Week 3 ~ WAS – GB : Les Packers font grise mine

afv0klu9wdw4c9m94ub1

Washington Redskins – Green Bay Packers :  31 – 17

Un dimanche gris pluvieux sur la capitale fédérale qui augurait d’un match où les appuis et les prises de balle seraient plus compliquées qu’à l’accoutumée. Bizarrement, cela a seulement affecté les Packers qui ont commis trop de mauvaises réceptions (« drops ») à des moments cruciaux du match pour espérer l’emporter. Et ce ne fut pas le seul élément qui fut défaillant côté Packers ce dimanche où pas grand-chose n’est allé droit, même l’arbitrage.

UN DÉMARRAGE À L’ENVERS

Au début du match, Josh Jones (SS) était finalement absent. Par contre, Oren Burks (ILB) était de retour mais fut utilisé avec parcimonie. Pourtant, dès la 2ème action, il effectuait un magistral « stop » sur Adrian Peterson (RB). Troisième tentative et 1 yard, et premier raté Packers. Alex Smith (QB) délivre une passe en profondeur plein centre pour Paul Richardson (WR) entre Kentrell Brice (SS) et Jaire Alexander (CB), malgré la pression de Mike Daniels (DT). Alexander couvre l’extérieur du WR et Brice doit couvrir l’intérieur, un parfait sandwich croyait-on. Mais Brice commet l’erreur de vouloir localiser la balle trop tardivement. Perdant ses repères dans l’espace, il déviait de sa route vers Alexander alors que Richardson croisait dans son dos pour attraper la balle au ras du sol pendant que Brice fauchait Alexander. TD de 46 yards. (7-0). Misère… Brice, en tournant trop tard sa tête, aurait dû garder sa vision sur le joueur et scruter ses mouvements pour empêcher la réception ou au moins lui infliger un bon tampon avec le concours d’Alexander qui aurait eu des chances de lui perdre le ballon, mais non.

richardson_td_vs_packers_usat

Richardson (WR) profite de la complète désorientation de Brice (SS)

Brice a perdu encore un peu plus de son crédit avec cette action, dans la même veine que son loupé de la semaine passée où il avait quasi plaqué Alexander au lieu de Thielen (WR) qui marquait le TD égalisateur des Vikings. Très bon cogneur et bon blitzer, il n’a pas la science de la couverture, ce qui l’a mis en difficulté. Il a clairement laissé la porte ouverte à Josh Jones (SS), dont le retour est attendu avec beaucoup plus d’impatience maintenant.

Pour son premier drive, GB offrait en fait un condensé de ce qui allait devenir sa rencontre. Rodgers était un peu plus mobile. La course était plutôt efficace (course de 10 yards du RB Jamaal Williams). La ligne offensive souffrait étonnamment en son intérieur (sack de J. Allen – DE – aux dépens de Lane Taylor – LG). Et les receveurs étaient loin de tout reproche (« drop » de Cobb sur la 3ème tentative, même si la passe n’était pas idéalement ajustée).

hulso1guzq5bi0sgqxt6

« Drop » de Randall Cobb (WR)

La défense redonnait la balle à l’attaque (pressions de Wilkerson [DE] et Matthews  [OLB], mais elle n’en fit rien. Après deux courses correctes de Montgomery (RB), la 3ème tentative à la passe fut manquée par Davante Adams (WR). Mais Rodgers avait mal réglé la mire. Sous la pluie, cette imprécision ne laissait que peu de chances à Adams.

Le 3ème drive allait marquer un premier tournant car les Redskins allaient prendre 14 pts d’avance au terme d’un drive où les arbitres commencèrent leur croisade anti-casque jaune qui porte un « G ». Si Reed (TE) effectuait une réception assez incroyable de 9 yards (et sans gants sous la pluie…), Washington avançait par 3, j’ai bien dit trois, interférences défensives. Les deux premières sifflées contre Alexander (CB) et T.Williams (CB) étaient sévères. S’il y avait bien des « contacts », ceux-ci existent dans chaque action et ne sont pas sifflées pour autant…  30 yards donnés gratuitement, ça aide. La troisième sifflée contre Davon House (CB) était reconnue sans problème, le CB s’étant accroché sur l’attache caravane de Doctson (WR)… Cela permit un TD aisé de 2 yards de Peterson, le 101ème de sa carrière, devenant ainsi le seul 7ème RB de l’histoire au nombre de TD. Juste avant, House ne lut pas la course pourtant prévisible d’Alex Smith (QB) sur une 3ème et 5 alors qu’il était le plus proche de l’action. (14-0)

