Packers 2022 : et maintenant ?

Allez, Aaron, cesse de faire ta mijaurée (Photo : Christian Petersen)

La saison 2021 des Packers s’est crashée en tour de division dans un non-match face aux San Francisco 49ers. Peu après, Aaron Rodgers a laissé planer le doute sur son avenir tout en assurant que cette fois-ci, l’attente ne durerait pas 6 mois comme l’année passée. Mais 1 mois et demi a passé et les cheeseheads ne sont toujours pas plus avancés. Une tendance lourde semble se dégager malgré tout…

Cette tendance, c’est bien le retour d’Aaron Rodgers aux manettes. Après la défaite en play-offs, le manager général Brian Gutekunst et l’entraîneur en chef Matt LaFleur avaient laissé peu de doute sur leurs intentions : faire revenir Aaron Rodgers… coûte que coûte.

Même si les déclarations publiques sont toujours à prendre avec des pincettes, il était difficile de douter de la sincérité des dirigeants Packers quand des mensonges auraient été vite signalés par leur QB préféré.

Alors, le premier point est de savoir si les deux parties sont d’accord sur le fond de l’affaire : qu’Aaron Rodgers continue à jouer au football sous le maillot de Green Bay.

La solution d’un échange (« trade ») avec une autre équipe semble avoir été mise de côté sans jamais avoir été considérée par le front office. Évidemment, cela voulait dire le départ de Rodgers mais les compensations espérées, que ce soit en 1ers tour de draft et/ou en joueurs, auraient permis d’entourer au mieux un Jordan Love qui aurait passé son test d’admission en NFL en 2022. Et de garder un salary cap sain.

Car garder Rodgers s’accompagne malheureusement d’une gestion risquée du plafond salarial. Il est toujours censé être question de « people » mais les chiffres à plusieurs zéros sont bien le noeud de tout problème en NFL.

Et avec la probable envolée du salary cap ces prochaines années (au regard du monstrueux contrat TV signé par la NFL pour la prochaine décennie), cela fait s’envoler les salaires des joueurs.

Les rumeurs les plus fondées disent que les Packers travaillent sur une extension à court terme (2 à 3 ans) avec un salaire annuel de Rodgers qui avoisinerait peut-être bien les… 50 M de $.

Et pour l’instant, les premiers mouvements des Packers dans cette inter-saison invitent bien à l’hypothèse d’une prolongation de Rodgers… à tout prix. Seulement, les Packers étaient déjà en souffrance financière (avant-dernier NFL au niveau du salary cap NFL) avec la négociation financière de l’année passée qui avait abouti à un poids salarial de Rodgers de l’ordre de 46 M de $ pour 2022.

Ainsi, GB a restructuré les gros contrats qui ont la plus longue durée en repoussant l’argent garanti sur les années futures pour se donner de l’air actuellement. Pour le joueur, c’est tout bénéfice. Alors qu’en général, l’argent garanti se base sur la première ou les deux premières années de contrat, ici cet argent garanti est dilué pour être massivement reporté sur les dernières années du contrat initial, mettant à l’abri le joueur d’une résiliation pour blessure ou baisse de niveau. C’est ce que vient de faire GB avec David Bakhtiari (LT), Aaron Jones (RB) et Kenny Clark (DT).

Les Packers prennent donc un crédit sur les années 2023 et 2024 pour financer 2022. En 2023, le quatuor Rodgers-Bakhtiari-A. Jones-Clark impacte déjà pour presque 106 M de $ le salary cap…

Alors que pour cette même année 2023, GB aura des agents libres comme Jaire Alexander (CB), Elgton Jenkins (LG), Adrian Amos (SS), Za’darius Smith (OLB), Preston Smith (OLB) ou encore Mason Crosby (K), tout en prenant probablement les 5ème années optionnelles de Rashan Gary (OLB) et de Savage (FS).

Vous comprenez donc bien qu’on déshabille Paul (le futur des Packers) pour habiller Jacques (le présent et Rodgers).

Et il est fort probable que Rodgers ne souhaite pas opérer sans cibles, encore moins sans sa cible préférée : Davante Adams. Le n°17, qui aura 30 ans en fin d’année, veut être payé comme le WR n°1 NFL qu’il pense être (et qu’il est peut-être bien). Seulement, là encore, le hic est financier quand Adams veut tout simplement une moyenne salariale de 30 M de $ par an.

Cependant, le management va commencer à arriver à l’os et il est donc assuré que les Packers n’auront pas le même effectif qu’en 2021, et devront couper certaines têtes.

