Week 4 ~ GB – PHI : Frustrant et instructif

Green Bay Packers – Philadelphia Eagles : 27 – 34

ca-times.brightspotcdn.com

L’interception qui scelle le match

GB n’aura pas réussi à la passe de 4 et a démontré que ses succès de début de saison ne tenaient qu’à quelques fils. Jeudi dernier, la défense était ordinaire et elle n’a provoqué aucun turnover. Cela a permis à l’adversaire de rester dans le match malgré une prestation offensive honorable. Si globalement, la défaite n’est pas imméritée, avoir deux fois la balle à l’intérieur des 3 yards adverses dans les 5 dernières mn sans marquer un seul point laisse un goût amer dans la bouche.

UNE ATTAQUE RODGERS-RESQUE

Pour la 3ème fois de suite pourtant, les Packers marquaient les premiers. Sur leur premier drive, GB marquait un TD de 3 yards à la course par Aaron Jones. Un drive marqué par une réception de 58 yards de Davante Adams (WR) tout juste rattrapé le long de la ligne. (7-0)

Rodgers avait prévenu : le n°17 devait être abreuvé de ballons. Il le sera : 180 yards et 10 réceptions pour Adams qui a dû en plus quitter le match à 10 mn du terme de la rencontre.

Nouvelle image (14)

Record de yards en carrière sur un match pour Davante Adams (Photo : Evan Siegle)

Ce drive fut également marqué par le K.O. subi par Jamaal Williams (RB) par un plaquage à retardement de Barnett. Le jovial coureur dut sortir sur civière et laisser Aaron Jones assumer seul le rôle de RB (le FB Vitale n’eut qu’une petite course à se mettre sous la dent). Cette action déplorable eut peut-être beaucoup plus de conséquences qu’en apparence.

En tout cas, il aurait peut-être permis d’améliorer la performance famélique du jeu de course (24 yards en 14 courses pour le RB et le FB). Un jeu de course qui en premier lieu n’est pas dû au manque de combativité d’Aaron Jones mais à la prestation toujours compliquée de l’OL en « run block », comme si les séquelles de l’attaque « tout à la passe » de Mike Mc Carthy était encore incrustés dans les mouvements de Bakhtiari (LT), Bulaga (RT) et Linsley (C). Le n°33 dut souvent subir le premier contact avant la ligne de mise en jeu. Compliqué d’avancer dans ces conditions.

Mais GB était redevenu le GB qu’on a connu dans les années 2010 : tout à la passe avec un Rodgers à la baguette, auteur d’un 10/10 à la passe pour débuter la rencontre. Avec comme arme fatale le seul WR avec qui il a pleinement confiance : Davante Adams (WR), qui faisait l’amour à une « secondary » Eagles décimée par les blessures et qui devrait être une des plus faibles de la saison en NFL.

Mais à force de viser le n°17, à un moment, ça commence à se voir. Et dans la « zone rouge », après une passe trop haute pour Valdes-Scantling (WR), Rodgers cherchait Adams au milieu de 3 Eagles alors que Graham (TE) s’isolait seul dans l’en-but. Passe déviée par Sendejo (SS). Field goal de Crosby. (10-0)

Durant le 1er quart-temps, la défense de GB restait celle qu’on avait connu en ce début de saison. Pas de solution à la passe pour PHI, de la course mais pas efficace.

C’est une erreur des équipes spéciales de GB qui allait relancer les Eagles, autorisant un retour de 66 yards sur leur kickoff, Mason Crosby (K) devant être le plaqueur. Rapidement en position de viser le TD, Jeffery marquait le TD. Le zèle des « zèbres » (arbitres) sur les interférences de passes offensives en signalait une inexistante du TE Ertz sur l’action. Heureusement pour le sport, celle-ci était annulée après révision vidéo. (10-7)

Rodgers ne se démobilisait pas et obtenait un « jeu gratuit » par une de ses feintes de signaux, pour une passe de 40 yards d’Adams + 15 yards pour prise de la grille faciale du n°17. Mais encore une fois, GB ne trouvait pas le TD et en l’occurrence Adams encore une fois. (13-7)

3 passages en zone rouge pour GB, et seulement 13 pts récupérés par Rodgers et compagnie. Et là encore, les équipes spéciales relançaient les Eagles avec un kickoff directement en dehors du terrain de Crosby (K), plaçant PHI sur ses 40 yards.