Pour finir ce premier quart-temps cauchemardesque, GB commençait son 3ème drive et Rodgers se disait que si des interférences de passe défensives étaient sifflées pour pas grand-chose, alors autant tenter. Bingo ! « DPI » de 21 yards commise sur Davante Adams (WR), là encore plutôt sévère. Mais ce n’était pas le gros lot non plus, puisque de toute façon, un facemask de Josh Norman (CB) était également sifflé.

TROP DE FAUTES

Et soudain, enfin le n°33 apparut, Aaron Jones (RB). 2 courses, 18 yards, le tout dans des brèches à peine formées. Ce petit bonhomme a une vision et des appuis plus qu’intéressants. Mais on aime pas se simplifier la tâche à GB, alors aussitôt mis, aussitôt enlevé du terrain. Et bien sûr, GB n’avançait plus. Sur une 3ème et 10 à 17 yards de l’en-but Redskins, pas de solution et c’est un Rodgers clopin-clopant qui gagne à la force du jarret 11 yards ! Trop beau… Un « holding » de Bulaga, existant certes mais qui n’a aucunement impacté la course de Rodgers… Au lieu de 4 tentatives à 6 yards de l’en-but, les Packers se contentaient de 3 maigres petits points. (14-3)

dhupcbzzincdnewoustj

Une rentrée plus qu’encourageante pour Aaron Jones (RB)

Alex Smith (QB) semblait lui marcher sur l’eau (réception de 15 yards de Reed [TE]) quand soudain le TE Reed n’exécutait pas son tracé jusqu’au bout, Clinton-Dix (FS) lui en profitait et continuait sa route pour glaner le ballon : interception au milieu du terrain. Ce fut le seul éclair de Clinton-Dix dans ce match dont les statistiques d’interception masquent mal un niveau déclinant. En dernière année de contrat, il n’a cette fois plus aucune excuse pour être sur la retenue. Mais cette fois, il doit en plus compenser le niveau du SS, ce qu’il n’avait pas à faire quand c’était Morgan Burnett qui officiait…

Malgré une belle réception de 12 yards de Geronimo Allison (WR) qui montre qu’on peut être frêle mais être un très bon WR si on a de bonnes mais et si on respecte les tracés, GB ne retirait aucun point de ce turnover. Et la sanction fut immédiate dans un drive assassin pour les Packers.

Alex Smith convertit d’abord une 3ème et 6 en lançant de sa zone d’en-but ! 34 yards pour Jordan Reed (TE) dont Clay Matthews (OLB) lâchait le marquage. S’en suivit la meilleure course d’Adrian Peterson (RB) : 41 yards sur la droite de la ligne. Une belle course pour le vétéran… qui n’aurait pas eu lieu d’être. En effet, au moment de traverser la 1ère ligne de joueurs, Kyler Fackrell (OLB) était retenu (« holding ») dans sa rotation par Vernon Davis (TE), juste ce qu’il faut pour empêcher Fackrell d’avoir Peterson à portée de bras. Pas de mouchoir de pénalité. Petite cause, grand conséquence : les Redskins étaient en zone rouge (20 yards) en ayant traversé le terrain en 1 mn 12 !

