Quoi de mieux pour terminer la saison régulière des Packers que de recevoir son rival centenaire avec des play-offs en ligne de mire tout en décrochant la 10ème victoire consécutive contre les Bears ?

RIVALITÉ FINALE

La dernière fois que GB a joué sa qualification en play-offs lors d’une dernière journée face aux Bears, c’était lors de l’inoubliable semaine 17 de la saison 2013 où Rodgers trouva Cobb sur 4ème et 8 pour le TD victorieux à 30 secondes de la fin du match.

Dans son année 1 de reconstruction, GB est déjà mieux loti (bilan de 8-8) que Chicago (bilan de 7-9) qui a l’occasion d’accrocher le bilan des Packers et qui se feraient un malin plaisir de détruire les espoirs de play-offs des Packers.

CHI termine sa 3ème saison de reconstruction après la draft en 2021 du QB actuel Justin Fields. Ce dernier affiche désormais un bilan de 12 victoires pour 33 défaites en carière. Néanmoins, les Bears restent sur une deuxième partie de saison bien mieux réussie que la première en affichant un bilan de 5-2 actuellement après avoir débuté la saison par un 2-7. Au point que les Bears sont en réflexion sur le futur 1st pick de la draft récupéré des Carolina Panthers. QB or not QB ?

BLOQUER LE CHAMP À FIELDS

Pourtant, Justin Fields mène la 28ème attaque en yards totaux à la passe, 24ème attaque en yards par passe et la 24ème attaque en % de passes complétées.

Mais dans la foulée de la dernière bonne série de victoires des Bears, Fields a sorti quelques matchs corrects dont la dernière victoire face aux Falcons 37-17. Mais cela ne change pas le fait que Fields fait partie des QB avec le moins de jeux explosifs parmi les QB qui ont joué au moins la moitié des matchs NFL cette année.

Fields a réussi néanmoins à se connecter avec son WR 1 DJ Moore. À tel point que le receveur récupéré dans le trade avec les Carolina Panthers représente plus de la moitié des yards à la passe de Justin Fields ! Autant dire que la défense aérienne devra se concentrer sur ce joueur comme elle doit le faire quand elle rencontre un Justin Jefferson des Vikings (en premier lieu, le CB 1 de retour après sa suspension d’un match : Jaire Alexander). D’autant plus que le WR 2 Darnell Mooney sera absent.

Mais ne nous trompons pas, la force des Bears n’est pas aérienne mais bien comme de tradition au sol. Ce qui est moins traditionnel, c’est que le meilleur coureur des Bears soit son QB. En effet, les actions les plus spectaculaires et les plus productives de Fields sont bien souvent des courses résultant d’improvisations du QB face au pass-rush adverse.

Ainsi, Fields a la 2ème meilleure moyenne de yards par course pour les joueurs à + de 100 courses sur la saison, juste derrière un certain Lamar Jackson, le QB des Ravens en lice pour le titre MVP.

Autant dire que la mission première de la défense de GB sera de fermer la nasse du pass-rush, et non pas de courir sans réfléchir vers le QB qui par ses feintes pourrait vite faire payer l’empressement des rushers Packers face une OL contre la passe pas vraiment balèze.

Il ne faudra pas offrir d’autre solutions à Fields que de passer et comme Fields attaque peu la profondeur, il faudra resserrer les lignes vers celle de mise en jeu tout en doublant son attention sur DJ Moore.

Avec Fields ou avec ses RB (Herbert, Foreman, R. Johnson), les Bears sont d’abord une attaque au sol : 2ème attaque NFL en yards totaux à la course, 3ème attaque en % de jeux à la course, 6ème attaque en yards par course. Le jeu défensif à appliquer sera donc similaire avec des joueurs resserrés et attentifs sur les prises de ballon face à une OL bonne en run block. En gardant à l’esprit que le meilleur coureur des Bears reste son QB.

UNE DÉFENSE BEARS EN PROGRÈS

Dans leur recherche de leur glorieux passé et après une saison 2022 où leur défense fut une des pires de la ligue, les Bears ont tenté de reconstituer un ersatz des Monsters of Midway des bords du lac Michigan.

Les gros investissements de l’inter-saison, où les Bears ont largement entamé leur cap space de 100 M$, ont eu des fortunes diverses.

Si TJ Edwards (ex-Eagles) a répondu présent au poste de Strong LB de cette défense 4-3, l’ex-Bills Tremaine Edmunds (ILB – 3ème cap hit à son poste en 2023) a été moins satisfaisant.

