert et or Packers a percuté un petit drakkar violet sans capitaine (le QB Cousins) qui a sombré petit à petit au fil du match dans la banquise wisconsienne (- 12 °C durant le match) sous les « hourra » d’une marée humaine toute à sa joie.

UN ADVERSAIRE PAS À LA HAUTEUR

Un être vous manque et tout est dépeuplé. C’est ce qu’ont dû se dire les fans des Vikings, tellement leur équipe sembla démunie sans leur QB titulaire. Non pas que je porte Kirk Cousins dans mon coeur (loin de là !), mais son absence (pour cause de Covid) avait en fait scellé le sort du match avant son coup d’envoi.

Car son remplaçant, le QB 2 Sean Mannion, fut tellement limité dans ses capacités que jamais la défense des Packers ne put le prendre réellement au sérieux. Du coup, elle a pu appliquer son plan anti-Cook (RB) comme prévu. Et comme sur la 1ère mi-temps du match aller, cela a terriblement bien marché.

Cook annihilé, l’entraîneur adverse Mike Zimmer n’a pas su faire confiance à son QB et est resté scotché à un plan « run-run-pass » complètement attendu et donc inefficace.

Et comme la défense VIkings 2021 n’est plus que l’ombre de celle qu’elle a été (et même une des pires NFL cette année) avec les seuls Kendricks (ILB) et H. Smith (SS) surnageant dans ce marasme, l’attaque des Packers a pu se faire plaisir.

Cependant, le turbo diesel vert et or a dû se préchauffer un peu même si dès le 1er drive, on voyait des trous béants dans la défense violette que ce soit face à la course ou à la passe.

Mais en NFL, il suffit parfois d’une action pour changer le cours d’un drive. Ainsi, Deguara « droppait » le TD sur le 1er drive. Sur le 2ème drive, des mauvais blocks en 3ème tentative empêchaient une course d’Aaron Jones de se développer. Matt LaFleur fit l’audacieux sur 4ème et 3 à 11 yards de l’en-but et la passe pour Adams n’aboutissait pas.

Sur le 3ème drive, c’est Royce Newman (RG) qui manquait son assignation, laissant le DT adverse se ruer sur A.J. Dillon (RB) et le plaquer avant la ligne de mise en jeu sur 3ème et 1.

Enfin, sur le 4ème drive, Rodgers n’arrivait pas à se connecter avec Adams sur 3ème tentative.

Bilan du 1er quart-temps et demi en 4 drives Packers : 2 fields goals (6-0)

Mais comme dit auparavant, les Vikings n’avançaient pas, c’en était même alarmant : ils ne dépassaient pas le milieu de terrain sur leurs 4 premiers drives !

La bascule se faisait sur le 5ème drive avec une action d’éclat, et un poil chanceuse, de Rodgers pour Lazard. Avec un Barr (OLB) déboulant sur lui (mauvais block d’A.J. Dillon), Rodgers lançait une passe lobée pas méga précise, mais sur laquelle Allen Lazard s’ajustait parfaitement pour capter le ballon, lui qui avait suivi le ballon du regard au contraire de son défenseur. Touchdown. (13-0)

Après un « 3 and out » provoqué par un sack de Preston Smith (OLB), les Packers en rajoutaient une couche dans le « 2 mn warning » avec un show Adams (3 réceptions pour 47 yards dont le TD). Le tout en 1 mn. (20-0)

Les Vikings montraient un semblant de vie, Mannion (QB) obtenant notamment un first down à la course. Cela permettait à MIN de passer enfin la ligne médiane… à 22 secondes de la mi-temps ! Greg Joseph enquillait un FG de 51 yards, le + long jamais marqué au Lambeau Field pour un match du mois de janvier. (20-3 à la mi-temps).

UNE SECONDE MI-TEMPS POUR LE PLAISIR

Hormis quelques actions d’éclat (d’Adams notamment), les Packers n’avaient pas spécialement impressionné et pourtant ils avaient déjà plus de deux possessions d’écart. Un avantage qu’ils allaient vite fructifier.