5ba803fb4e6e6.image

Mais ils étaient ensuite confrontés à une 3ème et 7. Alex Smith (QB) ne trouvait pas de solution et improvisa une course. Jermaine Whitehead (S) arrivait sur lui pour le tacler à 5 yards de la ligne de first down. Mais à la manière d’un Kentrell Brice (SS), il jugeait mal la trajectoire du joueur et au lieu de lui asséner un gros plaquage, manqua celui-ci et permit à A. Smith d’obtenir à la dizaine de cm près le first down… Encore et toujours ces erreurs frustrantes en 3ème tentative adverse. Là encore, sanction immédiate : TD de Crawford sur une course croisée très simple plein centre. Ce qui est énervant, c’est que ce n’est pas comme si Tramon Williams (CB) n’avait pas indiqué à Clinton-Dix (FS) juste avant le snap de protéger en soutien la possible course intérieure de Crawford.. (21-3)

Ca commençait à sentir le sapin pour GB et c’était alors déjà un drive essentiel. Après une 3ème et 1 réussie par Aaron Jones (RB) (tiens, tiens, étonnant non ?), Aaron Rodgers mystifiait la secondary Redskins. Il profitait de l’erreur de Swearinger (FS) qui plongeait vers la ligne de mise en jeu alors que Norman (CB) l’attendait au soutien intérieur (effet de symétrie des actions, quand tu nous tiens…). Ni une, ni deux, course croisée d’Allison complètement seul pour un TD de… 64 yards, juste avant le 2 mn-warning. (21-10)

FIN DE 1ÈRE MI-TEMPS EN EAU DE BOUDIN

Mais définitivement, les Packers ne ressortiraient pas la tête de l’eau en nous présentant un grand classique : les 2 dernières mn de la 1ère mi-temps foirés.  À peine quelques secondes de jouées que les Redskins préparaient un beau de jeu avec un block de Richardson (WR) pour libérer Vernon Davis (TE) du marquage de Josh Jackson (CB). Clinton-Dix (FS) étant en retard au soutien, cela faisait 50 yards de traversés. Puis 18 yards de Crowder plein centre grâce à un plaquage manqué de Brice, une zone où il était important de ne pas mettre Burks (ILB) pour le ménager évidemment..

uv8y2nsrhp9lt7eiqtps

Réception de 50 yards du vieux TE Vernon Davis

Et pour boire le calice jusqu’à la lie, Peterson marquait un TD de 2 yards sous une pile de joueurs… Un TD absolument pas valable. L’action étant signalée comme un TD, il fallait qu’il soit « évident » que la balle n’ait pas franchi le plan vertical de la ligne d’en-but. Alors certes, on ne voyait pas le ballon sur les ralentis mais il fallait vraiment être de mauvaise foi pour ne pas l’imaginer puisque le casque de Peterson était sur la ligne et ses bras étaient bloqués vers le bas. Alors à part un « gogo gadget aux bras » sorti de derrière les fagots par Peterson, il était physiquement impossible qu’il ait marqué le TD, pour un bon demi-yard.

Ah, et puis GB avait 3 temps morts mais n’avait pas jugé utile d’en utiliser alors que les Redskins étaient à 3 yards sur l’action précédente, grillant tout simplement 40 secondes. Bah oui, Rodgers fait tellement d’exploits que lui laisser trop de temps, c’est pas marrant, alors que 21 secondes à jouer pour remonter le terrain (et 3 TO oh!), là y’a du challenge, surtout avec une jambe en bois ! Le n°12 remonta quand même 32 yards en 18 secondes. Le choix fut fait d’un FG de 60 yards sans vent favorable et sous la pluie… J’aurais perso tenté la passe « Ave Maria » car cela me semblait plus pertinent et à 28-10, il y avait un peu le feu à la maison. Non, field goal tenté mais la transmission du long snapper Bradley fut imprécise obligeant J.K Scott (P) à improviser une passe pour Crosby (K) (!). Ce que j’avais pris pour une tentative improbable de « fake field goal » (Mike aurait vraiment poussé le vice là) n’était qu’en fait un raté de plus dans un marasme général. (28-10 à la mi-temps). Et en cerise sur le gâteau, les Packers perdaient Wilkerson (DE) pour une blessure qui semblait bien sérieuse au vu de la réaction du n°96 sorti sur véhicule. On apprendra plus tard que Wilkerson est le premier titulaire Packer perdu pour 2018 : fracture à la cheville avec probable arrachement ligamentaire…

UN ESPOIR DÉFENSIF EN SECONDE PÉRIODE MAIS UNE ATTAQUE TROP POUSSIVE

Avec la balle en main pour redémarrer la seconde période, les Packers avaient une dernière cartouche pour rester dans le match. Cette fois, GB appliquait correctement la « West Coast Offense », petites passes, petits gains, mais ça avance ; même si cela aurait pu être mâtiné d’un peu plus de course quand même. Problème, cette technique est chronophage et il aurait mieux valu l’appliquer dès le départ que de le faire en courant après le score. GB revenait néanmoins à 28-17 après un TD de 2 yards d’Adams, mais après un drive de 7 mn.

