Draft 2020 – Jour 3 : Lourdeur et profondeur

20181009_fbl_runyan

Jon Runyan, futur Garde en puissance

Le 3ème jour de la draft des Packers a été plus conventionnel mais sur des choix après le 175ème rang dont les probabilités de réussite en NFL sont mesurées. Brian Gutekunst s’est attaché à blinder la ligne offensive et à ajouter un peu de profondeur en défense.

KAMAL MARTIN AU 5ÈME TOUR

21

Ce jour 3 a tout de suite eu beaucoup moins d’intensité : les 3 premiers tours de cette draft, les plus importants, avaient déçu les cheeseheads et en plus ils étaient privés de 4ème tour, là où les Packers ont parfois trouvé des pépites [Blake Martinez (ILB) en 2016, David Bakhtiari (LT) et JC Tretter (C) en 2013, Mike Daniels (DT) en 2012, TJ Lang (RG) en 2009 ou encore Josh Sitton (LG) en 2008].

Après une longue attente jusqu’au 175ème choix donc, GB effectuait son premier choix défensif dans une draft où Mike Pettine, le coordinateur défensif, a dû se demander ce qu’il allait bien pouvoir faire dans cette galère. C’est donc Kamal Martin, linebacker de Minnesota qui aura donc cet honneur.

Kamal Martin (1.90 m ; 110 kg) a le physique prototype du nouveau LB tout en étant rapide comme un receveur. Explosif, il excelle donc dans la couverture. Infatigable, il est capable de jouer les tentatives les unes après les autres. Dur au mal, il aime plaquer fort et jouer dans le froid comme il le faisait chez les Gophers de Minnesota, qui eux jouent en extérieur, contrairement à leurs chochottes d’aînés violets.

Cependant, s’il est pris par un block, il manque de puissance et de technique pour s’en sortir. Et ce qui a dû affecter son classement dans la draft, c’est qu’il sort d’une saison stoppée par une blessure au genou. Bref, un profil intéressant… comme l’était Oren Burks, plutôt transparent depuis sa draft en 2018. Au moins, il n’a pas été surdrafté et cette fin de 5ème tour était sa zone de captation.

DU LOURD AU 6ÈME TOUR

hanson

Jake Hanson, un Centre qui a de l’avenir

Le 6ème tour donnait 3 choix aux Packers : le 192ème, le 208ème et le 209ème, pour 3 choix de joueurs de ligne offensive !

Le premier d’entre eux est Jon Runyan, LT de Michigan, dont le poids et la mobilité destinent au poste de Garde, ce qui le rend déjà assez polyvalent. Runyan était attendu un tour plus tard. Cependant, le joueur offre un bon potentiel et est le choix le moins surprenant de la draft 2020 de GB. Il pourrait même postuler à un rang de premier remplaçant que ce soit des Gardes titulaires Elgton Jenkins et Billy Turner ou des Tackles titulaires David Bakhtiari et Rick Wagner en 2020.

Le camp estival de Runyan, si celui-ci a lieu, serait un indicateur sur la destinée de Lane Taylor (LG). Pour l’instant toujours dans l’effectif, le garder sous le coude ne coûte rien de plus en bonus pour les Packers, alors il sera opportun de le résilier le temps venu. Peut-être dans les semaines qui viennent si une prolongation est prévue à GB (Clark ? Bakhtiari ?).

Dans la vidéo qui suit, on voit en 2018 Jon Runyan (n°75 de l’équipe de Michigan en blanc) faire une belle prestation contre une des meilleures équipes du pays : Ohio State avec son n°2 Chase Young, n°2 de cette draft et unanime meilleur joueur dans tous les « boards ».

Seize choix plus loin, GB continuait à ajouter de la « viande » pour son OL. Cette fois avec Jake Hanson, Centre d’Oregon : un joueur intense très productif dans le run block et dans les petits espaces qui a besoin de plus d »apprentissage dans la protection de passe. Une bonne recrue pour une toute fin de 6ème tour qui a un potentiel de titulaire dans le futur (plus ou moins proche). Avec Linsley, le Centre titulaire actuel, en fin de contrat à la fin de la saison, il y a une opportunité pour Hanson de se faire une place à GB.

