Résultat Flash Week 15 : CHI – GB

Le rapide compte-rendu d’après-match de cette semaine 15 pour ceux qui veulent converser au plus vite avant le grand analyse du match qui interviendra ultérieurement.

Chicago Bears – Green Bay Packers : 24 – 17

ct-spt-bears-packers-week-15-nfc-north-20181216

Aaron Rodgers dans la nasse

Fin des espoirs et circonvolutions pour essayer d’attraper le strapontin de la 6ème place qualificative pour les play-offs. Pour la première fois depuis 2008, les Packers n’iront pas en play-offs avec Aaron Rodgers en QB.

Mais avec Bulaga (RT) et Clark (DT) « out » pour le match, la victoire s’apparentait à une chimère. Comme prévu, Spriggs (RT) était furieusement dominé par Mack (OLB) quand celui-ci évoluait de son côté. Et sans Clark, pas de pass-rush intérieur ; cependant GB a bien limité le jeu de course Bears.

Le match semblait plié rapidement tant Rodgers était constamment sous pression et tant Trubisky ne l’était pas. Le jeu des Bears était pas flashy, des petites courses, des petites passes. C’était flashy quand un défenseur Packers faisait une erreur individuelle qui autorisait un gros gain. Mais quand Trubisky (QB) tentait des longues passes en 3ème tentative, le spectateur du 7ème rang pouvait tenter la réception. Côté GB, on perdit rapidement Aaron Jones (RB) sur blessure, ce qui limitait encore plus les options.

Tout cela donnait un score de 14-3 à la mi-temps pour les Bears.

Ce sont les Chicago Bears qui allaient relancer les Packers par un pêché de supériorité en tentant une 4ème et 2 au milieu du terrain. Ça se voyait comme le nez au milieu de la figure et le coureur Bears s’empalait sur la ligne de GB.

Reparti de leur meilleure position du match, les Packers scoraient sur un TD à la course de 10 yards de Jamaal Williams (RB), qui suivait une réception spectaculaire de 28 yards d’Adams (WR) le long de la ligne. GB revenait à égalité 14-14.

2ème pêché de supériorité de Chicago : une « run-option » mal exécutée entre Cohen (RB) et Howard (RB) et Lowry (DE) recouvrait le cuir. GB avait l’occasion de passer devant mais Rodgers (QB) manquait Cobb (WR) et Valdes-Scantling (WR) démarqués. Le n°12 multipliera les lancers « overthrown » en seconde mi-temps, une conséquence peut-être de son « Ave Maria » de fin de 1ère mi-temps où on eut l’impression qu’il s’était fait un « tour de reins ».

L’improbable espoir était passé. Chicago reprenait son ennuyeuse marche en avant. Bien aidé par des problèmes récurrents de 2018 : des pénalités et des réceptions manquées. Même le punter J.K. Scott y allait de son punt manqué que Cohen (RB) s’empressa de relancer sur 50 yards.

Menés 24-14, le sort du match était joué. Aaron Rodgers (QB) tentait bien sûr un improbable retour qui se terminait par la fin de sa série de tentatives de passes sans interception. Pour sa 2ème interception de l’année, c’est encore Jimmy Graham (TE) qui manquait une balle retombant dans les bras d’Eddie Jackson (FS). Son compteur restera bloqué à 403.

Fin des espoirs véritables de play-offs mais à dire vrai, outre la mélancolie qui s’est emparé de cette équipe, GB était trop décimé par les blessures pour imaginer quoi que ce soit. En défense, seuls 4 des 11 titulaires de début de saison étaient présents au coup d’envoi (Clay Matthews, Blake Martinez, Jaire Alexander, Tramon Williams) ; avec une ligne défensive ravagée entièrement (Daniels, Wilkerson et Clark). Cela en devenait ridicule. En attaque, il ne manquait que Bulaga (RT) mais c’était le poste qui était aligné contre le meilleur joueur adverse : Khalil Mack (OLB).

Pourtant, ces Packers si limités ont tenu la dragée haute aux n°3 NFC. Ça laisse songeur.. et des regrets. En tout cas, Mike Pettine fait des miracles avec cette défense en maximisant son potentiel. Direction la draft, où GB ne devra pas se louper s’il veut retrouver au plus vite son rang d’une équipe menée par un des plus grands QB de l’histoire de la NFL, un Rodgers qui devra retrouver son niveau exceptionnel, lui qui a carburé plutôt à l’ordinaire cette saison. Non, il n’est pas encore l’heure du crépuscule dans le Wisconsin.

Sans titre

8 Comments

  1. Roundeux

    Amen ! Saison gâchée dans les grandes largeurs où on a vu tout le potentiel d’une équipe minée par les blessures et l’immobilisme.
    Heureusement, notre longue agonie nous aura pas trop handicapé pour la draft. On aurait quand même pu viser le top 3 sans ça :p .

  2. DavidBrillac

    Voilà voilà, rideaux sur la plus mauvaise saison depuis 2005, la plus mauvaise de Favre a la tête des Packers.
    Pour Rodgers ce sera 2018, inquiétant quand même vu le nombre de passe surdosées, mal ajustées, et ce à toute les distances tout au long de cette saison, du jamais vu pour un métronome comme lui.

