Week 2 ~ ATL – GB : Comme un air de déjà vu…

usa_today_10290866.0

Aaron Rodgers subit la pression devant l’impuissance de Kyle Murphy (n°68)

Atlanta Falcons – Green Bay Packers :  34 – 23

Un quart-temps en enfer, des cornerbacks égarés, des blessures qui s’accumulent, une attaque adverse qui semble inarrêtable tandis que celle des Packers cale à plusieurs reprises… En fait, seul l’écrin du stade avait changé par rapport à la dernière finale de conférence, les Falcons ont encore défait les Packers à domicile.

UN PREMIER DRIVE D’ATLANTA QUI A DONNÉ LE TON

091817 falcons photos ba17

Atlanta avait la balle pour la mise en jeu, et à partir de là, GB n’allait jamais pouvoir mener au score car ce premier drive symbolisait le match. Devonta Freeman (RB) avançait et quand il fallait trouver une solution : passe à Julio Jones, dont une belle réception de 34 yards sur la tête de Damarious Randall (CB).

Je vous le dis tout de suite, ce match commence à clouer le cercueil sur les espoirs mis en Damarious Randall et Quinton Rollins. Ces cornerbacks (1er et 2ème tour de la draft 2015 quand même) rentrent dans leur 3ème année, ils étaient frais et dispos hier soir mais il leur manque quelque chose : un physique. Trop petits, pas assez forts pour plaquer, ils ne peuvent définitivement pas être un CB 1 ou CB 2. Certes, c’était Julio Jones (WR) en face, mais ce fut la même face aux autres receveurs Mohamed Sanu et Taylor Gabriel.

848680822.0

Le CB Rollins (n°24) en retard sur le receveur Sanu (n°12)

La NFL a évolué et l’époque des petits CB est révolu face aux receveurs de + en + grands et forts. Davon House et le rookie Kevin King (très correct hier soir) sont voués à être les CB titulaires très prochainement. Le salut de Randall et Rollins ne viendra que de la position de « slot cornerback », c’est-à-dire CB 3. Leur gabarit est beaucoup plus adapté à ce poste. Néanmoins, il va falloir qu’ils se rendent indispensables à ce poste, auquel cas ils n’iront pas plus loin que la fin de leur contrat rookie après la saison 2018. Les dirigeants ont fait le choix de laisser partir Casey Hayward l’année dernière (et il a fait une saison de Pro-Bowler), au profit de Pippo et Bimbo (coucou Chambertin), heu Randall et Rollins.

Bref, après le petit show Julio Jones, Devonta Freeman terminait le travail par une course d’un yard. (7-0) après 5 mn de jeu. En plus du touchdown, Mike Daniels (DT) se blessait sur l’action à l’ischio-jambier et ne reviendrait plus du match. Sans s’en rendre compte, GB perdait son mur porteur dans la défense et n’arriverait plus à menacer l’attaque d’Atlanta.

Côté blessés, l’attaque n’était pas en reste et ce, même avant le match puisque ce qu’on craignait arriva : David Bakhtiari (LT) et Bryan Bulaga (RT) étaient absents pour blessure ! Deux des meilleurs tackles de la NFL en protection de passe, ça ne se remplace pas comme ça. Ce sont Kyle Murphy, placé en LT, et Justin Mc Cray (RT) qui se sont coltinés la tâche. Sur le match, le premier a été dans la lignée de son match précédent contre les Seahawks, il a subi son match et a laissé bien trop de pression venant de son côté. Au contraire, Mc Cray a été une heureuse surprise. Pas de quoi sauter au plafond mais un match très correct alors qu’on prédisait le pire pour un joueur qui cherche sa place en NFL depuis 3 ans.

Mais ne pas avoir sa paire de Tackles offensifs ne suffisait pas, il fallait aussi que GB perde son WR n°1 au bout de quelques actions, Jordy Nelson se faisant une blessure musculaire au quadriceps. Nous verrons par la suite que l’attaque de GB aura du mal à trouver son rythme, faisant remonter les spectres de la saison 2015 où l’attaque fut tant orpheline du n°87.