Avec le choix suivant celui de Hanson, le 209ème, GB terminait son shopping grandes tailles avec Joel Stepaniak, Garde Droit des Hoosiers d’Indiana. Stepaniak a les mêmes qualités que Jon Runyan tout en étant encore plus lourd (142 kg !), il a tout pour devenir un bon Garde NFL en ayant montré de grosses qualités de force (37 répétitions au développé couché du combine !) et d’explosivité. Cependant, il manque évidemment de mobilité hors d’un périmètre restreint, sinon, il aurait été un tout premier choix. Certes, Stepaniak n’était pas forcément prévu comme draftable mais son choix reste très correct dans une fin de 6ème tour.

7ÈME TOUR : DE LA PROFONDEUR EN DÉFENSE

Enfin, avec le 7ème tour de draft, GB avait deux choix en toute fin de draft. Les Packers ont choisi d’apporter de la profondeur dans l’effectif défensif.

D’abord au poste de safety avec le 236ème choix en sélectionnant Vernon Scott qui a glané sa place de titulaire dans la défense de TCU l’année dernière aux côtés du CB Jeff Gladney, choisi au choix n°31 de la draft par les Minnesota Vikings. Malgré une belle saison 2019, il n’a pas été invité au test combine de la NFL. Et malheureusement, il n’a pu défendre ses chances lors du « pro day » de son université, annulé pour cause de Covid-19.

Il fallait donc le chercher ce joueur promis à être non drafté. À 19 choix de la fin de la draft, on ne peut parler de « reach ». Plus spécialisé FS, il devra glaner sa place dans l’effectif des 53 afin d’abord d’intégrer les équipes spéciales.

Enfin, avec le 242ème choix, GB a choisi le pass-rusher Jonathan Garvin en provenance de la mythique université des Miami Hurricanes. À ce stade de la draft, on est bien entendu sur un projet de développement du joueur qui est normalement destiné à l’équipe d’entrainement. Brillant par sa vitesse, Garvin a montré des actions dignes d’un pass-rusher titulaire NFL. Mais il manque aussi de puissance et de constance qu’il devra travailler au moins la saison 2020.

Si cette 3ème journée est la moins désarçonnante de cette draft 2020 des Packers, c’est aussi parce qu’elle a moins de valeur que les tours précédentes. Les joueurs sont d’abord des projets et la différence de valeurs entre les 5ème et 7ème tours est faible avec des « boards » qui diffèrent beaucoup d’une équipe à l’autre.

GB a réussi quand même à se distinguer en prenant 3 joueurs de ligne offensive de suite. Trois joueurs qui peuvent être des renforts pour l’intérieur de l’OL qui manque de profondeur et qui possède avec Lane Taylor (LG) et Corey Linsley (C) deux joueurs qui devraient être libres en 2021 (et sûrement avant pour Taylor).

Les Packers ont aussi réussi la gageure de ne pas prendre un seul WR quand… 37 d’entre eux furent choisis dans cette draft, au sein d’un cru exceptionnel de profondeur. Quand votre joueur emblématique Aaron Rodgers dit quelques semaines avant que « drafter un WR au 1er tour, ce serait cool, vu que GB ne l’a pas fait depuis 2002 », et que non seulement vous n’en draftez aucun et que vous prenez son potentiel remplaçant au 1er tour, ça ressemble à un gros tirage de langue, si ce n’est pire.

Publicités

18 Comments

  1. Guile

    A un moment, je n’ai plus les mots devant une telle draft d’amateurs…

    Notre besoin identifié en n°1 était un receveur, on n’en prend pas et après on se retranche derrière le fait qu’on se soit fait piquer les meilleurs. Alors peut-être qu’ils avaient Aiyuk en tête (sûrement vu que LaFleur veut jouer comme Shanahan) et qu’ils se sont fait coupé l’herbe sous le pied mais il ne faut pas me dire que tous les mecs partis au 2nd tour ne valait pas le coup pour notre second tour ou même une fin de 1er sans trade-up…
    Le pire c’est qu’on ne prend pas un WR mais qu’on utilise un 6e tour pour prendre un mec qui s’est pété l’ACL et ne jouera pas de l’année (Stepaniak) : c’est un vrai projet lui, il jouera pas de la saison et l’année prochaine il sera en reprise… Peut-être qu’il servira à quelque chose durant sa 3ème année si on ne l’a pas coupé d’ici là…

