Finale NFC 2020 : Un « roi » du tirage

Troisième et dernier épisode des moments clés de la finale NFC 2020, une finale que les Packers pouvaient remporter face… aux futurs vainqueurs du Super Bowl : les Tampa Bay Buccaneers. Dernier moment à l’entame des 2 dernières minutes. Les Bucs ont le ballon en main, le score est de 26-31.

Suite à la décision des Packers d’effectuer la 4ème tentative par un field goal, GB a redonné le ballon à Tampa Bay avec 2 mn 05 à jouer et 3 temps morts pour essayer d’arrêter le plus vite possible l’adversaire.

Crosby (K) fait le coup de pied d’engagement réceptionné sur les 10 yards par le retourneur Bucs. Celui-ci relance petitement sur 10 yards : en voyant Ty Summers (ILB) arriver sur lui, il se couche au sol. Erreur : il aurait pu courir latéralement et faire atteindre à son équipe le temps mort automatique des 2 mn. Au lieu de cela, les Bucs ont le ballon avec 2 mn 02 au chronomètre, donnant un temps mort « extra » aux Packers. Le destin serait-il en train de tourner pour GB ?

Tom Brady va se charger de vite calmer les ardeurs… en visant le maillon faible de la défense : Kevin King (« king » = « roi » en français). Sur la 1ère tentative, une action de « play action », il vise Mike Evans (WR) gardé par le n°20 Packers. Le WR 1 Bucs feinte la course « slant » et repart vers l’extérieur, King est aux fraises puis plaque mollement le receveur. résultat : un gain de 9 yards pour Tampa Bay.

Alors que le temps mort des 2 mn retentit, on se dit que c’est mal engagé pour les Packers avec cette 2ème et 1 à venir. Mais sur la reprise, l’entraîneur en chef des Packers Matt LaFleur fait un bon coup tactique : les linemen défensifs provoquent exprès une pénalité. 5 yards pour les Buccaneers mais on repart sur une 1ère tentative et 10 yards et surtout avec un chrono arrêté.

On est donc reparti pour 4 tentatives, 1 mn 56 à jouer et toujours 3 temps morts pour Green Bay. Désormais, on le sait, la défense de GB doit stopper Tampa Bay sur ces 3 prochaines tentatives.

Tampa Bay joue sécurité en envoyant son RB Fournette sur les 2 premières tentatives. La première fois, Fournette s’est empalé plein centre sur le block d’Harrison (DT) pour 2 yards. La seconde fois, Fournette prend l’extérieur et est accroché par Preston Smith (OLB) qui s’est dégagé du block du TE, avec King (CB) au soutien pour le plaquage, encaissant un gain de 4 yards.

Et voilà la 3ème tentative, 3ème et 4, le jeu sur lequel va se jouer la saison des Packers.

3ème et 4 décisive : Brady a le ballon en main. Les Packers jouent à 4 rushers et 7 en couverture.

La situation de passe est évidente avec 4 WR Bucs en place. La défense ne lance 4 joueurs au rush : Gary (OLB), Lowry (DE), Clark (DT) et Z. Smith (OLB) ; pour 7 joueurs en couverture. Il est à regretter que sur les deux ILB alignés (Kirksey n°58 et Summers n°44), aucun des deux n’ait été envoyé au blitz pendant que l’autre s’occupait d’espionner Fournette (RB). C’est d’ailleurs bien dommage que Kamal Martin, ILB fort à l’impact, n’ait pas été convié sur ce jeu dans ce rôle d’extra-rusher. Allez savoir, Martin sera aligné sur le jeu suivant…

Résultat, Tom Brady a du temps pour laisser se développer les tracés de ses receveurs. Avant que la poche ne se referme sous la pression combinée de Gary, Z. Smith et Lowry, Brady voit la course latérale (« drag ») de Johnson (WR) poursuivi par King (CB). Ce dernier suivait les mouvements de Godwin, le WR 2 des Bucs, avant la mise en jeu avant de basculer dans la couverture de zone sur le tracé de Johnson. King poursuit son adversaire mais il est clairement en retard.