Néanmoins, sur son 1er drive, les Packers trouvaient leur rythme par des courses et des passes courtes. Ty Montgomery (RB) montrait sa polyvalence avec une réception de 23 yards et un touchdown de 1 yard à la course. Globalement, le coureur montre une belle puissance sur ses courses, ne reculant jamais à l’impact. Il doit néanmoins étoffer son bagage avec une meilleure lecture des brèches créées et une meilleure protection de passe, le premier sack subi par Rodgers lui étant imputable. (7-7)

L’espoir naissait côté GB avec un sack de Clay Matthews (OLB) et Joe Thomas (ILB) forçant les Falcons à un « 3 and out ». Mais GB était soumis au même régime. Dommage, l’occasion était passée car le second quart-temps allait faire ressurgir les démons de la bérézina de la finale NFC 2016.

UN QUART-TEMPS EN ENFER

Dès l’entame du second quart-temps, les Falcons déroulaient leur partition, Sanu (WR) étant cette fois le bourreau du drive. Le coureur Freeman terminait une fois de plus le boulot par une course de 2 yards. (14-7)

Les Packers ne pouvaient réagir et subissaient la pression du front-7 Falcons avec un premier sack sur Rodgers. Les Falcons appuyaient sur l’accélérateur : une course de 35 yards de Tevin Coleman (RB) et une réception de 27 yards de Julio Jones (WR) envoyaient en 2 actions Atlanta à portée d’un field goal à 3 pts. Les Falcons se contentaient du FG par la grâce d’un sack de Matthews, auteur d’un bon mouvement avec Fackrell (OLB) qui déroutait de faibles RG et RT Falcons. Il y aurait eu moyen de dérouter cette ligne offensive Falcons, mais avec Mike Daniels (DT). Sans lui, Alex Mack, le Centre Pro-Bowler des Falcons fit un match impeccable. (17-7)

091817 falcons photos CC32

Aaron Rodgers a subi les foudres d’Adrian Clayborn

GB n’avançait plus, la ligne offensive ne permettant pas à Rodgers de prendre son rythme. Une pénalité très sévère pour interférence de passe offensive de Bennett empêchait un gros gain de Cobb.Aaron Rodgers forçait même son jeu et se faisait intercepter par Desmond Trufant (CB) à 1 mn de la mi-temps. L’interception résulte d’une mauvaise compréhension avec le receveur visé Geronimo Allison qui marqua un arrêt dans sa course, et ne put contester la balle envoyée plus loin. Deuxième interception en 2 matchs, c’est loin d’être un rythme « rodgersien » (7 interceptions lors de la saison 2016).

Terrible tournant dans le match pour GB qui redonnait le cuir aux Falcons pour noyer encore plus les espoirs des Packers. Et l’équipe d’Atlanta ne faisait pas prier : touchdown sur une passe pour Tevin Coleman sur un des nombreux jeux bien pensés en zone rouge par le staff Falcons. (24-7 à la mi-temps)

UNE DEUXIÈME MI-TEMPS SUR L’ORGUEIL ET LE RELÂCHEMENT FALCONS

Avec la balle en main pour redémarrer la seconde mi-temps, tout espoir n’était pas totalement perdu, même s’ils s’étaient bien amenuisés car il fallait marquer ET stopper les Falcons.

Bon, il n’y eut pas de suspense. Dès la 2ème action de la seconde période, Clayborn (DT), Poe (DT) et Beasley (OLB) se jouaient comme qui rigole de l’OL Packers. Cerné par ce trident, Rodgers lança une passe en pure perte pour annuler le sack, sauf que cette passe était exactement latérale : c’était donc un fumble récupéré par Desmond Trufant (CB) directement converti en touchdown ! 31 à 7 : fermez le ban !