Après un « 3 and out » des Vikings pour ouvrir la seconde période, les Packers se mettaient de suite à l’endroit avec le + long retour de punt de l’année : 21 yards (^^) effectués par la nouvelle recrue David Moore, un WR recruté quelques jours plus tôt qui ne semble pas rapide mais plutôt sûr dans ses mains et dans ses tracés. Avec une pénalité supplémentaire contre MIN sur ce retour, Rodgers reprenait le ballon en étant déjà en position de field goal.

Après Adams, ce fut le show d’A.J. Dillon : 4 courses consécutives pour 22 yards et le TD tout en force, histoire de démobiliser définitivement la défense Vikings. (27-3)

MIN tentait de sauver les apparences avec une attaque accélérée mais elle tombait sur un os : le show de De’vondre Campbell (ILB), omniprésent.

La ligne offensive de GB laissait souvent pas mal de temps à Rodgers. Mais elle n’était pas exempte de quelques rares erreurs. On a parlé de Newman (RG), il y eut aussi Runyan (LG) qui laissa un défenseur s’infiltrer en milieu de ligne sur 3ème et 3. Conséquence : un lancer précipité de Rodgers qui ne trouva pas Valdes-Scantling (WR). FG. (30-3)

Finalement, MIN marquait son touchdown… sur leur 9ème drive ! Et encore, il fallut un « QB sneak » sur 4ème et 1 puis un coup de flipper incroyable : un plaquage rude d’Amos faisait échapper le ballon des mains du receveur, ballon qui retombait plusieurs yards en arrière dans les mains du Centre pour un gain de… 21 yards. Ce gain fut le plus important du match pour MIN : tout un symbole. Mannion (QB) trouvait bien K.J. Osborn (WR) en « middle zone », Savage (FS) manquant son plaquage, en voulant tenter (une fois de plus) de dévier la passe. (30-10)

On attaquait le 4ème quart-temps et il y a bien longtemps que le match était devenu une grande fête pour les supporters. Leurs joueurs préférés allaient encore les récompenser d’un dernier TD.

Avec de nouveau un A.J. Dillon percutant dont le physique est idéal pour les joutes glaciales : 3 courses pour 19 yards et 2 réceptions pour 20 yards. Rodgers obtenait une 3ème tentative à la course qui faisait oublier son petit doigt de pied blessé. Et A.J. Dillon faisait exulter Lambeau Field par un TD de 7 yards à la course où il emportait les défenseurs violets dans une similarité troublante avec sa prestation de l’avant-dernière journée 2020 où il éclata à la face de la NFL dans le large succès des Packers face aux Titans du Tennessee. (37-10)

Il restait encore 8 mn 40 mais MIN ne fit rien de ses deux derniers drives. Krys Barnes (ILB) manquait même un « pick-6 » tout fait qui aurait humilié les Vikings.

Quant aux Packers, même Jordan Love (QB) « brillait » en menant un dernier drive de 5 mn 30, complétant quelques passes en 3ème tentative, tout en étant soutenu par le RB 3 Patrick Taylor (6 courses, 18 yards).

QUELLE SUITE ?

Il n’a manqué que quelques connexions bien assurées, particulièrement en « redzone », pour que le match soit parfait et une punition pour les Viqueens. L’attaque a retrouvé un « style LaFleur » où les courses servent des « play action » parfois magiques d’Aaron Rodgers. Un effet des températures négatives ?

Après, se pose la question de l’adversité. Et MIN parut bien démuni, comme s’ils s’étaient préparé à ce match perdu sans leur QB 1, alors qu’ils avaient pourtant la qualification pour les play-offs sur le gril. Play-offs 2021 dont ils sont désormais définitivement éliminés.

Les Vikings réussissent même la gageure à avoir un bilan négatif (actuellement 7-9) avec un QB à + de 30 TD, un RB à + de 1.000 yards et un WR à + de 1.500 yards. C’est une première dans l’histoire de la NFL.

Quant aux Packers, comme en 2020, ils effectuent une prestation très convaincante à l’avant-dernière journée de la saison, faisant le plein de confiance pour les play-offs.

Mais contrairement à l’année passée, la dernière journée comptera pour du beurre, la victoire des Packers sur les Vikings accompagnée de la victoire des Arizona Cardinals chez les Dallas Cowboys leur assurant la place de n°1 NFC à GB.

