La réception cruciale de Doubs (WR) à 2 mn 30 de la fin (Photo : Evan Siegle)

En Caroline du Nord, les Packers ont assuré le fond, la victoire, mais pas la forme en ayant permis la meilleure performance offensive de l’année de la pire escouade offensive de la NFL en 2023. De quoi mettre plus que jamais le coordinateur défensif sur la sellette et mettre la défense comme chantier n°1 de la prochaine inter-saison.

Carolina Panthers – Green Bay Packers : 30 – 33

INVASION AÉRIENNE

Victoire attendue des Packers chez le dernier NFL, en lice pour donner son 1st pick de la draft 2024 aux Chicago Bears avec qui ils avaient échangé le 1st pick 2023 pour choisir leur QB Bryce Young.

Le score final est le plus faible écart du match (une fois passés les 1ers drives de chaque équipe bien sûr). Il ne reflète pas vraiment la physionomie du match où GB a constamment mené et même compté deux TD d’avance à l’entrée du 4ème quart-temps (16-30).

Mais c’est justement dans ce 4ème quart-temps où il a fallu que l’attaque hoquète par deux fois (deux punts faisant suite à deux 3 and out) pour que GB se mette en danger à cause d’une défense contre la passe devenant aussi mauvaise que la défense contre la course.

À croire que ces Packers ne peuvent défendre correctement la course et la passe, quelque soit l’adversaire. Comme contre les Buccaneers, GB a su annihiler le jeu de course classique : 2,4 yards par course des deux RB Hubbard et Sanders. Mais comme contre Tampa Bay, GB s’est fait découper à la passe dans les intervalles avec cette fois la faute qui en incombait principalement aux lignes secondaires.

Pourtant, celles-ci voyaient le retour de leur paire théorique de CB titulaires Jaire Alexander et Eric Stokes. Mais les n°21 et 23 ont pris le bouillon, et méchamment. J’aimerai voir les Packers en play-offs, rien que pour voir si les deux anciens 1ers tours de draft peuvent progresser et retrouver un niveau digne de ce nom. Surtout pour Alexander, CB le mieux payé en NFL, pour qui je crains que la fragilité de ses épaules ne fasse de lui un CB non plaqueur.

Comme face aux Buccs, le pass-rush a d’abord su mettre la pression contre le QB. Avec même parfois, ô miracle, 5 joueurs envoyés au pass-rush. En résultaient des incomplétudes de passes. Cela masquait pour un temps la couverture de zone toujours aussi perméable où une première réception du TE adverse pour 30 yards sonnait comme une alerte.

Les Panthers ne ramenaient que 3 pts de leurs deux premiers drives alors que les Packers marquaient dans le même temps 2 TD. Ces deux premiers drives voyaient le retour d’un Aaron Jones (RB) en forme profitant pour une fois de bons blocks de son OL : 9 courses, 82 yards (+ 1 réception de 8 yards) en 2 drives !

On a retrouvé le vrai Aaron Jones (Photo : Evan Siegle)

Dans les deux cas, Aaron Jones n’eut pas le plaisir de finir le boulot : TD d’A.J. Dillon et de Love, tous deux sur des courses d’1 yard. (3-13)

Ensuite, CAR surprenait GB par une WR reverse pour leur TD de 20 yards. Sur ce drive, les Panthers avaient réussi deux 3eme tentatives à la passe, profitant de la misérable « zone cover » d’abord et de Stokes (CB) clairement en manque de repères. (10-13)

Carlson (K) ajoutait 3 pts de + par un FG de 53 yards, effaçant un peu sa bourde de la transformation manquée auparavant. (10-16)

La défense de GB se montrait alors intraitable contre la course, stoppant des Panthers qui prirent bizarrement cette option en 4ème et 2.

