Week 5 ~ DET – GB : En victime consentante…

Detroit Lions – Green Bay Packers : 31 – 23

edf673b8-16e5-4734-9cb0-0b657b56d2cb-SI_20181007_sng_af2_05

Toute la détresse du kicker Crosby et son « teneur » J.K. Scott

Victoire des Lions dimanche sur les Packers. Ou plutôt don de la victoire par les Packers. Car rarement une défaite n’a été autant offerte sur un plateau d’argent par GB qui ne s’est pas tiré une balle dans le pied, mais qui s’est bien mitraillé la jambe tellement les Packers ont tout fait pour ne pas vouloir de la victoire. À commencer par la contre-performance de deux joueurs emblématiques des Packers : le kicker Mason Crosby et le quarterback Aaron Rpdgers. Et quand ceux-ci, vers qui tout le monde se retourne quand l’équipe va mal, sont en faillite, ça donne une défaite pas amère, mais « amèrissime » !

DES CHIFFRES HALLUCINANTS

GB a donc perdu. Par une seule possession (8 pts), donc pas si loin que cela. Et pourtant les chiffres sont trompeurs.

Car l’attaque sort statistiquement sa meilleure performance de l’année : 524 yards !!! Quand Detroit a cumulé… 264 yards ! 2 fois moins (260 yards pour être exact) ! C’est tout simplement la 1ère fois depuis 2013 (!) qu’une équipe (Kansas City Chiefs en 2013) gagne un match en produisant + de 250 yards de moins que son adversaire.

Les jeux au sol ont fait jeu égal (98 yards pour GB, 94 yards pour DET) mais le jeu de passe de GB a cumulé 423 yards quand Detroit n’a cumulé que 170 petits yards.

Aaron Rodgers livre aussi une partition statistique très correcte en apparence : 442 yards à la passe, 3 TD, 61,5 % de passes complétées, et 10 yards à la course. Le n°12 a même lancé ses 3 TD alors que Detroit « blitzait », c’est-à-dire lançait 5 joueurs ou + pour poursuivre le QB. Lors des 4 premiers matchs, Aaron Rodgers n’avait marqué aucun TD dans cette situation…

Mais alors comment expliquer que les Packers se soient retrouvés menés 24 à 0 à la mi-temps ?

Quand les statistiques ne veulent rien dire sur le sort du match, il y a alors une ligne statistique à prendre en considération plus que toute autre : la balance des pertes de balle (turnovers). Et là, le constat est sans appel : 3 turnovers pour GB, 0 pour Detroit. Et le plus terrible, c’est que ces 3 pertes de balle ont toutes eu lieu dans les propres 25 yards des Packers, soit une quasi-assurance de 3 pts à chaque fois pour l’adversaire. Mais ce n’est pas 9 pts que les Lions ont engrangé sur ces 3 turnovers, mais bien 17 points !

LE CAUCHEMAR DE CROSBY

Comment l’attaque engrange des yards, mais pas de points ? Eh bien, les Packers se sont fait d’abord voler leur première possession sur une réception de punt décrétée comme manquée, nous le verrons ultérieurement.

Et sur les 5 autres possessions de GB en 1ère mi-temps, 2 ont donc abouti à des fumbles dans leurs propres 25 yards, et 3 autres ont été des Field Goals… manqués ! Pour continuer à s’enterrer, le kicker Mason Crosby a rajouté un autre FG manqué en seconde période, mais également une transformation de touchdown manquée. Soit potentiellement 13 pts laissés en route.

De l’aveu même de Mason Crosby : « un véritable cauchemar qu’il n’avait jamais vécu dans un match, même en remontant jusqu’à ses années lycéennes ! » C’est bien simple, Crosby a manqué 4 FG dimanche, soit le total de ses FG manqués sur les 3 dernières années (2015, 2016, 2017), sachant que Crosby doit tirer à domicile dans la froidure de Lambeau Field l’hiver et qu’il n’est jamais avare de tentatives de FG de + de 50 yards. Vous trouvez ça logique ? Moi non, et Crosby non plus d’ailleurs, qui a tenté de modifier ses trajectoires et même changé de chaussures !

30cbaa9b-861c-45dd-a20e-df1be1d7ee55-USATSI_11396692

TOUT VA MAL

Imaginez, 17 pts en moins pour Detroit, 13 pts en plus pour GB et on obtient un score de… 14-36 pour GB. C’est certes une extrapolation mathématique mais pour moi cela résume la différence théorique intrinsèque entre les deux équipes présentes ce dimanche (Detroit étant privé de TJ Lang (RG) et d’Ezekiel Ansah (DE)).

Disons aussi que quand le score au début du match n’est pas de 0-0 mais de 7-0, cela met son équipe dans le bon tempo. C’est ce qui est arrivé alors que les Packers avaient obligé les Lions à punter (grâce d’abord à une pénalité sur Kenny Clark (DT) qui annulait un gros gain de Golladay (WR) sur Jackson (CB), tiens, tiens…), une grosse erreur d’arbitrage selon moi, redonnait le ballon aux Lions.. sur les 1 yard de GB ! Selon le corps arbitral, la balle retombante touchait Kevin King (CB) occasionnant de fait un fumble récupéré donc par les Lions sur les 1 yard. Sauf que les angles de caméras montrent que le ballon est touché par un bras Lions et rien d’autre ! S’il y avait un doute sur la vue de face, la vue de profil est sans appel car elle ne peut correspondre à la « touchette évoquée » par les arbitres. Kevin King n’a depuis de cesse de clamer qu’il n’a jamais touché cette foutue balle. Même Tramon Williams n’y a rien compris puisqu’il a laissé les Lions recouvrir alors que s’il le faisait, c’est GB qui récupérait le ballon ! L’entraineur McCarthy tentait de contester en faisant revoir l’action, sans succès… Blount (RB) pouvait marquer un TD de 1 yards. (7-0)

