Échauffement Week 12 – 2022 : PHI – GB

scouting-report-eagles-packers

Vaincre ou mourir. Cette fois, les Packers sont réellement dos au mur de leur saison 2022. Une défaite les éliminerait déjà de la course aux play-offs. Du jamais vu dans l’ère d’Aaron Rodgers. C’est dire l’enjeu de ce match contre les n°1 de la conférence NFC, tout simplement. Le challenge est donc de taille et va sonder les tripes des Packers.

DERNIÈRE ÉTAPE AVANT LE PRÉCIPICE ?

Oui, une défaite à Philadelphie sonnerait le glas des espoirs Packers, au bilan de 39 victoires et 10 défaites avant cette saison 2022. GB serait alors avec un bilan de 4-8. Mathématiquement, maintenant que les play-offs invitent 7 équipes par conférence, ceux-ci pourraient être encore possibles avec un bilan de 9-8, comme pour les Eagles en 2021.

Mais les Packers sont actuellement 11ème NFC et trop d’équipes sont devant eux, si bien qu’il faudrait un incroyable concours de circonstances pour que GB soit en PO avec un bilan de 9-8. Pour réellement espérer, GB doit viser un bilan de 10-7. Mais cette équipe des Packers le peut-il ?

LE PROBLÈME HURTS

Face à cette équipe des Eagles, on va vite être fixé, vu la qualité adverse de l’effectif et surtout la spécificité du QB qui l’emmène : Jalen Hurts.

Prototype du QB coureur, les capacités de coureur de l’ancien QB d’Oklahoma font partie intégrante du cahier de jeu offensif des Eagles. Hurts est tout simplement le QB qui tente le plus de courses en NFL : 110 ! Moins efficace que Lamar Jackson (Baltimore Ravens) et même Josh Allen (Buffalo Bills), Hurts est une telle menace au sol qu’elle va forcément mobiliser un joueur adverse en « spy » (l’ILB Quay Walker).

Cette dualité du QB Eagles permet d’embrouiller les défenses adverses, d’autant plus qu’il évolue derrière une top OL, parfois même citée comme la meilleure en NFL (malgré le fait d’être n°19 au nombre de sacks concédés). Une OL vieillissante (29 ans de moyenne d’âge) mais dont l’unité exceptionnelle s’est justement forgée avec les années.

Et cette année, les Eagles ont en plus enfin trouvé le vrai WR n°1 de qualité qui leur faisait défaut ces dernières années. Ils ont acquis par un échange audacieux à la draft (un 1er tour donné) A.J. Brown, l’ex WR des Tennessee Titans. A.J. Brown est ainsi actuellement le WR n°5 NFL au nombre de TD marqués et le WR n°8 NFL au nombre de yards.

L’attaque aérienne des Eagles est devenue une des + prolifiques en NFL : n°2 en terme de yards par passe complétée et n°4 au % de passes complétées. De plus, Hurts est bien précautionneux avec son ballon : avec 3 INT cette saison, personne ne fait mieux que lui en NFL actuellement.

L’attaque à la course apparait moins puissante (n°19 NFL en yards par course) mais la dualité de la menace QB-RB dans ce secteur ajoute une difficulté supplémentaire. D’autant que Miles Sanders (RB) reste une arme de choix au sol mais sa part est diminuée d’autant que Jalen Hurts court.

Il manquera De’Vondre Campbell (ILB) dans la défense Packers, ce qui est dommageable contre une telle équipe. Quay Walker devra analyser le jeu le plus rapidement possible afin que Hurts ne fasse pas de la défense Packers son petit joujou. Barnes (ILB) devrait être souvent aligné dans une 3-4 classique pour faire face à une équipe des Eagles, n°4 NFL en % de jeux dédiés à la course.

La tâche du pass-rush qui souffre de l’absence de Rashan Gary (OLB) va être immense face cette top OL. Les Packers ont « réclamé » sur les waivers un OLB qui était titulaire en début de saison chez les Los Angeles Rams, Justin Hollins. Un OLB que le coordinateur défensif Joe Barry a coaché avant son arrivée aux Packers. Hollins devrait rentrer dans une rotation derrière Preston Smith, Enagbare et Garvin. On espère que Joe Barry soit + agressif avec des blitz créatifs, c’est de toute façon le moment ou jamais.

Du côté des lignes secondaires, on va voir si Alexander (CB) est bien aligné 100 % du temps sur le WR n°1 adverse (A.J. Brown), lui qui est payé pour le faire. Et si GB est aligné souvent en 3-4, cela ne laissera que 2 CB et 2 S : qui de Ford ou Savage sera alors aligné en FS ?

SANS COURSES, POINT DE SALUT

Pour l’attaque des Packers, et s’ils ne l’avaient pas encore compris, le salut viendra par le sol. Après la prestation convaincante contre les Dallas Cowboys avec une balance de jeu équilibrée et une victoire contre une équipe actuellement à 8-3, les Packers sont retombés dans les mêmes travers face aux Titans qui leur avaient en plus bien confisqué le ballon.

Le jeu au sol sera encore le salut de GB puisque si les Eagles offrent une faiblesse, c’est bien leur défense contre la course : 19ème NFL en yards encaissés par course, soit à peu près pareil que les Packers pour vous situer (GB : 21ème). Il serait donc inconcevable que les Packers n’appuient pas sur cet aspect, mais allez savoir…

D’autant plus que la défense aérienne des Eagles fait peur sur le papier. D’abord le front-7, et surtout la DL de 4-3. Notre intérieur de ligne (E. Jenkins, Myers, Runyan) n’offre pas vraiment de bonnes garanties depuis quelques semaines et affronter le duo Cox-Hargrave va donner des sueurs froides aux cheeseheads.