PHI cette fois avançait. Rien d’impressionnant mais avec 21 yards en 4 courses de Miles Sanders (RB), quelques improvisations à la course de Carson Wentz (QB), toujours aussi mobile, et surtout une brutalité sur passeur, évitable et très très sévère de Kenny Clark (DT), PHI se retrouvait ainsi sur les 3 yards de GB ! Et marquait le TD par une réception du TE n°2 Eagles, seul en 1 contre 1 face à Will Redmond (S). L’appelé de dernière minute de l’effectif des 53 fit une prestation honorable pour sa première titularisation, aux côtés de Blake Martinez, Mike Pettine, l’entraineur défensif préférant définitivement la vitesse et la mobilité pour le joueur placé aux côtés de Blake Martinez (ILB). Mais sur l’action, Redmond fut bien démuni sur un schéma défensif mal préparé. (13-14)

LES TURNOVERS, CETTE FOIS CHEZ LES PACKERS

Les Eagles menaient et on avait plus l’impression que c’était GB qui se tirait des balles dans le pied que PHI qui maîtrisait son match. On ne croyait pas si bien dire…

Il restait presque 3 mn en 1ère mi-temps, idéal pour passer devant avant la mi-temps avant de récupérer la première possession de la seconde période. J’imaginais les Packers prendre 2 possessions d’avance par ce biais. Erreur ! L’élan de GB était stoppé par un fumble de Rodgers qui, inhabituellement, ne sentit absolument pas la pression extérieure de Barnett (OLB) dont était en charge M. Lewis (TE) qui changeait de côté dans un mouvement précédent la mise en jeu. VIDÉO

À 17 yards de l’en-but Packers sur le fumble récupéré à 2 mn de la mi-temps, les Eagles pouvaient se contenter de faire courir Jordan Howard… 4 fois pour marquer le TD. (13-21)

Mais décidément, ce dimanche, c’était bien une version old school du GB de Rodgers. 50 secondes à jouer. Plus qu’il n’en suffisait pour le Rodgers qu’on connaissait. 2 longues passes plein centre pour Geronimo Allison qui se ressemblaient à s’y méprendre : les deux fois un peu hautes obligeant G-Mo à se détendre, d’abord 31 yards puis le TD de 19 yards. VIDÉO (20-21 à la mi-temps)

GB repartait en 2ème mi-temps sans Bulaga (RT), touché à l’épaule, remplacé par Light (RT) qui n’a pas démérité. L’élan des Packers pour repasser devant était stoppé par une erreur manifeste des arbitres. Ils ne sifflaient pas une interférence de passe défensive de Sydney Jones (CB) qui chargeait clairement Valdes-Scantling. D’autant plus surprenant dans le contexte ambiant du sifflage intempestif des « OPI-DPI ». Mais bon, je me dis que l’erreur est humaine. Pas Matt LaFleur qui demande à raison une révision vidéo (« challenge »). Et contre toute attente, le jugement n’est pas inversé. In-com-pré-hen-si-ble ! C’était en plus une 3ème tentative…

Possession rendue aux Eagles qui allaient la fructifier de suite par un drive toujours pas spectaculaire, mais cette fois mené par de petites passes, malgré la défense de Kevin King (CB) remarquée sur Ashlon Jeffery (WR). La dernière de ces passes, un petite passe latérale pour le coureur Howard. Martinez (ILB) se prend un block qu’il n’évite pas, Savage eut la seconde d’hésitation fatale : TD au petit trot pour les Eagles qui tentèrent une agressive conversion à 2 pts ; manqué. (27-20)

Nouvelle image (12)

Après son match difficile de la semaine passée, Kevin King (n°20) aura été le meilleur défenseur de GB contre les Eagles (Photo : Evan Siegle)

GB continuait dans ses travers offensifs : absence totale de course positive, Rodgers focalisé outrageusement sur Adams. Le n°12 manqua ainsi de se faire intercepter en cherchant de manière trop évidente le n°17.