Malgré les restructurations de Bakhtiari, A. Jones et Clark, les Packers ont toujours aujourd’hui 28 M de $ au-dessus du cap et ils doivent absolument être sous le plafond salarial pour attaquer la nouvelle saison NFL 2022 qui débutera officiellement le 16 mars.

Et dans cette évaluation, ne comptent évidemment pas les agents libres. Or, GB en a quelques-uns de qualité :

  • Davante Adams d’abord, dont le destin semble intimement lié à Rodgers (et donc à Green Bay)
  • De’Vondre Campbell, l’ILB qui a stabilisé la défense à lui tout seul ; on avait bien cru à sa re-signature il y a quelques jours, mais manifestement, Campbell, qui a ramé durant sa carrière pour exploser au grand jour (All-Pro en 2021), veut légitimement sa grosse part du gâteau
  • Rasul Douglas, le CB intercepteur qui formerait une formidable secondary avec Alexander, Stokes, Amos et Savage.
  • Robert Tonyan, recordman de TD pour un TE en 2020 et qui s’est rompu les ligaments croisés l’année passée
  • Allen Lazard, le WR si important pour LaFleur
  • Marques Valdes-Scantling, le WR qui permet à Rodgers de se faire plaisir sur des ogives longue portée
  • Corey Bojorquez, le punter qui a amélioré le poste comme jamais ces dernières années.

Les Packers sont donc en large déficit financier et ont cette longue liste de joueurs talentueux actuellement hors effectif.

Ainsi donc, GB ne devrait pas pouvoir conserver tous ces joueurs que j’aimerais pourtant voir revenir.

Et vous avez également compris que les Packers ont tant à faire pour gérer son effectif au regard du salary cap que la période de « free agency » sera ignorée par GB qui pourra éventuellement trouver quelques miettes après les deux premières semaines de folie de FA.

En 2021, GB avait tapé dans le mille avec De’Vondre Campbell (ILB) et Rasul Douglas (CB) mais ces trouvailles exceptionnelles sont plus l’exception que la règle.

Il y aurait aussi la solution de résilier certains joueurs actuellement encore sous contrat. Les meilleurs candidats sont Za’darius Smith (OLB), absent en 2021 et dont la coupe ferait économiser presque 15 M de $, un Preston Smith revigoré mais qui ferait économiser 12 M de $ et Randall Cobb (WR), 6 M $ économisés en cas de coupe.

Vous pouvez constater que faire des économies pourrait coïncider avec une paire de pass-rushers Elite en moins, laissant Rashan Gary bien orphelin ; seul alors un bon 1er tour de draft au poste pourrait ne pas dévaluer le pass-rush Packers.

Et que va dire le GM-bis Aaron Rodgers ? Lui qui a déjà fortement influencé pour le retour au poste de QB Coach de Tom Clements, son formateur en NFL. Sera t-il enclin à accepter que Cobb soit viré alors que recrutement du n°18 a essentiellement servi à ce que Rodgers passe des bonnes soirées de semaine pendant la saison ?

Quoi qu’il en soit, les Packers sont pour moi embarqués dans un jeu dangereux : hypothéquer l’avenir pour un hypothétique présent. Car tout ce jeu pour parvenir au Super Bowl vaut-il vraiment tous ces sacrifices futurs qui risqueraient de plonger les Packers dans le noir à la retraite du n°12 ?

Dans moins de 10 jours, nous serons fixés sur le visage des Packers version 2022, un visage qui aura sûrement tatoué sur la joue gauche WIN et sur la joue droit NOW, plus que jamais.

GBPF

5 Comments

  1. Guile

    Bon, Rodgers vient d’annoncer qu’il restait. Le contrat semble astronomique pour un mec qui disait il y a quelques jours que l’argent n’était pas le problème (200M sur 4 ans dont plus de 130 garantis).

    J’attends donc la news de prolongation d’Adams et surtout voir comment Gute va rester sous le plafond tout en essayant de resigner des mecs comme Campbell ou Douglas.