En cette fin de 1ere mi-temps, Love montrait ses progrès en trouvant par 3 fois… le WR 7 Bo Melton (27 yards), notamment sur une improvisation en 3ème tentative. C’est encore sur une improvisation que le n°10 se connectait en 3ème tentative avec Wicks (WR) pour le TD. Le choc infligé à Wicks par le safety sur le TD sortira alors le receveur du match. (10-23 à la mi-temps)

Touchdown de Wicks (Photo : Evan Siegle)

DE LA MARGE AVANT LE RETOUR ADVERSE

Avec la balle en main pour débuter la 2ème mi-temps, GB manquait l’occasion d’assommer son adversaire. Un blitz absolument non bloqué de Luvu (ILB) aboutissait au sack et forçait GB au 3 and out.

CAR saisissait l’occasion en marquant un TD après un drive de 8 mn 20. Les Panthers purent avancer d’abord avec un QB sneak sur 4eme et 1 qu’un boiteux aurait pu réussir tant l’alignement défensif laissait des courants d’air dans les couloirs. La même non anticipation de la défense permit le TD trop facile de 4 yards d’Hubbard (RB), dans une action qui n’en rappelle que trop cette saison et celles d’avant. (16-23)

TD trop simple de Hubbard (n°30) – (Photo : )

GB répondait du tac au tac avec le retour d’un Aaron Jones percutant. Mais en redzone, LaFleur crut bon d’envoyer 2 fois A.J. Dillon pour 2 yards. Sur la 3ème, Love se connectait en coin avec Doubs (WR) dans une connexion de type Rodgers-Adams.

Auparavant, Doubs avait perdu le ballon après une belle réception et un beau gain « after catch ». Une action qui résume ce qui sépare Doubs d’un bon WR d’un très bon WR. Le concernant, un manque de concentration et des mains pas si sûres dans le processus complet de réception. Sur ce coup, Deguara (TE) avait sauvé la mise en recouvrant le fumble. (16-30 à l’entrée du 4eme quart-temps)

Réception plein centre de Doubs qui perdra le ballon sur le choc à venir (Photo : Evan Siegle)

En puntant sur sa possession suivante (Ah, un blitz de GB en 3eme tentative !), CAR donnait les clés du match à GB. Qui ne saisissait pas l’occasion (3 and out).

Il ne fallait pas le dire deux fois aux Panthers. Surtout quand la défense gâche les bénéfices d’un sack de Preston Smith (OLB). Sur la 3ème et 12, Alexander autorisait la réception de 16 yards de DJ Chark. Toutefois, il forçait le fumble, mais récupéré par un Panther. Sur l’action, Wyatt (DE) prit une pénalité de 15 yards pour simplement s’être jeté sans violence dans la mêlée du fumble.

En redzone, Bryce Young (QB) se faisait plaisir comme rarement en délivrant la passe slant de TD pour un DJ Chark (WR) ayant largué Stokes (CB). (22-30)

Stokes battu (n°21), TD de DJ Chark (Photo : Evan Siegle)

Après avoir mené le match et contenu comme ils pouvaient les Panthers, les Packers s’exposaient après un 3 and out qui redonnait le ballon à CAR à 7 mn de la fin (notamment après une tentative de play action très mal exécutée).

On atteignit alors le point classique du match où au 4ème quart-temps, la défense des Packers n’est plus que fromage fondu.

Sauf qu’en face, c’était la + faible attaque NFL. Il ne fallut pourtant que 2 mn à CAR pour remonter le terrain et marquer le TD par encore une connexion Young-Chark. (30-30)

4 mn à jouer. De suite confronté à une 3eme et 4, Love tentait une passe contestable pour Doubs bien couvert. Le WR captait le ballon, atterrissait au sol avec et le relâchait dans des roulades hors terrain. Jugée réception, celle-ci ne fut pas inversée après révision vidéo. Symbole d’une saison NFL où les décisions contestables n’ont jamais semblé aussi fréquentes et où la définition même d’une réception n’est plus si certaine.

Doubs garde le ballon en retombant au sol après sa réception (Photo : Evan Siegle)

Après ce signe du destin, Love trouvait magnifiquement Kraft (TE) dans le chas d’une aiguille pour 20 yards. Tout ça juste à la reprise après le 2 mn warning. Presque une balle de match qui cramait l’avant-dernier temps mort des Panthers.

