Week 10 ~ GB – CAR : Green Bay s’en contentera

Green Bay Packers – Carolina Panthers : 24 – 16

Fin2

Mc Caffrey, RB des Carolina Panthers tente le TD de l’égalisation sans succès (Photo : Evan Siegle)

Les Packers ont vaincu mais sont restés sous la menace perpétuelle des Panthers, et ce jusqu’à la dernière seconde. GB n’a pas maitrisé son sujet, a appliqué une recette qui fait sa marque de fabrique depuis le début de saison : un jeu de course efficace et une défense qui sait faire les jeux importants à des moments clés du match ; pour une victoire étriquée, oubliable si ce n’est pour la tempête de neige de fin de match.

Les Packers ont gagné, ils sont à 8 victoires et 2 défaites et cela doit être le bilan le plus flatteur pour les Packers sous l’ère Aaron Rodgers. Comme si depuis le début de saison, la balance du match tourne invariablement dans l’escarcelle verte et or (hormis cette défaite contre les Philadelphia Eagles avec cette interception malheureuse à la dernière seconde).

GB a su aussi profiter d’une équipe adverse dotée d’un QB au maigre pedigree. Si Kyle Allen (QB) a plus que tenu son rang pour un joueur issu de l’équipe d’entrainement 2018, il n’en a pas moins pris quelques coûteuses décisions qui ont pesé dans la défaite des Panthers qui auraient été, avec un Cam Newton (QB) en pleine santé, un sacré prétendant NFC.

GB CAPITALISE

La défense des Packers entrait bien dans son match : Mc Caffrey ne courait pas plus de 4 yards et Allen (QB) jouait sous pression. Seulement, sur une seule action, Kevin King (CB) lâchait complètement son marquage de DJ Moore (WR) qui faisait seul une réception de 38 yards. Une telle faute était sûrement une mauvaise compréhension tactique, King jouant la zone, seul, alors que l’ensemble de ses coéquipiers jouaient le marquage individuel. Kyle Allen (QB) concrétisait par un touchdown facile en « roll out » pour le WR 2 Samuel. (0-7)

Les Packers répondaient du tac au tac avec un TD d’Aaron Jones. Mais ce TD à la course récompensait un drive à la passe, où Aaron Rodgers trouvait ses receveurs derrière une OL plus hermétique que la semaine précédente. On vit une belle réception de 19 yards de Lazard (WR) qui s’affirme de plus en plus comme la solution en WR 2 (et dire qu’on a risqué sa perte dans les waivers de septembre…). (7-7)

Allen (QB) survivait sous la pression, Savage manquant un sack facile sur un blitz bien appelé. Mc Caffrey (RB) trouvait sa première brèche pour une course de 20 yards et Olsen (TE) était libre pour une réception de 16 yards. Stoppés ensuite (Mc Caffrey reconnu sur 3ème tentative par la défense), Carolina enquillait le field goal. (7-10)

Depuis le début de match, GB se mettait des handicaps par des pénalités répétées. Cette fois, c’était une interférence de passe offensive de Lazard qui plombait le drive, sauf que celle-ci était tout bonnement inexistante. Cette nouvelle règle de jugement des « OPI-DPI » commence à rendre de plus en plus les matchs irregardables avec des mains posées sur le joueur qui deviennent maintenant toutes suspectes.

Mais Kyle Allen (QB) allait relancer les Packers une première fois. Une mise en jeu mal assurée en milieu de terrain : fumble ; Lowry (DE) était le premier sur le ballon et M. Adams recouvrait le cuir.

Aaron Rodgers se chargeait de faire payer ce turnover des Panthers avec une passe laser de 37 yards pour Davante Adams (WR) qui réceptionnait le ballon dans le chas d’une aiguille, une réception qui faisait furieusement penser à un TD face aux Eagles il  y a quelques années. Après un « holding » (« tenu ») sifflé contre la défense de Carolina qui s’était agrippée sur tous les receveurs, Aaron Jones marquait le TD d’un yard, non sans difficulté, un second effort étant nécessaire pour surpasser Mc Coy (DE) qui avait battu Bulaga (RT). (14-10)

La défense appuyait la tête des Panthers sous l’eau. Elle contrôlait Mc Caffrey. Même si le revenant Campbell (S) loupait son plaquage sur Olsen (TE) pour une réception de 18 yards, un sack de Preston Smith (OLB) sur 3ème tentative écartait CAR d’un FG pour un punt.

