Week 14 ~ CLE – GB : En mode survie !

Cleveland Browns – Green Bay Packers :  21 – 27  (après prolongations)

usatsi_10472091_168380931_lowres

Davante Adams (WR) marque le TD de la victoire en prolongations

Les Packers ont bien failli être « marrons » (oui, vous avez échappé à cette « une »). Une deuxième victoire de suite en prolongations a sauvé Green Bay de l’infamie d’une victoire de Browns revigorés par le retour de Josh Gordon (WR)

UN DÉBUT AUDACIEUX

Température négative, stade aux 2/3 remplis dont la moitié de fans des Packers, première possession pour les Packers.

Encore une fois, les Packers allaient marquer sur leur première possession, ayant ainsi le meilleur pourcentage NFL dans cette catégorie statistique. Mais cela n’est pas fait sans mal. Après avoir tenté d’avancer à la passe, les Packers étaient poussés au punt en 4ème tentative.. Mais non ! Feinte de punt, la mise en jeu était donnée directement pour Jermaine Whitehead (S) qui réussit à obtenir le first down grâce à un « raffut » sur le CB Jermaine Taylor qui avait bien lu le jeu.

On croyait la machine enclenchée avec 2 courses de Jamaal Williams, titularisé au poste de RB, mais non, les Packers étaient une fois de plus poussés à une 4ème tentative et 1 yard. Rebelote ! Cette fois, on assumait la tentative de conversion de la 4ème tentative. Une feinte de course prenait bien et Cobb (WR) réceptionnait pour 8 yards.

C’était toujours aussi poussif à la passe et les Browns limitaient bien Jamaal Williams. Sur une action de passe, Hundley était harcelé par un blitz et il était prêt à jeter le ballon quand, dans un dernier regard, il vit Jamaal Williams totalement oublié derrière les lignes secondaires. Il décochait une passe en cloche pas jolie-jolie de 30 yards mais Williams était tellement seul qu’il capta sans souci la passe et eut tout son temps pour se tourner vers le touchdown. (0-7)

Ce premier drive de 6 mn fut poussif et audacieux (deux 4ème tentatives converties) et terminée grâce à une couverture désastreuse des Browns mais l’essentiel était là : le match était pris par le bon bout (du moins, c’est ce qu’on croyait).

DES PACKERS SANS DÉFENSE

Je vous avais expliqué dans « l’échauffement » que le retour de Josh Gordon (WR) faisait des Browns une autre équipe offensivement. Il faut dire que l’attaque Browns est le néant absolu en 2017 menée par un QB (Deshon Kizer) leader NFL en terme de… pertes de balle (15 interceptions et 5 fumbles).

Eh bien, je ne croyais pas si bien dire. Premier jeu : passe pour une course croisée de 38 yards de Josh Gordon permise par une mauvaise « zone » de Randall (CB) et Burnett (SS). Même cause, même effets, quelques jeux plus tard, cette fois pour un TD de 18 yards de Gordon. (7-7)

5a2f5773d0de0

TD de Josh Gordon (n°12)

Après ce début en fanfare pour les 2 QB, cela se calmait rapidement. Côté GB, un jeu « bootleg » mal exécuté [mauvais alignement de Spriggs (RT)] permettait à Nate Orchard (OLB) d’obtenir un sack facile de – 9 yards. Côté Cleveland, Kizer (QB) était aussi sacké (par Kyler Fackrell – OLB) en ne voyant pas Cromwell (RB) esseulé. Ces deux « 3 and out » clôturaient le 1er quart-temps.

Aaron Jones (RB) prenait le relais en coureur mais ne trouvait pas l’ouverture. GB était parti pour un « 3 and out » mais une pénalité aussi ridicule qu’inutile (minuscule coup de casque face à face) du rookie Kai Nacua (S) permettait à GB de continuer. Mais les Packers ne bénéficiaient pas de pénalités supplémentaires ensuite pour avancer. À la passe, ça n’avançait pas, comme d’habitude avec Hundley, mais là, problème, les coureurs ne perçaient pas aussi bien que durant les matchs précédents.

