Échauffement Week 6 – 2021 : CHI – GB

Place à la plus vieille rivalité NFL en cette semaine 6 : le traditionnel Bears – Packers. Sous l’ère Rodgers, il n’y a pas vraiment match tant Green Bay domine Chicago. Et cela fut encore vrai en 2020. Quoi de neuf en 2021 côté Chicago ?

UNE TRISTE ATTAQUE DES BEARS…

On pourrait dire que rien n’a changé pour les Bears en 2021 mais aussi que tout a changé. Je m’explique.

Rien n’a changé car même manager général, même entraîneur en chef, même schéma offensif (d’abord la course), même force défensive.

Mais alors pourquoi tout a changé ? Eh bien parce que changement de QB. Et surtout un nouveau QB issu du 1er tour de la draft 2021, donc sélectionné (11ème choix général après trade-up) pour être le franchise QB de la prochaine décennie au bord du lac Michigan.

Justin Fields, ancien pensionnaire d’Ohio State (à qui le Centre des Packers Josh Myers donnait le ballon) est donc le joueur élu. Comme d’habitude dans ce genre de situation où un QB rookie est sélectionné au 1er tour alors qu’un vétéran est en place, la franchise communique sur la confiance qu’elle donne au vétéran, que le rookie doit apprendre, etc… Les Chicago Bears n’ont pas dérogé à la règle. Et il suffit d’une blessure ou d’un match « sans » du vétéran pour que le rookie ait de grandes chances de voir la lumière.

Andy Dalton, l’ancien QB titulaire des Cincinnati Bengals, était le n°1 et se blessa au milieu du match 2. Fields entra en jeu et est désormais au feu.

Car drafter un QB au 1er tour, c’est bien, mais lui assurer une protection par une bonne ligne offensive, c’est mieux. Et ce n’est pas vraiement le cas pour les Bears. Ils ont même laissé partir Bobbie Massie (RT), leur meilleur élément, à l’inter-saison (certes blessé à un genou). Alors, certes, les Bears avaient investi leur 2ème tour de draft 2021 sur un LT prometteur : Teven Jenkins d’Oklahoma State. Mais patatras, le rookie a dû se faire opérer du dos, lui faisant probablement manquer sa première année (actuellement sur la réserve des blessés).

L’OL des Bears est donc poreuse : la 3ème pire NFL en terme de sacks concédés. Avec un rookie mobile mais pas encore en confiance, l’attaque aérienne des Bears est famélique : dernière NFL en terme de yards par passe avec une dernière prestation face aux Raiders de 109 yards aériens (12/20 à la passe pour Fields).

La menace ne devrait donc pas venir des airs. Cependant, il faudra se méfier puisque les Packers joueront sans Alexander (et aussi sans King, mais c’est plus anecdotique). La paire de CB titulaire sera donc Stokes – Yiadom qui auront à prouver face à Allen Robinson (WR) et Darnell Mooney (WR). Même si leur jeu aérien est faible, la paire de safeties devra assurer les arrières des CB.

Pour éviter d’envoyer encore trop Fields au carton, les Bears basent leur jeu offensif sur la course. Malheureusement pour eux, leur fer de lance David Montgomery est écarté pour une entorse au genou contractée en semaine 4 face aux Detroit Lions. Avant cette blessure, Montgomery était le 5ème RB NFL en terme de yards.

En semaine 5, cela n’a pas empêché les Bears de baser leur jeu sur la course, avec une balance de 65 % de jeux de course ! Il faut dire que les Las Vegas Raiders ont une défense contre la course dans le dernier quart NFL, et que l’impact de la révélation de « l’affaire Gruden » a peut-être bien affecté leur performance. Toujours est-il que les coureurs Bears Khalil Herbert et Damien Williams ont su tenir leur rang (139 yards à eux deux) dans ce match.

La recette défensive de GB sera donc la même à appliquer que contre Steelers ou Niners : réduire les espaces entre les lignes pour d’abord contrer la 9ème attaque à la course de la NFL. Cela permettra aussi de contrer le jeu aérien car pour le moment, Fields joue dans un petit périmètre (seulement 6.4 yards par passe, dans les derniers des QB titulaires NFL).

Compte tenu de la faible OL adverse, la ligne défensive doit renouveler sa bonne performance du match des Bengals (tout en contrôlant la mobilité de Fields). Si c’est le cas, alors l’attaque Bears devrait avoir beaucoup de mal à avancer.