    Donc, si on résume :
    – 1er tour : un QB que tu surpayes en faisant un trade-up alors que tu as Rodgers, un QB qui aurait été dispo au second tour sans souci et qui ne jouera donc pas pendant 3 ans…
    – 2nd tour : Un RB alors que tu en as deux bons, un KR/PR qui peut jouer RB et le mec que tu as drafté au 6e tour l’année d’avant. J’oubliais que le RB ne valait sûrement pas mieux qu’un 5e tour.
    – 3ème tour : un TE/FB style Marcedes Lewis donc encore un mec qui ne jouera pas cette année (pour un 3e tour)…
    – 4ème tour : je me souviens plus…mince pourquoi j’arrive pas à m’en rappeler… Ah bah c’est parce qu’on a en a pas parce que le GM s’est pissé dessus au 1er tour et l’a échangé pour monter de 4 places…
    – 5e tour : Un ILB moyennasse alors que tu aurais pu prendre DYE au 3e tour… Faut espérer que Kirskey ne se blesse pas parce que derrière tu as les Gipsy Kings… Quand je vois la draft des Vikings : Jefferson, Cleveland, Dye, j’ai envie de pleurer…
    – 6e tour : 2 mecs pour faire le nombre au tarot et un mec blessé
    – 7e tour : 2 mecs pour faire le nombre sur le terrain d’entraînement et ramener les ballons à Crosby.

    Au final, jouer finement, on aurait pu choper :
    – 1er tour sans trade-up : Mims ou Higgins (WR)
    – 2nd tour : soit petit trade-up avec un 5e et un 6e tour pour chopper Davis ou alors trade-down contre un début de 3e et un fond de 4ème tour qui te permettent de choper Madubuike en DL au 3è et Biadasz (OL) ou Lawrence (DL) avec ton fond de 4e tour
    – 3ème tour : Dye (ILB)
    – 4ème tour : Lemieux (OL)

    Quand je vois aujourd’hui LaFleur qui dit que Rodgers sera leur leader pendant encore de nombreuses années, tu sens l’opération « J’ouvre mon parachute parce que je sens qu’on a enchaîné les grosses conneries dans cette draft et j’espère vraiment que les matchs seront à huis clos parce qu’on va se faire lynché avec mon copain Gute »…

    Monde de merde….

  2. Green Bay Packers France

    Ton résumé des tours m’a bien fait rire. 😀
    Alors comme ça, tu joues au tarot ? ^^

  3. james5

    Tu as tout dit Guile… bravo rien à ajouter…

    ce qui est fou c’est qu’on ait meme pas pris un receveur en fin de draft… meme pas un…

    Au 6 eme tour on aurait pu faire l’un des steal de la Draft avec le Petit KJ Hill(un profil qu’on a pas) vu qu’on avait 2 tours d’affilé on pouvait se le permettre… mais non…il partira chez les chargers au début du 7 eme tour… alors qu’il etait attendu au 3me tour…

  4. Guile

    Ouais j’adore le tarot ! 🙂

    Ma spécialité c’était de surcouper le petit… ça fait grincer des dents mais c’est marrant !

  5. james5

    Lol je viens de voir un truc dingue enfin vous devez deja le savoir…

    Green Bay a drafté 14 receveurs depuis 2008, (bon en attente pour ceux qui sont encore dans l’equipe en ce moment) mais sur les 14 pour le moment seuls 3 n’ont pas été des flops (les 3 fameux cobb nelson et adams) et les 3 ont été draftés au second tour. tous les autres draftés plus bas ont donc été de big big flop…

    ceci explique peut etre qu’ils n’ont pas voulu drafter un WR samedi… mais c’est du coup complètement incompréhensible de pas avoir pris un WR au 2 eme tour…