En face, après une première passe plein centre de 20 yards pour Coleman (WR), les Browns commençaient à marcher sur les Packers par l’intermédiaire de Cromwell (RB). Comme la semaine dernière, le spectre de la défaite est apparue quand la défense contre la course a commencé à faillir. C’est habituellement la force de la défense de GB, ce qui compense la suspecte défense à la passe. Quand un coureur, qui plus est quand ce n’est pas un top RB reconnu (Cromwell sortira sa meilleure performance de la saison avec 121 yards…), marche sur les Packers, GB gagne rarement ses matchs. Pourtant, le personnel est le même avec notamment Kenny Clark (DT) de retour. Alors, certes l’intérieur de la ligne offensive Browns est compétent (Bitonio-Tretter-Zeitler), mais cela pose de nouvelles questions sur le schéma défensif adopté.

Toujours est-il que la dernière attaque de la NFL avançait face à GB. Une nouvelle erreur de « zone » entre Davon House (CB) et Clinton-Dix (FS) autorisait un nouveau gain de 18 yards de Corey Coleman (WR). Puis, les Browns prenaient l’avantage sur un jeu très bien conçu qui piégeait complètement la défense : une feinte de course pour une petite passe basse (« shovel pass ») pour le 2ème RB Duke Johnson (RB). (14-7)

Hundley n’y arrivait toujours pas malgré encore une pénalité qui permettait de convertir un 1er first down.

Les Browns récupéraient la balle avec 2 mn à jouer en première période. Ils subissaient vite un « 3 and out »… annulé pour un « hors-jeu » de Brooks (OLB). Et sur le jeu suivant, une petite passe pour le RB Duke Johnson gagnait 18 yards… Arrivé au milieu de terrain, Deshon Kizer (QB) s’enflammait et balançait une « bombe » vers Josh Gordon (WR) dans la zone d’en-but, une action qui aurait dû se terminer par une interférence de passe défensive de Josh Jones (SS) qui avait empêché la réception. Ouf ! En confiance, Kizer refaisait la même, mais cette fois côté gauche pour Corey Coleman (WR). Heureusement, Clinton-Dix (FS) interceptait le cuir mais ne put le relancer, emporté par son élan en-dehors du terrain.

GREEN BAY S’ENFONCE…

14-7 à la mi-temps, cela pouvait surprendre des observateurs extérieurs, mais vous savez, lecteurs de GBPF, que les Browns avaient les arguments pour gêner ce Green Bay emmené par Brett Hundley. Sous sa coupe, le jeu de course doit fonctionner et la défense doit faire des exploits. Or, aucun de ces deux paramètres n’était présent ce dimanche.

Les Browns démarraient la seconde période balle en main mais cette fois les courses de Cromwell étaient jugulées et Randall (CB) couvrait bien Gordon.

Comme tous les premiers drives de GB, et sûrement grâce à une bonne préparation de coaching, celui de cette deuxième mi-temps était plutôt efficace malgré les imprécisions de Hundley. Jamaal Williams avait la bonne idée également de faire sa plus longue course du soir (12 yards) derrière un excellent travail de blocks. Hundley gagnait lui-même à la course 19 yards.

GB était bloqué sur les 10 yards adverses, Mc Carthy restait agressif et tentait une 4ème et 1 quand le field goal garantissait 3 pts. Le jeu était bien créé et dans la même veine que le 2ème TD de Cleveland. Sauf qu’au lieu de faire la petite passe latérale vers un Aaron Jones (RB) complètement libre d’aller marquer le TD à gauche du terrain, Hundley s’emmêlait les crayons et gardait la balle en main.. avant d’être écrasé par le pass-rush Browns. Terrible erreur. Au lieu d’égaliser, les Packers repartaient bredouilles.

