Echauffement Week 5 : DAL – GB

cowboys_vs_packers

10 jours après être redescendus de son petit nuage de début de saison lors du match du jeudi soir face aux Philadelphia Eagles, les Packers n’emmènent pas large à l’heure d’aller défier les Dallas Cowboys dans leur antre. En effet, 29ème défense contre la course, il s’apprêtent à affronter Ezekiel Elliott, le RB le plus productif en 2018 et sa ligne offensive bétonnée. Et côté attaque, GB devra faire sans son WR n°1. Alors, on garde espoir ?

PLUS D’EFFICACITÉ EN ATTAQUE

Le match contre les Eagles a été un match de « premières » pour Aaron Rodgers : sa première interception en étant dans les 3 yards adverses et sa première défaite quand GB mène d’au moins 10 pts à domicile…

Bref, la défaite contre les Eagles a été un coup dans l’orgueil du QB de GB. Et aussi dans celui de l’entraineur en chef Matt Lafleur qui s’était engagé avant la saison à mieux équilibrer l’attaque des Packers avec une balance équilibrée entre la course et la passe. Contre les Eagles, ce fut raté : 79 % de passes, 21 % de courses avec seulement 21 yards gagnés par son coureur principal Aaron Jones ; Aaron Rodgers ayant été le joueur qui a gagné le plus de yards à la course dans ce match (46 yards !).

Pas vraiment de quoi imposer sa nouvelle patte sur l’attaque de GB. Il faut dire que LaFleur n’a pas été aidé par le travail de ses linemen offensifs, aussi bons en protection de passe qu’empruntés en « run block ».

Et c’est le site « Pro Football Reference » qui nous le confirme. Aaron Jones a donc couru pour 21 yards tout en gagnant un total de 25 yards après le premier contact ! Si on devait faire une moyenne, cela voudrait dire que le RB a subi une tentative de plaquage avant la ligne de mise en jeu sur l’ensemble de ses 13 courses ! Cela montre à quel point le RB s’est démené et à quel point l’OL ne l’a pas aidé.

Bon, Philadelphia est 3ème meilleure défense NFL contre la course avec 3.2 yards concédés par course. Les Packers avaient donc du fil à retordre dans ce domaine face aux Eagles.

Dallas offre un challenge déjà plus acceptable, les Cowboys étant 19ème dans la même catégorie statistique. Alors GB devra retrouver son allant à la course où Aaron Jones ne bénéficiera pas du soutien de Jamaal Williams, absent en raison de sa commotion, mais du rookie Dexter Williams au profil similaire et qui pourra faire respirer le n°33, contrairement à la semaine passée où il fut rapidement esseulé.

Et il faudra bien que la course soulage Aaron Rodgers car celui-ci sera privé de son WR n°1 Davante Adams pour une entorse d’un doigt de pied. Alors retirer celui qui représentait 43 % des yards à la passe contre les Eagles ne va pas faciliter la tâche du n°12. Pensez donc, des 5 WR que Rodgers aura à sa disposition, un seul a été drafté, Marques Valdes-Scantling (WR), au 5ème tour de draft 2018. Geronimo Allison, Jake Kumerow ont été non draftés tout comme Allen Lazard et Darrius Shepherd, mais eux dans leur année rookie ! Rodgers arrivera t-il à trouver ses connexions avec un corps de WR aussi inexpérimenté ?

Car en face, la défense de Dallas est en plus redoutable contre la passe : elle encaisse autant de yards par tentative de passe que Green Bay, soit 6.2 yards par passe concédée (4ème rang NFL). 3ème NFL au nombre de points encaissés (GB est désormais 7ème après sa valise de 34 pts concédée contre les Eagles), les Cowboys peuvent encaisser un long drive avant de bien resserrer le marquage en « zone rouge », là où précisément les Packers ont failli en attaque la semaine passée… Encourageant.