Il restait 5 mn en première mi-temps et c’était idéal pour une « mise à mort » des chatons noirs. Mais GB était d’entrée de jeu confrontée à une 3ème et 13, où Rodgers dut se débarrasser du ballon, sous la pression de Mc Coy (DE) qui terminait son plaquage sur le n°12. Les arbitres signalaient une brutalité croyant voir que le DE retombait de tout son poids sur le QB, mais au ralenti, on voyait que Mc Coy tournait les épaules au dernier moment juste avant de tomber sur le sol. Le ralenti en « slow motion » était manifeste mais on peut imaginer qu’à vitesse réelle, la différence n’était pas flagrante. Et apparemment, ce genre d’actions n’est pas éligible à une révision par l’entraineur (challenge) car Ron Rivera, l’entraineur des Panthers fit entendre sa voix auprès des arbitres.

Toujours est-il que cette action faisait respirer GB qui en profitait pour enregistrer ensuite la plus grosse réception de Graham (TE) dans sa carrière à GB : 48 yards plein centre, Rodgers se jouant de Kuechly (ILB) par un « pump fake » d’école rendant complètement libre le TE.

Puis, à forte dose de Jamaal Williams plein centre, jouissant d’une OL qui écartait avec aisance la plus mauvaise défense NFL contre la course, les Packers avaient 4 tentatives à 2 yards de l’en-but. Un touchdown de Graham était annulé car le TE n’arrivait à taper ses deux pieds dans l’en-but au niveau du pylône orange gauche. Puis Rodgers ne fit pas confiance à Lazard (WR) et jetait la balle une demi-seconde avant que le prometteur receveur ne se libère complètement.

Graham

On a cru au TD de Graham (Photo : Evan Siegle)

Avec une 4ème tentative et 1 yard à jouer, Matt LaFleur tentait de mettre K.O. les Panthers au lieu d’assurer un FG pour un score de 17-10. Ce fut essayé avec une course de J. Williams, ce qui ne parait pas stupide contre la plus mauvaise défense contre la course, même quand ce jeu est attendu (même si je suis plutôt fan du roll out avec décrochage du Rb et du TE). Mais l’exécution était ratée : Bakhtiari manquait son block sur Mc Coy (DE) alors que Turner (RG) s’assignait sur le mauvais joueur et laissait passer Butler (DE). Le RB Packers n’avait plus qu’à prendre un double pancake de 300 kg dans la face. GB en restait là sur 14-10 à la mi-temps, ne capitalisant pas sur l’erreur d’arbitrage qui leur avait permis de contrôler cette fin de première mi-temps.

Ce n’était en fait que partie remise pour GB. Sur leur drive de reprise, mal partis sur une 2ème et 26 (pénalité discutable sur Bakhtiari pour « mains sur le visage »), les Packers donnaient du temps à Rodgers qui trouvait pour 38 yards Adams le long de la ligne de touche. Aaron Jones enquillait sa meilleure course de la saison : 28 yards. Avant que le n°33 ne lise bien les blocks pour un TD aisé de 13 yards à la course. (21-10)

A. Jones

Aaron Jones, à nouveau le petit bonhomme du match (Photo : Evan Siegle)

Mc Caffrey ne s’avouait pas vaincu et trouvait enfin sa vitesse de croisière (4 courses pour 26 yards et 1 réception de 11 yards sur ce drive). Il était même aidé par les cieux, le fumble causé par Campbell (S) étant recouvert par son coéquipier Van Roten (LG). Arrivé en zone rouge, Allen (QB) payait son inexpérience et lançait une interception dans l’en-but Packers. Cela aurait dû être Amos (SS) l’intercepteur mais il ne put que dévier le ballon ; qu’à cela ne tienne, Tramon Williams (CB) se chargeait de capter le ballon.