A partir de là, la défense des Falcons la jouaient beaucoup plus soft, préférant assurer le déroulement du chronomètre quitte à lâcher des yards et des points. L’attaque des Packers bénéficiait de cette relâche pour avancer et même marquer un touchdown par Cobb… annulé pour une interférence de passe offensive très discutable de Geronimo Allison. Même les arbitres ne permettaient pas aux Packers de sortir la tête de l’eau. GB se contenta d’un field goal. (31-10)

En attaque, les Falcons étaient tout aussi prudents mettant clairement l’accent sur les courses de Devonta Freeman. Bien que préparée, la défense Packers subit une longue course qui permettait à Atlanta de rajouter 3 nouveaux points au terme de 5 mn de drive. (34-10)

20 minutes encore à jouer, 4 possessions d’écart. Le match était joué. Les Packers durent passer par deux quatrièmes tentatives (dont le TD) pour marquer un touchdown sur une belle réception de Davante Adams. (34-16)

800

Davante Adams nous aura gratifié d’une belle réception de TD au milieu du marasme

Ce même Adams effectuait sur le drive suivant une réception au centre du terrain pour 17 yards, amenant GB à 1 yard de l’en-but. Montgomery concluait. (34-23)

Il restait 6 mn, les démons du dernier Superbowl remontaient-ils à la surface pour les Falcons ? Non, en convertissant leur premier first down du drive, ils obligeaient les Packers à cramer leurs temps morts et ne rendaient le cuir aux Packers qu’avec une seule minute à jouer. Avec la ligne offensive dont il disposait, Aaron Rodgers ne pouvait tenter un quelconque exploit.

UNE DÉFAITE LOGIQUE

Même si on peut gloser sur les deux interférences de passe offensive, les Packers ont été dominés par les Falcons. Cela peut paraître inquiétant car le même scénario se reproduit 8 mois après la finale de conférence. L’attaque de feu des Falcons a encore exposé les carences des Packers aux postes de cornerback.

Néanmoins, en se présentant démunis de 4 titulaires indispensables (Bakhtiari – LT, Bulaga – RT, Jordy Nelson – WR, Mike Daniels – DT), les Packers ne rivalisaient pas à armes égales face à des Falcons en pleine santé. Ces derniers ont d’ailleurs perdu en fin de match leur pass-rusher Vic Beasley pour un mois.

De plus, on sent bien qu’Aaron Rodgers n’a pas encore ses automatismes de MVP. Certes, il n’a pas été aidé par une ligne offensive inédite, mais il s’est déjà mieux tiré de ce genre de situations. Sa tentative de passe sous la pression qui se termine en fumble retourné pour un TD en est un exemple criant.

Bref, si on n’accepte jamais facilement une défaite, elle a été subie contre le favori à sa propre succession de champion NFC. D’ici là, il reste 4 mois aux Packers pour peaufiner leur jeu et surtout arriver en pleine santé quand viendront les rugueux mois de décembre et janvier.

Pour se refaire le moral, la venue au Lambeau Field des Cincinnati Bengals, en perdition en ce début de saison (0-2), est idéale pour se relancer. D’ici là, il faudra faire les comptes au niveau des nombreux blessés. A priori, aucune d’entre elles n’est majeure.

LES STATS

Score3

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 33/50 à la passe, 343 yards, 2 TD, 1 INT, 1 fumble perdu
  • Aaron Rodgers a signé avec le TD à la passe pour Montgomery son 300ème TD en carrière. Il est le joueur NFL qui a atteint cette marque avec le moins de matchs joués
  • 59 yards à la course seulement
  • Davante Adams (WR) : 8 réceptions, 99 yards, 1 TD
  • Blake Martinez (ILB) : 5 plaquages, 1 sack
  • Efficacité en 3ème tentative : 41 % (5 sur 12)
  • Efficacité en 4ème tentative : 100 % (3 sur 3)
  • Efficacité en zone rouge : 66 % (2 sur 3)
  • 10 pénalités pour 70 yards concédés