L’espoir revint avec un « 3 and out » infligé via un blitz de Whitehead (S) sur 3ème et 5 qu’exploitait bien Alexander (CB) rapidement sur le porteur du ballon. On rappelait un peu Aaron Jones (RB), boum 17 yards. Mais faites le jouer bordel ! Puis, on tentait la passe, sauf que Rodgers était abandonné par sa ligne offensive. Bulaga était sorti sur blessure, remplacé par Spriggs (RT) vite mis en évidence par un « faux départ ». Puis Mc Cray (RG) était enfoncé par le rookie Daron Payne (DT) qui plaquait Rodgers comme un catcheur. En ces temps de protection du QB, Payne ne fut étonnamment pas sanctionné. Saisissant l’urgence de la situation, GB tentait une 4ème et 2, Rodgers trouvait Cobb… qui laissa échapper le ballon. Un « drop » crucial.

Mais Washington n’en fit rien. Ce n’est pas faute d’avoir été aidé par un nouveau sketch de Clay « roughing the passer » Matthews. Sur une belle course croisée à travers la ligne, il déboulait sur Alex Smith (QB) qui gardait la balle en main. Le plaquant au sol avec juste le poids de sa vitesse, Matthews se relevait et voyait ce foutu mouchoir jaune de pénalité. Si la NFL devient vraiment comme cela, les défenseurs doivent sérieusement penser désormais à viser la balle uniquement ou à enserrer le QB, comme s’ils allaient faire un câlin (la nouvelle technique du « QB hug » ?).  Un jugement absolument ridicule qui intervient en plus quelques actions après une action répréhensible de Payne (DT) si on va par là. La meilleure conclusion à tout cela, c’est… Alex Smith, le QB des Redskins  plaqué qui la donnera : « quand je vois ça, je suis heureux de ne pas être un défenseur ».  Une conclusion qui en dit long sur un épisode qui est en train de perturber les joueurs NFL et les fans spectateurs et téléspectateurs. Attention Roger Goodell à ne pas tuer ta poule aux oeufs d’or !

Sur l’action suivante, un « holding » de Vernon Davis (TE) était sifflé (quand même!) et tuait dans l’oeuf le drive Redskins. La balle revenait à GB en début de 4ème quart-temps mais les symptômes de l’attaque sur ce match réapparaissait : OL enfoncée (Taylor cette fois-ci), pénalités contestables (holding d’Allison qui se fait prendre la grille faciale) et drops cruciaux. Cette fois, c’est le malheureux Kendricks (TE) qui recevait un caviar pour un probable gain d’une cinquantaine de yards. Mais le vétéran avait une mauvaise technique des mains pour attraper le ballon en ne l’assurant pas avec des bras « en panier ».

Et pourtant, un « holding » du RT 2 adverse et une bonne couverture des lignes secondaires redonnait une fois de plus la balle à l’attaque. Ah ça, on ne peut pas dire qu’elle a manqué d’occasions dans le match pour revenir : 11 drives offensifs dans le match pour 3 qui ont donné des points… Mais le ressort était cassé, un « holding » de Patrick (RG) qui avait remplacé Mc Cray, blessé, tuait le drive, même si sur la même action, des gestes similaires étaient commis sur Montgomery (RB) et Graham (TE)…

Et alors que les Redskins restaient incroyablement stériles dans cette seconde période, les Packers n’en profitaient donc pas et se chargeaient eux-même de se tirer une balle dans le pied. Sur une de ces inénarrables passes latérales pour profiter d’un block d’un autre WR, Cobb gagnait péniblement 1 yard et en voulant obtenir un petit yard de plus, se fit arracher le ballon par Moreau (CB). Fumble recouvert par Norman (CB). À 6 mn du terme, les Packers clouaient eux-même leur cercueil.