Le pass-rush est n°3 NFL au nombre de sacks, mais on a vu que le pass-rush Cowboys, pourtant n°1 NFL, fut éteint à GB, grâce au jeu de course et aux performance du duo de tackles Bakhtiari – Nijman. Ce combo sera forcément à rééditer si GB veut s’en sortir.

Il ne faudra pas que Rodgers force son jeu et soit imprécis comme il l’a été depuis le début de saison car les « ball-hawks » veillent à l’arrière-garde des Eagles. Ceux-ci sont tout simplement les n°1 NFL au niveau des interceptions avec le leader NFL C.J. Gardner-Johnson (6 INT) et 3 joueurs (Gardner-Johnson et les CB Bradberry et Slay) à au moins 3 INT alors que les meilleurs Packers sont bloqués à 2 (Douglas et Ford).

Ce pass-rush et ces lignes secondaires font de la défense Eagles contre la passe la n°1 de la ligue (n°1 en yards encaissés par passe ; n°4 en % de passes complétées). Un sacré test pour notre corps de WR où la révélation Watson pourra prouver une fois encore qu’il en a sous le coffre face à une telle adversité.

UN MATCH QUI SERA INSTRUCTIF

Voilà, on y est. Les Packers sont dos au mur et doivent rencontrer une des meilleures équipes de la ligue actuellement (n°4 points offensifs, n°6 points encaissés en défense) en « prime time » dimanche soir. Ce match sera t-il celui du crash ou de la renaissance improbable ?

Tout reste possible dans un match de NFL. Les Eagles apparaissaient imbattables il y a encore quelques semaines et ont été à deux doigts d’encaisser deux défaites de suite contre deux équipes au bilan négatif (Washington Commanders et Indianapolis Colts). La principale différence : lors des 8 premiers matchs (8-0), les Eagles n’avaient effectué que 3 turnovers. Dans les deux derniers matchs, ils en commis 6…

En 2016, la renaissance apparaissait toute aussi improbable alors que les Packers avaient un bilan de 4-6 après une lourde défaite chez les Washington Redskins. Mais le match de la semaine 12 fut le début de l’incroyable « run the table », une résurrection débutée par une victoire… chez les Philadelphia Eagles 27 à 13.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

PHILADELPHIA EAGLES

Attaque :

Hurts (QB) – Sanders (RB) – Mailata (LT) – Dickerson (LG) – Kelce (C) – Seumalo (RG) – L. Johnson (RT) – Stoll (TE) – A.J. Brown (WR) – D. Smith (WR) – Q. Watkins (WR)

Défense :

J. Sweat (DE) – Hargrave (DT) – Cox (DT) – Graham (DE) – Reddick (OLB) – T.J. Edwards (ILB) – K. White (OLB) – Bradberry (CB) – Slay (CB) – Epps (FS) – Gardner-Johnson (SS)

GREEN BAY PACKERS

Attaque :

Rodgers (QB) – A. Jones (RB) – Bakhtiari (LT) – E. Jenkins (LG) – Myers (C) – Runyan (RG) – Nijman (RT) – Tonyan (TE) – Watson (WR)  – Cobb (WR) – Lazard (WR)

Défense :

Clark (DT) – Reed (DE) – Lowry (DE) – Enagbare (OLB) – Q. Walker (ILB)  – K. Barnes (ILB) – P. Smith (OLB) – Alexander (CB) – Douglas (CB) – Savage (FS) – Amos (SS)

Coup d’envoi dimanche 27 novembre 2022 à 20h20, heure locale, 2h20, heure de Paris.

1 Comment

  1. Guile

    Bon bah voilà, la saison est officiellement cramée dans un match où l’équipe a sorti sa meilleure performance offensive et sa pire performance défensive.

    Quand tu vois que Hurts colle plus de 100 yards à la course en 1 QT, tu sens que ça va être dur. Et par-dessus ça, ils n’ont pas eu à punter une seule fois…
    Comme d’hab, la défense s’est fait mangée à la course et Hurts a, à peine, eut à faire quelques lancers pour fermer la discussion.

    L’attaque a semblé pouvoir tenir le rythme mais la baisse de régime de l’OL sur 2-3 drives (donnant quelques sacks pour Rodgers) a sonné le glas des espoirs qu’il me restait de voir les Packers gagner 43-40.
    Niveau attaque, c’était mieux malgré les deux INT de Rodgers. Bon sur la première, le ballon tape le casque du joueur de Philly pour aller directement dans les bras du CB, c’est pas de bol.
    Pour la seconde, c’est 1/3 la faute de Rodgers qui anticipe mal le mouvement du défenseur, 1/3 de Tonyan qui est assez passif sur le placement pour la réception et 1/3 de bonne inspiration de Blankenship (dire que je l’avais dans quelques mock 🙂 ).
    Mais il y a eu quelques beaux lancers pour les TD de Cobb ou de Jones. A se demander si son pouce cassé ne le gêne pas beaucoup plus que ce qu’il dit.

    Point qui te désoles et te fais rager : quand tu vois les retours de kick-off de Nixon et que tu repenses qu’on a dû se coller Amari Rodgers pendant 1 saison et 10 matchs…

    Bon après, beaucoup de monde s’excite sur Love à cause de ses deux drives mais je pense que ces mecs n’ont pas vu les matchs de pré-saison.
    Je pense qu’on pourra maintenant juger sur pièces et sur plusieurs matchs parce que je ne vois pas l’intérêt de faire jouer Rodgers qui a mal au pouce et aux côtes même s’il parait que mathématiquement, les Packers ne sont pas éliminés (mais bon, à ce niveau-là c’est comme croire que tu vas gagner au loto alors que tu n’y joues pas).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.