Se pose alors la question d’aligner ou non une équipe-type pour un match sans enjeu chez les Detroit Lions en semaine 17. La peur n’évitant pas le danger, je serai plutôt d’avis de faire jouer quelque peu les titulaires (une mi-temps par exemple). Sinon, ces derniers effectueraient une pause de 3 semaines sans match. Et la dernière fois que cela était arrivé, en 2011, les Packers avaient été cueillis à froid (en multipliant les fumbles) chez eux face aux New York Giants, futurs vainqueurs du Super Bowl.

On espère que ce dernier match face aux Lions sera l’occasion de faire jouer les grands blessés de cette saison 2021. S’il devait y avoir retour, je serais plus optimiste pour Billy Turner (RT) et David Bakhtiari (LT) que pour Alexander (CB) qui certes court, mais ne plaque pas encore. Quant à Za’darius Smith (OLB) et Josh Myers (C), leurs retours sont encore plus hypothétiques.

À la liste de ces absents potentiellement de retour ces prochaines semaines, la saison de n°1 NFC des Green Bay Packers apparaît encore plus impressionnante que son bilan, déjà le meilleur en NFL. De quoi faire de Matt LaFleur un « coach of the year » ? Pourquoi pas ?

Quant à Aaron Rodgers, il a marqué quelques points supplémentaires face aux Vikings dans la quête d’un 4ème titre MVP. Et il serait bien tenté justement d’ajouter quelques TD en + contre les Lions pour définitivement acquérir cette distinction.

LES STATS

Green Bay Packers :

  • Aaron Rodgers (QB) : 29/38 à la passe, 288 yards, 2 TD
  • Aaron Jones (RB) : 8 courses, 76 yards, 9.5 yards par porté ; 5 réceptions, 30 yards
  • A.J. Dillon (RB) : 14 courses, 63 yards, 2 TD, 4.5 yards par porté
  • Davante Adams (WR) : 11 réceptions, 136 yards, 1 TD
  • 481 yards offensifs
  • 0 sack concédé
  • De’vondre Campbell (ILB) : 7 plaquages, 1 plaquage assisté, 1 plaquage pour perte
  • Preston Smith (OLB) : 3 plaquages, 1 plaquage assisté, 2 plaquages pour perte, 1 sack, 1 passe déviée
  • Efficacité en 3ème tentative : 56 % (7/13)
  • Efficacité en 4ème tentative : 0 % (0/1)
  • Efficacité en redzone : 43 % (3/7)
  • 1 pénalité pour 5 yards
  • 38 mn 30 de possession de balle

Minnesota Vikings :

  • Sean Mannion (QB) : 22/36 à la passe, 189 yards, 1 TD
  • Dalvin Cook (RB) : 9 courses, 13 yards, 1.4 yards par porté
  • Justin Jefferson (WR) : 6 réceptions, 58 yards
  • Xavier Woods (FS) : 7 plaquages, 1 plaquage assisté
  • Efficacité en 3ème tentative : 13 % (2/12)
  • Efficacité en 4ème tentative : 25 % (1/4)
  • Efficacité en redzone : 100 % (1/1)
  • 3 pénalités pour 23 yards
  • 21 mn 30 de possession de balle

LES ACTIONS DU MATCH

  • Le touchdown un peu chanceux et aussi plein d’attention d’Allen Lazard qui place les Packers à 13-0 au score sur leur 5ème drive
  • Le touchdown final d’A.J. Dillon (RB) pour donner le score final de 37-10, un TD à la fois tout en puissance et collectif asseyant la domination des Packers sur ce match

LES DÉTAILS QUI TUENT

  • 13ème victoire consécutive des Packers à domicile (dernière défaite, en semaine 8 2020 contre les… Minnesota Vikings)
  • Les Packers sont la seule équipe NFL invaincue à domicile en 2021
  • 3ème fois qu’Aaron Rodgers décroche le rang n°1 NFC. Seul Joe Montana (5 fois) a fait mieux dans l’ère du Super Bowl
  • Aaron Rodgers est désormais le meilleur marqueur de TD contre les Vikings (55 TD), dépassant… Brett Favre (54).  » I still own you ! »

GBPF

8 Comments

  1. DavidBrillac

    Avant l’entrée en playoff, j’aimerais insister sur deux statistiques qui me semblent essentielles en NFL, et surtout dans les matchs couperets.

