Week 1 ~ NO – GB : La claque

New Orleans Saints – Green Bay Packers : 38 – 3

Dans la touffeur de Jacksonville, les Packers se sont liquéfiés dans les grandes largeurs. Partis avec une pancarte de favori, les Packers ont déjoué et établi, pour moi, la pire prestation sous l’ère Rodgers. Cette humiliation est un immense retour sur terre pour tous ceux qui voulaient jouer leur « Last Dance » (les joueurs stars) et ceux qui ont cautionné cet épisode (le management).

RETOUR SUR TERRE

C’est la première fois en tant que fan des Packers que je ne suis pas déçu d’une défaite aussi lourde. Je ne suis pas déçu mais je suis par contre en colère. Car GB n’y a même pas mis la manière. Les Packers n’ont juste pas été dignes. Et cette humiliation doit avoir au moins un mérite : faire dégonfler les melons de deux saisons à 13-3 et d’un QB MVP sortant.

Après tout le « drama » de l’inter-saison, Aaron Rodgers se devait d’être investi d’une mission, d’être un guide pour la Packers Nation, toujours prête à pardonner des errements de ses stars. Dimanche, il a failli et tous les Packers avec.

Dans l’Echauffement, je soulignais que cette équipe des Saints n’était plus la même qu’en 2020, qu’elle n’avait plus Drew Brees, que son corps de receveurs se limitait au WR 2 de l’année passée (devenu WR 1), qu’elle avait d’obscurs DT. Et quand en plus, avant le match, cette équipe perd son WR 2 et son CB 2. Et quand en plus, pendant le match, elle perd son C titulaire d’entrée de jeu et son CB 1 pendant une partie du match (Marshall Lattimore), vous vous dites que ce match ne doit être qu’une formalité pour une équipe finaliste de conférence et quasiment au complet.

Au lieu de cela, les Packers ont été ridicules, de haut en bas de l’édifice, face à une équipe qui a montré ce que GB n’a pu donner : du coeur.

LAFLEUR « OUTCOACHÉ »

Cette défaite montre aussi un sommet d’impréparation du staff. Matt LaFleur doit en prendre le premier la responsabilité. C’est bien de mettre sur le banc une moyenne de 30 joueurs par match de pré-saison. Mais un match de saison régulière ne se prépare pas en jouant à la baballe sur fond musical à l’entraînement. Il l’a fait en 2020. Sauf qu’en 2020, toutes les équipes furent logées à la même enseigne : pas de pré-saison à cause du Covid-19.

L’allégeance de LaFleur à Rodgers a atteint des sommets dans le plan de jeu. Se défaire aussi rapidement du jeu de course avait des relents « mc carthyesques ». Quand A.J. Dillon (RB) vous plante 2 courses consécutives de 6 yards en début de second quart-temps, comment ne pas continuer cette entreprise de courir droit devant que je souhaitais en avant-match, A.J. Dillon étant le mieux qualifié pour cette tâche plutôt qu’un Aaron Jones, coureur « slasher », capable de sortir un gros gain au milieu de plusieurs courses très moyennes. Et hier, ce gros jeu de Jones n’est pas venu, on n’a eu que des courses très moyennes (5 courses : 9 yards !!!).

Dans ces faibles courses, on pourra trouver un début d’explication avec très de mouvements avant la mise en jeu (« motion pre-snap »), incompréhensible vu qu’ils sont une fondation du système LaFleur.

Quand, à la suite de ses deux courses, Rodgers tenta la passe en 1ère tentative pour se faire sacker (par un Davenport (DE) sur lequel aucun Packer n’était assigné) et perdre 11 yards, je me suis dit qu’il y avait quelque chose de pourri dans la pomme du plan de jeu. Et pourtant le score n’était que de 10-0 pour les Saints à ce moment du match.

Avoir une balance de jeu de 80 % de passes quand Rodgers fut sur le terrain est tout simplement ridicule et voué à l’échec. Et difficile de ne pas voir l’influence du n°12 dans ce plan de jeu qui ressemble étrangement aux mêmes situations sous Mc Carthy quand, sous LaFleur, Gutekunst drafte des A.J. Dillon et des Deguara.