Et en plus, la défense allait marquer le coup et se faire marcher dessus par Isaiah Cromwell : 67 yards sur ce drive (!) dont une course de 37 yards sur une 3ème et 1 (défense agressive et plaquage manqué sur la ligne de mise en jeu de Kyler Fackrell – OLB). Le touchdown semblait inéluctable. Sur une 3ème et 2 à 2 yards de l’en-but, Kizer (QB) avait tout le temps du monde pour attendre que Coleman (WR) se libère du marquage de Josh Hawkins (CB), Josh Jones (SS) arrivant au soutien un poil trop tard. (21-7)

636485918035756770-AP17344739402839

Isaiah Cromwell (n°34) s’est parfois baladé dans la défense Packers

Ce touchdown était symptomatique du mal défensif de cette saison 2017 : le manque de pass-rush. Kizer eut trop souvent le temps pour attendre que ses receveurs se démarquent et cela l’a presque fait passer pour un Tom Brady ! Il n’y a que lors du match de semaine 1 contre les Seahawks qu’il y eut une pression défensive importante. Mais l’OL Seahawks était faible. Mais maintenant, même des lignes offensives qui ont des Tackles offensifs de réserve arrivent à maîtriser le pass-rush Packers. Alors, certes Nick Perry était (une fois de plus) absent. Mais un duo de vétérans tel que Clay Matthews (OLB) et Ahmad Brooks (OLB) aurait dû plus prendre le pas sur les obscurs LT et RT adverses. Un problème de personnel, assurément. Un problème de schéma, peut-être également.

Toujours est-il qu’il restait 18 mn à jouer et que les Packers étaient menés de 2 possessions d’écart avec une attaque qui n’avançait pas et une défense qui ne tenait plus. Autant vous dire qu’à ce moment du match, je commençais à songer à 2018 et aux derniers matchs de 2017 avec soit Hundley, soit Callahan (QB) aux commandes pour ne pas impliquer Aaron Rodgers dans cette sale année.

Mc Carthy ressentait l’urgence de la situation et désormais commandait une attaque « no-huddle » (sans concertation). À coup de petites passes, Hundley touchait tous les receveurs Packers pour des gains de 5-6 yards à chaque réception. Ca n’avançait pas vite mais ça avançait. Jamaal Williams (RB) buta à 50 cm de l’en-but sur une course de 12 yards. Cette fois, pas de petites passes si près de l’en-but, les Packers envoyèrent Williams pilonner la ligne Browns… sans succès sur les 2 première tentatives. Encore une course sur la 3ème tentative, et cette fois, Williams fut bien inspiré de suivre son fullback Aaron Ripkowski (FB) sur l’extérieur droit pour le TD. (21-14)

171210-williams-1yrd-TD-1080--nfl_large_580_1000

Jamaal Williams (n°30) marque le TD de l’espoir

L’indispensable TD était marqué. Maintenant, à 13 mn de la fin, il fallait résister en défense. Ce serait sans Davon House (CB) qui se blessait, mais dans sa blessure, il faisait chuter Josh Gordon visé par la passe de Kizer. Les Browns voulurent continuer la recette Cromwell (RB). Mais cette fois, ça ne marchait pas, grâce notamment à un « stop » hyper important de Quinton Dial (DT) sur une 3ème et 2.

Les Packers aussi reprenaient leur même recette, celle du no-huddle. Et aussi avec moins de succès… L’imprécision de Hundley demeurait. 4ème et 2 yards à 5 mn de la fin, Mc Carthy décidait… de punter alors qu’il avait été si agressif jusque-là. Une décision au grand désarroi d’Aaron Rodgers qui fit part de son mécontentement. Car ce fut une décision : « je crois en ma défense ». Or, ce n’est pas comme si GB avait la défense des Baltimore Ravens ou des Jacksonville Jaguars. Et en plus, le match était sûrement une des  plus mauvaises prestations de la défense de l’année.

UNE RENAISSANCE DIGNE D’UN PHÉNIX

J’en étais à désespérer de subir 5 dernières minutes de calvaire avec une défaite devant la plus mauvaise équipe NFL de ces dernières années. Et ça commençait en ce sens avec des courses de Cromwell. Puis pour rajouter à tout ça, une réception incroyable, à une main au ras du sol, de l’obscur TE Seth Devalve. Une action que Mc Carthy ne cherchait pas à « challenger », à juste titre. Et on remettait ça : nouvelle réception spectaculaire de David Njoku (TE) pour le 1st down à 3 mn de la fin. Josh Jones (SS) faisait de grands gestes pour indiquer une réception incomplète, un signe de désespoir pensais-je. D’ailleurs, Mc Carthy demandait cette fois une révision vidéo (« challenge »), histoire de dire « j’aurais tout fait pour tenter de résister » pensais-je encore.