Atlanta :

  • Matt Ryan (QB) : 19/28 à la passe, 252 yards, 1 TD
  • Devonta Freeman (RB) : 19 courses, 84 yards, 2 TD
  • Julio Jones (WR) : 5 réceptions, 108 yards
  • Mohamed Sanu (WR) : 5 réceptions, 85 yards
  • Devondre Campbell (ILB) : 6 plaquages, 2 plaquages assistés, 1 sack
  • Vic Beasley (OLB) : 1 plaquage, 1 plaquage assisté, 1 sack, 1 fumble forcé
  • Desmond Trufant : 2 plaquages, 1 INT, 1 fumble recouvert, 1 INT
  • Efficacité en 3ème tentative : 45 % (5 sur 11)
  • Efficacité en zone rouge : 100 % (3 sur 3)

 

Le résumé vidéo du match : Packers@Falcons

 

 

15 Comments

  1. Hello,

    Je vais pas faire une redite de mon commentaire d’hier soir sur l’article de l’avant-match (quoique, je crois qu’il est encore en cours de modération donc personne ne l’a lu et donc on ne pourrait pas me dire que je radote 🙂 ) mais je suis complètement d’accord avec l’analyse sur les CBs. Il serait temps de sortir les frères Marx (Randall/Rollins) qui font bien rire tout le monde pour donner plus de responsabilité à House et King.
    Après, je ne suis pas sûr qu’il ne s’agisse que d’un problème de physique, alors oui ils n’ont peut-être pas le gabarit adéquat pour plaquer mais quand tu es continuellement distancé ou feinté c’est aussi un problème d’intelligence de jeu et de niveau général.
    Il serait temps que Capers et McCarthy se rappellent que lorsqu’on a gagné notre dernier Superbowl, on avait une défense digne de ce nom, pas la meilleure de la ligue mais une bonne défense.

    J’espère que la venue des Bengals et de leur attaque inefficace depuis 2 matchs servira à remettre tout le monde à l’endroit, tant niveau défense où ça serait l’occasion de tenter House/King qu’au niveau attaque où il faudrait montrer que la pré-saison c’est terminé.

  2. Je pensais avoir approuvé ton précédent message, mais en fait non 😛

  3. Pareil que Guile, je vais pas faire une redite, mais de mon point de vue les seules satisfactions de la soirée c est KING et Matthews.
    Après donner plus de responsabilité à la paire House/King pourquoi pas, mais il faut garder à l’esprit que King (que j’aime beaucoup au passage) est un rookie et que donc il va surement faire quelques boulette dans la saison, il faudra être tolérant un petit peu, disons au moins autant qu’avec notre paire de danseuse.
    Désolé si je suis un peu insultant envers Randall et Rollins mais ils m’ont exaspéré hier tant jones et sanu ne subissait aucune pression sur leurs réception.
    Bref c’est un match a oublier et il va falloir se relancer très vite.
    Espéreront également qu’on retrouve nos blessés assez vite parce que hier soir avec les titulaires à tous les postes je suis pas sur que c est le même match. (encore que…. nos CB on a pas mieux)
    Pour finir, j’espère que Rodgers ne va pas tarder a monter en régime et qu’on va arrêter de se prendre 10 pénalités pour 70 yards gratuitement comme ça.

  4. Et pendant ce temps-là, les Lions avancent masqués après avoir fait une draft très solide. La quasi-totalité de leurs rookies est sur le terrain pour contribuer alors même si c’était NYG et son attaque en panne en face hier, le prochain match contre… ATL de DET sera à suivre très attentivement ! Une des deux équipes sortira à 3-0, pour le home field il vaudrait mieux que ce soit DET mais ne rêvons pas, pour les PO tout court mieux vaut que ce soit DET !