Cette défense des Cowboys se repose sur une des meilleures lignes de LB de la NFL avec Sean Lee, Jaylon Smith et Kyle Vander Esch. Celle-ci s’accompagne d’une ligne défensive solide où Demarcus Lawrence (DE) est la star (2.5 sacks en 2019) mais où il faudra aussi se méfier du vétéran Robert Quinn (DE), auteur de 2 sacks contre les New Orleans Saints.

Mais l’OL Packers est réputée pour sa protection de passe où Jenkins (LG) est devenu une pièce essentielle alors qu’il n’est que rookie, et où Bulaga (RT), toujours un peu blessé, sera présent après 10 jours de repos. Si Rodgers a du temps, il pourra tenter de trouver ses WR, certes plutôt inexpérimentés mais qui feront face à des lignes secondaires très abordables. Comme dit auparavant, ce jeu de passe devra être aidé par un jeu de course consistant pour ouvrir les possibilités aériennes. Hé, n’est-ce pas dans ce même stade qu’Aaron Jones a effectué son premier gros match NFL lors de son année rookie 2017 (125 yards, 1 TD)… pour sa première titularisation !

New Orleans Saints v Green Bay Packers

Aaron Jones (RB) fera forcément mieux qu’au dernier match, mais combien ?

LA DÉFENSE POUR SE RESSAISIR

Le match contre les Eagles a été un brutal retour sur terre pour la défense. 2ème meilleure défense NFL au nombre de points concédés avant ce match, GB est désormais 7ème après avoir pris 34 pts dans les dents. De même, GB était la meilleure équipe NFL pour la balance des turnovers, elle n’est désormais plus que 4ème dans ce même classement.

Contre la passe, les Packers ont encore été plutôt performants en n’encaissant que 160 yards. Mais si les lignes secondaires ont encore montré du talent, le pass-rush a effectué sa plus mauvaise prestation (0 sack) avec un Carson Wentz (QB) filant entre les doigts des vert et or. Za’darius Smith (OLB) était présent mais ce fut un fantôme, sa blessure l’handicapant trop pour être le joueur qu’il fut en tout de début de saison.

L’OL Cowboys est réputée depuis quelques années pour être un vrai mur (attaque aérienne et attaque au sol dans le top 5 NFL). Mais ce mur est instable à l’heure d’affronter les Packers. Leur pierre angulaire Tyron Smith (LT) sera absent, lui qui a comme compère Connor Williams (LG), le maillon le plus faible de l’OL, dont les faiblesses sont sûrement masquées quand son grand frère LT est présent (à l’instar d’un Lane Taylor ^^). Frederick (C), Martin (RG) et Collins (RT) sont des joueurs performants mais ils se présenteront blessés, trainant tous des dos douloureux.

Aux deux Smith (OLB) et à Kenny Clark (DT) d’en profiter pour mettre la pression sur un Prescott (QB) trop habitué à avoir du temps, et qui pourrait bien déjouer si cela n’était pas le cas. Car si Prescott est dans un fauteuil, il trouvera sans souci ses WR Cooper, Cobb (on te regrette un peu Randall) et Gallup.

Mais avant, il faudra s’occuper d’Ezekiel Elliott (RB) mais la recette sera la même : couper les extérieurs pour réduire l’espace de jeu et augmenter la densité de joueurs entre les « hash marks ». Les Saints ont réussi à le faire sans ajouter de joueur supplémentaire dans la « boîte », les Packers pourront-ils en faire de même ? Les retours de Montravius Adams (DT) et d’Oren Burks (ILB) peuvent être salvateurs dans ce domaine.

Enfin, ce serait bien si les équipes spéciales ne donnent pas de munitions supplémentaires à l’adversaire comme cela a été le cas la semaine passée. Si J.K. Scott (P) est toujours parfait pour le moment, Mason Crosby (K) ne l’est pas et on accepte trop de beaux retours alors que GB n’en a pas encore effectué un seul potable.

On se consolera avec certaines statistiques favorables à GB qui n’a jamais perdu dans l’actuel stade des Cowboys, inauguré pour ouvrir la saison 2010 et qui a remporté 7 des 8 dernières rencontres face à celle que les USA surnomment « l’America’s team ».