Et pour bien continuer à se mettre la tête sous l’eau, Josh Jones (SS) annule par un tenu (« holding »), léger mais existant, le meilleur retour de kickoff de la carrière de Ty Montgomery (RB) : 64 yards tout en volonté et rotations ! Annulés tout simplement… Puis, sur une « play action » classique (feinte de course pour une action de passe), Rodgers surdose sa passe pour Graham (TE) ou la sous-dose pour Kendricks (TE), toujours est-il que Graham ne capte pas la balle en extension. L’OL tient, Rodgers a du temps, ce qui lui permet de courir 5 yards pour 1st down ; mais une course exposée à un plaquage dangereux, heureusement sans conséquence. Rodgers n’est manifestement pas dans son assiette puisqu’il oublie un Davante Adams (WR) libre avant de se faire surprendre par un blitz. C’est donc un FG de 41 yards tenté, le premier qui sera manqué dans la soirée.

Et quoi de mieux pour garder la tête sous l’eau qu’une erreur de rookie, en l’occurrence Josh Jackson (CB), toujours (et trop) à la recherche du « big play ». Seulement, à vouloir tenter l’interception, on s’expose à un retour de flammes. Cela ne manque pas, J. Jackson est trop court et Golladay (WR) réceptionne pour 60 yards ! Cependant, les arbitres auraient très bien pu (et ils auraient dû) siffler une interférence de passe offensive de Golladay. Car si J. Jackson fut trop court, c’est aussi en raison de la main de Golladay sur l’épaule droite de Jackson qui stoppait son ascension verticale. Bien visible au ralenti, les arbitres ne la virent pas en temps réel pour une deuxième décision (moins flagrante certes) contestable et en défaveur de GB. Car après, Blount (RB) parcourut sans problème les 5 yards le séparant de l’en-but. (14-0)

Deuxième possession Packers. Après une réception non maîtrisée (un seul pied dans le terrain) de Valdes-Scantling (WR) qui eut le don d’agacer Rodgers (QB), ce dernier allait se faire avoir comme un bleu par un sack par derrière d’Okwara (DE) le poursuivant. Trop occupé à essayer de diriger Graham par le geste, alors qu’Adams (WR) et Montgomery (RB) se percutaient au milieu du terrain (facepalm..), Rodgers ne sentait pas la présence d’Okwara dans son dos (pourtant une des qualités de Rodgers) et se fit intelligemment plaquer par le bras : fumble récupéré sur les 22 yards de GB.

Mais la défense sauvait l’honneur avec un bon blitz de Martinez (ILB) en 3ème tentative. Les blitz du coordinateur défensif Mike Pettine cachent la faiblesse du pass-rush (coucou Clay, coucou Nick). Cette tactique qui fait de GB une équipe qui défend bien sur 3ème tentative est néanmoins une tactique risquée qui peut faire mal face à des QB de qualité. FG de Detroit. (17-0)

Y a t-il quelqu’un pour sauver la maison Packers en feu ? Et si on utilisait un petit jeune sympa qui ne déçoit pas ? Entrée en jeu d’Aaron Jones : 4 courses, 37 yards, soit plus de 9 yards de moyenne sur ce drive. Allô ? Y a t-il quelqu’un qui sait pourquoi on n’utilise pas plus un coureur qui a une des meilleures moyennes de yards par course en NFL ? Changement de tactique. 3 jeux de passes appelés. 3 échecs. FG de 42 yards. Sur le poteau…

33

Si une nouvelle réception de 18 yards de Golladay (WR) faisait craindre le pire, une interférence de passe offensive sifflée trop rarement de M. Jones (WR) mettait les Lions en difficulté en 3ème tentative. GB utilisait une fois de plus le blitz que Clinton-Dix faillit foirer en hésitant à se livrer complètement dans le blitz. Ha-Ha, quand faut y aller, faut y aller, il ne faut plus revenir en arrière !

GB revoyait un peu de lumière en cette fin de 1ère mi-temps avec une réception spectaculaire de Graham (TE) et 2 réceptions de Adams pour 52 yards. Mais les Packers calaient en zone rouge. Une « backshoulder pass » pour Graham aurait dû faire mouche de manière imparable, mais le n°80, dans le timing, fut malgré tout trop lent à se retourner. Rodgers devait regretter son Jordy chéri sur ce genre d’action où le tandem Rodgers-Nelson affolait les coins d’en-but. Cette action symbolise la perte de capacités physiques de Graham. Il n’est plus le géant qui courait aussi vite et avait une aussi grosse détente qu’un WR. Le n°80 a vieilli et n’a plus la même dynamite dans les jambes. Si je ne désespère pas que sa relation sur le terrain avec Rodgers s’améliore par une meilleure synchronisation, Graham n’est pas l’arme létale qu’on pouvait espérer. Clairement, son contrat commence à alimenter sa caisse de retraite. S’il apparait comme surpayé, Graham peut quand même offrir quelques services et GB doit mieux utiliser cette envergure inégalée en NFL qui doit focaliser les défenses.

Rodgers n’était pas encore au mieux avec un lancer trop fort pour Valdes-Scantling (WR) avant d’être pénalisé pour avoir jeté intentionnellement la balle au sol sur la 3ème tentative et goal. résultat, un FG à tenter de 38 yards et non de 22 yards. Un autre jour, cela n’aurait pas dérangé Crosby, mais pas dimanche. À côté. 3ème FG manqué. Ouch !

Mais la défense faisait rapidement sortir les Lions (bonne lecture de Brice sur une play action de Stafford) et voilà Rodgers avec 1 mn 37 pour revenir dans le match. Car GB avait la première possession de la seconde période. Mais au lieu d’un énième exploit de Rodgers que 2 premières réceptions de Valdes-Scantling (WR) et Graham (TE) pouvaient faire espérer, le n°12 était cette fois lâché par son OL. Non pas qu’elle ployait sous la pression, mais il y eut un incroyable loupé de Taylor (LG) vis à vis du DE Hand. Soutenu dans le block au début par collègue Linsley (C), Taylor n’anticipe pas le retrait rapide de Linsley et n’a pas le bon centre de gravité. Taylor se déséquilibre dans le vide, Linsley est parti soutenir Bell (RG), Hand n’a plus qu’à débouler sur Rodgers. Le QB, si protecteur habituellement de la balle, tente vainement de s’échapper sans prendre soin du cuir. Nouveau fumble à 53 secondes de la fin, à portée de FG.