AARON RODGERS EN MODE « OFF »

Outre la tactique, Rodgers a été défaillant comme jamais dans l’exécution. La seule fois où je l’ai vu si imprécis, c’est quand il avait forcé un retour précipité de sa blessure à la clavicule en 2017. Son retour en semaine 15 chez les Carolina Panthers s’était soldé par 3 interceptions sur des lancers sous-dosés. Cette fois, Rodgers a été imprécis car rouillé par une inter-saison atypique où il ne s’est jamais aussi peu entraîné (1ère fois qu’il esquive les OTA dans sa carrière, aucun matchde pré-saison). On voit par contre les bienfaits de vacances hawaiennes à jouer du yukulele, à boire des cocktails et nager sous les cascades !

Sur sa première interception en début de 2ème mi-temps (score 17-3 à la mi-temps), Rodgers ne cherche pas à encaisser le sack comme il sait le faire au lieu de balancer une balle désespérée comme un rookie. Sous la pression de Cameron Jordan (DE), qui avait battu le rookie Newman (RG), Rodgers lança une balle bien loin derrière Davante Adams (WR). Cette interception retournée sur 37 yards enterra quasiment définitivement les espoirs verts et jaunes redonnant aux Saints la possession avec un avantage de 17-3 à la moitié du 3ème quart-temps.

Sa deuxième interception en fin de 3ème quart-temps est un vrai cri du désespoir avec un lancer, dans ses 10 yards, longue portée pour Valdes-Scantling (WR), mais un missile surdosé d’une dizaine de yards. Résultat, le retour redonnait la balle quasiment au même endroit que le lancer de Rodgers pour un futur TD Saints donnant alors un irrémédiable score de 24-3 en fin de 3ème quart.

Petite parenthèse, sur les deux retours, c’est Elgton Jenkins (LT) qui plaqua le retourneur. Jenkins est un mur et fut une des rares satisfactions. Les pass-rushers Saints n’ont pas trouvé la clé de son côté, mais du côté de Newman (RG) et Turner (RT).

Cependant, le plus souvent, Rodgers eut du temps mais scanna le terrain sans apparente solution. Pourquoi ? Parce que les Saints ont utilisé la kryptonite de Rodgers : stopper la course sur 1ère tentative, puis en situation de passe suivante : rush 4 – cover 7. Rodgers a du temps mais voit ses receveurs tous marqués par une défense qui utilise son avantage numérique, le plus souvent avec 2 safeties en profondeur (Cover-2).

Pour contrer cela, il faut courir mais cela, les Packers l’avaient manifestement oublié. À la passe, la solution est souvent un TE receveur en « middle zone »mais Tonyan (TE) a mystérieusement disparu des radars hier. Ou être un QB coureur (style Lamar Jackson, Russell Wilson, Kyler Murray… ou même Winston hier!), ce que n’est que rarement Rodgers, et à 38 ans, il le sera de moins en moins, et on le comprend.

Un des plus sales matchs de Rodgers en carrière a eu lieu hier, sûrement par manque de compétition et manque d’implication. En tant que cheesehead, on peut penser que cette humiliation aura l’effet d’une douche froide sur notre n°12 s’il veut que son « Last Dance » soit un « Saturday night fever » plutôt qu’un slow pathétique de fin de soirée.

UNE DÉFENSE BARRY QUI PLEURE

Winston (n°2) et Kamara (n°41), combinaison gagnante des Saints

Et que dire de la défense ! Oh, j’en attendais pas une amélioration fulgurante même si à chaque nouveau coordinateur défensif, on nous vend un changement forcément salvateur. Pouah ! Que ce fut indigeste ! Les pires heures de Dom Capers ressurgissaient d’outre-tombe. Rappelons que la défense pettinienne avait franchi une marche en deuxième partie de saison faisant de GB une défense de milieu de tableau pour la saison 2020. Mais l’amélioration semblait être dû à un LaFleur ayant imposé des changements à Pettine.

La défense contre la course n’a pas été aussi ridicule comme en finale NFC 2019 mais elle a subi, subi, sans réponse face à Alvin Kamara (RB), pourtant le joueur majeur à surveiller mais aussi Tony Jones, le RB 2, et même le QB Winston. Le tout principalement dans la chaleur de la 1ère mi-temps, mettant au supplice les défenseurs à la fin de cette période (un paramètre que LaFleur n’a apparemment pas pris en compte : imposer la course en plein soleil épuise l’adversaire). Sean Payton, l’entraîneur en chef des Saints, a su lui tirer lui la quintessence de son effectif diminué et jouer sur ses atouts avec 73 % de possession de balle en 1ère mi-temps !