Alors, il commença, comme au bon vieux temps, à courir lui-même. Puis à se connecter enfin avec Jimmy Graham (TE), montrant l’importance d’une connexion fiable entre le QB et son TE. Après une réception de 15 yards, Graham était tout heureux sur une « wheel route » le ballon de la part de Rodgers qui avait su lire son changement de direction vers l’en-but. (27-27)

Mais PHI répondait du berger à la bergère pour clôturer le 3ème quart-temps et marchait littéralement sur son adversaire : 53 yards à la course dont une de 30 yards sans effort de Sanders (RB) qui filait tout droit dans la brèche entre son LT et son LG. TD de Howard, son 3ème de la soirée. (27-34)

Nouvelle image (13)

Jordan Howard (n°24) surpuissant met à mal Blake Martinez (n°50) (Photo : Evan Siegle)

Début du 4ème quart-temps, GB mené, les drives commençaient à valoir de l’or. Rodgers trouvait cette fois les moyens d’avancer avec Aaron Jones en soupape de sécurité (3 réceptions, 20 yards sur ce drive), Jimmy Graham (TE) de plus en plus sollicité et Davante Adams bien sûr. Problème, sur sa 10ème réception, Adams se blessait au doigt de pied et quittait ainsi ses partenaires à 10 mn du terme.

Mine de rien, avec Jamaal Williams (RB), Bryan Bulaga (RT), Davante Adams (WR), Will Redmond (S placé en ILB), ça commençait à faire plusieurs défections chez les titulaires de GB, jusque-là épargné par les blessures cette saison.

Mais les Packers disposaient maintenant de 4 tentatives à 1 yard de l’en-but. Normalement, une formalité. Et là, j’ai revu le spectre des années Mc Carthy : 4 tentatives, 4 passes, avec en plus ton WR n°1 « out » ! Et si là, ça ne pouvait plus être « tout pour le n°17 », eh bien c’était devenu « tout pour le TE », en l’occurrence Jimmy Graham.

La 1ère tentative feintait une situation de course, Graham était complètement isolé en 1 contre 1. Normalement, TD assuré face à un adversaire qui lui rend 15 cm. Mais non, mélange de maladresse du TE et de mini-holding de Mac Leod (CB).

2ème tentative, « bootleg » (course renversée du QB pour passer) de Rodgers qui se retrouve en face à face avec Barnett (OLB) complètement libre et que Marcedes Lewis avait oublié de « bumper ». Rodgers dut jeter le ballon au pied de Vitale (FB) pour éviter le sack.

3ème tentative, feinte de course à laquelle mord toute la défense de PHI… sauf encore ce diable de Mac Leod (CB) qui surveille Rodgers comme le lait sur le feu. Rodgers pensait sûrement pouvoir courir tranquillement vers l’en-but, mais voyant le CB débouler sur lui, il chercha du regard Graham (TE) qui ne comprit pas qu’il devait se démarquer pour offrir une solution. Ballon jeté en dehors des limites. Matt LaFleur précisera que c’était une « RPO » choisie, c’est-à-dire que le QB choisit l’option de la course ou de la passe en fonction de l’alignement « pré-snap ». Quand on revoit la feinte de course d’Aaron Jones, on se dit qu’il pouvait malgré tout atteindre l’en-but derrière deux blocks de Linsley dégageant la voie.

Nouvelle image (15)

3ème tentative à 1 yard, Rodgers pris par le n°23 cherche Graham du regard… (Photo : Evan Siegle)

4ème tentative, GB vise audacieusement le TD. Mise en jeu accélérée, Rodgers doit sortir de sa poche en raison de la pression côté droit. S’isolant à droite du terrain, le n°12 a face à lui une forêt de joueurs. Il tente la passe très haute en fond de zone pour que seul Jimmy Graham la capte. À une main, le TE ne réussit pas l’exploit malgré un marquage plutôt lâche.