Mais c’est mieux que ça encore que les Lions obtenaient. Un TD sur 3ème et goal, sur un tracé croisé simple, exploitant encore une fois une mésentente entre King (CB) et Clinton-Dix (FS), exactement la même qu’entre T. Williams et… Clinton-Dix il y a 15 jours contre les Redskins. Les deux fois, les CB pensent que le FS va couvrir leur intérieur et s’occupent de l’extérieur, mais Clinton-Dix ne le comprend pas comme tel apparemment.

Et voilà comment on se retrouve à 24-0 à la mi-temps : 3 turnovers dans ses propres 30 yards et 3 FG manqués. Il n’est alors question que de sauver l’honneur.

UNE RAGEANTE SECONDE PÉRIODE

GB repart avec un jeu de petites passes mieux adapté. Ça avance malgré deux sacks consécutifs concédés dont un où Bulaga (RT) est entièrement bousculé. Grâce à une 4ème et 11 réussie par une réception acrobatique de Adams, GB s’approche de l’en-but adverse et cette fois marque un TD par Valdes-Scantling (WR), le premier de sa carrière NFL, sur une très belle feinte de course. Rodgers trouve J. Williams (RB) pour la conversion à 2 pts. (24-8)

Les Lions vont redonner le ballon aux Packers par.. un FG manqué de 55 yards. Une nouvelle pénalité, plutôt sévère, pour interférence de passe offensive de Marvin Jones (WR), eut raison du drive Lions, même si celui-ci aurait dû s’arrêter plus tôt sur la beau stop sur 3ème tentative de Tony Brown (CB) dès son premier alignement en défense. Oui mais voilà, excitation de jeunesse, Brown ne trouvait rien de mieux que de célébrer en chambrant son attaquant qui était à terre, tête baissée. Cette tête baissée est le signal pour une pénalité de « taunting » aussi bête qu’inutile. Tony Brown devrait apprendre à chambrer ses adversaires debout casque contre casque, ce qui est beaucoup plus discret et moins sanctionné. Bref…

Les Packers récupéraient une bonne position sur le terrain. Après avoir manqué Adams (WR) sur une nouvelle incompréhension, Rodgers n’abdiquait en choisissant une propre course risquée sur une 4ème et 4 yards convertie. Au bout, ce sera un TD de 1 yard de Kendricks (TE) sur un beau jeu appelé avec un effectif présentant 4 tight-ends à la mise en jeu ! La tentative de conversion à 2 pts échouait cette fois et GB restait à 2 possessions d’écart. (24-14)

GB devait effectuer un « stop » pour entretenir la flamme improbable d’un retour. Peine perdue. Josh Jackson (CB) et Kentrell Brice (SS) encaissait un 1st down ridicule de Golden Tate (WR), le premier le saisissant par la grille faciale (pénalisé), le second cherchant à le repousser de ses mains paumes ouvertes.. Les Lions rajoutaient leur meilleure course de la soirée (24 yards) par K. Johnson qui n’eut qu’à courir à gauche du terrain, Nick Perry (OLB) assurant l’extérieur de la ligne plongeant à l’intérieur. Et pour mieux énerver les supporters des Packers, Golladay (WR) marquait le TD sur exactement la même action que le TD de Marvin Jones en in de 1ère mi-temps. Le même, entre les mêmes joueurs : Kevin King (CB) et Clinton-Dix (FS). Alors, faute des entraineurs qui se sont fait berner une 2ème fois, ou faute des joueurs qui n’appliquent pas bien leur placement sur le terrain ? (31-14)

Les Packers reprenaient leur marche en avant par leur petit jeu de passes, efficace mais chronophage. Idéal pour un début de match ou quand on a l’avantage. Alors, est-ce que la tactique était clairement de ne pas faire ce type de drive en début de match ? Ou est-ce Rodgers qui a trop tendance à garder le ballon dans la perspective d’un gros gain et au final à ne pas jouer à la manière d’un Tom Brady (QB) : des passes courtes automatisées sur un jeu de 4-5 secondes max. Ce qu’on aime chez Rodgers, c’est certes sa « folie », sa capacité à improviser et à s’adapter. Mais n’a t-il pas besoin d’un jeu plus « clinique » ? Est-ce Mc Carthy qui lui laisse trop les clés du camion, ayant pour conséquence trop d’improvisation ? Ou au contraire, sont-ce les tactiques de Mc Carthy qui incitent Rodgers à improviser car non efficaces ? Pour moi, les questions restent posées.

Sur ce drive, St Brown (WR) se révéla sur une « drag route » de la droite vers la gauche pour 18 yards, montrant sa vitesse. Alors, St Brown, le roi de la « drag » à GB ? Il remettra ça sur une route extérieur-intérieur en fin de match pour 54 yards. Adams gonflait lui ses stats en marquant le TD en jonglant avec la balle. La soirée n’était pas assez cauchemardesque pour Crosby qui manquait même la transformation. (31-20)

ESBruns

Il court, il court le St Brown (n°19) !

Les Lions ne se mettaient pas à l’abri et redonnaient le ballon aux Packers avec 6 mn à jouer. Quoi, encore un exploit à venir ? Passe longue de Rodgers pour Adams : réception sur les 1 yard de Detroit ! Non, la réception était finalement incomplète, Adams n’arrivait pas à maîtriser le ballon. Et quand Rodgers se fit sanctionner pour un mauvais alignement de son attaque en voulant surprendre la défense des Lions. Les Packers durent se résoudre à tenter au moins le FG de 56 yards pour revenir à  une possession. Manqué. Dans l’état de précision du kicker des Packers, il eut été étonnant qu’il soit réussi.