Au total, 171 yards encaissés à la course pour GB sur ce match quand la moyenne de la défense 2020 était de 112 yards… La méthode Barry paraît-il.

Avant de parler tactique, il faut parler « joueurs ». Les joueurs sont la matière première. Après, il faut en faire un bon alliage. Mais ceux-ci n’ont pas changé par rapport à 2020 ; tout juste Devondre Campbell en ILB qui a montré de la vitesse et de la volonté.

Et quand je vois King (CB) être le premier à permettre un gros gain à la passe de Winston (17 yards en fin de 1er quart-temps) et subir en fin de match une copie conforme de la réception « Scotty Miller » de la finale NFC 2020 (TD de 55 yards de Winston), battu dans les deux cas par un non drafté 2019, mais que faut-il faire pour faire comprendre que la carrière de King est hors NFL ?!!

Vous rajoutez un Dean Lowry (DE) capable de se faire bousculer par un Kamara et une DL (très décevant Keke) qui s’est fait maîtriser par une top OL. Côté pass-rushers, Za’darius Smith a bien un problème au dos : il n’était pas titulaire et n’a joué que 29 % des mises en jeu. Il aura été l’auteur d’un QB hit honteusement sifflé (bien après le jeu) comme un « roughing the passer » sur une action d’interception de Savage (FS) qui remonta le cuir sur 35 yards depuis la endzone. Si l’action est une erreur arbitrale majeure, elle n’a pas eu d’influence sur le sort du match (24-3 à la fin du 3ème quart-temps). Rashan Gary (OLB) aura été la satisfaction défensive en effectuant beaucoup de pressions repoussant un des meilleurs RT de la ligue Ryan Ramczyk.

Avec notre déséquilibre Alexander-King en cornerbacks, le duo de safeties Amos-Savage apparaît comme le baromètre de la défense. Et hier, nos deux S ont joué trop « soft » dominés dans les contacts et mal placés sur le terrain. Le système Barry est loin d’avoir fait ses preuves mais surtout, les joueurs ont, dans leur majorité, fait preuve de problèmes de placement, symbolisé par un Chandon Sullivan (CB) tentant d’interpeller un coéquipier (par 2 fois!) pour la couverture de zone d’un joueur. Il y a du boulot Joe. On rappellera que Barry est un choix du management, Gutekunst et LaFleur en première ligne.

LONGUE FIN DE MATCH

Dans ce marasme, les équipes spéciales n’ont pas fait parler d’elle. D’abord parce qu’elles n’ont pas eu beaucoup de retours de kickoffs adverses à gérer (pour cela, il faut marquer des points !). Mais aussi avec un nouveau punter qui a rempli sa mission : taper le ballon loin (44 yards de moyenne). Alors qu’on pensait que Bojorquez (P) n’aurait que peu d’occasions de jouer (eh oui, on était optimiste !), ses 4 punts ont été satisfaisants.

À 11 mn de la fin du match, il était temps de faire rentrer Jordan Love pour bénéficier d’une occasion unique de jouer, ce qu’on aurait pas souhaité bien évidemment. Avec une OL n°1, Love a montré une bonne vision et n’a pas peur de la pression. Cependant, sa mécanique de lancer semble suspecte et sa précision est aléatoire : des réceptions auraient pu donner plus de yards après la réception si elles avaient été bien lancées par le QB2 (réceptions d’Amari Rodgers et de Cobb).

Mais la boucle n’aurait pas été bouclée si Love ne fut pas victime d’un strip-sack en raison d’une mauvaise protection de Turner (RT) dans la poche. Fumble perdu de Love dans les 10 yards adverses. Clap de fin. Les cheeseheads avaient depuis longtemps quitté le stade de jacksonville qui dès lors sonnait bien creux. Et moi, j’étais tout simplement hébété et ne savait plus ce que cette saison 2021 allait être. Décidément, 2021 sera un « beautiful mystery ».