Eh bien, Mc Carthy avait raison, la réception qui scellait quasiment les espoirs 2017 des Packers était bien incomplète. Incroyable ! Les Packers allaient récupérer la balle avec 2 mn 30 pour remonter le terrain.

C’est alors que Trevor Davis (WR) eut la lumineuse idée de faire son meilleur retour de punt de l’année. On le sentait venir depuis 2-3 matchs mais ça ne pouvait pas tomber à meilleur moment. Retour de 65 yards après être parti d’un côté avant de faire demi-tour pour remonter le côté gauche du terrain avec tous les autres Packers qui faisaient extrêmement attention de ne pas faire de faute. Vidéo Retour punt T. Davis

usatsi_10472298-e1512969679965

Trevor Davis (n°11) sera plaqué après avoir bien parcouru 80 yards sur le terrain pour ce retour de punt

Les équipes spéciales étaient en joie, une joie à laquelle Aaron Rodgers participait volontiers. Le score était de 21-14 mais on eut l’impression que le sort avait changé de camp. 25 yards en 2 mn 30 était une mission abordable pour Hundley.

Ce ne fut pas si simple. GB prenait son temps pour ne pas redonner la balle trop rapidement à Cleveland. La meilleure chose à faire, et de plus sûr, était de courir, et avec Hundley pour mieux surprendre. Il marqua même le touchdown avant que la révision vidéo n’invalide le TD pour un manque de 50 cm. Cette révision vidéo redonnait le ballon à GB avec seulement 23 secondes à jouer sans aucun temps mort ! Alors que faire ? Courir au risque d’échouer et d’avoir un chrono qui tourne ? Ou passer avec les risques que cela comporte ? Hundley écoutait les conseils de Rodgers qui mimait de jeter la balle au sol pour arrêter le chrono qui allait tourner dès le coup de sifflet des arbitres.

Sûrement une feinte du n°12 car Hundley lançait de suite dans le coin gauche pour Davante Adams qui se retournait, captait la balle et par un merveilleux jeu de pied validait le TD ! (21-21)

Les Packers venaient de revenir du diable vauvert pour aller en prolongations. Mais ce n’était pas encore gagné. Et ça l’était encore moins avec le tirage au sort en faveur des Browns. Mais les Browns allaient redevenir les Browns. Après deux tentatives contenues par la défense, Clay Matthews (OLB) se jouait enfin du RT adverse et faisait sortir Kizer (QB) de sa zone de confort. Mike Daniels (DT) et Jake Ryan (ILB) vinrent en renfort. Kizer dut improviser et commettait une erreur de débutant en voulant lancer le ballon en déséquilibre avec la menace de Clay Matthews qui lui touchait le bras lanceur.

636485227592816597-31-121017-PACK-V-BROWNS-26688

L’action décisive de Clay Matthews (n°52)

La balle partait en cloche et de tous les Packers présents à la réception, c’est Josh Jones (SS) qui décrochait la timbale. Interception sur les 42 yards de Cleveland. Heureusement, une pénalité pour « retenu » (holding) n’était pas sifflé contre Randall (CB) qui avait ceinturé tout au long de l’action Josh Gordon (WR).

AR-171219979

Josh Jones (SS) récupère férocement le cuir

Les Packers récupéraient la balle et, selon la règle, n’avaient qu’à enfiler un FG. Il fallait un peu se rapprocher, et Hundley convertissait une cruciale 3ème tentative et 5 grâce à Davante Adams (WR). C’est le même Davante Adams qui allait crucifier les Browns avec une petite passe « quick slant » qu’il convertissait en TD de 25 yards grâce à une rotation qui renversait la défense, rotation permise par le plaquage manqué de Myles Garett (DE). (21-27)

RUN THE DESTINY

Décidément, cette équipe semble avoir une destinée tant l’enchainement d’évènements qui s’est encore déroulé dimanche semble improbable. Contre les Browns, les Packers remportent leur 3ème victoire en prolongations de la saison et leur 3ème victoire de la saison après avoir connu un débours de 14 points en match. Ces deux statistiques sont des premières dans l’histoire des Packers.