  6. Val.packers

    Comme vous dites, constat bien amer de cette draft, je pense que les survivants seront peu nombreux d’ici deux ou trois ans… j’espère de tout coeur me tromper mais j’ai hâte de voir le débriefing TD actu de la draft pour chaque équipe… ce qu’on va prendre.
    J’ai checké un peu les UDFA et ben dis donc j’en connais presque aucun et c’est une telle loterie chaque année que c’est difficile de se prononcer. Seul Samuels de FSU m’est pas inconnu mais c’est très très bof.
    Pour finir, si cette draft n’est pas un fiasco d’ici trois ans, je suis prêt à m’incliner devant Gute et lui laisser le poste pour 30 ans minimum. Parce qu’alors vu comment il prend cher à la sortie de cette draft, peut-être que les dieux du sport feront de ces gamins surpayés des futurs stars de GB… on en est vraiment pas encore là.

  7. Green Bay Packers France

    Ami taroteur, tu seras toujours le bienvenu. 😉 Ah, qui n’a pas été trahi par sa volonté d’emmener le petit au bout. Dans ces cas-là, on se retranche derrière un « P**** de répart’ « .^^

  8. The_Chosen_One

    @Guile a parfaitement exprimé le fond de ma pensée.
    Vous rendez vous compte que le meilleur pick est un UDFA (Stanford Samuels en l’occurence).

    Je ne serai jamais dans un war room (hélas!), mais j’ai l’impression d’être mieux préparé que notre front office. Pour notre GM et notre coach, on a l’impression qu’ils ont une short list et c’est tout, et que sorti des joueurs de leur liste, ils n’ont pas de plan B, et ne veulent personne d’autre.
    Regardez la master class des Vikings, des Ravens ou et même les Cowboys, on sent qu’ils analysent le board, sans paniquer, et qu’ils choisissent selon leurs besoins le meilleur joueur disponible.
    Je pense qu’une draft ça ne doit pas s’anticiper outre mesure, dans le sens où, il ne faut pas se dire, je veux ce gars absolument, ça fait faire n’importe quoi. Mais plutôt j’ai une liste de gars pour chaque besoin, je les classe, et je prend celui qui est en haut de ma liste quand ça vient à moi.
    Vouloir à tout prix un type, ça donne Love, Dillon, et Deguara. J’ai rien contre les types, maintenant qu’ils sont là, j’espère qu’ils vont cartonner, mais contre la méthode.
    On a l’impression qu’ils n’ont pas assez travaillé, ils se sont contenter d’analyser quelques types et se sont arrêtés dès qu’ils ont trouvé des à leur gout.

    Avec une stratégie posée, voilà ce que j’aurais fait si j’avais été GM (version simplifiée sans trade)
    1. Shenault (ou Higgins) 2. Elliott (ou Gallimore) 3. Dye 4. Driscoll 5. Anae 6. Runyan 6. Hanson 6. Benjamin 7. Reed (S Georgia) 7. Davis (CB Auburn)
    PS : je mets Shenault, car dans l’optique où il n’est pas blessé il offre une multitude de possibilité à l’attaque (slot, wildcat, jet sweep, reverse, etc) ce qui n’est pas forcément le cas des autres WR pris au delà du pick 30, et il a un énorme potentiel.

    et version avec un petit trade up au 5e en lachant le pick 192 par exemple
    1. Shenault (ou Higgins) 2. Elliott (ou Gallimore) 3. Dye 4. Driscoll 5. Hall 6. Hanson 6. Coughlin 7. Reed (S Georgia) 7. Breeland (TE Oregon)

    Je sais pas pourquoi mais si on avait sorti une de ces deux draft, je pense qu’on aurait tous le smile.
    Pas si dur en réalité, il aurait suffit de ne pas paniquer et laisser les soirées se dérouler. Comme le font les bons GM.

    Je peux comprendre qu’ils kiffent Love (même si c’est pas mon cas), mais quand t’as déjà un hall of famer qui veut encore jouer 4 ans, tu prends pas un QB avec un 1er tour. On a jamais vu les Pats ou les Saints faire ça et pourtant rien ne dit qu’ils étaient pas amoureux d’un QB pendant une draft. Au pire, tu pourras toujours dans 4 ans lacher un 1er tour pour monter un trade pour l’avoir.