LES STATS

Nouvelle-Orleans :

  • Jameis Winston (QB) : 14/20 à la passe, 148 yards, 5 TD
  • Alvin Kamara (RB) : 20 courses, 83 yards, 4.2 yards par porté ; 3 réceptions, 8 yards, 1 TD
  • Deonte Harris (WR) : 2 réceptions, 72 yards, 1 TD
  • Marcus Davenport (DE) : 2 plaquages, 1 plaquage assisté, 2 plaquages pour perte, 1 sack
  • Efficacité en 3ème tentative : 50 % (5/10)
  • Efficacité en 4ème tentative : 100 % (2/2)
  • 3 turnovers effectués
  • 34 mn 30 de possession de balle

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 15/28 à la passe, 133 yards, 2 INT
  • A.J. Dillon (RB) : 4 courses, 19 yards, 4.8 yards par porté
  • Davante Adams (WR) : 5 réceptions, 56 yards
  • Adrian Amos (SS) : 7 plaquages, 2 plaquages assistés
  • Efficacité en 3ème tentative : 10 % (1/10)
  • Efficacité en 4ème tentative : 66 % (2/3)
  • 25 mn 30 de possession de balle
  • 3 turnovers subis : 2 interceptions, 1 fumble

L’ACTION DU MATCH

  • Sur le 1er drive de la 2ème mi-temps, l’interception d’Aaron Rodgers sur les 9 yards des Saints, retournée sur 33 yards, alors que le score était de 17-3 pour NO

TROP DE DÉTAILS QUI TUENT

  • Jameis Winston (QB) en marquant 5 TD a battu son record de TD en match
  • Avec 148 yards à la passe, Jameis Winston (QB) est le 1er QB marquant 5 TD qui a un aussi faible total de yards à la passe depuis… 1948
  • Aaron Rodgers sort du match avec une évaluation statistique (rating) de 36.8, son 4ème plus faible en carrière
  • Aaron Rodgers : 5 interceptions en 2020 ; 2 interceptions en week 1 de 2021

5 Comments

  1. DavidBrillac

    Tu l’as surligné en gras, 1/10 en troisième tentative, impossible d’avancer dans un match NFL avec cette seule statistique !

    Ton résumé est parfait il n’y a rien à rajouter, tout le monde en prends pour son grade !

    Rodgers à été en dessous de tout, mais tu la noté, il a connu trois match en carrière encore plus mauvais que celui-ci, et qui sont tellement anecdotique au regard de son immense carrière, de son immense talent ( le missile balistique de 75 yards parcourus dans les airs chez les Lions, je n’ai jamais vu ça ailleurs ) et qui ne l’empêchera pas de nous sortir une belle saison.
    À l’inverse, que les observateurs ne s’emballe pas sur Winston l’astigmate qui a eu beaucoup de chance dimanche, et qui a balancé plus d’interceptions sur les cinq dernières saisons que Rodgers en 15 ans !
    Winston n’est autre que le digne successeur de Vinny Testaverde, comme lui ancien gros espoir, ancien de Tampa, les deux plus gros balanceurs d’interceptions de tout les temps.
    C’est à la fin de la foire que l’on comptera les bouses !
    Et en janvier les Packers seront encore là.

    Cette défaite est honteuse on est d’accord, sous tous les aspects, aucune préparation, aucune envie, rien.
    Au Lembeau Field devant des connaisseurs, ils vont se réveiller c’est sûr !
    Mais au final, ce n’est qu’une défaite
    à l’extérieur, et nos chers ennemis du Nord ont tous perdu 😁.

    Je finirai en faisant un petit parallèle sur la défaite de Tampa en plein milieu de la saison dernière contre ses même Saints.
    Le grand Brady sacké 3 fois, et intercepté 3 fois, avec une déroute à la clefs sur un score de 3-38 tient tient.
    On connaît la suite.

    Go Pack Go !

  2. Guile

    Fatigué dimanche soir, j’ai fait l’impasse sur le direct pour un replay dans les conditions du direct comme on dit (aucune idée du score, j’ai passé mon lundi à boycotter les sites de sports) et bah je regrette pas mon temps de sommeil en plus tellement j’ai eu du mal à aller au bout du match…