4 tentatives et 1 mn 54 à faire couler. LaFleur allait logiquement courir. Toutefois, j’aurai aimé voir sur la 3eme tentative une play action puis un « roll out » de Love pour une passe pour un TE. Et en cas de TE non démarqué, Love aurait pu soit courir, soit se coucher dans le terrain.

Ce fut finalement une course de Patrick Taylor pour 1 yard. GB la jouait sécurité pour tenter un FG de 32 yards. Carlson (K) ne tremblait pas. (30-33)

Il restait 19 secondes aux Panthers. GB avait bien fait défiler le chrono. Toutefois, il laissait son sort à la grâce de sa défense, ce qui n’était peut-être pas la meilleure idée au vu de l’ensemble du match. Mais bon, 19 secondes contre la pire attaque NFL, cela devait le faire. On n’était pas face à Josh Allen ou Patrick Mahomes non plus !

Eh bien, GB a failli créer l’impensable. D’abord, une réception spectaculaire en bord de touche de DJ Chark ayant pris l’ascendant sur Nixon (CB) pour 22 yards. Mais ce qui m’a fait encore plus hurler sur cette action, c’est de ne voir que 3 joueurs au pass-rush avec un Alexander (CB) et Q. Walker (ILB) passifs juste derrière à espionner je ne sais quoi puisqu’avec aussi peu de temps, un run du QB aurait été une bonne affaire défensive.

13 secondes à jouer. Bryce Young trouve Adam Thielen (WR) pour encore 22 yards, mais cette fois plein centre. Le temps de l’action, de la réception et du repositionnement des effectifs, le QB des Panthers jeta le ballon au sol… une seconde après l’expiration du temps.

Une finalité de match un peu bizarre mais qui satisfaisait bien GB. Certes, il fallait encore que le kicker de CAR mettre le FG de 48 yards (il avait raté deux XP dans le match) pour obtenir les prolongations. Mais clairement, la tendance n’était pas favorable aux Packers qui venaient de subir un 14-3 pour finir le match. (30-33, fin du match)

LA DÉFENSE PLUS QUE JAMAIS EN QUESTIONNEMENT

La défaite contre les Buccs avait mis en lumière des carences défensives énormes à la passe, des carences qu’on croyait cantonnées au jeu au sol.

Si on pouvait imaginer que cette performance ne soit pas totalement inversée une semaine après, le scénario permettant la meilleure performance offensive de la pire attaque NFL était tout de même difficile à concevoir.

Tout ce qui a été dit la semaine passée contre une équipe leader de sa division et en lice pour les play-offs se retrouve à être répété face à la pire équipe de la NFL.

De 9ème NFL en points encaissés il y a deux matchs, GB est désormais 19ème NFL dans ce classement. Les Packers ont encaissé ainsi une moyenne de + de 29 pts sur les 3 derniers matchs. Trois matchs contre les Giants, les Buccaneers et les Panthers, 3 équipes au bilan négatif au moment du match.

Ces récentes valises de points sont un camouflet pour le coordinateur défensif qui s’est longtemps rangé derrière cette moyenne pour défendre ses tactiques.

Des évolutions ont pu être constatées lors de ce match contre les Panthers mais trop minimales au milieu d’un flou artistique patent. Un flou artistique que la grande gueule d’Alexander (CB) n’a pas manqué de souligner en avouant en interview d’après match la mauvaise performance collective et que les défenseurs respectaient les consignes défensives, tout en s’exonérant d’une auto-critique qui aurait été bienvenue mais dont on sait qu’il n’en est pas un modèle.

Encore une fois, le vestiaire défensif est train de lâcher son coordinateur en rase campagne. Et Matt LaFleur s’expose de plus en plus à ne pas prendre les dispositions évidentes de sa résiliation. Puisque normalement il est difficilement concevable de conserver Joe Barry après cette saison. Normalement…

La focale n’est désormais plus dirigée vers Jordan Love (QB). Et c’est bien parce qu’il ne fait plus parler de lui en mal. Le QB des Packers vient d’achever son 7ème match 2023 à multiples TD et aucune interception. Seuls les QB des Cowboys (Prescott) et des 49ers (Purdy) ont fait aussi bien dans toute la NFL cette saison, deux QB qui furent un temps dans la conversation du titre MVP.