Une 3ème et 11 réussie par une réception de Tate (WR) clouait le match à 3 mn 20 sans temps mort pour GB. Le match se terminait sur un clin d’oeil : un FG réussi de Crosby. (31-23). Fallait-il en rire ou en pleurer ?

TOUS RESPONSABLES

La somme d’erreurs individuelles fait de la performance ratée des Packers un problème collectif. Certes, GB n’a encore pas été aidée par des décisions arbitrales aux conséquences importantes. Mais ce qui a fait défaillir les Packers face aux Lions est un problème collectif.

Comme je l’ai dit plus haut, Mike Mc Carthy et Aaron Rodgers doivent trouver le bon compromis tous les deux pour que le jeu d’Aaron Rodgers s’épure et ne se perde pas dans le perfectionnisme du n°12. Celui-ci, à être trop protecteur du ballon, prend moins de risques et hésite de plus en plus à balancer des passes quand il estime qu’il y a un doute sur sa destination. S’il a un doute sur ça, c’est qu’il ne fait pas entièrement confiance à son escouade offensive, comme il l’avait avec Jordy Nelson (WR) avec qui il jouait les yeux fermés, fruit d’une alliance de plusieurs années. Cette connivence a peut-être été sous-évaluée au moment de la résiliation du joueur. Actuellement, Rodgers croit en Adams et Cobb. Cobb était blessé et Adams est trouvé mais encore oublié sur certaines actions, lui qui est un des meilleurs WR de la ligue pour ce qui est de la séparation. Les mêmes efforts doivent être faits entre Rodgers et Graham, qui s’il n’est pas (et ne sera pas selon moi) à la hauteur des espoirs attendus, peut tout de même être bien utile.

Je suis 100 % Rodgers, comme DavidBrillac peut l’être avec Brett Favre :-), mais j’ai moyennement apprécié sa sortie verbale la semaine passée sur le plan de jeu. Si le fond de son intervention était dans le vrai, il n’aurait pas dû en faire état face à la presse à ce stade de la saison. La remise en cause publique de l’entraineur en chef ne peut avoir aucun effet positif sur un dynamique de groupe. D’autant qu’il est loin de jouer à un niveau optimal. Quelle est l’influence de son entorse du genou dans son jeu ? Nous le saurons après la semaine de repos. Pour le moment, le n°12 ne doit pas apparaître comme une diva, fort de son contrat qui le rend indestructible (car non résiliable) pendant au moins 4 ans. Il doit tirer tout le monde vers le haut et soigner sa frustration. On l’a vu excuser Crosby par son accolade, et c’est bien normal. On l’a vu pédagogue avec Valdes-Scantling et St Brown pour leur expliquer mieux les tracés. C’est cela dont GB a besoin, d’un leader contre vents et marées, ce qu’il a toujours été, mais un effritement se laisse apparaître en début de saison qui ressemble beaucoup offensivement au médiocre démarrage de la saison 2015 (sans Jordy Nelson…).

Après la semaine de repos (dans deux semaines), une nouvelle saison commencera et l’attaque devra retrouver son allant, ce qui est possible avec le retour des blessés et une meilleure symbiose avec les nouveaux arrivants.

C’est dommage car la défense offre des bases pour que la saison soit bonne. Elle est volontaire, stoppe la course de manière générale et a retrouvé des facultés de blitz. Seulement, des grosses erreurs individuelles occasionnent des « big plays » adverses et ça manque encore de consistance en « zone rouge ».

Entendons-nous bien, je suis loin d’être fan de Mc Carthy, mais ce dimanche, il n’est pour rien dans les pertes de balle, dans les ratés de Crosby, dans la volonté de Rodgers de prolonger le jeu à tout prix (le schéma n’est pas que le jeu dure 10 secondes) et dans le mauvais placement des joueurs qui exécutent mal le jeu appelé. Oui, dans les circonstances actuelles, je n’aurais pas laissé la balle à l’adversaire au début du match. Oui, j’aurais employé un peu plus Aaron Jones qui ne déçoit, mais je suis d’accord avec lui sur le fait que Jamaal Williams offre une protection de passe meilleure que le n°33. Enfin, j’ai vu des choses intéressantes pour l’attaque en zone rouge, ce qui pêchait ces dernières années. Et puis, après un tel démarrage due à des fautes individuelles, avoir une balance équilibrée est impossible quand on court après le score avec un tel écart.

Il y a du terreau pour que la saison soit fertile mais chacun doit se regarder dans une glace et penser équipe. Mc Carthy est critiquable, doit sa carrière au n°12, mais ne doit pas être le baudet que tout le monde veut se payer (pas tout le temps tout du moins). Et son statut est élevé dans la hiérarchie Packers formant un triumvirat avec le Président Mark Murphy et le manager général Brian Gutekunst. Son avenir ne peut se décider en cours de saison.

Ce match contre les Lions est une telle accumulation d’erreurs que faire pire sera presque impossible. Et même si depuis 1935, aucune équipe n’a remporté le titre après avoir démarré la saison avec un bilan de 2 victoires, 2 défaites et 1 nul, croyons en l’avenir qui peut encore être rose, ou plutôt vert et or !

