Week 7 ~ HOU – GB : Pas de problème à Houston

Houston Texans – Green Bay Packers : 20 – 35

Grosse soirée pour Davante Adams (Photo : Packers.com)

On pouvait craindre le match piège. Il n’en fut rien, les Texans étant en voie de démobilisation. Comme à son habitude en carrière, Aaron Rodgers a rebondi brillamment après une piètre performance.  Allô Houston, les Packers n’ont pas eu de problème.

UNE PREMIÈRE MI-TEMPS POUR ASSOMMER

Une nouvelle fois, GB inaugurait une nouvelle OL en l’absence de son LT Elite David Bakhtiari. Billy Turner passait LT alors que Rick Wagner prenait le poste de RT. Le premier aura encore délivré une performance solide au poste de Tackle où il s’épanouit plus qu’en Garde. Le second a par contre été plus en difficulté mais il faut dire qu’il se coltinait le plus souvent J.J. Watt (DE) , plus grosse menace du pass-rush Texans mais clairement en déclin car pas vraiment remis de ses blessures (et également démoralisé).

GB attaquait donc à la course par Jamaal Williams (RB) puisqu’en face, HOU entrait dans le match avec l’étiquette de la pire défense NFL contre la course. Avec une moyenne de 4,1 yards par course, J. Williams aura fait beaucoup moins bien que la moyenne subie par les Texans (5,4 yards par course). J. Williams est volontaire mais il n’est pas surpuissant et n’a pas les changements de direction qu’a son compère Aaron Jones, absent pour l’occasion. De plus, Matt LaFleur n’aura bizarrement pas axé son playcalling sur cette faiblesse adverse avec seulement 40 % de jeux de course appelés.

Houston engrangeait aussi 2 pénalités coûteuses dès le premier drive de GB, dont la première convertissant une 3ème tentative. Rodgers utilisait ensuite son arme absolue (enfin presque : voir la semaine passée) en 3ème tentative : Davante Adams (WR). C’est ainsi que le n°17 marquait le1er TD sur une 3ème et 3 après un block de Valdes-Scantling (WR) sur deux défenseurs. (0-7)

La défense commençait également bien son entame avec du run contenu, de la pression sur l’OL adverse et des bons plaquages, dont celui de Josh Jackson (CB) sur la première 3ème tentative (et 1 yard) pour – 1 yard.

GB s’emmêlait les pinceaux sur son 2ème drive offensif (faux-départ de Tonyan, OL pressée et mauvaise route de Shepherd sur le 3ème tentative). Mais la défense veillait au grain. Celle-ci ne laissera que Houston avancer que par des passes plein centre (Raven Greene et Chandon Sullivan pris en défaut souvent) ou des courses personnelles de Watson (QB).

Les Packers marquaient leur 2ème TD par Sternberger (TE), son premier en saison régulière, sur un 3ème drive marqué par la réception la plus spectaculaire du match : 28 yards côté gauche pour Adams malgré la très bonne couverture du CB. (0-14)

La pression du pass-rush Packers était de plus en plus étouffante pour une OL texane bien faible où Tunsil (LT) erre seul comme Watt (DE) erre seul sur la DL. Ça se matérialisait par un sack de Z. Smith (OLB) qui bénéficiait du travail de Preston Smith (OLB) et de Keke (DT).

Houston procédait autrement sur son 4ème drive : par une attaque rapide à la passe. Ça marchait bien avec les plus gros gains du match pour Cobb (28 yards) et Fuller (24 yards). Mais un « flag » pour holding du Centre Texan, un bon plaquage de Greene (S) sur Fuller et un sack de Barnes (ILB) encore omniprésent obligeront à un FG de 41 yards… manqué !

2 mn 40 à jouer en première mi-temps avec 3 temps mort, le calibre idéal pour que Rodgers crucifie les Texans avant la pause. Ce fut chose faite avec uniquement deux joueurs, les deux plus en vue de la soirée, Adams (WR) et Williams (RB). Mais le TD de 1 yard aboutira à… Malik Taylor (WR) tout heureux de son 1er TD NFL sur une action où Rodgers pouvait choisir le n°86 comme le n°83 (Valdes-Scantling) qui effectuaient les mêmes tracés parallèles. (0-21 à la mi-temps)

1er TD NFL pour Malik Taylor (Photo : Packers.com)

UNE DEUXIÈME MI-TEMPS POUR CONTRÔLER

Le premier drive de la deuxième mi-temps pour Houston était déjà décisif et les Texans surent en tirer profit avec les recettes précédemment citées, Redmond (S) et Summers (ILB) se mettant en évidence de mauvaise manière. Sur le TD, Summers réagissait trop mollement à la couverture de zone, Josh Jackson (CB) devant lâcher son joueur (le RB D. Johnson) pour couper la route de Watson (QB). (7-21)