Dans un match où les arbitres ont laissé faire les duels WR-CB, occasionnant des interférences de passe offensives et défensives qui auraient été sifflées dans d’autres matchs, Kevin King se dit qu’un petit tirage de maillot ne sera pas vu ou pas sifflé. Le problème, c’est que le n°20, qui regarde le ballon dans les mains de Brady tout en courant, n’attrape pas le maillot de jeu de Johnson, mais son T-shirt en-dessous. Résultat, au lieu d’un tirage de proximité pouvant passer bien plus inaperçu grâce à la fermeté du « jersey », le T-shirt s’étire de manière très extensible sur presque 50 cm !

En bas de l’écran, King (n°20) tire ostensiblement le maillot de Johnson (n°18)

L’arbitre de couverture, placé parfaitement dans l’angle de vision du duel Johnson-King, ne siffle pas de suite la pénalité, sûrement influencé par la doctrine arbitrale du match. Mais là, le tirage est trop évident pour ne pas le siffler, et j’avoue que j’en aurais été gêné si les Packers avaient récupéré le ballon et gagner si cette action n’avait pas été pénalisée (bon, en même temps, on s’est bien fait enfler de l’interception de Rodgers qui n’aurait pas dû avoir lieu en 1ère mi-temps).

La ballon n’est absolument pas captable alors Johnson s’en va simuler comme un bon vieux joueur de soccer

Ce qui chiffonne surtout , c’est le timing de la pénalité. L’arbitre ne la siffle pas de suite, et il semble quasi sûr que sa décision soit influencée par l’amplification de Johnson qui lève les bras et chute, comme si le tenu du maillot était à l’origine de sa chute. C’est même tout le contraire d’ailleurs. Mais le mouchoir jaune est bien lancé, et le pire c’est qu’un cheesehead ne peut pas vraiment le contester. Certes, le ballon n’est absolument captable par le receveur, ce qui fera réagir Aaron Rodgers après le match sur la véracité de la pénalité mais le tirage est trop évident et a trop influencé la course du receveur pour ne pas le siffler. Comme Lazard sur l’interception de Rodgers vous allez me dire… et vous auriez raison. Apparemment, les dieux du football ont suivi Tom Brady des Patriots aux Buccaneers.

Après cette action, le ciel est bien tombé sur la tête des Packers. Oh, la pénalité sifflée a bien arrêté le chronomètre et laisse le dernier temps mort disponible aux Packers. Mais il reste 1 mn 41. Même en réalisant un exploit, il ne resterait qu’une quinzaine de secondes maximum à Rodgers pour remonter le terrain (non, je n’imagine pas un retour de punt pour un TD de la part des équipes spéciales des Packers, sur le podium des plus mauvaises unités NFL).

Les Buccaneers ne laisseront pas l’once d’un espoir avec une 3ème tentative convertie sur une course renversée de Godwin (WR), achevant définitivement les Packers.

Une fois de plus, on pourrait croire que la défense Packers n’a pas permis de redonner le ballon à Rodgers pour tenter la victoire en play-offs. Mais au contraire de nombreux autres matchs en play-offs de Rodgers, cette fois-là, le n°12 aura eu l’occasion de faire recoller son équipe au score à 2 mn de la fin mais a échoué par 3 fois à 8 yards de l’en-but. Et auparavant, sa défense lui aura donné 3 interceptions en seconde mi-temps, soit autant de turnovers avec lesquels l’attaque n’aura récolté que 6 pts.

Et comme un symbole, l’action qui scelle la fin de saison des Packers est une action où est incriminé Kevin King (CB) dont on savait qu’il était le maillon faible de la « secondary ». Sans ce boulet, cette unité aurait pu très bien être consacrée comme une des meilleures NFL avec Alexander (CB), Amos (SS) et Savage (FS) sûrement dans le top 5 à leurs postes. Et si nous, cheeseheads, nous savions qui était le maillon faible, alors imaginez les adversaires, qui plus est quand celui-ci est le QB ayant gagné le plus de Super Bowl dans l’histoire de la NFL.