Clairement, Love (QB) a passé un palier à la mi-saison et se lance de plus en plus dans des improvisations à la Rodgers. Il gagnerait cependant à parfois jouer plus simple et plus fortement en première intention. Mais ça commence à venir aussi (TD de Doubs).

Et sans rajouter au niveau de Love qui est encore perfectible, comment ne pas répéter les nombreuses absences en attaque avec lesquelles il a dû composer. Rien que sur la deuxième mi-temps contre Carolina, il ne disposait pas de Watson (WR), Reed (WR), Wicks (WR) ou Musgrave (TE).

Pour encore mieux forcer la similitude avec Rodgers, il doit désormais composer avec une défense qui n’arrête plus grand-chose. Love sera là en 2024 et pour encore longtemps.

On a encore envie de voir se développer cette attaque et de voir réagir cette défense. Pour cela, je ne suis pas contre une qualification en play-offs dans une conférence NFC ouverte. Et de toute façon, chaque match est une expérience grandeur nature à glaner pour ces Packers nouvelle génération.

Malgré cette victoire à Carolina, les Packers n’ont plus leur destin en main pour leur qualification en play-offs. Vikings, Rams et Seahawks se dressent sur leur chemin. Il leur faudra de l’aide pour une défaite des Rams ou Seahawks lors des deux dernières journées. Pour les Vikings, GB peut régler ce problème dimanche prochain, soir de réveillon, à Minneapolis pour bien aborder l’année 2024.

LES STATS

GREEN BAY PACKERS :

  • Jordan Love (QB) : 17/28 à la passe, 219 yards, 2 TD, 109.1 rating ; 1 TD à la course (1 yard)
  • Aaron Jones (RB) : 21 courses, 127 yards, 6.0 yards par porté
  • Romeo Doubs (WR) : 4 réceptions, 79 yards, 1 TD, 1 fumble perdu
  • Tucker Kraft (TE) : 4 réceptions, 60 yards
  • Preston Smith (OLB) : 2 plaquages, 1 plaquage assisté, 1.5 sacks, 4 QB hits, 1 plaquage pour perte
  • 162 yards à la course
  • 0 turnover
  • Efficacité en 3ème tentative : 57 % (8/14)
  • Efficacité en 4ème tentative : 0 % (0/0)
  • Efficacité en redzone : 75 % (3/4)
  • 6 pénalités pour 67 yards concédés
  • 28 mn 30 de possession de balle

Carolina Panthers :

  • Bryce Young (QB) : 23/36 à la passe, 312 yards, 2 TD, 110.0 rating
  • Chubba Hubbard (RB) : 16 courses, 43 yards, 2.7 yards par porté, 1 TD
  • DJ Chark (WR) : 6 réceptions, 98 yards, 2 TD, 1 fumble perdu
  • Frankie Luvu (ILB) : 6 plaquages, 4 plaquages assistés, 1 sack, 1 plaquage pour perte, 1 QB hit
  • 0 turnover
  • Efficacité en 3ème tentative : 64 % (6/13)
  • Efficacité en 4ème tentative : 50 % (1/2)
  • Efficacité en redzone : 100 % (3/3)
  • 8 pénalités pour 87 yards concédés
  • 31 mn 30 de possession de balle

LE MOMENT DU MATCH

  • À 2 mn 30 de la fin du match, la passe de 36 yards convertie sur 3ème et 4 par la réception spectaculaire et contestée de Romeo Doubs, ce qui amènera le FG de la victoire quelques jeux plus tard.

LES DÉTAILS QUI TUENT

  • Premier match 2023 où un RB des Packers dépasse les 100 yards
  • 312 yards à la passe pour Bryce Young, lui qui n’avait jusque-là dépassé les 250 yards

GreenBayPackersFrance