Week 13 ~ NYG – GB : Les Packers font le job

New York Giants – Green Bay Packers : 13 – 31

13-2

Le WR Lazard fait des merveilles (Photo : Evan Siegle)

Match sans grande émotion et sans grande ambiance dans un MetField Stadium à moitié vide et qui a comme prévu été le théâtre d’une domination sans conteste mais sans grand éclat des Green Bay Packers sur les New York Giants.

UN DÉPART EN FANFARE

Les Packers ont fait le job et d’abord la défense, une fois de plus, qui aura su tenir quand l’attaque cala en second quart-temps après avoir fait un départ tonitruant. Malgré 20 mn passés sur le terrain en 1ère mi-temps, elle limita les Giants à 10 pts sur 5 drives.

Pendant ce temps-là, Aaron Rodgers se déverrouillait comme prévu face à des lignes secondaires Giants constituées de 2 rookies et d’un joueur de 2ème année ayant manqué toute son année rookie pour blessure.

Mais surtout, le n°12 utilisa sa marque de fabrique : le jeu gratuit qui profite d’une faute pénalisable adverse (le plus souvent un faux départ) pour tenter une action d’éclat. C’est du moins ce qu’il pensa (car pas de mouchoir jaune de pénalité annoncé) sur la bombe de 43 yards qu’il lança pour Allen Lazard (WR) qui s’était joué de Janoris Jenkins (CB).

C’est un autre jeu gratuit qui donna un nouveau first down par une réception de 10 yards de Davante Adams. Puis à 8 yards de l’en-but, Rodgers trouvait plein centre Adams pour le TD d’Adams esseulé après qu’une bonne protection de l’OL lui fit snober la solution Jamaal Williams (RB) sur la gauche. (0-7)

Les Giants répondaient du tac au tac sur un terrain devenu enneigé. Grâce d’abord à une 4ème et 5 où la couverture de zone fut désastreuse entre Kevin King (CB) et Tramon Williams (CB) qui globalement n’auront pas été à la fête durant cette soirée, même si pour chacun d’entre eux, une interception viendra rehausser leur bilan.

Car sur le seul touchdown Giants de la soirée, Kevin King était tout simplement battu proprement sur une double feinte de Sterling Sharpe (WR) qui faisait quitter le slip du n°20 Packers. (7-7)

Après avoir avancé à la course (14 yards en 2 courses pour Aaron Jones, course de 15 yards de Rodgers), Rodgers, dans un fauteuil de protection, retrouvait Lazard (WR) en profondeur sur un tracé similaire à sa précédente réception, mais cette fois, la passe lui arrivait en pleine course pour le TD. (7-14)

13.jpg

Touchdown de Lazard (Photo : Evan Siegle)

Sur le drive suivant, NYG avançait à la faveur d’une nouvelle pénalité ridicule de 15 yards infligée à Blake Martinez (ILB) pour brutalité, avant que le jeune QB Daniel Jones n’offre une interception toute faite à Kevin King (CB), resté devant son WR, profitant de la couverture sécurisante de Savage (FS) derrière lui.

IntKing

La première des trois interceptions Packers du match, pour Kevin King (Photo : Evan Siegle)

Le 3ème drive de GB n’allait pas se solder par un touchdown. Si une première 3ème tentative était convertie par une passe de 16 yards vers Graham (TE), la seconde troisième tentative était manquée après un long essai de Rodgers, un peu sous-dosé, pour Valdes-Scantling (WR), entrainant un difficile FG dans la tempête de neige de 47 yards, réussi par Crosby (K). (7-17)

La défense allait également encaisser un FG, mais après un drive de 9 mn 30 des Giants. Un drive où on vit Za’darius Smith harasser le QB adverse, à l’image de son match : non récompensé par un quelconque sack mais toujours menaçant, et où Fackrell se joignait à la fête du pass-rush. Cependant, les Giants réussirent deux 4èmes tentatives, les deux fois par une courte course de D. Jones (QB), la seconde voyant Preston Smith subir le choc frontal face au QB !

55.jpg

Za’darius Smith (n°55), monstre d’envie (Photo : Evan Siegle)

Arrivés à 10 yards de l’en-but, NYG calait face à une défense de GB qui envoyait peu de monde au rush (grâce au travail de Kenny Clark (DT) notamment) pour bien couvrir les intervalles. FG des Giants. (10-17)

PUIS UN ASSOUPISSEMENT

Là où l’attaque de GB fut décevante, c’est à ce moment-là du match où à 2 mn 30 de la mi-temps, l’occasion était belle pour plier le match. Mais une pénalité pour « tenu » (holding) de E. Jenkins (LG) et un « drop » de D. Adams rendaient nulle la tentative de GB de marquer une dernière fois au score dans cette première mi-temps. (10-17 à la mi-temps)

Et puis GB repartait sur des bases stériles pour le 1er drive de la 2ème mi-temps. Si Lazard (WR) continuait son show et convertissait une 3ème et 13 sur une passe de 23 yards plein centre, les Giants fermaient les écoutilles au niveau de la course, provoquant le punt Packers.