    2 mots résument notre front office : Amateurisme et Panique

  9. The_Chosen_One

    @val Packers
    Pour l’article de TDA, tu seras pas décu, ça sort demain. Pourtant fan des Packers, il nous a allumé, et j’avoue lui avoir demandé d’être sans pitié.

  10. Laogurdr

    Bon les gars je suis d’accord avec tout ce que vous dites.
    @TCO tes mocks sont tellement bien que ça me donne envie de chialer quand je vois ce que nos les deux compères ont fait.
    Tu as tout à fait raison ils paniquent ils sont peu préparer et ne sortent pas de leur liste de quelques mecs.
    Putain imagine les Pats prennent Love en pick 23 on faisait quoi en fait? Ils prenaient Dillon ou il ne choisissaient pas avant la fin du décompte tellement c des brêles.

    Quand je vois que KJ Hill ne sort quand 7ème round pourquoi on ne le prend pas ? Parcequ’ils ne le connaissent pas je pense. Le steal de fou des chargers d’ailleurs.

    Vikings, Cowboys, Ravens et Cardinals font une excellente draft de même que les Pats, les Browns et les Bills ont fait une bonne draft bien cohérente.

    Comme tu dis TCO on est sûrement mieux préparé que ces guignols.

  11. james5

    @the_chosen_one tu fais partie de l’equipe des rédacteurs de TDactu?

  12. The_Chosen_One

    @James
    en effet 🙂

  13. DavidBrillac

    Amis taroteur bonjour.
    Hé bien moi, le tarot c’est tout pour l’attaque comme Aaron !
    Petit au bout dès que je le peux, et au tarot à cinq, voir six, m’appeler moi même sur une contre, pour faire monter l’adrénaline ^^

  14. DavidBrillac

    Pour essayer de rassurer les plus sceptiques sur effectivement ce que l’on peut appeler une draft bien pourrie de la part des Packers, où tout au mieux une draft à complet contre emploi.
    Hé bien les drafts de mon côté, après en avoir passé 33 où 34, j’en attends pas souvent monde et merveilles.
    Chaque année on distribue des notes, on analyse les bons et mauvais élèves, pour en fin de compte retenir parfois une star, un ou deux super joueurs, et tout le reste des joueurs de complément, et la plupart resteront des inconnus, où ne joueront même jamais.
    Les Packers des années 2010 doivent leurs succès à un seul coup de maître à la draft 2005 avec Rodgers, à un premier tour de feu 2009 avec B.J et Clay, et à un free agent extraordinaire Charles Woodson. Tout les autres pour moi sont secondaires et interchangeables.

    Même chose pour les Packers des années 90, la démonstration est encore plus flagrante.
    Quels super joueurs draftés nous emmènent au Super Bowl 31 et 32 ? Aucun, les mecs qui nous portent à bout de bras à cette époque ils sont deux, deux (free agent) légendaires et monstrueux : Mississippi Brett Favre, et le ministre de la défense le pasteur Reggie White. Enlever ces deux joueurs là de l’équation, tout comme Rodgers, Woodson, et vous n’allez pas au Super Bowl.
    Par contre les deux Smith brothers de la saison passée nous ont bien boostés. Quand vous avez le quarterback, vous avez le joueur ultime. Favre, Rodgers, Brady, Manning etc… Alors Jordan Love, s’il fait comme les deux génies des Packers, hé bien bravo, on aura passé un demi-siècle avec trois quarterbacks quand les Bears dans le même temps en aurons usé une cinquantaine..

  15. Green Bay Packers France

    Je te rejoins sur bcp de points David. La draft est devenu un monstre médiatique au fil des années.

    Là, où cette draft 2020 est cruciale pour les Packers, c’est ce 1er tour sur un QB. Gutekunst pose sa légitimité de GM sur ce choix.

    On retiendra de Ron Wolf son incroyable échange d’un 1er tour de draft pour un QB qui avait énormément déçu lors de sa première année chez les Atlanta Falcons : Brett Favre.
    On retiendra de Ted Thompson qu’il osa prendre Aaron Rodgers au 1er tour quand 23 autres GM l’avaient snobé et qu’il avait dans ses rangs Brett « Ironman » Favre.
    On retiendra de Brian Gutekunst ce qu’adviendra de Jordan Love.