La victoire est belle dans sa dramaturgie mais la copie technique est terne. L’attaque à la passe n’a pas surpris, elle a été inconsistante malgré des statistiques flatteuses pour Brett Hundley (QB). L’attaque à la course n’a pas réussi de gros jeux et n’a pas pu tirer l’attaque vers le haut. Quant à la défense, malgré deux interceptions, elle a fait réussir le match de l’année pour l’attaque des Browns.

En défense, il va falloir mettre les choses à plat car même si Aaron Rodgers revient, la défense ne parait pas meilleure qu’en 2016, c’est dire. Kevin King (CB) va manquer terriblement dans l’escouade des CB. Hier, ce n’était que Josh Gordon (WR) et Corey Coleman (WR). Dans 2 matchs se profile le duo de choc des Vikings Diggs-Thielen. Le pass-rush est trop faible et on ne pourra rien faire contre des QB Elite à qui on laissera tout le temps pour lancer.

D’abord, attendons la confirmation du retour d’Aaron Rodgers la semaine prochaine contre les Carolina Panthers, condition sine qua none pour envisager les play-offs. Ensuite, il faut retrouver la qualité de la défense contre la course qu’on pouvait trouver ces dernières années. Et contre la passe, il va falloir beaucoup d’exploits défensifs (sacks, interceptions) car les dernière prestations sont ternes, et contre des adversaires de bas de classement en plus.

Il est temps que Hundley ne soit plus aux manettes car ses victoires ont été obtenues contre les Bears, les Buccaneers et les Browns. Et il n’y a plus d’équipes commençant par « B » au calendrier des Packers. 🙂

LES STATS

Score

 

Green Bay :

  • Brett Hundley (QB) : 35/46 à la passe, 265 yards, 3 TD ; 31 yards à la course
  • Jamaal Williams (RB) : 15 courses, 49 yards, 3.3 yards par portée, 1 TD ; 7 réceptions, 69 yards
  • Davante Adams (WR) : 10 réceptions, 84 yards, 2 TD
  • Ha-Ha Clinton-Dix (FS) : 4 plaquages, 2 plaquages assistés, 1 INT
  • 2 sacks pour la défense
  • 7 pénalités pour 47 yards
  • Trevor Davis (WR) : 3 retours de kickoff, 75 yards ; 2 retours de punt, 63 yards
  • Efficacité en 3ème tentative : 50 % (8 sur 16)
  • Efficacité en 4ème tentative : 66 % (2 sur 3)
  • Efficacité en zone rouge : 66 % (2 sur 3)
  • 36 mn de possession de balle

 

Cleveland :

  • Deshon Kizer (QB) : 20/28 à la passe, 214 yards, 3 TD, 2 INT
  • Isaiah Cromwell (RB) : 19 courses, 121 yards, 6.4 yards par portée
  • Josh Gordon (WR) : 3 réceptions, 69 yards, 1 TD
  • Corey Coleman (WR) : 5 réceptions, 62 yards, 1 TD
  • Jason Mc Courty (SS) : 8 plaquages, 2 plaquages assistés
  • 1 seul sack pour l’équipe
  • Efficacité en 3ème tentative : 53 % (7 sur 13)
  • Efficacité en zone rouge : 100 % (3 sur 3)

 

 

 

6 Comments

  1. Guile

    Franchement, ce match… Bah je sais pas… J’ai passé tout le match à râler, souffler et lever les bras au ciel… Même le premier drive est miraculeux dans le sens où McCarthy les a enfin posée sur la table (bon il les a vite retirée faut pas déconner trop longtemps non plus 🙂 ). Qu’est-ce que j’ai râlé sur le punt à 14-21 à 5 minutes de la fin…

    La défense, j’en sais rien, c’était de la air-défense quasiment tout le match sauf sur 2-3 actions. On laisse les Browns convertir des 3&Out de 12, 15, 18 yards par une absence de pression monumentale.