« Turnover on downs » avec 4 tentatives à 1 yard de l’en-but sans aucune tentative de course. Certes, en face c’était un mur tout du long du match mais tenter de gagner plusieurs yards et juste en gagner un seul donnent des approches complètement différentes. Cela aurait dû se tenter au moins une fois. Et j’ai des souvenirs de BJ Raji placé en FB dans ce type de situation comme une formation quasi imbattable pour gagner le yard nécessaire. Alors pourquoi ne pas remettre au goût du jour cela avec un Montravius Adams par exemple dans le futur.

Bref, le score était scotché à 27-34. Et la possession donnée à PHI ne sentait pas vraiment bon. Pourtant, postés sur leurs 1 yard, les Eagles auraient pu être en mauvaise posture. Mais dans la lignée de leur avancée à la course, la course de 6 yards de Howard (RB) écartait tout danger. Et c’était parti pour la marche en avant de PHI sur la défense de GB. Mais bizarrement, les Eagles abandonnaient la course et tentait la passe avec insuccès.

Après avoir mangé 4 mn, les Eagles redonnaient le cuir à Rodgers avec 5 mn à jouer, un boulevard pour aller marquer le TD égalisateur. Repartis « à l’ancienne », GB avançait avec des passes, plutôt à faible calibre vers Graham (TE) d’abord puis vers les coureurs A. Jones et Vitale (dont la réception aurait dû être invalidée pour rebond au sol). Une pénalité justifiée pour « DPI » sur Graham validait une 3ème et 8.

Si bien que les Packers arrivaient au 7 yards des Eagles après une réception de Tonyan (TE) qui voyait le CB Eagle Maddox être K.O. par un choc casque contre casque d’un coéquipier.

Après ce long temps mort de plusieurs mn, place était faite au jugement final de ce match : 4 tentatives pour 7 yards à couvrir. Aaron Jones mangeait 4 yards sur la première tentative. Sur la deuxième, GB repartait sur son pêché pas vraiment mignon de la passe. Rodgers visait rapidement Valdes-Scantling (WR) sur un tracé « slant ». Le n°83 était bien couvert par S. Jones (CB) et par M. Jenkins (S) qui comprit la lecture de Rodgers. Jenkins lâchait son marquage de Shepherd (WR) qui s’isolait complètement dans l’en-but pour venir au soutien du CB et bousculer Valdes-Scantling.

Un Rodgers en mode MVP aurait fait un « pump fake » pour n’avoir plus qu’à délivrer une passe lobée aisée pour Shepherd. Au lieu de cela, la balle rebondissant sur Valdes-Scantling atterrissait malencontreusement dans les bras de Bradham (OLB) pour l’interception qui annulait les deux dernières tentatives potentielles et scellait le match sur un score de 27-34, score acquis en fin de 3ème quart-temps, malgré deux incursions de GB dans les 3 yards adverses. Du jamais vu sous l’ère Rodgers… VIDÉO

Pour la première fois de sa carrière, Rodgers envoyait une interception en étant dans les 3 yards adverse, clôturant le match par une défaite, une première également dans sa carrière quand GB mène d’au moins 10 pts à domicile…

PAS TANT DE CERTITUDES QUE ÇA

Cette défaite permet de recadrer le niveau réel de cette équipe de GB dont le bilan invaincu jusque-là était un peu surcoté. C’est un bon retour sur terre, même si j’aurais accepté sans problème une nouvelle victoire à l’arrache et portée pour la première fois de l’année par l’attaque. Les Packers passent proches d’un bilan de 4-0 qui aurait été flatteur et qui les aurait placés en tête de la conférence NFC.

Même si on ne doute pas que les coachs analysent les matchs et les éléments à corriger quelque soit le résultat, une défaite met encore plus le doigt sur les choses qui font mal : pas de jeu de course, pas de défense contre la course.

La défense contre la course a un problème et subit les assauts répétés adverses à l’intérieur de sa ligne. Les coureurs adverses ont beaucoup plus brillé en transperçant la DL qu’en l’évitant. La DL se fait bouger par l’OL adverse qui crée la brèche dans laquelle le coureur s’engouffre.