On a vu : Kevin King est directement responsable sur les deux « dernières » actions de chaque mi-temps, à chaque fois des actions cruciales. Et dire que King était blessé la semaine précédant le match… Que serait-il advenu s’il avait été remplacé dans ce match où il fut catastrophique ? C’est tirer des plans sur la comète mais les CB Josh Jackson et Ka’dar Hollman, sur leurs quelques apparitions en saison, furent loin de dépareiller face au n°20 Packers. En tout cas, King a perdu personnellement beaucoup dans cette finale NFC alors qu’il devient agent libre à l’inter-saison. Si seuls les suiveurs des Packers connaissaient ses défauts, sa prestation en finale NFC l’a montré à l’ensemble des suiveurs NFL. Il a sûrement perdu des millions de $, voire peut-même l’opportunité d’un nouveau contrat en NFL. Pour info, Damarious Randall (CB/S), un choix tout aussi calamiteux en 1er choix de draft des Packers (30ème choix général de la draft 2015), a été de l’équipe d’entraînement des Seattle Seahawks en 2020…

King (CB) ne sera pas un Packer en 2021. Les Packers seront eux une nouvelle fois un candidat au trône NFC en 2021. Pour quel destin cette fois ?

 

2 Comments

  1. Laogurdr

    Je commence tout juste à m’en remettre le superbowl m’a quand même bien rajouté une couche après cette démonstration des Buccs je me dis que les 2 meilleures équipes se sont affrontées en finale NFC et que ça s’est joué à rien.
    Vous êtes tous bien au courant de ce que je pense de notre King depuis très longtemps. Cela vient juste confirmer qu’il était le très gros point faible de cette défense car notre Dline et nos Ilb sans être dominant avaient hausser le niveau depuis 2 mois et la défense était cohérente, pas des mieux coachée mais cohérente. Le problème avec King et Sullivan ils ne sont vraiment pas au niveau ce qui est presque rédhibitoire face à bon QB bien expérimenté.

    Je ne sais pas comment renforcer ce backfield il y 1 ou 2 bons coups à faire en FA pour renforcer la rotation et 1 des 2 premiers tours à la draft doit servir sur ce poste.
    D’ailleurs si Gute peut éviter de prendre Shaun Wade ça serait pas mal j’ai l’impression que c’est le petit frère de King. Je n’ai pas du tout aimé sa saison en temps que CB1 chez les Buckeyes, il laisse beaucoup de place aux receveurs et je ne parle pas de tous ses plaquages ratés, bref vraiment pas fan.

  2. Guile

    Pareil que Laogrdr, je me suis déjà suffisamment épanché sur King le plaqueur mou durant la saison.
    Après, sur l’action en question :
    – déjà je ne pense pas que ce soit le bon joueur pour couvrir une partie centrale du terrain parce qu’au niveau démarrage c’est pas un foudre de guerre et au niveau reprise d’appui ce n’est pas non plus une star donc je ne comprends pas ce qu’il fait là
    – ensuite, je sais qu’il est dans le feu de l’action et dans l’adrénaline mais tu es en retard, laisse l’action se dérouler parce que c’est évident que les Zèbres seront hyper vigilant sur une action qui peut relancer le match ou le tuer. Bref, une fois que tu es dépassé, il faut plutôt soit parier sur le fait que le mec n’attrapera pas la passe (passe trop longue, trop haute ou drop) soit le fait que tu pourras lui faire éjecter le ballon à la réception.

    Donc, au final, tu as une erreur pour Pettine parce que King ne doit pas être placé là et une erreur pour King qui n’est pas assez lucide pour comprendre que tirer le maillot c’est rédhibitoire à ce moment là (sauf à tomber sur l’arbitre de Saints-Rams il y a deux ans).

    Après, nous n’aurions jamais dû nous retrouver dans cette position avec un 4e QT joué de bonne manière.
    Néanmoins, j’espère qu’on ne lui proposera pas de contrat parce qu’on peut trouver mieux comme CB 2.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.