Tout comme Demarcus Walker (DE), 3 sacks cette saison contre 8 la saison passée chez les Tennessee Titans, et le vétéran Yannick Ngakoue, 19,5 sacks ces deux dernières années et compteur bloqué à 4 cette année. Ngakoue sera absent, saison terminée depuis la semaine 14.

Mais son absence a été largement compensée par l’acquisition de Montez Sweat (DE) pour un 2ème tour de draft donné aux Washington Commanders à la mi-saison. Le changement de casaque n’a pas perturbé Sweat, 6 sacks depuis la semaine 9 avec les Bears.

Mais Sweat est vraiment l’unique menace du pass-rush Bears qui est 22ème en taux de pression et 31ème en sacks alors qu’elle n’est pas spécialement adepte des blitz (20ème NFL). On peut faire confiance à Tom (RT) qui a maîtrisé Danielle Hunter la semaine passée (pourtant 15,5 sacks avec les Vikings). Mais il est fort probable que Sweat tente de forcer le côté de R. Walker (LT). Au n°63 de se sublimer pour que Love soit à l’aise derrière son OL.

Malgré un pass-rush faiblard, les Bears n’autorisent pas de gros gains à la passe (11ème NFL en yards concédés à la passe) grâce à de bonnes lignes secondaires. Celles-ci, avec leurs LB, utilisent un facteur X qui les fait briller : les interceptions.

N°1 NFL sur les interceptions, les Bears sont donc une menace dans les airs qu’il ne faudra pas nourrir. CHI devra néanmoins faire sans son leader en la matière Jaylon Johnson (CB).

Les Packers pourront compter sur un Aaron Jones (RB) enfin en pleine possession de ses moyens cette saison. Attention toutefois à cette défense Bears contre la course, n°3 NFL en yards concédés par course. D’autant plus que GB ne pourra pas compter sur un A.J. Dillon pourtant idéal pour un match de janvier et les températures négatives prévues au Lambeau Field. Pour l’occasion, Emanuel Wilson (RB) a pu être sorti dans le bon timing de la liste de blessés.

Avec Aaron Jones et les retours de Christian Watson (WR) et Musgrave (qui sera sûrement TE 2 sur ce match), Jordan Love (QB) pourra donc théoriquement bénéficier de l’entièreté de son arsenal offensif (sauf A.J. Dillon) pour la 1ère fois de la saison. Idéal pour un rush en play-offs. ^^

Car l’enjeu principal de ce match, c’est bien la qualification en play-offs, celle qui n’était pas espérée par beaucoup de cheeseheads en début de saison pour cette attaque en reconstruction.

Oui, la conférence NFC cette année permet cette possibilité mais c’était attendu en début de saison. Les Packers ont une chance à saisir et il serait maintenant de très mauvais effet qu’ils en soient privés par l’ennemi historique actuellement dans le top 10 de la prochaine draft avec leur bilan de 7-9.

Pour que ce nouveau GB s’aguerrisse à vitesse grand V, une qualification dans le cirque des play-offs donnerait une première expérience, d’autant plus que tout apparaît possible dans ce tour des wild-cards NFC.

packers-bears-game-on-amazon-and-tv_fullsize_story1

LES COMPOSITIONS PROBABLES

GREEN BAY PACKERS

Attaque :

Love (QB) – A. Jones (RB) – R. Walker (LT) – E. Jenkins (LG) – Myers (C) – Runyan (RG) – Tom (RT) – Kraft (TE) – Doubs (WR) – Watson (WR) – Reed (WR)

Défense :

Clark (DT) – Slaton (NT) – Wyatt (DE) – Gary (OLB) – Q. Walker (ILB) – Campbell (ILB) – P. Smith (OLB) – Valentine (CB) – Alexander (CB) – Savage (FS) – Owens (SS)

CHICAGO BEARS

Attaque :

Fields (QB) – Herbert (RB) – B. Jones (LT) – T. Jenkins (LG) – Whitehair (C) – N. Davis (RG) – Wright (RT) – Kmet (TE) – Tonyan (WR) – DJ Moore (WR)  – T. Scott (WR)

Défense :

D. Walker (DE) – Billings (DT) – J. Jones (DT) – Sweat (DE) – T.J. Edwards (OLB) – Edmunds (ILB) – Sanborn (OLB) – Stevenson (CB) – K. Gordon (CB) – Brisker (S) – E. Jackson (S)

Coup d’envoi dimanche 7 janvier 2024 à 15h25, heure locale, 22h25, heure de Paris.

GO PACK GO !

GreenBayPackersFrance