Le drive suivant permettait à Peterson de gonfler ses stats (26 yards en plus) face à une défense épuisée et démoralisée. Les Redskins enquillaient un FG de plus pour la forme et Rodgers se fit enterrer une dernière fois par un sack.

UNE BONNE VIEILLE RENGAINE

Dire que le match était gagnable est un euphémisme. Oui, les Redskins ont marché sur les Packers en 1ère période, bien lancés par un raté de couverture sur quasiment le premier lancer du match. Après cette mauvaise entame, les « drops », la prestation de la ligne offensive qui, à part Bakhtiari (LT), a subi tout au long du match et des décisions arbitrales contestables ont fini d’achever des Packers poussifs. Et pourtant, après ce match, les Redskins ne sont plus la meilleure défense de la NFL… (soupir..)

Si je suis plus adepte du « players, not plays » pour expliquer les prestations d’une équipe, je suis néanmoins atterré par la balance de 75 % pour la passe / 25 % pour la course. En effet, ne pas plus privilégier la course alors que son QB à la valeur inestimable est en situation physique incertaine et que le jeu de course a atteint une moyenne peut -être jamais vu ces dernières années : 87 yards obtenus par les 3 coureurs (j’exclus les courses spéciales de Rodgers) pour… 15 courses seulement, soit 5,8 yards par course ! Et on se prive d’un tel atout ? Incompréhensible.. Et Aaron Jones montre comme attendu tout son talent avec 7 yards par course pour 6 courses tentées seulement.

Oui, la passe est l’ADN des Packers sous Rodgers, mais les capacités d’adaptation du plan de jeu de l’entraineur en chef Mike Mc Carthy posent question. Quand tout demande des courses et des passes courtes, celles-ci ne sont que trop utilisées. Quand ce genre de match demande l’utilisation de tight-ends pour favoriser le « petit jeu », les Packers n’arrivent pas à les trouver alors que le potentiel est énorme (côté Redskins, les 2 TE Jordan Reed et Vernon Davis ont glané.. 135 yards…). Et pitié, faites que ces passes latérales téléphonées cessent tout simplement, elles marchent 1 fois sur 10. Et quid de Joe Philbin, le coordinateur offensif ? Aussi invisible physiquement qu’il ne le parait dans le jeu..

Côté défense, après avoir été pris réellement à froid, les ajustement ont eux faits à la mi-temps. Elle a fait le job en seconde période pour donner la chance à l’attaque de revenir, en vain. Mais il y a des performances individuelles qui posent question comme celle de Kentrell Brice (SS) ou Davon House (CB). Tramon Williams (CB) montre de temps en temps qu’il était accompagné par Patrick Peterson (CB) chez les Arizona Cardinals en 2017. Les Packers ont à mon sens une défense titulaire qui peut tenir la route si l’attaque de GB redevient ce qu’elle doit être. L’alchimie n’est pas si loin. Seulement, l’absence de Kevin King (CB) et peut-être même celle de Josh Jones (SS) sont préjudiciables, la trop faible implication d’Oren Burks (ILB) aussi. Puis, ça y est, les Packers ont perdu un titulaire indiscutable, Muhammad Wilkerson (DE) qui devait apporter un coup de boost à la ligne défensive. Sans lui, le front-7 est reparti une année en arrière.. et de souvenir,c’était pas brillant…

Maintenant, le prochain match est la réception des Buffalo Bills, un match qui semblait idéal pour se relancer. Ça, c’était avant que les Bills ne surprennent la NFL en atomisant les Vikings à leur domicile (You like that, Kirk ?). Assurément, une défaite à Lambeau Field contre les Bills commencerait à mettre le feu dans la maison…

LES STATS

RED

Washington :