Le travail d’un Blake Martinez (ILB) ou d’un Darnell Savage (FS), entre autres, permet d’éviter les grosses pertes : seulement 3 courses adverses ont dépassé les 20 yards sur les 113 courses subies par GB  cette saison dont la fameuse course de Dalvin Cook (Minnesota Vikings). Mais après 4 journées, GB a la 29ème défense contre la course en terme de yards concédés par course : 5 yards par porté adverse. À ce tarif-là, la tactique va être très simple pour les adversaires, et elle ne pourra être déjouée que si l’attaque permet de donner l’avantage aux Packers afin que l’adversaire se sente obligé de jouer à la passe.

Mike Pettine va devoir resserrer les rangs, au propre comme au figuré. Doit-il revoir sa copie ? L’absence de Montravius Adams (DT) est-elle un début d’explication ? Le personnel disponible, avant tout misé sur la vitesse, est-il adapté pour contrer le jeu puissant d’une OL qui pousse pour forcer le verrou ?

Quant à l’absence de jeu de course, je ciblerais, à l’instar de la défense, la ligne. Même s’il faudra revoir GB avec deux vrais coureurs disponibles, puisque Jamaal Williams (RB), le meilleur coureur du match précédent, dut sortir dès le début du match et que Dexter Williams (RB) était sur la touche non disponible. Aaron Jones a fait ce qu’il a pu mais il n’a pas eu la chance d’avoir souvent de bonnes brèches disponibles et s’est fait même prendre plus d’une fois derrière la ligne de mise en jeu !

Là encore, contrairement à la défense contre la course qui est une tendance lourde, le jeu de course paie une prestation famélique contre la 3ème meilleure défense contre la course. Les prestations précédentes contre les Denver Broncos et les Minnesota Vikings étaient plus honorables.

Nouvelle image (16)

Un calvaire à la course pour GB (Photo : Evan Siegle)

Enfin, vient le serpent de mer du play-calling. Sa bataille fut le théâtre d’une animosité entre Rodgers et Mc Carthy, le précédent entraineur en chef, après 13 saisons de collaboration. Les 4 tentatives qui ont échoué aux 1 yard sans aucune course ont forcément posé question. Matt LaFleur a répondu à la question en affirmant : « c’est une bonne question ». Une manière de renvoyer sur le QB la possible responsabilité de cette situation de « goal line ». Je vois encore le regard de LaFleur sur la 4ème tentative, avec la feuille de tactiques cachant sa bouche, avec ses yeux qui semblaient observer ce que le n°12 allait mettre en place suite à son appel de jeu.

Depuis le début de la saison, on sent que l’arrivée de LaFleur, de quelques années l’aîné du n°12, n’a pas effacé cette thématique, Rodgers souhaitant clairement avoir son mot à dire dans les jeux appelés, bien plus que dans des ajustements « audibles ». Par exemple, un signe négatif de la tête du n°12 m’a montré qu’il donnait son avis sur un jeu appelé par LaFleur.

La donne est simple à GB, l’entraineur en chef doit composer avec le QB dans un management participatif et non directif. Mais le participatif semble facilement gagné par l’ego et l’énervement. Bref, on pouvait penser que le limogeage de Mc Carthy allait apporter une sérénité sur ce plan-là. Je crois qu’il n’en est rien. Car cela est visible alors que les Packers sont malgré tout à un bilan de 3-1, le 2ème meilleur bilan NFC. Imaginez alors la situation en cas de bilan inverse. Alors que ce bilan devrait permettre de travailler sur le futur, j’ai une vague impression que GB marche sur un fil entre deux falaises. Pour l’instant, l’équilibre a été maintenu pour rester au-dessus de l’abîme. Quid en cas défaite à Dallas ?

LES STATS

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 34/53 à la passe, 422 yards, 2 TD, 1 INT, 1 fumble perdu ; 5 courses : 46 yards
  • Aaron Jones (RB) : 13 courses, 21 yards, 1.6 yards par porté
  • Davante Adams (WR) : 10 réceptions, 180 yards
  • 9 receveurs différents
  • Blake Martinez (ILB) : 10 plaquages, 5 plaquages assistés
  • Efficacité en 3ème tentative : 54 % (6/11)
  • 0 sack !
  • 5 pénalités pour 50 yards concédés
  • 0 turnover provoqué

Philadelphia :