 

LES STATS

score

 

Detroit :

  • Matt Stafford (QB) : 14/26 à la passe, 183 yards, 2 TD
  • Legarett Blount (RB) : 12 courses, 22 yards, 1.8 yards par portée, 2 TD
  • Kerryon Johnson (RB) : 12 courses, 70 yards, 5.9 yards par portée
  • Kenny Golladay (WR) : 4 réceptions, 98 yards, 1 TD
  • 264 yards pour l’attaque
  • Romeo Okwara (DT) : 3 plaquages, 2 sacks, 1 fumble forcé
  • Glover Quin (FS) : 10 plaquages, 3 plaquages assistés
  • Efficacité en 3ème tentative : 38 %
  • 26 mn 40 de possession

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 32/52 à la passe, 442 yards, 3 TD, 2 fumbles perdus ; 10 yards à la course
  • Aaron Jones (RB) : 7 courses, 40 yards, 5.8 yards par portée
  • Davante Adams (WR) : 9 réceptions, 140 yards, 1 TD
  • Equanimeous St Brown (WR) : 3 réceptions, 89 yards
  • 521 yards pour l’attaque
  • Blake Martinez (ILB) : 4 plaquages, 1 plaquage assisté, 2 sacks
  • 0 punt pour GB dans ce match
  • Efficacité en 3ème tentative : 30 %
  • 12 pénalités !

13 Comments

  1. Rien a rajouter, encore une fois superbe résumé de cette mascarade !
    Bravo pour le temps consacré, pour notre plaisir, ni plus ni moins.
    Merci pour le petit clin-d’œil, d’ailleurs dans le jeux des comparaison Favre-Rodgers, Favre avait l’avantage d’être toujours de bonne humeur, bon coéquipier, joviale, alors que Rodgers a tendance a faire voir sa mauvaise humeur, et je suis d’accord avec toi que le moment choisi pour critiqué son coach est mal venu, quand lui même le jouer le mieux rémunéré de la NFL, affiche un niveau quelconque pour être gentil.
    Quant au bon Mike, son temps dans la baie touche a sa fin, n’oublions pas ce qu’il a fait quand même, le meilleur depuis l’autre big Mike, mais il a une saison en cours, donc laissons le travailler.

  2. The_Chosen_One

    11 octobre 2018 at 12:20

    je vous trouve très sévère avec Rodgers !
    1/ Comment ne pas afficher sa mauvaise humeur quand on lui sert un play call pareil et que le soir quand il rentre chez lui et regarde les autres matchs, ils voient les attaques de Mahomes et Goff (pour ne citer que les plus évidents)
    par ailleurs, j’ai toujours vu Rodgers bon camarade et déconneur avec ses collègues, c’est tout sauf une diva.
    2/ il arrive quand même à nous faire avancer malgré tout, avec 10TD-1INT en 4,5 matchs, et 315y en moyenne, le tout avec une OL que je qualifierai de très moyenne, et des WR qui sont loin d’être des champions pour se démarquer (Adams compris !), mais parmi les rois des drops car nous sommes 6e plus mauvaise équipe dans le domaine. Et je vous rappelle qu’il a toujours une entorse au genou et que ça l’a notamment fortement handicapé lors des 3 premiers matchs.
    Je trouve donc le qualificatif de « quelconque pour être gentil » plus que limite.

    Ok prolonger les jeux c’est pas toujours la bonne solution, et on l’a payé dimanche, bien que pour moi y en a qu’un vraiment pour lui. Mais j’imagine qu’il y a 18 mois, lors d’une soirée de janvier à Dallas où il a prolongé le jeu pour trouver Cook et nous envoyer en finale NFC cela ne vous a pas dérangé.

    Je pense que tout ça est du au fait simple qu’il voit que le potentiel de l’équipe (et le sien également) est bridée pour ne pas dire gâchée par le HC et ce depuis plusieurs années, et c’est encore plus flagrant cette année où on a enfin une défense.

    Alors même si McCarthy n’est pas responsable du fiasco Crosby sur le match, et encore ça se discute, car s’entêter à le faire taper un 3e, un 4e FG alors qu’on est mené de plus de 20 points, et qu’il faudrait continuer d’essayer d’avancer pour scorer un TD, c’est totalement débile et destructeur d’un point de vu mental pour Crosby !
    Mais ce n’est ni Rodgers, ni Crosby qui ont appelé seulement 17 courses des RB contre la PIRE défense de la ligue contre la course.

    Je ne me souvenais plus mais en 2015, McCarthy avait fini par déléguer le play call apparemment, voilà une solution intermédiaire qui nous permettrait d’aller au bout de la saison sans remous dans le coaching staff tout en résolvant notre problème majeur. En plus, Philbin est loin d’être un peintre et un novice, il a quand même été HC pendant 4 ans.

    Bon ceci étant dit, je vous aime quand même les mecs 🙂
    Go Pack Go

  3. Salut David
    Bien d’accord avec toi sur les louanges à GBPF! On se répète souvent, mais sérieux, quel taf!!! Et de qualité le taf!!!
    Par contre, je ne vous rejoins pas GBPF et toi sur Rodgers et McCarthy, faut pas rêver, on est à la week 5 et c’est clair qu’on peut pas aller au bout avec cette équipe cette année encore, trop de carences rédhibitoires (pass-rush, OL, safety, playcall…) comme on savait en 2016-2017 que notre secondary Pippo et Bimbo-esque nous empècheraient d’y aller.

    Virer McCarthy maintenant, avec calme et dignité, avant que ça n’empire et que l’acrimonie des fans se fasse plus amère, en le remerciant pour tout et en lui souhaitant bon vent.
    Virer McCarthy maintenant, pour donner l’opportunité au nouveau coach de prendre ses marques et mettre sa patte sur l’équipe dès cette saison, ce sera du temps de gagné.
    Virer McCarthy maintenant, même si on a pas le coach du futur sous la main pour au moins provoquer un électroshock et allèger l’ambiance du vestiaire.
    Virer McCarthy maintenant, je vois que ça pour ressouder et remobiliser TOUS les gars de l’équipe. Ceux qui n’iront pas dans ce sens, on saura qu’on pourra s’en débarrasser en fin d’année.