    Les Packers sont après les Bengals, l’équipe la plus disciplinée de toute la NFL et donc la moins sanctionnée, quand son possible futur adversaire, les Cowboys, est à l’opposé l’équipe la plus indisciplinée.

    Encore plus intéressant, les Packers sont en tête des turn-over +16. 26 ballon volés, contre seulement 10 petits ballons perdus, encore une fois quand les Cowboys en ont perdu 20. En playoff, les turn-over font la plupart du temps la différence.

    Sur ce match, rien à dire, tant le résultat de n’importe quelle équipe qui perd son quaterback titulaire est couru d’avance. Mais ça fait toujours plaisir de marcher sur ces pauvres Vikings, Bears ou Lions.

    LaFleur mériterait de remporter le titre de coach de l’année, lui qui à le meilleur départ en carrière avec un 39-9 battant le record de George Seifert 38-9.
    Quand au titre de MVP d’Aaron qui semble une évidence, si l’on en croit les dire de cet abruti de Hub Arkush, l’un des 50 votants de l’Associated Press, c’est pas gagné, même si venant d’un supporter des Bears, on peut relativiser !

    Dernier match de la saison régulière chez les gentils lionceaux, dans leur dôme bien douillet, pour une séance d’entraînement pour les titulaires, et pour dérouiller les remplaçants, et enfin essayer de se mettre en valeur, n’est-ce pas Jean-François Lamour !

    Meilleure équipe 2021 pour les Packers, bon courage à ceux qui vont venir sur la toundra gelée à -12 en janvier, les Packers sont la seule équipe invaincue cette saison sur son terrain, et contrairement à la saison passée, cette fois-ci ce ne sera pas dans un stade vidé par la pandémie, mais dans un Lambeau Field rempli de ses 80 000 supporters remontés et motivés !

    Go Pack Go !

  2. DavidBrillac

    Petite rectification 38-10 pour l’ancien coach des 49ers, 39 et bientôt 40-9 pour LaFleur, où bien un misérable 38-42 pour le soit disant nouveau génie des 49ers Kyle Shanahan.

  3. Guile

    Effectivement, avec l’absence de Cousins (en plus de celle de Thielen blessé), le match devait plutôt être à sens unique (ce qu’il fut même si parfois le foot US nous réserve des surprises incroyables en terme de résultat).

    Le seul bémol fut, mais c’est une constante cette année, l’incapacité à conclure en RZ avec un 2 sur 6 du plus mauvais effet.

    En plus, avec la défaite des Cowboys, la victoire nous a permis de sécuriser le seed 1? ce sur quoi je n’aurais pas parié un kopeck en début de saison vu le calendrier et même à mi-saison vu la liste des blessés qui s’allongeait.
    Reste à plier le match des Lions en 1ère MT avec les titulaires pour qu’Adams batte le record de Nelson, que Rodgers ajoute 2 ou 3 passes de TD pour le MVP avant de sortir l’équipe C en seconde mi-temps histoire de ne prendre aucun risque.

    Suis un peu inquiet côté Défense car on a eu un recul ces dernières semaines notamment avec la fin de match pitoyable contre les Ravens.

    Côté blessés, la situation semble s’améliorer même si ça reste encore flou : Bak s’entraîne, Turner, Alexander, Cobb et maintenant Myers ont été sortis de l’IR donc avec un espoir de les voir dispos pour le premier match de PO même s’il aurait été préférable que Bak, Alexander et Myers puissent jouer un peu contre les Lions.

    Les PO vont être une autre paire de manches mais au moins on pourra geler les adversaires.

    Sur les trophées :
    – le MVP pour Rodgers me semble bien parti (sauf perf cataclysmique contre les Lions). Il a parlé encore une fois de retraite dernièrement. Va savoir s’il ne serait pas capable de la prendre s’il fait MVP et 2e bague vu qu’il veut absolument arrêter au top.
    – pour l’entraîneur de l’année, je suis plutôt déçu qu’il y ait assez peu de mention pour LaFleur. Ok, il ne l’aura pas mais le mec mérite au moins d’être considéré vu que ça fait 3 saisons avec un bilan de 13-3 (et peut-être 14-3 pour celle-ci) et que cette année, les Packers n’ont pas été épargnés par les blessures de joueurs majeurs comme les deux dernières années. J’ai l’impression qu’il paie encore sa stratégie foireuse de finale NFC contre les 49ers il y a 2 ans et le fait d’avoir Rodgers ; pourtant avoir Brady n’a jamais empêché Bellichick d’être considéré tous les ans comme potentiel meilleur entraîneur de l’année.