  • Carson Wentz (QB) : 16/27 à la passe, 160 yards, 3 TD
  • Jordan Howard (RB) : 15 courses, 87 yards, 5.8 yards par porté, 2 TD
  • Zach Ertz (WR) : 7 réceptions, 65 yards
  • Nigel Bradham (LB) : 4 plaquages, 2 plaquages pour perte, 1 INT
  • Efficacité en 3ème tentative : 55 % (5/9) !
  • Attaque : 176 yards à la course, 160 yards à la passe
  • 9 pénalités pour 93 yards concédés
  • 2 turnovers provoqués

LE DÉTAIL QUI TUE

  • Le coureur de Philadelphia Jordan Howard est le premier coureur adverse avec au moins 2 TD à la course et 1 TD à la réception dans un match à Lambeau Field depuis 1958….

Publicités

10 Comments

  1. Merci pour l’article GBPF !! Comme toi je suis très frustré par ce match car j’y ai cru tout le match et tous ces passages en red zone rapportant si peu de points sont vraiment dommageables. L’attaque était quand même plus intéressante que lors des 3 premiers matchs mais il faut conclure maintenant.
    La défense n’a pas su mettre la pression à un Carson Wentz qui a joué un peu dans un fauteuil quand au « run stop » cela devient très problématique. Je viens de regarder le Saints – Cowboys bah il n’y a pas de secret hein les Saints ont complètement éteint Zeke. Prescott fait une prestation correcte à la passe mais sans la course cela n’avance pas. Par contre sur le pass pro l’OL des Cowboys n’était pas si impériale Prescott était fréquemment pressé beaucoup de pression venant par la droite de l’OL surtout par le guard droit. Peut-être une lueur d’espoir mais pour ça il faut stopper la course. Allez Pettine fait des miracles pour que ça s’ameliore !!!
    Go packs go !!!

  2. The_Chosen_One

    1 octobre 2019 at 16:37

    le run game !! source de tous nos maux :

    – défensivement, on se fait transpercer depuis 3 match. GBPF l’a dit, 29e contre la course, déjà enfoncer par Cook et Lindsay en W2 et W3, il était sur que Philly allait nous tester dessus. D’autant plus que paradoxalement, on est excellent contre la passe, et sur la pression mis sur le QB, alors forcément, l’adversaire s’adapte !
    Et on va voir dès les 1er drive de Dallas dimanche soir, qu’ils vont beaucoup insister sur la course. (aussi parce que leur QB est nul). On aura eu 10 jours pour se préparer, j’espère qu’on sera prêt.
    De toutes façons, on ira nul part sans run stop, Giants, Panthers, Cowboys, Saints, Rams ont tous un coureur dominant qu’il faudra bien stopper si on veut avancer en SR puis en PO NFC. Et côté AFC, si on rêve du SB, il faudra se coltiner le comité des Pats avec Michel notamment.

    – offensivement, on est incapable d’avancer, la sortie de Williams nous affaiblie c’est clair, mais, la ligne offensive est bien trop faible dans le run block. D’autre part, ces foutus course toss, ça avance aussi peu en vrai que dans Madden, alors arrêtons avec ça. Ca manque d’originalité, les appels de courses sont quasi toutes identiques. Il faut varier ! J’ai pas encore vu de la saison des reverses, des draw ou des counter. Surtout que Jones n’est pas vraiment taillé pour foncer dans le tas et essayer de passer en force.
    Je ne comprends pas (et ne digère pas), qu’on ait fait aucune course sur les 4 tentatives à 1y. Ca sert à quoi d’avoir un FB dans l’effectif si t’essaie pas de l’envoyer la tête en avant en goal line ?
    Et bon dieu de merde, pour lancer la balle aux jeunes (Lazard et Shepherd), en fait il faut n’aligner que des OL pour être sur que Rodgers leur lance la balle. C’est pénible. Shepherd était ouvert pour l’égalisation mais au delà de ça, il faut profiter de la méconnaissance des adversaires sur ces joueurs pour les piéger.
    J’ADORE Rodgers, mais son entêtement commence un peu à me gonfler. J’aimerais que lui aussi remette un peu les choses à plat de son côté et corrige ses erreurs récurrentes.