GB éteignait rapidement les premières flammes texanes. Par qui ? Davante Adams pardi ! Le n°17 était hyper ouvert sur une cover-1 où le FS Texan couvrait la moitié opposée au WR star des Packers ! Sanction immédiate malgré un lancer de Rodgers un poil faible obligeant Adams à une torsion lombaire sans dommage. (7-28)

Ça commençait à sentir le roussi pour HOU avec un nouveau « 3 and out » (pression de Gary, parmi d’autres ; plaquage de Kamal Martin auteur d’une 1ère super convaincante). Mais GB subissait le même sort, Rodgers cherchant trop le « big play ». La déconcentration se sentait tant en attaque qu’en défense, celle-ci se préparant mal sur deux gros jeux texans : course de 13 yards et passe au RB sur un double roll-out pour 30 yards. Mais pour une fois, le coordinateur défensif Mike Pettine envoyait un méchant blitz et c’est Amos (SS) qui récoltait les fruits du sack. FG de 38 yards. (10-28)

Toujours aussi peu attentionné, GB se laissait prendre sur 3ème tentative, Wagner laissant passer J.J. Watt qui stoppa net J. Williams sur 3ème et 1. Le punt qui suivait aurait pu être l’élément fondateur d’une remontée fantastique pour les Texans, J.K. Scott (P) se faisant contrer. Le punter n’y est pour rien, lui qui a effectué une prestation excellente au niveau de la longueur et du temps aérien de ses coups de pied. C’est plutôt la protection qui a failli, en l’occurrence celle de Dexter Williams (RB) qui non seulement a manqué son block mais qui avait l’occasion de réparer sa boulette avec le ballon tombant à ses pieds ; mais pris par le rebond, le n°22 ne saisissait pas le cuir et laissait les Texans s’en emparer. En une action, D. Williams venait d’entamer salement son crédit.

En plus du punt bloqué, les Texans bénéficiaient d’une pénalité grossière de Ka’dar Hollman (CB) sur l’action du punt pour se retrouver déjà à 22 yards de l’en-but. Mais Watson (QB) était imprécis et la défense fut exemplaire sur la 3ème tentative (pression de Z. Smith, plaquage dur de V. Scott (S) sur le RB adverse). HOU se contentait de 3 pts et voyait ses rêves de remontée fantastique partir en fumée. (13-28)

En désespoir de cause, les Texans tentaient le tout pour le tout à 8 mn de la fin. Entre-temps, GB avait particulièrement mal joué l’horloge avec 3 tentatives de passes avortées (drops de J. Williams et Valdes-Scantling), n’utilisant que 24 secondes au chronomètre ! Watson se lançait à corps perdu dans une course sur 3ème et 15 pour échouer à  1 yard du 1st down. Sur l’obligatoire 4ème tentative, Watson s’emmêlait les pinceaux. Devant « pitcher » en latéral pour le RB, il paniquait à la vision d’un Preston Smith (OLB) déboulant sur lui. « Turnover on downs » à 7 mn de la fin. Fin des espoirs texans.

Sack décisif de Preston Smith (OLB) (Photo : Packers.com)

Sur le drive suivant, GB avait compris qu’il fallait courir, chose qu’il n’avait pas assez fait tout au long du match face à un adversaire faible dans ce domaine. Cela permettait de récompenser Jamaal Williams d’un TD pour l’ensemble de son oeuvre. (13-35)

Houston récupérait la balle, on retrouvait malheureusement la fameuse défense préventive qui ne sert pas à grand-chose. GB encaissa ainsi le TD en ne faisant dépenser que 2 mn au chronomètre tout en faisant subir 67 yards à la passe pour la défense, gonflant d’autant les stats de Watson (QB). (20-35). Quitte à subir ces gains adverses, ne peut-on pas mixer cette préventive avec une défense classique voire agressive ? Car à chaque fois, le but recherché de cette préventive (faire tourner l’horloge) n’est atteint qu’à minima.

La fin de match réservait son lot de surprises. HOU réussissait un « onside kick », Amos (SS) et Sullivan (CB) se trouant sur le coup. Cela concluait un match terne des équipes spéciales. Mais cela était rattrapé deux actions plus tard par Henry Black (S), rookie non drafté qui provoqua, sur sa 5ème mise en jeu NFL, un fumble (casque contre ballon) du RB D. Johnson ; Amos (SS) récupérait la balle, excusant un peu sa bourde précédente, et scellait définitivement le match.. sur le premier turnover provoqué cette saison par la défense (en semaine 7 il était temps).

UN REDÉMARRAGE À NUANCER

Prestation convaincante des Packers offensivement ET défensivement. GB a gagné aisément la bataille des tranchées, la même bataille qu’il avait perdu la semaine passée chez les Buccaneers ; et tout part de là. Maintenant, l’adversité n’était pas des plus élevées, l’OL Texan étant sous la moyenne NFL. Cependant, si celle-ci avait bien tenu son rôle, le corps de WR adverse pouvait faire des dégâts.