  • Alex Smith (QB) : 12/20 à la passe, 220 yards, 2 TD, 1 INT
  • Adrian Peterson (RB) : 19 courses, 120 yards, 6.3 yards par portée, 2 TD ; mais bon, si on enlève sa course de 41 yards où un holding crucial aurait dû être sifflé et les 26 yards « garbage » du dernier drive Redskins, on est à moins de 60 yards…
  • Vernon Davis (TE) : 2 réceptions, 70 yards
  • Jordan Reed (TE) : 4 réceptions, 65 yards
  • Jonathan Allen (DT) : 3 plaquages, 2 plaquages assistés, 2 sacks
  • Efficacité en 3ème tentative : 45 % (5 sur 11)
  • Efficacité en zone rouge : 60 % (3 sur 5)

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 27/44 à la passe, 265 yards, 2 TD ; 13 yards à la course
  • Aaron Jones (RB) : 6 courses, 42 yards, 7 yards par portée
  • Geronimo Allison (WR) : 2 réceptions, 76 yards, 1 TD
  • Kenny Clark (DT) : 6 plaquages, 3 plaquages assistés
  • 0 sack pour la défense, et 1 « beau » roughing the passer »..
  • J.K. Scott (P) : 5 punts, 44.6 yards net
  • Efficacité en 3ème tentative : 42 % (6 sur 14)
  • Efficacité en zone rouge : 50 % (1 sur 2)
  • 11 pénalités pour 115 yards concédés !!! (merci les arbitres…)

7 Comments

  1. Pascal Djebaili

    davon house out pour la saison , c est jour de fête.

    si macfly pouvait aussi se blesser.

  2. DavidBrillac

    Le pauvre McCarthy, on la affublé ici, de tout les surnoms possible et inimaginable, mais si tu nous transporte dans les année 80, alors tu va faire ici des adeptes, avec tout les quadras qui sévissent.
    McFly j’adore !

  3. Roundeux

    Non, je pense qu’on peut encore en trouver…

    Marty McFly c’est retour vers le futur mais niveau playbook lol… Ça doit être pour ça qu’on voit des matches de merde ces dernière années, depuis 2015 il essaie désespérément de bricoler le passé pour aller au SB en battant SEA et comme il change la ligne du temps on se retrouve avec des résultats absurdes dans le présent 😀 .
    Mais c’est vrai qu’on aurait dû rendre sa liberté à MicMac depuis longtemps en le renvoyant dans une réserve au Canada !

  4. Roundeux

    Quand c’est résumé dans un article, la somme de nos faillites sur ce match est à la limite du comique… On se dit même qu’il aurait suffi qu’une seule des foirades citées plus haut soit un bon jeu pour retourner la situation. Moralité: toujours croire au W avec Rodgers, toujours croire au L avec MicMac l’arnaque « je passe quand je dois run et je run quand je dois passer »…

    Bien vu pour le fake fake field goal et les snaps douteux de Bradley dont on se demande vraiment ce qu’il fout là alors qu’il semblait avoir perdu la bataille des LS contre Triner en camp. Je veux bien qu’il soit athlétique et puisse plaquer en ST mais s’il est pas foutu de faire son taf de base, c’est pas la peine !

    Tout à fait d’accord avec les conclusions de GBPF, on a largement de quoi jouer le W et les POs à condition d’avoir un coaching décent en O parce que la D fait le boulot malgré son manque de personnel criant. Si on a pris un gazillion de receveurs pour pas les faire jouer, y’avait qu’à stocker des LBs et des DBs nom d’un zebra !

  5. Guile

    J’aime bien McFly mais j’ai du mal à associer ce naze de McCarthy à cette trilogie géniale qu’est « Retour vers le Futur » et à Michael J Fox ou Christopher Lloyd…
    Bon à la limite en Biff Tannen 🙂

  6. greenbaypackersfrance

    Toi aussi, tu trouves qu’il ressemble à un « beaver » (castor) ?! 🙂
    D’autant plus qu’il nous vient de Pennsylvanie le Mc Carthy, l’Etat du ô célèbre jour de la marmotte à Punxsutawney ! (Un Jour sans fin avec Bill Murray)

  7. DavidBrillac

    Où plutôt Non de Zeus 🚘🌌💥💥💥🌌

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.