CAPITALISATION SUR LES INTERCEPTIONS ADVERSES

Au lieu de prendre le large, GB voyait NYG revenir dans le match, qui appuyait encore sur Kevin King (CB), tolérant une réception de 29 yards de Slayton (WR), heureusement annulée pour une pénalité, et sur Tramon Williams (CB) qui prenait une réception de 43 yards plein centre de Latimer (WR). Mais encore une fois, la pression de Z. Smith (OLB) mettait sur le reculoir New York, qui se contentait d’un FG. (13-17)

Y aurait-il un 3ème punt de suite qui instillerait le doute dans les têtes de fromage ? Heureusement non. Et cette fois, c’est Davante Adams (WR) qui brillait, mais était aussi chanceux sur un fumble partant en dehors du terrain après une réception de 25 yards. Le n°17 provoquait ensuite une interférence de passe défensive avant de semer sson adversaire direct pour un TD aisé de 17 yards plein centre. Entre-temps, Rodgers aura fait son petit exploit du match en convertissant une 4ème et 10 (au lieu de tenter un FG de 52 yards dans le blizzard) pour un lancer de 15 yards capté par Allison (WR) en étant pris aux jambes par Markus Golden (OLB). VIDÉO. (13-24)

Ce drive de 7 mn de GB assommait quelque peu les Giants, qui s’enterraient avec une interception cadeau du QB pour Savage (FS) qui n’eut qu’à glaner l’offrande pour un retour de 28 yards. Dommage pour NYG, Barkley (RB) semblait trouver sa cadence (course de 16 yards permise par un beau plaquage manqué de T. Williams).

GB se chargeait de sanctionner D. Jones pour cette perte de balle. D’abord par Jamaal Williams avec deux beaux gains de 10 yards chacun, mais aussi par G-Mo Allison convertissant avec brio une 3ème et 5 au yard près sur un tracé extérieur. Si le n°81 est frêle physiquement, Rodgers apprécie les « routes » de son WR.

Une nouvelle interférence de passe défensive sur Adams (WR) amenait les Packers aux portes de l’en-but Giants. Et enfin, enfin, depuis 2 saisons qu’il fait partie de la maison verte et or, Marcedes Lewis, un des grands tight-ends des années 2000 qui termine sa carrière à Green Bay dans l’espoir d’un Super Bowl qui lui manque, a capté sa première réception de touchdown Packers sur un simple course vers l’extérieur, malgré le fait que Rodgers commençait à être plaqué à l’épaule. (13-31)

89.jpg

Touchdown de Marcedes Lewis ! (Photo : Evan Siegle)

Et pour mieux enterrer les espoirs new-yorkais, Daniel Jones (QB) lançait une 3ème interception sur un lancer trop puissant que Tramon Williams (CB) récupérait à 6 mn 30 de la fin.

Le punt suivant fut plus anecdotique pour les Packers car le drive fut joué pour faire écouler le chrono par des courses de Jamaal Williams (RB). Tout comme le dernier drive Giants conclu par un « turnover on downs » à l’orée des dernières mn, même si cela aura permis d’adoucir les statistiques du QB de NYG avec 78 yards supplémentaires à la passe.

NEXT

Face à une équipe en reconstruction, et en plus handicapée par quelques blessures majeures, les Packers ont rempli leur mission sans trembler mais sans non plus spécialement briller. Certes, les conditions climatiques ne permettaient pas un jeu aérien aisé et une démonstration comme face aux Oakland Raiders. Mais ce match ne nous aura pas éclairé plus sur la future destinée de cette équipe qui passera forcément par les play-offs.

Rodgers a assuré, fait plusieurs bons lancers profonds, mais c’était face à la plus faible défense aérienne de la NFL. Il y eut encore quelques moments d’incompréhension avec ses receveurs, notamment Valdes-Scantling qui est encore plus un sprinter qu’un receveur. En face, c’était costaud contre la course, eh bien Aaron Jones et Jamaal Williams n’ont pas trouvé la clé avant le « garbage time ».

Pareillement, en défense, on a su capitaliser sur un LT, un RT et un C suspects pour mettre en difficulté un QB plein d’avenir mais encore trop « vert » pour tirer son équipe seul vers le sommet. Barkley (RB) a fait sa meilleure performance depuis la semaine 2, date de sa blessure à la cheville ; ce qui n’est pas un bon élément pour notre défense dont les 3 interceptions pas spécialement spectaculaires masquent encore une certaine fragilité face aux WR et TE adverses (70 yards concédés à un TE rookie de 6ème tour qui en était à son 2ème match titulaire !).