La défense a cette fois allié pression du pass-rush et bon marquage de la « secondary », alors qu’il lui manquait 2 titulaires avec Savage (FS) et King (CB). Mais Josh Jackson (CB) montre déjà qu’il sait bien mieux plaquer que King et qu’il sait assez bien jouer la couverture de zone ; pour le « man-to-man », c’est autre chose, le n°37 manquant de souplesse et de vitesse. Il n’y eut pas de longue réception autre que celles du milieu de terrain où Raven Greene et Chandon Sullivan (CB) ont été parfois en difficulté. Alexander (CB), je n’ai entendu son nom qu’en toute fin de match et le n°23 Packer commence réellement à créer sa zone interdite ; Watson a dû se souvenir de ses deux interceptions qu’Alexander lui avait chipé en NCAA lors d’une confrontation Clemson – Louisville en 2016.

Pour le pass-rush, il y a du mieux avec notamment la meilleure prestation 2020 de Preston Smith et beaucoup de pressions de Gary (OLB). Sur la DL, Keke et M. Adams commencent à être plus efficients que Lowry et Lancaster, alors que Wynn (DT) est intéressant au centre de la ligne. Contre la course, la performance de la défense fut très solide contre là encore une faible adversité. Mais tout le monde aura remarqué la rentrée presque fracassante de Kamal Martin (ILB) en cours de jeu. S’ils ne sont pas blessés, la paire Barnes – K. Martin est la paire d’ILB des Packers pour les prochaines années.

En attaque, Davante Adams (WR) a effectué une prestation historique. Mais je n’arrive pas m’en réjouir. Cette unicité de l’attaque aérienne a montré ses limites contre une grosse défense la semaine passée contre TB ; là, contre un faible pass-rush, Rodgers eut tout le temps de scruter les routes de son WR n°1. En l’absence de Lazard, le poste de WR n°2 reste un poste sensible et Valdes-Scantling (WR) est en train de laisser échapper sa carrière en même temps que les ballons qui lui sont adressés.

La performance de Jamaal Williams est aussi à relativiser. Ses 4,1 yards par course sont loin d’être exceptionnels contre la pire défense contre la course de la NFL. Avec l’arrivée d’A.J. Dillon (RB), il semble difficile de l’imaginer Packer en 2021, à moins que ses qualités de receveur et un prix discount ne fassent pencher la balance.

Place aux Vikings dimanche prochain pour un peu plus couler le drakkar violet 2020.

 

LES STATS

 

Houston :

  • Deshaun Watson (QB) : 29/39 à la passe, 309 yards, 2 TD ; 7 courses, 38 yards
  • David Johnson (RB) : 14 courses, 42 yards, 3 yards par porté
  • Randall Cobb (WR) : 8 réceptions, 95 yards
  • J.J. Watt (DE) : 4 plaquages, 1 plaquage assisté, 2 plaquages pour perte
  • Efficacité en 3ème tentative : 42 % (6/14)
  • 6 pénalités pour 55 yards concédés

 

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 23/34 à la passe, 283 yards, 4 TD
  • Jamaal Williams (RB) : 19 courses, 77 yards, 4.1 yards par porté, 1 TD ; 4 réceptions, 37 yards
  • Davante Adams (WR) : 13 réceptions, 196 yards, 2 TD
  • Adrian Amos (SS) : 5 plaquages, 1 plaquage assisté, 1 plaquage pour perte, 1 sack, 1 fumble recouvert
  • J.K. Scott (P) : 4 punts, 51.8 yards de moyenne, le plus long de 62 yards.
  • 3 sacks
  • Efficacité en 3ème tentative : 58 % (7/12)
  • 5 pénalités pour 40 yards concédés

 

L’ACTION DU MATCH

  • Le « 360 ° » de Davante Adams pour sa réception de TD de 45 yards illustrant sa soirée historique à la réception : VIDÉO

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Davante Adams a obtenu + de 150 yards à la réception et + de 2 TD dans un match pour la 2ème fois de la saison. On ne recense qu’une seule fois ce type de performance dans tout le reste de la NFL en 2020.
HIGHLIGHTS

1 Comment

  1. DavidBrillac

    J’avais dit que Rodgers n’avais jamais été médiocre deux matchs de suite, et que les Texans payerait l’addition, chose faite.
    Adams et Rodgers a ce niveau le même jour sont inarrêtable.
    Turner à défaut d’être un futur pro bowler à son poste, est en tout cas très polyvalent, et ça, c’est un plus indéniable.
    Les deux jeunes ILB s’ils se révèle être d’un bon niveau, nous retirerons une épine du pied.
    Pour ce qui est du sack, action majeur en football américain, il y a sack et sack !
    Le sack sur première et deuxième tentative qui ne sont souvent que du vent, et le sack sur troisième tentative comme celui de Amos qui stop le nett le drive en cours, et encore mieux le sack sur quatrième tentative comme celui de Preston Smith qui nous redonne la possession.
    5-1 c’est très très bien, surtout que le weekend à été parfait, défaite des Seahawks et des Bears 😁👍

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.