    En attaque, nos RBs n’ont pas caché la faiblesse d’Hundley ce coup-ci. Dès qu’il allonge une passe, tu sais que c’est mort avant même de voir la tentative de réception. Je pense qu’on lui a seriné toute la semaine d’envoyer du lourd parce que ses longues passes étaient trop courtes la semaine dernière. Il a bien entendu le message mais pas tout compris parce que dimanche ses longues passes étaient toutes trop longues.
    Et puis qu’est ce que j’en ai marre de ces passes latérales qui n’avancent pas ou si une fois sur le TD d’Adams parce qu’il arrive à casser le placage.

    Je crois que je faisais la même tête qu’Aaron tout le long de la seconde mi-temps. J’ai failli pleurer de bonheur quand il en a eu marre des jeux pourris de McCarthy et qu’il a commencé à driver directement Hundley. J’ai même crié « Écoute la parole de Dieu », ça a bien fait marrer ma femme 🙂

    Par contre la victoire des Panthers contre les Vikings c’est vraiment la loose. Heureusement que les Seahawks ont perdu mais le passage pour l’accès aux playoffs se réduit.

    Merci pour l’article ! 🙂

  2. Roundeux

    Comme toi, Guile.

    Du McCrappy tout craché qui se bouge un poil une fois le dos au mur avant de retourner direct dans sa coquille à la moindre lueur de « lead » (7-0) et de passer la main à la D ridicule de Capers (on peut parler de problèmes de personnel mais quand t’es DC t’adaptes ton plan de jeu au personnel disponible en SIMPLIFIANT point barre). Suffit de voir Jermaine qui fait le taf à l’énergie en ST sur le fake punt. La feinte a été lue par un Brown mais l’action est simple alors notre gars ne se pose pas de question, il y va ! Ça devrait être pareil en D au lieu de voir des gars paumés en couverture (marre de chez marre des LBs en remorque de tops WRs, envoyez-les au rush et advienne que pourra ou remplacez-les par des DBs mais qu’on arrête les plans de couverture bidons) !

    J’ai lu je ne sais plus où que l’effectif des Packers était bâti pour jouer cover 1 ou 3 alors qu’on joue cover 2 la majorité du temps, c’est Green Bay ici, pas Tampa Bay !
    En gros, c’est jouer avec 1 ou 3 safeties en défendant soit la LOS soit la profondeur au lieu de ce foutoir permanent qui ne stoppe jamais rien et perd systématiquement la plupart de nos rookies. Oui oui je sais, on veut empêcher les big plays (humour…). Attention, je crache pas sur la 2 mais quand t’as Dix qui rame pour être au niveau cette saison, c’est clairement pas la solution de lui laisser la moitié du terrain !
    Comme tu le soulignes, on doit être la seule équipe où se prendre des 3&long à répétition est considéré comme normal. On chie dans nos frocs même sur une 3&21 ! Et je ne parle pas des tackles qui finissent 5 yards après le contact en donnant 1st down au lieu de repousser l’adversaire ou même simplement de tenter d’attaquer le ballon. Les adversaire se baladent dans notre camp en tenant le ballon d’une main (pour ne pas dire un doigt) tout en faisant coucou au public de l’autre (j’exagère à peine).

    Idem pour les latérales en attaque, j’ai rien contre si c’est bien exécuté avec le bon personnel mais chez nous y’a pas plus téléphoné, c’ets juste un snap gâché à chaque fois alors qu’on aurait de meilleures chances en donnant juste le ballon à nos RBs même sans plan de jeu !