Bref, un match qui ne restera pas dans les annales, dans une ambiance creuse. Mais la victoire est là, sans blessé. Et à ce stade de la saison, cela reste l’essentiel.

LES STATS

Score.jpg

New York Giants :

  • Daniel Jones (QB) : 20/37 à la passe, 240 yards, 1 TD, 3 INT
  • Saquon Barkley (RB) : 19 courses, 83 yards, 4.4 yards par porté
  • Kaden Smith (TE) : 6 réceptions, 70 yards
  • Alec Ogletree (ILB) : 5 plaquages, 4 plaquages assistés, 1 plaquage pour perte
  • 0 sack
  • 335 yards offensifs, 13 yards de plus que les Packers
  • Efficacité en 3ème tentative : 35 % (5 sur 14)
  • 31 mn de possession de balle

Green Bay Packers :

  • Aaron Rodgers (QB) : 21/33 à la passe, 243 yards, 4 TD
  • Jamaal Williams (RB) : 10 courses, 41 yards, 4.1 yards par porté
  • Allen Lazard (WR) : 3 réceptions, 103 yards, 3 TD
  • Blake Martinez (ILB) : 7 plaquages, 3 plaquages assistés
  • Darnell Savage (FS) : 2 plaquages, 2 plaquages assistés, 1 INT, 1 passe déviée
  • 0 sack
  • Efficacité en 3ème tentative : 53 % (7 sur 13)
  • 29 mn de possession de balle
  • 7 pénalités pour 54 yards concédés

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Les Packers ont accumulé plus de 200 yards offensifs face aux Giants, pour la 2ème fois lors des 4 derniers matchs

3 Comments

  1. Guile

    Comme tu le dis, on a fait le job sans plus… Il aurait été juste de bon ton d’enterrer les espoirs adverses sur la fin du 2e QT et début du 3e QT que sur le début du 4e mais bon…

    Après King commence vraiment à me gonfler… Hormis son interception qui n’est pas vraiment non plus une action d’éclat vu qu’il est peinard avec la couverture du Safety, il est trop systématiquement loin de son receveur et se faire prendre trop régulièrement. Les mecs n’avancent pratiquement que de son côté et ça devient problématique.
    Tramon est passé à côté de son match, il est plutôt bon cette année, c’est juste qu’il se fait régulièrement prendre sur la vitesse…

    MVS est porté disparu et ça commence vraiment à être inquiétant. Géronimo chope le ballon un peu quand ça le chante, on ne peut pas vraiment dire qu’il soit un receveur fiable cette année. Au final, on tourne surtout avec Adams et Lazard parce que Kumerow est aussi un intermittent du spectacle…

    Prochain match à domicile contre les Redskins avec un QB qui n’arrive pas à lancer de passe de TD. Franchement, ça me ferait mal qu’il arrive à en faire contre nous (allez, une à la limite).

  2. Roundeux

    On remercie Daniel Jones pour les cadeaux et on envoie Z lui filer une tape sur l’épaule.

    @ Guile
    Le pauvre Kumerow est victime de l’obsession de la passe vers Adams et Graham, j’ai l’impression, le play call se sert surtout de lui comme leurre ou option de secours parce qu’il attire toujours la D à lui en suivant parfaitement ses routes. Je sais même pas si on a un seul jeu qui le mette option 1 alors qu’il est souvent fiable et qu’on aurait bien besoin de lui sur des 3rd down. Bref, on optimise pas l’effectif, loin de là. Et je parle même pas de Lewis qui a enfin palpé son premier TD, alleluiah !

    Scott aurait-il trouvé le réglage du thermostat ? Ça soulagerait bien nos ST et à force de tester des retourneurs (Tremon Smith out, enter Tyler Ervin), on finira bien par en trouver un potable, sinon faudra fouiller à la draft. Espérons juste que Crosby ne se remette pas à cafouiller au mauvais moment…

    Bref, profitons des matches abordables de fin de saison pour nous refaire la cerise avec quelques W à notre portée et espérer une enflammade spéciale PO bien improbable avant de voir des trucs vraiment excitants comme la FA et la draft 😀 .

  3. The_Chosen_One

    Une semaine après la gueule de bois terrible de SF que j’ai eu beaucoup de mal à accepter et digérer, petite analyse du match

    Points négatifs :
    Run game médiocre
    Spécial team naze (sauf Crosby parfait)
    Martinez leader du plaquage à contretemps et nul en couverture
    Jimmy Graham invisible
    Réticence à tester des cibles (Sternberger, Tonyan, Vitale, Kumerow et même Grant qui est toujours inactif)

    Points positifs
    Lazard et Za’darius
    Les turnovers
    Clark qui semble se réveiller doucement
    Enfin pas pris une valise de points

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.