    Match déplorable, j’ai pas souvenir d’avoir vu pire sous Rodgers…
    Quelques enseignements à tirer pour beaucoup de monde :
    – La présaison ça sert un peu quand même. Histoire de pas arriver rouillé devant une OL qui ne t’a jamais passé le ballon en match officiel.
    – Une vraie OL ça sert parce que je pense que Rodgers s’est pris plus de pression que toute l’année dernière réunie (en sortant les matchs contre les Buccs). Avec deux newbies plein centre c’est difficile mais bon blessures (Bak) et manque d’anticipation dans les fins de contrats (Linsley) ça donne ça.
    – Un coordinateur défensif même de qualité ne peut pas changer des bourrins en chevaux de course. King est toujours abominable (va falloir que Gute porte ses burnes pour sa prolongation), Lowry et Lancaster ne servent rien, Turner est meilleur en garde qu’en T. On est toujours minable sur les courses plein centre et on est tellement nul sur 4th down que tous les coachs doivent penser qu’ils peuvent nous rouler dessus et que ça sert à rien de punter.
    – Niveau playcalling c’est toujours pareil, dès qu’il est en difficulté, LaFleur ne sait pas retourner une situation. J’ai pas compris pourquoi on ne tentait pas Cobb, Amari Rodgers ou Malik Taylor plus tôt alors que clairement ni MVS ni Lazard n’étaient dans un super jour (en plus Adams était quasiment tout le temps pris à 2). On a soit-disant deux joueurs pour le slot (Cobb et Rodgers), bah pour le peu qu’on les a vu. On aurait dis un message pour Rodgers : on a fait revenir Cobb mais je ne suis pas obligé de le mettre sur le terrain. Tonyan, tellement pas vu que j’ai cru qu’il s’était blessé et que j’avais loupé sa sortie.
    – Rodgers, on aurait dit Brêle Hundley c’est dire. Pas dans le coup, pas motivé, rouillé. Y a des plans, il faisait plus vieux que moi alors qu’on a le même âge et que lui est un sportif de haut niveau et moi juste un amateur qui râle sur son canap…

    Niveau satisfaction, ça va vite :
    – Jenkins. Tu pourrais le mettre n’importe où, le mec est énorme.
    – Gary et heureusement vu que le Z est blessé et que Preston repart sur les bases de l’année dernière.
    – Bojorquez, ça fait plaisir de voir des punts qui vont loin et sortent en touche pour éviter les possibilités de retour. En plus, il est méritant vu que notre LS lui a fait au moins deux passes dans les chaussettes (comme d’hab).

    Ah si, le niveau des autres équipes de la NFC North est aussi un point positif.
    Vu que tout le monde a perdu et que les autres n’ont pas été plus transcendant que ça, on peut se dire qu’on peut choper la NFC North avec un bilan pas glorieux.
    Par contre, pas de bol, on croise avec les avions de la NFC West et de la l’AFC North dans une moindre mesure (parce que même s’ils perdent, les Browns contre les Chiefs ont été pas mal du tout).

    J’espère qu’ils vont tous rehausser leur niveau parce sinon la saison va être longue…

  3. Laogurdr

    Sans commentaire !!!! Je reste sans voix devant cette prestation. Je n’ai rien à dire tout a été mauvais même King, ah non on me dit dans l’oreillette que c’est habituel pour lui😂😂.
    Voilà pas un seul snap pour tous les titulaires du coup ils étaient en mode pré-saison.
    Simple accident ou saison horrible à venir je dois avouer que je ne sais pas l’avenir nous le dira.

  4. BAO team

    Bonjour a tous,

    je commente rarement mais la , une purge sans nom

    Aucune envie , aucun jus, aucun peps , une équipe qui faisait pitié a voir indigne de la NFL tout simplement , j ai pas souvenir d une purge pareille depuis des années .

    Quand on a la tété plus grosse qu’une montgolfière voila ce que ca donne, la pré saison ca sert a rien , peut etre a voir que tu es pas au niveau et a créer des automatismes …..

    Bref une serieuse remise en question s’impose…..a tout les niveaux.

    De faire jouer KEVIN KING est criminel , comment a t on pu le resigner quand on voit son match infame , c était en fait la prolongation contre tampa bay ,ah non merde c etait les saints , enfin les remplaçants des WR lol mais couper le c est pas possible d avoir un CB2 de ce niveau la

  5. dredge

    Si le jour J j’avais envie de résilier mon abo Gamepass, aujourd’hui à tête reposée j’ose croire que c’était vraiment qu’un malentendu (qu’ils ont cru que c’était le pro bowl) et que le niveau intrinsèque des joueurs de notre équipe va nous permettre de sortir vainqueur de notre division.
    Par contre il y a quand même qqch qui me fait flipper, c’est le coaching. Je veux bien laisser le bénéfice du doute à Barry, c’est sa première année, faut que tout se mette en place. Mais franchement Lafleur c’est de pire en pire. Tous nos jeux sont prévisibles (une course plein centre en 1ere, une vieille tentative de passe courte latérale en 3eme…) il n’y a aucune créativité, j’ai l’impression qu’on a un playbook de deux pages, …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.