    Pour finir sur Rodgers, moi je comprend sa frustration, je trouve qu’il a été bien patient depuis toutes ces années, on lui a bousillé sa ligne, systématiquement refusé de prolonger des joueurs qu’il réclamait sans même vraiment essayer de négocier un deal avec les concernés (si mes souvenirs sont bons, à part Cook qui voulait de l’oseille, on a pas chercher à retenir LAng, Sitton, Jordy ou même Burnett et Hyde en D). Les années passent et ça végète tranquillou dans la baie… moi ça me gonfle alors lui j’imagine même pas 😉
    Je vais m’avancer un peu, mais peut être que si on l’avait un peu plus écouté, il n’aurait peut être pas pris autant de pognon sur son nouveau contrat…

  4. Assez d’accord avec toi TCO sur ton comm’.
    En 2015 par contre, l’expérience Tom Clements au playcall avait été une cata, et j’avais moi même milité pour son remplacement et loué le retour de big Mike aux affaires…

  5. Merci pour l’article 🙂

    Après je rejoins The_Chosen_One sur Rodgers.
    Je suis entièrement d’accord avec le fait qu’il pourrait lancer plus tôt sur certaines séquences ou qu’il a manqué (de voir) quelques receveurs complètement ouverts sur certains jeux.

    Après ceci étant dit :
    – Il a quand même une évaluation de plus de 100 depuis le début de la saison en étant sur une jambe ce qui vu son jeu est forcément handicapant. Et je pense que certaines équipes préfèreraient Rodgers sur une jambe que leur QB sur deux, et eux sauraient certainement mieux l’utiliser.
    – En étant sur une jambe, il nous fait gagner le match contre les Bears à lui tout seul et contre les Vikings il est pas loin de faire la même chose.
    – Depuis le début de la saison, nos receveurs sont les rois du drop. Les mecs arrivent même à se rentrer dedans lors de leurs tracés, franchement il y a que chez nous qu’on voit ça non ?
    Même Adams qui a des stats flatteuses bah en fait bof quoi… Il « sauve » ses matchs avec une ou deux belles réceptions mais le reste du temps c’est pas ouf et c’est pas le receveur sûr par tout temps et tout terrain que pouvait être Nelson. Et puis bon Graham, bah voilà, le mec choppe quasiment pas un ballon en red zone alors que c’est sensé être sa spécialité.
    – On a un super RB depuis 3 matchs mais on ne l’utilise pas alors que Rodgers est blessé, qu’il serre les dents et que ça serait pas mal de le soulager. Mais non…
    – Le playbook, bah honnêtement, j’ai l’impression que c’est le même depuis 8 ou 10 ans, tu sens/vois pas d’évolution, on n’est pas capable d’intégrer nos rookies WR qui ont l’air d’avoir du potentiel. On a plein de TE et on ne s’en sert quasiment que de deux.

    Alors OK, c’est le mec le mieux payé du coin (et le coin est étendu) mais je suis désolé le mec à le droit de râler assez fort avant de dépasser les bornes et vu les mous du genou qu’on a dans le staff, je pense que l’humiliation publique c’est le seul moyen de leur faire passer des messages parce que si ça reste en interne, les mecs se serrent les coudes et s’en lavent les mains.
    Surtout Mourphy et McMolle le meilleur head coach de toute la NFL qu’on doit retenir tous les ans tellement les autres équipes essaient de nous l’arracher… D’ailleurs, merde qu’est-ce qu’ils attendent pour venir le chercher ? Green Bay est pas dans leur GPS ?

    Franchement, sur une jambe le mec nous fait gagner 2 matchs (dont 1 pratiquement perdu) et est pas loin de pouvoir nous en faire gagner 2 voire 3 donc bon… Échangez avec Blake Bortles et imaginez le début de saison…

    Et puis (et c’est mon dernier mot), Favre, que j’adore, vu les parpaings qu’il balançait parfois bah il pouvait bien être de bonne humeur 🙂

    Voilà, je vous aime aussi les gars 🙂

  6. The_Chosen_One

    11 octobre 2018 at 15:27

    Virer McCarthy maintenant (j’adore l’anaphore), c’est aussi choisir son futur HC sans la concurrence des autres équipes, je pense notamment à Lincoln Riley, quand on voit l’attaque de feu d’Oklahoma ça donne envie, mais aussi DeFilippo (ça affaiblirait en plus un rival :)) ou encore LaFleur.

  7. Attention, on brûle pas notre idole du tout. C’est juste qu’il n’est pas exempt de tout reproche c’est tout. On sait tous que depuis 2008 : GB = Rodgers. Et comme là, il est pas exceptionnel, eh ben GB toussote alors que la défense est la meilleure qu’on ait eu depuis 3 ans. Je compare Rodgers à Rodgers, pas à n’importe qui. Pour moi, il est le meilleur QB de sa génération. Mahomes et Goff sont dans des équipes qui sont basées sur une grosse défense avec des joueurs qui peuvent être resignés parce que leur QB est en contrat rookie.

    On connait son style d’improvisation, et c’est ce qui fait son charme. C’est juste que là, il le pousse à l’extrême je trouve, sans de bons résultats ; par exemple, au bout de 5 secondes, l’OL sait plus trop où est son n°12 et doit s’ajuster sur les regards des DT adverses.

    Je comprends totalement sa frustration bien sûr mais c’est le leader de cette équipe et si le leader dit : « ça me saoule, quelle bande de bons à rien, à commencer par l’entraineur », eh ben c’est la porte ouverte à un beau bordel et pour moi, ce n’est pas ce que doit faire transparaitre un leader. D’ailleurs, après sa sortie verbale, il a dû comprendre la portée de ses paroles et a dit un plus policé « je m’entends avec Mc Carthy » tout en assumant avoir lâché 10 pts par sa faute contre les Lions.

    Pour le peu de courses contre les Lions, quand tu es mené 17-0 au bout du 1er quart-temps avec 2 turnovers dans la gueule, forcément tu es obligé de lâcher la course. Mais j’ai déjà dit que la balance trop déséquilibrée était un mal récurrent, qui peut s’expliquer par de mauvais RB mais pas avec Aaron Jones.

