Bilan des rookies 2019 : Darnell Savage (FS) – choix n° 21

usatsi_13312494-e1567776427173

Lorsque Roger Goodell est monté sur la scène pour annoncer au 21ème choix général la sélection de Darnell Savage en avril dernier, un bref silence a parcouru l’assemblée. Cela a été une vraie surprise pour les fans et aucun analyste n’avait prévu un tel scénario. Malgré un processus pré-draft réussi, une carrière universitaire très honorable et une cote du joueur qui avait monté dans les derniers jours avant la draft, personne ne s’attendait à ce que l’ancien leader défensif des Terrapins (les tortues d’eau douce) du Maryland ne soit choisi si haut.

Darnell Savage – 1er tour, 21e choix général

Stats : 14 matchs, 865 snaps joués, 55 plaquages, 2 interceptions, 5 passes déviées, 2 fumbles forcés

Ce fut d’autant plus une surprise que pour le sélectionner, le manager général Gutekunst a dû monter un échange avec des Seattle Seahawks en manque de picks dans la draft 2019. Il envoyait ainsi le 30e choix, récupéré des New Orleans Saints en 2018, et les deux 4e tours, 114e et 118e choix, ce dernier pick ayant été acquis en envoyant quelques mois auparavant Ha-Ha Clinton Dix aux Washington Redskins, l’ancien « free safety » titulaire aux Packers de 2014 à 2018 et ancien 1er tour de draft 2014 choisi… au 20ème choix général.

Coup de cœur donc du manager général pour le jeune safety qui en a fait le 1er joueur de ligne secondaire sélectionné en 2019 dans un 1er tour qui fut la foire aux « big men ».

Pourtant, une fois la surprise passée, les premières analyses s’accordaient toutes sur un point : l’ex-Terrapin n’avait rien d’une tortue sur le terrain, il était rapide, très rapide, lui permettant de pouvoir se projeter au plus vite sur le porteur du ballon en tout point du terrain. Les comparaisons élogieuses de son potentiel commençaient à fleurir : Earl Thomas, Devin Mc Courty… Le gamin avait des atouts dans sa manche pour devenir un grand FS de la ligue.

UN DÉPART EN TROMBE

Savage confirmait ses qualités entrevues dès les camps de printemps, recevant rapidement les louanges de ses coachs et coéquipiers. C’est donc naturellement que le jeune rookie de Maryland a immédiatement reçu la confiance du staff pour être projeté comme le FS titulaire de la saison à venir aux côtés du nouvel arrivant Adrian Amos (SS) et au détriment logique d’un Josh Jones, plutôt calibré SS d’ailleurs, qui après sa bouderie, s’en est allé voir ailleurs et nulle part.

A l’inverse d’un Rashan Gary que le staff a décidé de couver une saison derrière les « Smiths Bros » en le cantonnant à un rôle dans la rotation, Darnell Savage s’est donc retrouvé titulaire dès le 1er match de la saison et a débuté 14 matchs de saison régulière. Seule une blessure à la cheville l’a éloigné des terrains pour 2 semaines en cours de saison.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que Savage a vite trouvé ses marques, montrant beaucoup de sérieux et d’application et participant grandement aux démonstrations défensives des deux premiers matchs de saison régulière (@ Chicago Bears et vs Vikings). À tel point qu’au quart de la saison, son nom était évoqué dans la course au rookie défensif de l’année !

Sa vitesse, sa lecture, sa fiabilité sur la couverture et sa capacité à générer des « big plays » ont très vite rassuré les fans et confirmer les intuitions du GM Gutekunst qui ont conduit à drafter Savage.

Sa complémentarité avec Amos est également à souligner. Le volume du rookie dans le « backfield » ont permis au polyvalent vétéran de jouer plus proche de la ligne de mis en jeu.

Malgré tout, Savage a suivi un peu le même destin que la défense de GB et a baissé d’intensité au fur et à mesure que la saison avançait. Et comme l’ensemble de la défense, il est notamment passé au travers de la finale NFC contre les 49ers où il a sombré face au jeu de course de San Francisco, faisant des erreurs de lecture et ratant de nombreux plaquages. Cette mauvaise performance mettait en lumière l’importance de son rôle « d’effaceur » d’erreurs de coéquipiers.

Syndication: PackersNews

Darnell Savage s’est vite intégré

UN AVENIR RADIEUX

Si Savage n’a pu faire durer l’intensité de son début de saison, le n°26 de Green Bay a tout de même été sélectionné dans l’équipe rookie 2019 de la NFL, au poste de « defensive back » néanmoins, derrière les safeties Thornhill (Kansas City Chiefs) et Rapp (Los Angeles Rams).

Malgré la désillusion de la finale NFC, son futur s’annonce prometteur dans le Wisconsin au sein d’une « secondary » talentueuse où Savage sera indéniablement un des leaders, ceci à la condition de confirmer les bonnes dispositions démontrées toute la saison. Sa marge de progression reste encore importante, avec notamment plus de régularité à trouver match après match et une présence constante du 1er au 4e quart temps. Le n°26 devra également largement progresser dans l’art du plaquage (notamment sur sa prise d’angle) pour améliorer sa présence contre la course, point faible de notre défense.

L’arrivée du nouveau coach des « defensive back » Jerry Gray va dans ce sens. Ce dernier a été le coach de Earl Thomas durant sa saison rookie, a grandement contribué à l’éclosion d’Anthony Harris à Minnesota cette saison alors qu’Harrison Smith (le SS des Vikings) est devenu un « All-Pro » durable sous sa férule.

Savage dispose de toutes les caractéristiques pour être le candidat au fameux « bond » de 2nd année, et avec un coach de position avec un tel CV, il a tout pour exploiter l’intégralité de son potentiel et devenir la prochaine star du poste dans la ligue.

Les Packers en auront besoin s’ils veulent rester au sommet. D’ailleurs, le dernier Super Bowl remporté en 2010 le fut grâce notamment à une interception « pick-6 » d’un certain Nick Collins, le dernier grand safety qu’ait eu GB, à la carrière malheureusement écourtée sur blessure. Savage a le potentiel pour s’affirmer comme son digne successeur.

GBPF et The_Chosen_One

Publicités

1 Comment

  1. Alors, en positif, je pense que Savage est une bonne pioche à un poste où nous avions un besoin fort. Il est rapide, complémentaire avec Amos, n’a pas peur de plaquer et comme dis dans l’article, il a souvent compensé des erreurs de Martinez ou des CB (et on a pu mesurer tout son apport lorsqu’il n’était pas là)
    Après, il n’a effectivement pas tenu le rythme toute l’année (peut-être à cause de sa blessure) mais c’est un rookie donc c’est plutôt logique.

    Le point négatif mais lui il n’y peut rien, c’est le trade-up pour le sélectionner. Je pense que Gute s’est précipité et que Savage aurait tranquillement été dispo en 30e choix. Du coup, ça nous a laissé sans 4e tour alors que nous en avions 2 et ça nous a empêché d’avoir des choix intéressants…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.