MAIS TOUJOURS UNE SOLIDE DÉFENSE

Comme à l’accoutumée, le match contre les Bears est un test pour l’attaque car CHI est toujours doté d’une solide défense. Seulement, cette fois, la force défensive des Bears se résume à leur front-7, les lignes secondaires n’étant pas vraiment au diapason de la valeur de leurs confrères.

Côté front-7, c’est du lourd toujours avec sur la DL : Hicks – Goldman – Nichols et côté LB : Mack – Ogletree – R. Smith – R. Quinn. Et ce front-7 est tout simplement leader NFL en sacks (18), ce qui montre la pression qu’il est capable de mettre sur l’OL adverse.

Seulement voilà, Hicks et Mack sont incertains et on ne connaîtra leur participation qu’à 1h30 de la rencontre. Si ces deux joueurs manquent à l’appel, je ne donne vraiment pas cher de la peau des noursons.

Si ces deux joueurs au potentiel Elite sont présents, alors la ligne offensive Packers aura finalement peut-être bien son plus gros challenge de la saison jusque-là. Pour l’instant, Myers (C) est assuré de revenir. C’est incertain pour E. Jenkins et sa participation est vraiment importante au poste de LT tant le pass-rush adverse est à craindre. Son retour permettrait de libérer un peu les tight-ends, pour l’instant cantonnés majoritairement au block.

C’est souvent comme cela mais le combat de la ligne offensive sera le point focal de la prestation offensive des Packers. Avec pour but d’ouvrir des brèches et protéger Rodgers.

Courir permettra de contrôler l’horloge. Quant à Rodgers, s’il a du temps, alors il pourra s’amuser à loisir avec les lignes secondaires « blue navy », et les receveurs Packers avec. Et s’il n’a pas tant de temps que ça, à lui de libérer rapidement le ballon, ce qu’il n’a pas su vraiment faire contre les Bengals, alors que les statistiques montrent qu’il est bien plus performant quand il libère rapidement le cuir.

Si la défense des Ours est au complet, ce sera un bon challenge à l’attaque de GB qui pourrait marquer moins de points que sur ces 4 dernières semaines. Avec peu de points, les turnovers auront plus d’importance, de même que les jeux des équipes spéciales. Mason Crosby (K) et même Corey Bojorquez (P) nous doivent un retour gagnant après leurs tristes performances de la semaine passée. Quant aux retours de kickoffs, eh bien Khalil Herbert (RB) est un bon retourneur. Ce serait bien que pour une fois, GB contrôle un peu mieux ces retours.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

packers-bears-game-on-amazon-and-tv_fullsize_story1

CHICAGO BEARS

Attaque :

Fields (QB) – K. Herbert (RB) – J. Peters (LT) – Whitehair LG) – Mustipher (C) – J. Daniels (RG) – E. Wilkinson(RT) – Kmet (TE) – Mooney (WR) – A. Robinson (WR)  – M. Goodwin (WR)

Défense :

Hicks (DE) – Goldman (NT) – Nichols (DT) – Mack (OLB) – Ogletree (ILB)  – R. Smith (ILB) – R. Quinn (OLB) – Vildor  (CB) – J. Johnson (CB) – Gipson (FS) – E. Jackson (SS)

GREEN BAY PACKERS

Attaque :

Rodgers (QB) – A. Jones (RB) – E. Jenkins (LT) – Runyan (LG) – Myers (C) – Newman (RG) – Turner (RT) – Tonyan (TE) – Adams (WR)  – Cobb (WR) – Lazard (WR)

Défense :

Clark (DT) – Keke (DE) – Lowry (DE) – Gary (OLB) – Barnes (ILB)  – D. Campbell (ILB) – P. Smith (OLB) – Stokes (CB) – Yiadom (CB) – Savage (FS) – Amos (SS)

Coup d’envoi dimanche 17 octobre 2021 à 12h00, heure locale, 19h00, heure de Paris.

1 Comment

  1. DavidBrillac

    Pour la première fois je vais pouvoir regarder un match retransmis sur l’équipe 21.
    Rodgers étant à 10-1 sur ses 11 dernier déplacement à windy city, il n’y a pas raison de s’inquiéter, tant gagner là-bas est devenu une routine pour les Packers.

    Comme depuis un siècle, les Bears n’existe que par leur défense féroce, jamais en 100 ans, ils n’auront réussi à avoir ne serait-ce une attaque potable.
    Et c’est pas leur nouveau Warren Moon qui changera la donne, après Trubistruc, Fields me paraît très suspect comme QB les Packers joueront en vert à Chicago ce n’est pas arrivé souvent dans l’histoire, 5-1 demain soir.
    Go Pack Go !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.