Rodgers tentait d’assommer les Panthers avec une bombe pour Adams. Cela aurait pu être un TD de 80 yards mais le CB D. Jackson revenait pour empêcher talentueusement la réception. Tant pis, GB allait marcher sur les Panthers par l’intermédiaire de J. Williams plein centre à plusieurs reprises. Mais là encore, une pénalité encore contestable (interférence offensive de passe de Davante Adams) mettait Rodgers dans une situation inconfortable, une 3ème et 20 dont il voulut étirer le temps, ce qui lui valut un sack.

Les Packers tentaient un FG de 52 yards que Crosby (K) manquait légèrement. Mais une pénalité pour faute de placement des Panthers dans la mise en jeu redonnait un essai à Crosby avec 5 yards. FG de 47 yards réussi. Un petit tournant anodin qui donnait 2 pleines possessions d’écart, et accessoirement une balle rendue dans les 20 yards adverses au lieu du milieu de terrain. (24-10)

GB SE PÉNALISE ET FATIGUE

Comme le drive précédent des Panthers, Mc Caffrey commençait à pouvoir s’exprimer, la fatigue de la défense de GB aidant (1 sack de Lancaster (DT) profitant du travail de Z. Smith (OLB) tout de même). Le RB enquillait 4 courses pour 30 yards (et le TD tout droit de 3 yards où le TE Olsen écartait notre ILB Martinez) ainsi qu’une réception de 9 yards. Curieusement, CAR tentait une conversion à 2 pts à la passe. GB couvrait bien et Amos (SS) déviait le ballon destiné à Olsen (TE). (24-16)

Il restait 12 mn et le match se jouait à une possession. GB envoyait Aaron Jones marcher sur les Panthers (2 courses, 21 yards) mais arrivé en milieu de terrain, délaissait inexplicablement la course pour 3 tentatives de passes soldées par un punt. En difficulté depuis le début du match, J.K. Scott (P) renvoyait les Panthers sur leurs 8 yards.

Allen (QB) n’arrivait pas à se connecter avec Olsen et sur une 3ème et 8, il voyait sa poche se désintégrer sous l’effet d’un blitz de Campbell (S) à sa droite, d’une poussée de Clark (DT) qui amenait son Centre dans sa face et de Preston Smith qui débordait le LT ; ce dernier sera crédité du sack sur cette belle action générale de la défense.

Sack

Rodgers récupérait le ballon avec 6 mn 30 à jouer. Il n’y avait plus qu’à sceller la victoire. Cela commençait bien avec un mix de d’Aaron Jones à la course et de Davante Adams en courtes passes, mais le n°12 se prenait un dépassement de temps de jeu qui amenait une 3ème et 14. Malgré 11 yards gagnés par Graham sur cette 3ème tentative, les Packers étaient face à un dilemme : 4ème et 3 pour un potentiel FG de 55 yards dans la tempête de neige. Cela nécessitait un temps mort. Mais le choix fut fait… de ne pas faire de choix, Rodgers tentant de faire croire à un jeu pour provoquer une éventuelle pénalité. Le punt était donc prévu, et J.K. Scott renvoyait les Panthers sur leurs 11 yards avec 2 mn 30 à jouer et 3 temps morts.

Après une première réception de Samuel (WR) pour 15 yards, Alexander (CB) aurait dû finir le match avec une interception captable qu’il n’exécutait pas bien. Occasion manquée car Allen réussissait ensuite une 3ème et 2 (passe de 7 yards pour le WR Moore), une passe de 18 yards pour le TE Olsen, une 3ème et 5 (réception de 9 yards d’Olsen) et même une 4ème et 10 (!!!) malgré la pression forte des Smiths avec une réception de 12 yards du  WR DJ Moore (qui au tarif des interférences actuellement aurait pu être sanctionné d’une OPI sur King – CB, tant qu’à faire).