    La dernière année où les Packers étaient inarrêtables, en 2014, Rodgers était accompagné d’un Lacy au top de sa forme.

    Tout ça pour dire que je pense que la défaite contre les Lions est avant tout due aux joueurs qu’à l’entraineur.

    Hug mon pote 🙂

  8. Fan de François Hollande (Moi, Président) ? 🙂
    Évidemment que le n°12 est en droit d’être frustré mais le salary cap fait qu’on peut garder tout le monde (Sitton et Lang, c’était entre 8 et 10 M $/ an pour les garder). Il faut réussir ses drafts, ce qui n’a pas été bien fait, être efficace en FA sans en faire trop et bien gérer les contrats (Clay Matthews, Nick Perry beurk). Et il y a eu des loupés (Hayward ! Peppers, Cook et Marshawn Lynch avant qu’il aille aux Seahawks).
    Là on est dans le management de la franchise.

    Les changements de head coach qu’on nous vante sont souvent faits avec des entraineurs qui prennent en main un nouveau et jeune QB. (Eagles, Rams, Bears)
    KC flambe en ce début de saison (comme tous les ans…) coaché par un Andy Reid, une sorte de sous Mc Carthy raillé par la NFL quand KC chute et qui, selon certains, a gâché les Eagles de Mc Nabb.
    Coughlin était trop vieux et plus à la page pour entrainer les Giants malgré 2 SB. Depuis qu’il a été viré, les Giants pataugent dans les marais du New Jersey. Et Coughlin est dans l’encadrement des Jaguars depuis l’année dernière.

    Je n’ai aucune volonté farouche de vouloir garder Mc Carthy, mais je vous mets une pièce que :
    1- il termine la saison
    2- il entraine les Packers en 2019
    Et pourquoi ? Parce que RUN THE TABLE 2, le retour ! 😀

    Pour finir, Aaron Rodgers veut dire un mot : « R-E-L-A-X : relax ! » 😉

  9. @GBPF
    Rhaa… François qui? :-))

    Concernant Rodgers, oui je mets en cause le management de la franchise. Mais je dis pas non plus que c’est facile. Moi j’aurais resigné Perry, certes pas à ce prix là, mais surtout par rapport au niveau de notre pass rush depuis des années. Et clairement tant au niveau rendement qu’au niveau blessure c’était une énorme connerie… facile à dire maintenant.

    Sur McCarthy (comme Capers d’ailleurs), ben… on assiste depuis plusieurs années à une « Jeff Fisherisation » du bonhomme. Faut juste faire quequ’ chose quoi, ça me paraît évident, c’est que mon avis depuis mon canap’ avec mon verre de rouge, lol, mais je crois que je suis plus le seul dans ce cas (même sans verre de rouge 😉 ).
    Mais on voit quand même qu’avec Pettine, c’est quand même aut’ chose.

    Alors ouai, c’est vrai, relax, on est pas à l’abris d’aller en PO. Et oui bien sûr qu’il va finir la saison, et why not « RUN THE TABLE » le retour…
    But please, fresh air…PLEASE
    Après si c’est pour le remplacer par un has been, ben oui autant finir la saison avec McDino et Godgers en no huddle, c’est sûr, on s’éclatera au moins un peu devant nos écrans.
    GoPackGo, encore et toujours et à jamais. (Et Fenris Dijon aussi, double champion de Bourgogne Franche Comté. Quand même, merde :-)) )

  10. Vous avez bien fait le tour du sujet on dirait mais je vais quand même glisser un mot haha ^^ .

    Un match imperdable statistiquement qu’une flopée de conneries balance dans la gueule du lion.

    Et oui, même si nos propos sont parfois durs, on commente dans la joie, le respect mutuel et la bonne humeur grâce à GBPF 😉 . On s’aime tous, frères de douleur, merci de contribuer malgré notre frustration partagée !

    Je suis le premier à taper sur McCarthy mais il n’est bien sûr pas responsable de toutes les erreurs même si au final c’est lui qui doit en porter la responsabilité en tant que head coach, surtout avec les pouvoirs assez étendus qu’il a. Le problème c’est:
    1) qu’il refuse d’assumer ses erreurs aussi évidentes soient-elles
    2) qu’il refuse de tenter des choses nouvelles quand son « plan » ne marche pas
    3) qu’il rejette la responsabilité du produit sur le terrain alors qu’elle lui incombe au final
    4) qu’à tort ou à raison, il est devenu le symbole du GB frustrant à crever qui fait de la merde

    @ Chambertin: bien vu la Jeffisherisation, tu devrais déposer le terme :p

    Rien que pour la 4, il est nécessaire de passer à autre chose, comme pour Capers avec la D. Je pense que c’est un choc psychologique indispensable sur le long terme même si Rodgers parvient encore à sauver la peau du Mac en l’amenant en PO cette année (même si je pense qu’il faudra plus qu’un « one & out » pour le sauver).

    Et puis honnêtement, quand on voit que sur 5 matches:
    QT1 on perd 42-13 (42-7 sans le match contre BUF)
    MT1 on perd 86-33 (86-17 sans le match contre BUF)
    C’est pas juste une coïncidence, un problème d’arbitrage (ok juste un peu), d’exécution ou de K foireux, c’est carrément une habitude et qui ne date pas d’hier donc si rien ne change, c’est clairement pour la poire du head coach (surtout que la seule partie de l’équipe qu’il ne contrôle pas complètement, la D, se comporte plutôt bien dans l’ensemble) ! Je crois qu’on a éliminé toutes les autres causes de « sucking » (à part l’égo éventuel de Rodgers mais ça aussi c’est au HC de le gérer).