    Terrible de voir Ryan reculer de 15 yards peinard pour scruter le terrain et balancer sur Jones ou Sanu wide open alors qu’à chaque fois qu’on lui mettait un rusher dans la vue il foirait sa passe.
    Rodgers est coupable lui aussi, sans doute frustré de la perte de Nelson qui a soudainement fermé tout notre jeu long mais alors pourquoi, pourquoi ne pas jouer à la course les down courts et s’appuyer sur Monty et Cobb qui étaient à fond ? Enfin au moins il a pas gradé le ballon 10 secondes vu qu’il pouvait pas haha !

    Difficile de tirer beaucoup d’enseignements de ce match (en plus de ceux du dernier match de PO). On savait qu’on allait mieux niveau CB mais on partait de tellement bas que le résultat final reste assez abominable, surtout quand s’obstine à ne pas vouloir s’adapter à la situation sur le terrain.
    Ça reste le défaut majeur de nos Packers et de McCarthy en particulier qui semble totalement incapable de redresser la barre dès que ça part en vrille ou que la situation diffère du plan prévu. Je n’ai jamais vu un coach abandonner une tactique qui marche et/ou jouer encore et encore une qui ne marche pas à ce point tout en manquant de la hargne nécessaire pour relancer son équipe après un coup du sort.

    Un aspect qui me sort particulièrement par les yeux est cette manie de laisser l’adversaire attaquer en premier, mais quelle ù^$* de $^ù* de ù$*^ ! On a Rodgers contre une des plus grosses attaques NFL et on joue chez eux, on DOIT prendre l’initiative ! Vouloir le ballon en premier en 2MT alors que tout va se jouer en 1 MT ? Quelle débilité !!! L sort te donne le ballon tu le prends McCaprice !
    Et je parle même pas des habituels TM utilisés n’importe comment ou de la gestion catastrophique du chrono ou du personnel en 2MT alors qu’il y avait le SB ATL NE et la finale NFC contre SEA en référence de ce qu’il FAUT faire dans ce genre de situation…

    Le mot de la fin: arrêtons de vouloir « gérer » le match et jouons à fond, au moins ce sera sympa à regarder parce que là…

  5. King a été encourageant. Mais on en attend pas moins d’un mec pris en position n°33 à la draft. Il mérite d’être testé en titulaire, heu peut-être pas contre AJ Green la semaine prochaine non plus. ^^

    Néanmoins, sa performance reste à relativiser, vu le marasme au poste de CB à GB. Mais déjà, quelle progression par rapport à la pré-saison ! C’est clairement un diamant à polir, comme Josh Jones d’ailleurs.

  6. Bon je m’attendais à une défaite, mais la manière fait mal… alors c’est vrai que par moment tout ou presque semblait être contre nous, mais quand même, le coaching a vraiment pas aidé. Je me demande par ex bien pourquoi on a insisté tellement avec Bennet qui était pas ds un grand soir et qui a pris une soixantaine de snaps offensifs contre seulement 13 et 10 pr Kendricks et R.Rodgers… Nan mais franchement, en + t’as une ligne poreuse, mais aligne-les tes TE bon sang!!!
    Sans parler de tout ce dont vous avez déja évoqué plus haut.
    Un des trucs positif de cet après match, c’est que j’ai plus besoin de tailler les #23 et 24, vous le faites pour moi, merci les gars 🙂
    Donc l’année dernière, ils étaient blessés en fait, ok.
    Sinon, que de progrès rapides de King par rapport à la présaison, ça fait plaisir et donne un peu d’espoir.
    On va se dire qu’on a pris notre dose de loose pour un moment et qu’on va se refaire la cerise au Lambeau avec 2 matchs en 5 jours contre des adversaires plus abordables, Tigrous et nounours, en esperant que Dalton reste en mode « Averell » (ouai, j’avoue, elle est facile celle là) et Glennon en mode « Glennon », ça suffira :->
    GO PACK GO et virez Capers!!!