Le destin de ce drive semblait sourire aux Panthers et cette logique semblait amener de manière inéluctable le TD. La défense forçait une nouvelle 4ème tentative ! Croyait-on ! Preston Smith s’était en fait aligné le casque trop en avant, provoquant une infraction à la zone neutre, la même faute bête que Dee Ford, OLB des Kansas City Chiefs, avait faite pour relancer les New England Patriots dans la finale AFC 2018.

La défense ne se rendait pas, forçant encore les Panthers à une 4ème tentative, de suite annulée pour un hors-jeu clair d’un Za’darius Smith parti trop tôt. Arf ! Et voilà comment Carolina se trouvait à 2 yards du but, mais pour deux tentatives car il ne restait que 8 secondes au chronomètre. La première tentative était donc une évidente situation de passe, visant évidemment Mc Caffrey (RB), mais GB veillait au grain.

La situation devenait irrespirable (avec malgré tout côté GB, cette roue de secours de la conversion à 2 pts nécessaire pour l’égalisation de CAR). Dernière action. Là encore pas de surprise. Balle pour Mc Caffrey qui fonçait droit derrière son LG Van Roten (un ancien Packer habitué à l’équipe d’entrainement). Fackrell (OLB) replacé in extremis par Martinez (ILB) feinte et évite le LG pour impacter Mc Caffrey 1 yard avant la ligne de mise en jeu ; insuffisant pour l’arrêter mais suffisant pour le ralentir et pour que Preston Smith (OLB) prenne le RB aux chevilles. Mais le LG prit Mc Caffrey par les épaules pour le retourner comme une crêpe vers l’en-but, sauf qu’il empêchait Mc Caffrey de tout mouvement si bien que le RB dut conserver son ballon contre sa poitrine. Et lorsqu’il retomba au sol, gêné par son coéquipier LT et empêché par Martinez (ILB), Mc Caffrey ne put faire toucher le ballon de la ligne d’en-but.

fin

Fackrell vient de percuter Mc Caffrey, permettant à Preston Smith (n°91) de plaquer le RB (Photo : Evan Siegle)

Pour moi, une question de 10-20 cm, que de toute façon, aucun ralenti ne permettait d’affirmer le contraire. Et quand bien même le TD aurait été marqué, il restait une conversion à 2 pts à exécuter pour l’égalisation. Mais cela aurait fait naître une autre polémique que la NFL se garde bien d’évoquer vu la tournure du fin de match, c’est qu’en aucun cas, un joueur n’a le droit de tirer un coureur, le pousser oui, le tirer non. La règle le dit noir sur blanc ici (règle 12, section 1, article 4, alinéa a)) et dans le contexte de l’application des règles à l’extrême, cette omission est bizarre.

La fin de match valut par sa dramaturgie et son contexte météo, moins par la capacité de GB à garder un avantage de 14 pts, fondu comme neige au soleil (ha !) face à un QB débutant.

Au final, ce match reflète assez bien cette première partie de saison des Packers. Une attaque qui n’arrive pas à trouver sa vitesse de croisière à la passe, les moments de félicité se mêlant aux déceptions, et qui s’en remet souvent à son jeu de course pour sauver les meubles. Cela fait actuellement d’Aaron Jones le leader de la NFL au nombre de touchdowns marqués (14), à égalité avec… Christian Mc Caffrey ! Le n°33 éclate au grand jour, et pourrait bien entrer dans la conversation au MVP si sa fin de saison est sur le rythme de ce match contre les Panthers.

Au niveau de la défense, il y a un clair manque de constance. Elle encaisse beaucoup de yards : 28ème rang NFL. Mais elle sait faire les gros jeux quand il le faut : 12ème NFL au nombre de sacks (25), 12ème au nombre de fumbles recouverts (6) et 5ème au nombre d’interceptions (9). Cette capacité à effectuer des sacks en 3ème tentative ou à créer des turnovers permet aux Packers de rester dans la partie ou de faire basculer le match comme ce fut le cas face aux Carolina Panthers. Mais pourra t-elle continuer à reproduire cela face à des QB plus expérimentés ?