    Le pire, c’est que je l’imagine déjà en train de rouler des mécaniques en conf de presse après avoir battu SF (pas fait) en faisant comme si tout allait bien avec les Rams et les Patriots chez eux au programme, argh… Et je suppose que comme les Niners sont une des meilleures D contre la course, on va beaucoup courir hahaha…

    Quand à Rodgers, cette saison il souffre clairement de la comparaison avec un Brees en feu ou les jeunes QBs en pleine bourre mais quand on voit ses stats en étant diminué malgré la misère visuelle de nos matches, il y a de quoi se taper la tête contre les murs.

    ***
    J’en profite pour apporter ma petite pierre au travail de GBPF en signalant deux petits trucs:
    1)
    « Washington » au lieu de Détroit (dans les stats à la fin huhu ^^)
    2)
    « Alors, faute des entraineurs qui se sont berner une 2ème fois, ou faute des coachs qui n’appliquent pas bien leur placement sur le terrain ? »
    Hum… les deux chef (coachs au lieu de joueurs, je pense) 😀 !

  11. @GBPF, j’ai bien compris que tu ne brûlais pas Rodgers, no soucy 😀
    Un débat un peu enflammé de temps en temps, j’aime bien !!! En plus, si on commence à être lyrique avec l’utilisation de figures de style (anaphore et autres), on va atteindre un niveau de débat stratosphérique ! 🙂

    C’est juste que je vous trouvais Davidbrillac et toi un peu dur au vu de la situation physique du bonhomme depuis le 2nd QT de la saison, des WRs qui ne font pas des matchs à leur niveau (sauf peut-être Allison qui surnage bien), du playcall désastreux et des nouveaux qu’on intègre pas super bien à part au niveau défense.

    Là, où je ne suis pas d’accord avec toi, c’est sur la partie « un leader n’ouvre pas sa gueule et montre l’exemple ».
    Mon coté râleur et ex responsable d’équipe dans ma vie professionnelle font que je suis en totale contradiction avec ça parce que couler avec le Titanic en étant solidaire et en jouant la partition du chef d’orchestre jusqu’au bout même si ça ne marche pas, très peu pour moi. Les discours policés très peu pour moi, de mon point de vue c’est le meilleur moyen de couler en silence.
    Au contraire, je trouve que c’est le rôle d’un leader, quand ça ne va pas et que ça commence à partir en cacahuète de les poser sur la table et de dire ouvertement : « Là, ça ne va vraiment pas, c’est vrai que je ne suis pas à niveau exceptionnel depuis quelques temps mais si on continue comme ça on va droit dans le mur. Du coup, je propose de faire comme ça parce que je pense que ça marchera mieux. ». Après si les « responsables » ne l’écoutent pas, tant pis, il aura pris, lui, ses responsabilités.
    Au final, je trouvais cool qu’il ouvre sa gueule, j’espérais même que ça puisse lancer le début d’un changement mais je suis déçu de sa reculade

    Je rejoins totalement Chambertin sur le management de la franchise. Ces dernières années on a :
    – Laissé partir des mecs soit disant nuls (Hayward, Hyde) alors que vu le niveau qu’ils ont ailleurs bah on peut juste dire qu’on les utilisait mal…
    – Laissé partir des mecs soit disant trop chers (Nelson, Cook) alors que vu l’argent qu’ils ont pris ailleurs bah on pouvait très bien les garder. En plus, pour Cook, on a pris en FA un mec qui nous a coûté plus cher et qui est arrivé blessé (Bennett) pour au final ne rien faire… Je ne dis rien pour l’instant sur Graham qui remplace Nelson, laissons-lui la saison.
    – Fait des drafts plus ou moins désastreuses (2015 notamment) où au final quelques années plus tard on se débarrasse de tous les mecs…
    – Signé des contrats très cher à des mecs blessés la moitié de l’année (Perry, Bulaga)
    – Gardé au-delà de la date de péremption des coachs qui ont fait du bon boulot mais qui n’arrivent plus trop à tirer le meilleur de l’équipe depuis quelques années déjà (Capers, McCarthy).

    Je suis un relax râleur, je pense qu’on ira en PO mais qu’est-ce que j’aimerais un peu de renouvellement, d’audace et de fun !!!
    Et je suis sûr que tu penses pas spécialement en premier à McCarthy quand je te dis « audace » et « fun » non ? 🙂

  12. Comme je l’avais dit sur un autre poste, je me souviens d’un sondage sur qui il fallait prolonger à l’époque et mon choix N°1 c était Perry aussi, donc je me serais fait avoir aussi Chambertin.

    Mais bon si on voyait l’avenir ça se saurait. et Rodgers aurait été pris par les 49ners.
    Moi je désespère pas, et je me dis que la raison finira par l’emporter.
    McNaze va finir par appeler 80% de jeu de course avec Aaron Jones en RB (comment ca j’exagère)
    Et la aussi comme dit dans un autre poste, Rodgers va finir par s’énerver.
    Le Run the table 2 j’y crois.

    Le seul truc qui fait un peu mal, c est qu’on a le même Bilan que les Brown pour le moment.

  13. J’ai lu tout vaut commentaires avec un large sourire, on a tous un opinion qui la plupart du temps convergent, et ce, pour certain, depuis des années.
    Notre début de saison est raté pour divers raison, vous avez inventé un nouveau slogan touche pas a mon Rodgers !
    Je ne me permettrait pas, tellement ce Quaterback est génial, et même je le conçoit meilleur que mon idole Favre (trois fois MVP), qui pouvait effectivement lancé parpaings sur parpaings, mais qui a participé à deux Super Bowl, et j’attends depuis 8 ans, le deuxième de Rodgers !
    Quand à ce bon Mike, il n’arrive pas a la cheville du grand Mike Holmgren, et est à des années lumière de la légende le grand Vince Lombardi, mais il restera tout de même dans la grande histoire des Packers comme le numéro trois probablement, même devant Curly Lambeau.
    J’ai donc gardé le sourire jusqu’au bout, parce-que débattre sur les Packers avec des connaisseurs reste un plaisir (merci Julien) et puisque l’on s’aime tous 😍 tout va bien…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.