    Je pensais avoir vu le pire du pire avec Tony Mandarine en 1989, mais non il y a pire, Jason Spriggs est encore plus nul.
    Nul comme les abrutis qui ont viré comme des mals propres nos deux gardes pro bowler, Sitton et Lang, et notre chouchou Jordy !
    Pareil pour Cook, au lieu de le resigner, ils ont dépensé 17 millions de dollars en deux saisons pour deux braquages en règles de Bennett et de Graham !

    Les dernières drafts : des catastrophes industrielles, king le fantôme, a la place de Watt l’enfant du pays, n’importe quoi !

    Avant de penser a la draft 2019, il y a la free agency, il y a plein de bon safety sur le marché, puisque nous, on a là aussi décidé de les virer !

    Davante Adams est le seul Packers à avoir été au niveau cette saison, les autres, ont soit été nuls, blessés, ou en-dessous de leurs immenses salaires ! J’espère qu’il ira au Pro Bowl, il le mérite !

    Presque la moitié de l’effectif est libre en janvier, plus ceux qui seront coupés pour diverses raisons, nouveau coach, nouveau staff, nouveaux joueurs, avant de penser draft 2019, il va falloir être malin à la free agency !

  3. Islander

    A présent faisons jouer Kizer, et ceux qui ont pas eu trop de temps de jeu histoire d’engranger de l’expérience.
    Cette saison laisse un gout amer c’est certain, mais à présent place au Tanking.

    Comme évoqué sur un autre de mes posts, de mon point de vu nos priorités sont:
    1-Une OL (surtout des guards et a priori un RT vu que Bulaga est souvent blessé) qui permette a Rodgers de faire du Rodgers
    2-Du Rush, que ça soit en ROLB ou en DE (suivant le plan de jeu choisi 4-3 ou 3-4 – on coupe Perry et on prolonge Matthews s’il accepte de signer pour pas cher)
    3-Du safety
    4-Du Wr (pour prendre la relève de Cobb qui arrive en fin de contrat il me semble et qu’il ne faut pas prolonger, ou du moins pas à un tarif trop cher)

  4. The_Chosen_One

    « King le fantome à la place de Watt l’enfant du pays », c’est justement pour ça que je joue à Madden je corrige cette ineptie en échangeant les 2 joueurs 😄

  5. Guile

    J’y ai cru à 14-14 quand Lowry a recouvert le fumble vu que nous étions sur la dynamique du 11-0 du 3e QT mais rien de correct n’est sorti du bras de Rodgers à ce moment-là… Est-ce que c’est la blessure à l’aine ou est-ce que la clavicule cassée de l’année dernière a eu de l’impact sur son lancer ?

    Rien n’aura été cette saison, entre les blessés, les joueurs qui ne jouent pas à leur niveau, les stratégies de jeu, la rotation du personnel bref c’est une belle saison pourrie… Deux de suite ça commence à piquer.

    En tout cas, on a vu que Philbin c’est à peine moins pire que McCarthy sur la stratégie et sur le personnel. Prenons un jeune coach un peu enthousiaste et novateur histoire de dépoussiérer tout ça…
    Et virons Zook, c’est incroyable cette nullité en ST, on lâche quasiment tous les ballons, les adversaires remontent le terrain un peu comme ils veulent…

    Bref, match à oublier, saison à oublier très vite pour se projeter sur la suivante et j’espère de bons mouvements en départs/arrivées.

    Go Pack Go !

  6. greenbaypackersfrance

    Et pour rajouter une couche à la saison pourrie, un 1er tour 2019 échangé à la draft 2018 qui risque fort d’être dans les 4 derniers choix de la draft 2019… 🙁

  7. Guile

    Alors autant j’étais déçu de l’échange juste après la draft parce que j’avais des doutes sur Alexander (et notamment sur le fait qu’il vaille un 1er tour) autant aujourd’hui Alexander fait une saison solide, je suis beaucoup moins vindicatif sur l’échange. Je trouve sa progression très intéressante sur l’année et on sent qu’il a du potentiel. A l’opposé, j’ai toujours des doutes sur Jackson mais laissons-lui encore un peu de temps.

    Ok, sans l’échange, on aurait pu choisir Derwin James (S) qui fait une bonne saison avec les Chargers voire essayer de monter pour Fitzpatrick mais au final on a comblé un poste dans le besoin et on peut cette année cibler un Safety ou un pass-rusher.

    Concernant les Saints, ils sont moins transcendants depuis quelques semaines et les autres ne seront pas un cadeau à prendre (Cowboys / Seahawks ou Vikings). C’est sûr que le choix ne sera pas haut mais peut-être mieux que les 4 derniers.

    L’échange que j’ai toujours en travers de la gorge, c’est le même que David et The_Chosen_One, 2017 et King pour Watt…

  8. The_Chosen_One

    Ce qui est encore plus frustrant c’est que cette année là, on choisit de prolonger Perry une fortune (pour le résultat qu’on sait), ce qui pousse à la décision de passer sur Watt pour prendre un CB.
    à contrario, pour quasiment le même prix, on pouvait signer Aj Bouye et du coup prendre Watt à la draft.
    en résumé on aurait Bouye + Watt et on a Perry + King…..
    Foutu Thompson !!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.