Néanmoins, sauf cataclysme, les play-offs se profilent à l’horizon, et si pour l’instant la manière n’est pas encore optimale, le ratio de victoires est inespéré. La semaine de repos est là, si elle est plutôt lointaine dans la saison régulière, elle est en revanche idéalement placée pour une équipe qui fait les play-offs.

LES STATS

Score

Green Bay Packers :

  • Aaron Rodgers (QB) : 17/29 à la passe, 233 yards
  • Aaron Jones (RB) : 13 courses, 93 yards, 7.2 yards par porté, 3 TD
  • Davante Adams (WR) : 7 réceptions, 118 yards
  • Kevin King (CB) : 9 plaquages, 1 plaquage pour perte, 2 passes déviées
  • Preston Smith (OLB) : 5 plaquages, 1 plaquage assisté, 2 sacks, 2 plaquages pour perte
  • 163 yards à la course
  • Efficacité en 3ème tentative : 44 % (4 sur 9)
  • 10 pénalités pour 64 yards concédés
  • 31 mn de possession de balle

Carolina Panthers :

  • Kyle Allen (QB) : 28/43 à la passe, 307 yards, 1 TD, 1 fumble, 1 INT
  • Christian Mc Caffrey (RB) : 20 courses, 108 yards, 5.4 yards par porté, 1 TD ; 6 réceptions, 33 yards
  • D.J. Moore (WR) : 9 réceptions, 120 yards
  • Donte Jackson (CB) : 5 plaquages, 3 passes déviées
  • Gerald Mc Coy (DE) : 1 plaquage, 3 plaquages assistés, 0.5 sack, 1 plaquage pour perte
  • 3 sacks
  • 2 turnovers
  • Efficacité en 3ème tentative : 40 % (4 sur 10)
  • 28 mn 30 de possession de balle
  • 401 yards offensifs

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Aaron Jones (RB), choix n°182 de la draft 2017, meilleur scoreur NFL de TD avec 14 unités, à égalité avec Christian Mc Caffrey (RB), choix n°8 de la draft 2017

Publicités

2 Comments

  1. The_Chosen_One

    14 novembre 2019 at 16:24

    Une fin de match Winter in Wisconsin qui a ajouté de la dramaturgie au scénario, et comme le dit Guile, on a vu arriver gros comme une maison la prolongation dans la poudreuse pour finalement stopper CMC à environ 3cm de la ligne.
    J’ai été extrêmement surpris, dans le bon sens du terme pour une fois, que 1/ on résiste à ce retour de Carolina et surtout 2/ qu’on soit capable de faire un tel stop sur la ligne contre un des tout meilleur RB de la ligue cette saison. Cette équipe est sur courant alternatif des 2 côtés du ballon.
    La meilleure illustration est la défense qui est un paradoxe total :
    28e contre la passe
    29e contre la course
    28e en yard par play concédé
    Mais on est 17 en point encaissé sachant que 13 équipes devant ont un match de moins, on sera donc proche du top10 lundi
    8e en TD concédé en RZ
    6e sur les turnovers
    Comme si on était incapable de rentrer dans les drive mais que quand la maison brûle on sort le stop ou le big play. On bouscule les OL adversaire que dans notre camp, une fois qu’on a déjà bien reculer.
    En fait, on laisse l’adversaire espérer sans jamais tuer le match (exception contre Oakland).
    Roundeux parlait des plaquages ratés de Savage, et c’est vrai, et il a notamment raté sur le QB adverse alors que son blitz (pour une fois utilisé par Pettine) avait fonctionné à merveille. Et il n’est pas le seul, le nombre de fois que Zadarius doit aplatir Allen et qu’il se fait feinter un peu bêtement. Notamment en fin de match où il doit au moins 2 fois le coucher et finir le match. La finition des actions est la seule chose qui lui manque pour être dans la catégorie des pass rusher élite car il a tout le reste !