Ce match sera un premier tournant dans la saison de chacune des deux équipes, la perdante tombant à 3-2, un bilan déjà beaucoup moins flatteur. Est-ce que la défense de GB a joué en surrégime jusque-là ? Est-ce que son attaque peut améliorer ses automatismes de manière visible ? Ou est-ce que le bilan des Cowboys est avant tout dû à leurs adversaires rencontrés, leurs 3 victoires ayant été effectuées contre des équipes au bilan cumulé de… 2 victoires et 10 défaites.

Divisional Round - Green Bay Packers v Dallas Cowboys

Ezekiel Elliott (RB), l’arme n°1 des Cowboys

LES COMPOSITIONS PROBABLES

 

DALLAS COWBOYS

Attaque :

Prescott (QB) – Elliott (RB) – Fleming (LT) – C. WIlliams (LG) – Frederick (C) – Z. Martin (RG) – L. Colllins (RT) – Witten (TE) – Cooper (WR) – Cobb (WR) – Gallup (WR)

Défense :

Lawrence (DE) – M. Collins (DT) – A. Woods (DT) – T. Crawford (DE) – S. Lee (SLB) – J. Smith (MLB) – Vander Esch (WLB) – Awuzie (CB) – B. Jones (CB) – Woods (FS) – Heath (SS)

Absent notable : Tyrone Smith (LT)

 

GREEN BAY PACKERS

Attaque :

Rodgers (QB) – A. Jones (RB) – Vitale (FB) – Bakhtiari (LT) – Jenkins (LG) – Linsley (C) – Turner (RG) – Bulaga (RT) – Graham (TE) – Allison (WR) – Valdes-Scantling (WR)

Défense :

Clark (DT) – Lowry (DE) – M. Adams (DE) – Z. Smith (OLB) – Martinez (ILB) – Burks (ILB) – P. Smith (OLB) – Alexander (CB) – King (CB) – Savage (FS) – Amos (SS)

Absents notables : Davante Adams (WR), J. Williams (RB), T. Brown (CB)

 

Dallas Cowboys v Green Bay Packers

Coup d’envoi dimanche 6 octobre 2019 à 15h25, heure locale, 22h25, heure de Paris.

 

Publicités

10 Comments

  1. The_Chosen_One

    7 octobre 2019 at 00:46

    j’ai comme l’impression que Aaron Jones a lu les commentaires de DavidBrillac 😂
    un RB à 4TD à la course, on avait pas vu ça depuis un âge !

  2. 😂 ha ha ha !
    C’est drôle, pendant le match, je me suis dit, il sort le match de sa vie, je vais me faire chambrer, alors j’ai tout de suite pensé a ça justement !
    Style Aaron Jones doit avoir Google translate pour pouvoir aller sur son site préféré, GBPF, et est tombé sur mon commentaire et à dû se dire,
    Ho le Vendéen, ( si si je vous assure comme tout bon Américain, c’est un pro de la géographie,) je vais te faire voir qui je suis, en montrant quatre doigts !
    Bravo mon petit Jones, maintenant plus de continuité, et ce sera parfait !

    Pour info les gars, il y a 20 ans en 99, Dorsey Levens, et le grand Jim Taylor dans les années 60, ont aussi scoré 4 fois dans un match.

  3. The_Chosen_One

    7 octobre 2019 at 11:44

    Ecoute franchement si les joueurs qu’on critique peuvent nous faire taire la semaine qui suit, je prends !!
    Graham déjà après qu’on l’ait crépi, s’est un peu réveillé depuis 2 semaines, donc comme quoi, GBPF est un organe de presse qui compte dans le microcosme des Packers.
    Cette victoire fait du bien mais quand même comment ils ont fait pour me faire suer jusqu’au bout alors qu’on mène 31-3 à à peine plus d’1/4 de la fin. J’ai cru qu’on allait faire une Falcons

  4. Green Bay Packers France

    7 octobre 2019 at 12:44

    Pour la sudation, c’est le syndrome post-traumatique des années Capers. ^^7
    C’est fou de penser qu’à 31-3, j’étais pas encore 100 % rassuré. On gagne de 10 pts et y a pourtant cette impression qu’on pouvait se faire renverser.