    Pour être constructif, j’ai commencé à chercher un remplaçant à Crappers et je n’ai pas eu à aller bien loin: le tout jeune (34 ans) DC de Wisconsin Jim Leonhard est exactement ce qu’il nous faut ! Compétent, audacieux, créatif, souple d’esprit, tout ce qui nous manque ! En plus il vient d’un système défensif 3/4 proche de celui de GB et retrouvera Biegel dont il saura tirer le meilleur parti tout de suite.
    On l’avait déjà contacté à l’été 2014 mais pour un poste de… joueur sur la secondary ! Là, ça fait deux ans qu’il place les Badgers dans le top 5 défensif NCAA donc ça ne peut être qu’une amélioration !
    Il connaît aussi très bien le personnel défensif NCAA donc c’est direct un plus pour la draft où on rame pour faire de bons picks en D… ET il a fini sa carrière NFL avec les Browns, si c’est pas un signe ça 😀 .

  3. Davidbrillac

    Mouais les Saints contre les Falcons, et les Vikings contre les Panthers se sont fait dessus !
    Merci les Jaguars ( des poils à gratter ceux là )
    On a tous souffert pendant ce match et pesté contre le punt, mais tout compte fait, Hundley et McHarty nous maintiennent en vie .

  4. Davidbrillac

    Que ce fut dur, laborieux, déprimant, mais avec une victoire en prolongation, ça passe beaucoup mieux !
    La honte planétaire est évité, et le retour du maestro rendu possible.
    Super article au passage, et merci d’avoir gardé le rythme toute la saison malgré le cataclysme contre les Vikings.
    Un petit miracle de se sortir du piège du chenil, avec Hundley à la baguette, une défense passoire contre la course, et pas de pass rush !
    Hundley s’en retourne à ses chères études sur le banc (🙌) enfin ! enfin ! Et le maître revient pour nous sauver, il sera temps plus tard de débattre sur l’avenir de Hundley.
    Place au match contre le Pantin de la Caroline, si on pouvait lui rabattre son caquet à celui-ci, et lui faire bouffer un des ses chapeaux, ça lui ferait passer l’envie d’aller arracher les drapeaux des Packers au bord du terrain !
    Go Pack Go !

  5. Davidbrillac

    Ton projet Leonhard à l’air séduisant, je suis donc allée me renseigner sur cette ancien safety, qui a une belle petite carrière NFL derrière lui, même si je n’ai aucun souvenir de lui.
    Et comme je n’ai jamais suivi le championnat NCAA, je te fais confiance sur la valeur du bonhomme.
    Le problème c’est que ta proposition, ne tient que dans le cas du transfert de papy Capers direct dans une maison de retraite en Floride, et là, je dit Banco, bon débarras !
    Mais si on remplace McHarty par un autre HC, celui-ci viendra sûrement avec son staff ?
    Mais je veux bien tenter le pari de la jeunesse style Rams, pour insuffler un nouveau souffle !

  6. greenbaypackersfrance

    Je pense qu’on est tous d’accord pour que Dom moumoute Capers sirote un cocktail en Florides en 2018.
    Après, en remplacement, on peut croire à un jeune talent, mais je reste toujours réservé sur les transferts de talent en coaching de la NCAA à la NFL tant les différences sont importantes. J’ai la jurisprudence Chip Kelly en tête. Certes, là on ne parle pas d’un coach offensif. Mais un coach défensif, aussi bon soit-il, affronte des attaques NCAA beaucoup plus Hundleyesques que Rodgersiennes. 🙂 Qui ne jouent pas pro-style en grande majorité. Pourquoi pas une solution en interne (la plus plausible d’ailleurs) avec la promotion de Winston Moss (n°2 de la défense) ou de Joe Whitt (coach des CB) ? Ou le retour de Kevin Greene, si regretté et si charismatique ?

    J’entends bcp de comparaisons avec les nouveaux Rams pour le cas Mc Carthy. Mais n’oublions pas qu’ils ont un top front-7 depuis quelques années et peut-être le défenseur n°1 de la NFL (Aaron Donald). Mais je conçois que Mc Carthy peut être perçu comme un Jeff Fisher ou un Andy Reid, des coachs avec un bon background qui n’arrivent définitivement pas à dépasser un certain seuil de compétences en play-offs (Mc Carthy est en exception, mais grâce à Rodgers).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.