    Côté attaque, du bon et du moins bon,
    Aaron Jones comme l’avait annoncé David avec sa théorie du 1 match sur 2 a été parfait, il est en train de taper à la porte du top 5 de son poste.
    Par contre, Bakhtiari a force de s’enfiler les bières a perdu de sa vivacité et se fait enrhumer depuis 2 match, attention contre N. Bosa ça va être chaud.
    Il manque toujours ce WR2, Valdes est porté disparu depuis plusieurs match, Allison est inconsistant, par contre Kumerow et surtout Lazard se montre fiable et la connexion avec Rodgers semble progresser doucement de semaine en semaine. Perso je tenterai bien Grant à la place d’Allison au prochain match, je pense qu’il apporterai un profil qui manque à cette attaque.
    On a vu Sternberger être aligné et je dois dire que j’ai été plutôt impressionné par ses qualités de block car il était plutôt présenté comme un TE pour le jeu de passe.
    On voit clairement des énormes progrès par rapport à l’an dernier (et même au début d’année) sur le jeu de course et notamment les schémas de block pour créer les espaces. Mais je trouve que ça manque encore un peu de créativité dans le schéma de passes.

    Je continue d’espérer que LaFleur et Pettine nous garde le meilleur pour la 2nd partie de saison afin de pas montrer toute leur carte trop tôt.

    En attendant 8-2, c’est au delà de ce qu’on pensait, on peut légitimement ambitionner un 13-3 voir 12-4 au pire.

  2. Bravo Chosen, j’ai pour habitude de féliciter Julien ( GBPF) pour la qualité de ses articles, mais ton analyse est parfaite.
    Tous le petit groupe qui sévit ici depuis longtemps sera d’accord pour dire que l’on a beau être loin des States, ça ne nous empêche pas d’être assez pointu sur l’analyse d’un match de foot américain, qui plus est sur notre équipe favorite, les Packers.
    Les statistiques peuvent être parfois trompeuses, mais c’est vrai que cette défense si prometteuse en septembre, est maintenant plutôt aux abois, mais comme le bambou, plie, mais ne rompt pas !
    Clark lui c’est réveillé de son hibernation automnale, quand à Scott, c’est tout le contraire, après une fin d’été à envoyer des punts de mammouth de 55 voir 60 yards, le voilà depuis trois matchs à 35 yards de moyenne, autant dire le plus mauvais de toute la NFL.
    Il y a sûrement un problème quelque part, en tout cas, ou il se réveille le gamin, ou sa carrière dans le Wisconsin sera vite écourtée !

    Aaron Jones potentiel MVP ! Non restons sérieux 2 minutes, par contre pro bowler, oui sans aucun doute avec 14 TD au compteur sa place est déjà assurée, ce qui est déjà beau pour un cinquième tour.
    Les réserves que j’ai encore sur lui, plus de régularité comme l’a dit Chosen, et pour l’instant la capacité a tout moment comme n’importe quel grand running back serait capable de le faire, de reproduire régulièrement des percées phénoménales de 50, 60, ou 70 yards, son record date de dimanche dernier avec sa course de 28 yards.
    Ahman Green étant le dernier Packers à pouvoir percer une défense entière.

    Bakhtiari ! Sans déconner, c’est son frère jumeau Marcel que l’on a récupéré, David le vrai est resté collé sur son siège du Fiserv Forum !
    Pas un match sans un sack concédé, pas un match sans un ou plusieurs mouchoirs jaunes, et le bouquet final, son block fantôme, ventre à terre sur la quatrième ratée à deux secondes de la pause.

    Deux mots sur notre célèbre numéro 52 qui se promène avec 7 sacks en 6 match, mais sous le soleil perpétuel de sa Californie natale, parce que notre 52 actuel, celui qui croyait pouvoir enfiler la tunique du Predator, en nous disant, vous allez voir, vous allez vite l’oublier le Clay, ouais, hé bien j’ai beau regarder Gary, je ne vois rien !

    Deux semaines de repos, puis un match à Frisco pour un choc attendu qui peut tout changer, mais à 8-2 on est très bien !
    Go Pack Go !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.