    Sur un autre sujet, en parlant Failcons (^^), assez incroyable de voir Atlanta qui va peut-être bien viser un top 5 à la draft, 3 ans après son SB…

  5. Jamais facile avec GB…

    J’ai rien contre le suspense mais les refs ont bien pourri la rencontre. Je pense que le summum, encore plus qu’un énième roughing the passer totalement bidon, c’est le « unsportsmanlike conduct by dallas bench » quand le pauvre Jason se prend un mouchoir jaune après avoir balancé son rouge de rage aux pieds du ref parce qu’on veut pas le laisser challenger un énième call foiré des zebras (catch en sideline valable).

    Je voudrais plus de spectacle pendant le jeu et moins en dehors, comme le soap entre Rodgers et MLF qui attirait les caméras comme des mouches à la moindre occasion. Je passe aussi sur le duo Joe/Aikman qui s’est mis à remplacer les refs en réclamant des flags sur la fin de match, un peu de tenue Troy !

    Quand même soulagé qu’on s’adapte et qu’on tente des trucs différents en impliquant plus de joueurs. L’absence de Tae aura peut-être été un bien pour un mal, on a vu Rodgers retomber dans certains travers en fin de match mais il lâchait plus facilement la balle pour des gains courts. L’O continue à progresser match après match mais que c’est lent ! Suffisant quand les turnovers reviennent en D, +3, à nouveau N°1 NFL dans cette catégorie.

    Tellement bizarre de revoir Cobb en face, avec encore de beaux restes et une petite séquence sympa avec Rodgers avant le match. On va dire qu’il était là en insider pour nous filer des infos (tousse).

    Sinon, merci aux Boyz qui se sont régulièrement tiré dans le pied en essayant de dégainer alors que Zeke nous mettait la misère en début de match.
    Très content pour les UDFAs Redmond et Sully qui ont tout donné en D/ST sans se poser de question. Dire que Redmond finit avec le plus de tackles (grâce aux STs il est vrai)…

    Jenkins, on avait vraiment besoin d’attendre pour le titulariser ? Très beaux run blocks, comme on le pressentait, c’est un roc à la course. Patrick m’a agréablement surpris en C remplaçant, je ne m’attendais pas à aussi bien !

    Kumhero si proche de mettre son TD, snif… Shep aussi…

    Bon, retour à Lambeau pour recevoir DET, ce sera sans doute plus saignant avec leur bonne DL. Toujours aucune équipe en négatif dans la NFCN, quelle division (malgré le L des Chicago Bearwithit contre Chucky Gruden)…

    Pendant ce temps, NE se balade contre les QBs fantômes de l’AFC:
    5-0 +121pts, bilan combiné des 5 adversaires: 4 W et 15 L
    Dur dur d’être champion…

  6. The_Chosen_One

    7 octobre 2019 at 15:11

    oui c’est clair, mais l’année du SB, il donnait vraiment l’impression d’être en sur-régime, à tous les niveaux.
    2 mauvaises draft, quelques blessures et un mauvais coaching staff ça va vite. Aujourd’hui tout est à refaire dans leur équipe.

    pour en revenir à hier, si y a pas les 2 calls foireux au 4e QT qui annule coup sur coup les turnovers (fumble recouvert par Zadarius, puis INT de Redmond), le match est fini plus vite. Mais les zèbres aiment créer du suspense…

  7. Je ne l’aurais pas pronostiqué celle-là mais elle fait du bien ! Déjà parce que ça rattrape la défaite contre les Eagles et ensuite parce que ce sont les Cowboys !! Mange-toi ça Troy Aikman ! 🙂 C’était jouissif de l’entendre commenter ça !