  16. Laogurdr

    @David et GBPF je suis également d’accord avec toi. Je n’attends pas forcément monts et merveilles d’une draft mais qu’elle permette la construction d’une équipe cohérente et l’apport de tous ces joueurs dont a besoin d’une équipe pour avoir le moins de points faibles. Car on est tous d’accord pour sur le fait qu’un SB se gagne d’abord à 90 pendant l’été puis à 75 selon les mouvements et blessures au cours de la saison.
    Il te suffit de quelques excellents joueurs (en général 2 ou 3) plus un effectif cohérent.

    Le problème de cette draft 2020 est que je ne m’attendais pas à cette orientation. On sort d’une saison à 13-3 et une finale de conférence avec certes des victoires des fois étriquées un calendrier abordable mais quand même en foot US tout ne se fait pas sur la chance.
    L’effectif est bien, on a nos stars (Rodgers, Adams, Clark et Z. Smith), on a nos bons joueurs de complément, nos points faibles (inévitables dans une de foot US) sont connus. Il faut hausser le niveau du groupe de WR et améliorer le run stop et couverture plein champ.
    Les besoins pour la saison 2021 car cela sert à ça aussi la draft c’est anticiper les fins de contrats futures.

    Or cette draft ne me semble répondre ni à l’un ni à l’autre. On a ni amélioré nos points faibles à moins que Sternberg, Funchess, Lazard et St-Brown upgrade, ce qui est possible. Je suis très inquiet pour le poste d’ILB et le run stop. Et à part Dillon nous n’avons pas répondu au 2ème point non plus. Nous n’avons ni le remplaçant de Linsley( si Patrick est déjà meilleur mais sera free agent en 2022), ni de Bakthiari, ni de King, ni de Clark et non plus de Bulaga.
    Hanson sera au mieux un backup mais je ne pense pas qu’il soit titulaire. On jette un 4ème round pour rien et au final on a rien à part des bouts de rotation un QB qui ne jouera pas avant 2023. Allez par le plus grand des miracle peut-être un Guard titulaire dans 1 ou 2ans.
    Alors oui si en 2022 ou 23 Love s’avère être un génie ça changera l’image de cette draft mais bon moi je parie sur un bust et du gros gachis.

  17. james5

    @the_chosen_one dac 🙂 tu me diras quand tu ecris comme ca je lirai plus attentivement 🙂

    @DavidBrillac: oui apres on peut aussi se dire que si tres peu de joueurs sortent du lot sur nos draft et qu’1 ou 2 gars ont fait nos « décennies » victorieuses, c’est peut etre aussi parce qu’on est nul pour ce qui est du recrutement et de la sélection de joueurs universitaires, tu crois pas? mais parfois on va faire un ou 2 coups qui vont nous amener des légendes…

  18. DavidBrillac

    @ james5
    Mais les deux coups légendaires Favre et Rodgers m’ont déjà fait traversé 28 saisons de haut niveau avec des centaines et des centaines de TD spectaculaires, et 20 saisons en play-offs. ^^
    Nul à la draft les Packers, sur 101 saisons, c’est arrivé plein de fois, et j’en ai vécu un tiers 😞(déjà) et très souvent des mauvaises !
    Mais historiquement les Packers ont toujours été réputé pour construire leurs effectifs en grande partie via la draft, ce qui leur a, n’oublie pas, rapporté 13 titres en 90 ans de compétition acharnée, c’est à dire un titre toutes les sept saisons. Et de surcroît le doux surnom de Titletown.

    C’est vraiment Reggie White qui a ouvert la voie en signant en 93 dans ce petit village du nord pour 6,3 millions de dollars par saison, village où personne avant lui ne voulait venir s’ennuyer, et se cailler les miches sur la Toundra légendaire, Emmanuel Sanders en est le dernier exemple.
    Donc il a bien fallu que tous les staffs successifs soient pointus sur la draft, et le génie Lombardi a entièrement construit une équipe légendaire via la draft en sélectionnant Bart Starr au 17ème tour en 1956 pour 6500 dollars par saison ainsi qu’un wagon entier de hall of famers.
    C’est surtout ça les Packers de Green Bay.

Laisser un commentaire