  7. Mais oui Capers dehors, je l’écris partout depuis la bérézina de 2014 contre les Seahawks.
    j’en peux plus de l’ancien coach des Panthers, qui n’a jamais été à la tête d’une top défense.
    Et on te l’aise la meilleure trouvaille pour les deux brelle que sont R et R, Pipo et Binbo.

  8. On a tous vu le même match, avec une paire d’unijambiste en guise de cornerback, un coach trop frileux depuis trop longtemps, un Capers perché dans sa tribune avec ses charentaises au pied, à qui il va falloir indiqué la direction de la Floride pour une retraite pas mérité !
    Mais aussi un Bennette à 370 000 dollars le match, pour produire deux match de M, à base de drop en veux tu en voilà et un paquet de flague lamentable
    .
    Enfin pour nuancé le négatif, il y une chose dont je suis sûr, c’est qu’il va vraiment falloir gagner un match de plus que ses oiseaux de malheur pour ne pas aller une 4ème fois se vautrer sur leurs terres.
    Au Lambeau Field je vous garantis que le match sera différent !

  9. Pour ce qui est des Lions, je relativiserais leur victoire face aux Giants.
    122 yards à la passe pour Stafford, 1 TD sur retour de punt, 1 INT sur tipped ball.

    Sans Odell Beckham Jr, les Giants ressemblent aux Seahawks, avec un QB bcp moins mobile et une défense un ton en-dessous quand même des Seahawks (Apple, c’est pas Sherman quoi). ^^

    Les Falcons sont bcp moins à l’aise à l’extérieur, en dehors de leur dôme. Bon les Lions jouent en dôme. ^^ Mais contre les Bears, si les receveurs avaient pas eu du beurre sur les mains, les Falcons seraient repartis défaits de Soldier Field.

    Je suis d’accord que contre une équipe qui a une forte attaque, prendre la main serait plutôt bien vu. Les recettes pour battre les Falcons sont les mêmes que pour battre les Packers : laisser le QB en dehors du terrain en établissant le jeu de course, et ne pas laisser prendre son rythme à l’attaque adverse.

    Mc Carthy est peut-être un bon game planner, mais en effet n’a pas de bonne capacité d’adaptation en temps réel, ça je le dis aussi depuis longtemps. Ils y a des grands entraineurs qui savent faire avec peu, disons que Mc Carthy est né sous une bonne étoile : l’astre Aaron Rodgers. 🙂

  10. Je pense que ça serait le bon moment et un signal fort à Pippo et Chico de mettre House et King en CB titulaires la semaine prochaine même s’il y a AJ Green en face. Vu le niveau offensif des Bengals depuis 2 matchs, il ne pourra pas tout faire tout seul.
    Ou au moins House en titulaire et un des deux autres en CB2 si tu ne veux pas lancer King tout de suite mais il faut changer quelque chose en CB vu notre niveau actuel.

  11. J’ai eu la même réflexion pendant le match sur Bennett : 7 M de $ par an pendant 3 ans, à ce prix-là, il faudra qu’il augmente son poids dans l’attaque des Packers.

  12. 7 millions ! C’est vrai mon calcul était sur 6 millions, donc 437 500 dollars le match, il va falloir qu’il se réveille, parce-que là, on est dessus !

  13. Une petite remarque Julien, on ne peux pas en enchaîner plusieurs réponses sur le même commentaire, je ne sais pas si tu peux y remédier ?

  14. Oui, je l’ai remarqué aussi depuis l’article du 1er match contre les Seahawks qui a apporté beaucoup de commentaires. ^^

    Je vais regarder ça, mais à première vue, cela doit aller avec la version de mon blog WordPress (qui n’est pas la « premium », coût oblige). Je vais me renseigner si déjà une meilleure version peut théoriquement fournir cette amélioration.

  15. Pas de soucis, fait au mieux, si on peut faire vivre le fil des conversations ce sera super.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.