  4. Green Bay Packers France

    Tout pareil… sauf la stat en RZ, moi j’ai 3 sur 7 (grosse différence ^^) 😛

  5. Green Bay Packers France

    Ne parle pas des pénalités David, nos concurrents ne vont pas parler d’équipe disciplinée, mais de favorisée par les arbitres… -_-‘

  6. Guile

    Ah bah ça fait quelques % d’écart : à 2/6 tu es à 33% alors que ça grimpe à 42% pour 3/7 🙂
    Après, on est d’accord que c’est famélique et indigne d’une attaque qui veut gagner le SB.

  7. Guile

    @David : pour moi Shanahan prouve juste que quoi qu’on en dise, tu as quand même besoin d’un vrai bon QB quand tu veux gagner le SB.

    Tu peux toujours aller en playoff avec un QB moyen mais s’il ne se transcende pas en PO et/ou au SB, tu ne peux gagner le SB.
    C’est grosso modo pourquoi E. Manning à 2 bagues alors qu’en fait, en niveau réel, c’est plutôt un QB moyen +. Idem pour Joe Flacco qui est tout juste moyennasse selon moi.
    Le seul contre-exemple qui me vient là sur les dernières années, c’est P. Manning qui était juste ignoble lors du sacre des Broncos.

    Shanahan a failli gagner le SB avec Jimmy Garropolo qui, on dira ce qu’on voudra, est un QB moyen +. En plus, de ce que je me souviens du match, s’il ne décide pas de manière incompréhensible d’arrêter de courir pour lancer au 4e QT alors que les 49ers mènent 20-10 ballon en main, j’aurais mon second contre-exemple de SB gagné sans bon QB.

    Honnêtement, je pense qu’il a voulu prouver que Garropolo était un bon QB en lui faisant plier le match parce qu’on a suffisamment ironisé sur le fait qu’il ait topé les Packers en finale NFC en ne faisant lancer le ballon à son QB que 8 fois dans tout le match.

    Il avait le même plan de jeu (qui marchait) contre les Chiefs et il a changé de manière incompréhensible ce qui a précipité sa perte (grosso modo comme sa foirade avec les Falcons vs les Patriots). Tu lui mets un vrai QB à la place de Garoppolo, le match finit à 34-17 même avec son changement de plan de jeu.

    D’ailleurs cette année, quand il a arrêté le free-style avec Garoppolo/Lance et qu’il a commencé à courir en grosse majorité, comme par hasard, ils sont passés du négatif au positif et sont presque en PO.

    Perso, je pense que si à la draft, Gute échange Rodgers au 49ers contre plein de tours de draft, les 49ers marchent sur tout le monde cette saison.

    En fait, Shanahan a parfois un souci de confiance : au SB Falcons/Patriots, il a pas osé changer son plan de jeu pour courir à 28-3 et il a perdu ; contre les Chiefs, il a osé changé et il a perdu. Mauvaise analyse les deux fois.
    Tu as l’impression qu’il a son style mais qu’il y a aussi le style qu’il aimerait avoir et qui parfois le fait un peu dérailler.

  8. dredge

    Hello les fans,
    Victoire attendue tranquille (mais il fallait quand même l’engranger) et la Seed 1 confortée qui font vraiment plaisir quand on se remémore notre entrée en compétition pourrie et le calendrier vraiment pas évident que l’on s’est coltiné.

    J’espère juste qu’en PO les joueurs ne vont pas se croire déjà avec une bague autour du doigt. Même si je vois notre équipe assez équilibrée et capable d’aller au bout, je pense qu’on a quand même eu pas mal de bol sur certains matchs, et que cette nouvelle étiquette de favori peut faire beaucoup plus de mal que de bien, surtout avec notre défense retrouvée qui montre des signes de fatigue et nos équipes spéciales qui jouent à la roulette russe avec nos cœurs à chaque sortie.

    Je pense qu’on va pas mal voir les remplaçants de nos remplaçants contre les cousins de Simba, cela nous donnera déjà un aperçu de la forme de nos « réservistes » en cas de coup dur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.