    Love vient juste de comprendre que sa carrière chez les Packers se résumera à poser le genou à terre et à donner sa serviette à Rodgers.
    Quel gâchis de 1er tour…

  2. dredge

    Il semblerait que le roi Rogers soit parti pour rester longtemps, et avec un gros chèque chaque année. Hâte de lire et d’entendre le debrief de l’équipe ! 😅

  3. DavidBrillac

    Et maintenant ?
    Et bien on continue 😁

  4. dredge

    Je pense @Guile qu’il a dit ca, car il se savait en position de force et sentait bien que les Packers allaient baisser leurs frocs …

    Avis trop à chaud peut-être, mais je ne vois pas comment cela ne peut pas être le pire move possible : On se créé de fausses illusions pour les 2 années à venir (je ne vois vraiment pas comment on peut garder nos meilleurs joueurs et se renforcer en donnant tout le pognon à 2/3 gars) tout en se plombant le salary cap et la reconstruction pour les 10 années suivantes …

  5. Guile

    @dredge : un point à ne surtout pas négliger dans le salary cap, c’est que le super nouveau contrat TV prendra effet en 2023 (pour 10 ans) donc on peut légitimement penser qu’il va y avoir une hausse substantielle du salary cap à partir de l’année prochaine.

    Je n’ai pas vu des masses d’infos là-dessus mais je suppose que tout ce qui est GM ou proprio, eux ils ont pleins d’infos.
    Donc, peut-être que Gute sait qu’il doit serrer les fesses un an et qu’après ça serait peut-être moins dur (d’où toutes les restructurations qui s’enchaînent pour pousser du salaire sur 2023 et après).

    Après, pour être très franc, je préfère largement sortir le chéquier pour Rodgers que de se lancer dans une reconstruction qui est très très aléatoire et qui finalement, marche assez peu quand tu regardes d’autres franchises.
    Les Packers n’ayant pas de haut choix de draft, on ne peut pas drafter un QB haut parce qu’on ne me fera pas croire que Love peut-être ne serait-ce même qu’un bon QB. Donc on va se traîner pendant des années avec du salary cap dispo pour rien en faire année après année comme les Colts ? Ou alors, espérer qu’on drafte au 4e tour un bon voire très bon QB miraculeusement passé sous les radars comme Wilson voire Prescott ?

    Au moins avec Rodgers, on sait ce qu’on a. Un p**tain de QB HoF qui n’a effectivement plus 25 ans mais qui peut nous emmener en PO et même au SB ces deux prochaines années. Et si tu me dis : « On crame tout le pognon, on gagne le prochain SB mais après c’est que dalle pendant 10 ans avec limite pas des PO et des Bears qui nous marchent dessus », bah je prends le SB quand même (même si les Bears nous marchant dessus pendant 10 ans ça fera mal 🙂 )

    Honnêtement, tu crois que les Rams regrettent d’avoir vendu la maison, la caravane, 5 ans de vacances, les meubles et autres pour Stafford, Miller, OBJ, etc… Jamais de la vie…

    Et puis les effectifs qui seraient des contenders à un bon QB près, c’est hyper rageant… Demande aux Broncos (bon là ils viennent de récup Wilson) voire aux 49ers.

    Enfin, pour l’instant, on n’a pas les détails du nouveau contrat, ça ne reste que des rumeurs donc il me reste encore l’espoir (ténu, il est vrai) que Rodgers ait accepté une extension par avoir son salaire de ses 2 dernières années de contrat en 4. Perso, si j’étais Gute c’est comme ça que je le présenterais.

    Genre, « Écoute Aaron, je t’aime, c’est la vérité, je t’aime plus que ma femme et mes gosses. Tu veux ma maison ? Je te donne ma maison… Tu veux ma caisse ? Je te la donne… Par contre pour ton contrat, je te propose de rajouter deux ans à ton contrat pour répartir ton salaire sur 4 ans au lieu de 2. Avec le rab qu’on dégage, je vais pouvoir te filer une équipe pour qu’on ramène le Lombardi à la maison et faire un back-to-back. Sérieux, t’en a pas marre de voir Troy Aikmann se pavaner avec ses 3 SB alors qu’il a pas la moitié de ton talent ? T’enrages pas de voir E. Manning avec 2 SB alors qu’il ne sait pas lancer un ballon au-delà de 30 yards sans que ce soit une prière ? T’es pas énervé de voir que tu as le même nombre de SB que Joe Flacco ?
    Franchement, suis mon plan et on fait une Elway. Tu fais un back-to-back et après tu pars à la retraite chez toi en Californie. On te fera revenir l’année d’après quand on retirera ton n°12. La cérémonie sera présidée par Brett à qui tu pourras montrer tes 3 bagues en lui disant que toi au moins, tu es resté un Packer à vie et on fera même venir McCarthy pour lui râler dessus en lui rappelant toute la soirée que s’il avait été moins frileux, t’en aurais 5 des bagues. »

    🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.