    Le début de match de la défense (c’est reparti pour le festival des interceptions) nous permet de prendre le score et de les obliger à lancer plus le ballon et à moins s’appuyer sur Eliott ce qui nous arrangeais bien.
    Bon, Alexander s’est quand même bien fait mangé par Cooper. Quel WR ce mec ! Ah si on avait pu le récupérer l’année dernière pour avoir une paire Adams-Cooper…

    On a vraiment vu le besoin d’un vrai WR2, Valdes-Scantling ne peut pas encore prendre ce rôle, Shepherd et Kumerow non plus, Allison a toujours un petit souci de drop… Les TE, ils réceptionnent mais j’ai l’impression qu’ils ne sont pas des masses sollicités. C’est un peu le point laissé de côté par l’offense, les gains courts à la passe avec les TE. On est soit à la course, soit en passe longue (sauf quelques très courtes pour Jones quand tout est bouché ou Rodgers pressé). C’est dommage de se priver de ça parce que Tonyan, Lewis et même Graham chopent du ballon.

    Match solide d’Aaron Jones qui arrive à courir quand on lui ouvre un peu d’espace et qu’il ne se fait pas attraper derrière la ligne de scrimmage.

    Dommage de se faire peur alors qu’on mène 31-3 et qu’on maîtrise le match.
    Bon après le combo d’annulation du fumble (pour false start inexistant) et de l’interception est juste fait pour laisser les Boys dans le match. Les Roughing the passer c’est n’importe quoi, Rodgers se fait découper par 2 mecs après le lancement du ballon rien et quelques jeux après, il en a un sur une action moins évidente. Et puis le caressing the passer sur Prescott c’est une blague…

    Enfin bon, nous sommes à 4-1 en tapant les Boys, on a dépassé les 30 points pour la première fois cette saison, les Bears ont perdu, on ne va pas se plaindre c’est quand même un super week-end 🙂

    Le seul truc un peu inquiétant c’est la multiplication des petites blessures (Adams, Zadarius, Savage, King, Bulaga…) qui pourrait finir par jouer.

  8. Green Bay Packers France

    8 octobre 2019 at 15:46

    De toute façon, Garrett devrait être flaggé à chaque match pour « too much clapping » ^^

  9. Flagger Garrett à chaque molard cracher sur le terrain, serait une idée, tellement j’en ai mare de le voir, lui et d’autres comme Belichick, cracher à tous va sur le bord du terrain !

  10. @David: que veux-tu, c’est tellement américain le crachat, ça fait « tough guy » à l’ancienne même s’il n’y a qu’eux qui le pensent. J’avoue que comme toi, l’idée de me rouler dans les mollards à chaque match ne m’enchante guère…

    @GBPF: Tant qu’il nous laisse gagner le Jason, il peut s’applaudir autant qu’il veut !
    (PS: je pense que c’est « n’en mènent » dans le premier paragraphe ^^)

    @TCO: On va renommer les Falcons les Atlanta Icares après s’être cramé les ailes en s’approchant trop près du SB, ils ne voleront plus jamais ! C’est plus de la gueule de bois post-finale, c’est carrément la descente en flammes aux enfers des médiocres tréfonds de la NFC !

    @Guile: elle court elle court la rumeur (moins vite qu’Aaron Jones certes) du WR FA genre Sanders avec toutes les équipes qui font la course vers l’abîme du first pick (4 franchises à 0 victoires et qui comptent sans doute bien le rester).

    L’avantage, c’est que du coup il y aura du monde à déstocker et que certains des plus gros caps font partie de ceux qui déstockent donc GB a uen chance malgré son budget réduit. Malgré tout, un mec comme Sanders, on sait tous qu’il finira à NE pour des clopinettes dans l’espoir de glaner un titre easy avant d’être refourgué à un pigeon contre un R1 hahaha…

    Je reste tout de même convaincu qu’on utilise pas nos pièces offensives de façon optimale, ça grince (des dents) et ça couine (sur le banc) de partout. Deux bonnes années de rouille (pour ne pas dire de merde) ça ne s’évacue pas juste avec un peu d’huile de coude. Finalement, pas mal d’analystes avaient globalement raison sur le coup: 6 à 8 semaines pour que la mayonnaise commence à prendre. On voit la différence avec Pettine qui a eu un an d’avance pour mettre en place la D avec les investissements nécessaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.