  3. Pas grand-chose à ajouter GBPF…

    On a clairement retrouvé cette sensation de frustration de l’époque McCarthy et on veut pas. Il reste quand même du positif et puis sur l’INT qui finit le match, il y a ceinturage en bonne et due forme donc le pauvre n’avait aucune chance de choper le ballon en plus. Pauvre Shep qui se démarque pour des prunes…

    Rodgers est peut-être trop exigeant avec ses WRs ou ces derniers pas assez bons (pour se séparer) mais si on les fait pas jouer et si on les cible pas, ça risque pas de s’améliorer.

    Autre point qui me gêne, il aurait fallu faire sa fête à Barnett parce qu’on a bien vu qu’après, PHI se sentait tout permis. A domicile, on doit pas laisser l’adversaire se motiver comme ça.

    Le run game a clairement perdu avec la sortie de Williams et le play call incroyablement peu varié n’a pas aidé (d’accord avec TCO). J’ai du mal à comprendre comment on peut être aussi lents alors que certaines équipes ont des run plays qui s’enclenchent à 100 à l’heure. Nous, dès le départ tu vois que ça va dans le mur, il n’y a quasiment aucun effort pour tromper l’adversaire.

    En D, je comprends la philo de Pettine avec priorité à la D contre la passe et on aurait très bien pu gagner même sans turnover si les ST n’avaient pas déconné deux fois de suite et que l’O avait pas joué en mode SEA. MAIS à un moment faut quand même essayer de gêner l’adversaire alors qeu là on l’a laissé dérouler et prendre son rythme à la course. Pas comme si on connaissait pas Howard depuis les Bears !

    Bon, n’oublions pas que c’est un TNF et que la D ne pouvait sans doute pas tenir le même rythme toute la saison. On respire, DET a perdu de justesse contre KC (2-1-1) et CHI (3-1) a tapé MIN (2-2) ce qui nous arrange puisque CHI doit jouer à Lambeau au retour. On se doutait que la NFCN serait dure mais c’est encore pire que prévu. Chaque match de div restant vaudra cher et le 2-0 ne fait clairement pas de mal.

    Place aux Boys qui ont perdu leur LT Tyron Smith contre NO ce qui va bien nous aider mais ils pourraient aussi récupérer le WR Gallup… C’est pas gagné.

  4. The_Chosen_One

    2 octobre 2019 at 16:10

    @ Roundeux
    l’absence de Smith est une bonne nouvelle pour nos Smiths 😄
    par contre, Fredericks et Martin seront bien là pour ouvrir les brèches à Zeke.

    Sinon je suis d’accord avec Guile dans un autre post, selon l’indisponibilité de Jamaal, il serait surement pas idiot de regarder vers Ajayi pour étoffer un peu le poste.

  5. Aaron Jones ! Problème identifier pour moi depuis 2018 déjà !
    Vous pourrez m’expliquer que notre ligne n’ouvre aucune brèche pour notre petit running back gringalet, peut-être que ça ne l’aide pas, mais voilà un running back qui vient de jouer contre Philly son 28 ème match sous l’uniforme des Packers, et qui sur 28 matchs n’a dépasser que trois fois la barre des 100 Yards !!!
    49 petit yards par matchs depuis trois saison, sans oublier sa suspension pour fumette, il est bien gentil, mais notre ancien cheval de trait Lacy, autrement plus puissant que Jones, et bien plus productif, n’est déjà plus en NFL depuis longtemps, et sur se poste interchangeable, Jones à ce niveau, n’a pas d’avenir !
    De toute façon a l’instar de Goff, quand votre QB doit bombarder à tout va, entre 450 et 500 yards par match, c’est que vous ne pouvez pas où plus compter sur vos running back.
    Si Williams avait été là, on aurait sûrement tenté au moins une fois avec lui, au contraire avec Jones, ni MLF ni Rodgers n’avais confiance en lui.

    Dommage que notre défense se soit éteinte, le jour où Rodgers et Adams était en feu.
    Heureusement que tout nos concurrents NFC se soit fait battre, Dallas, Minneapolis, Détroit, Los Angeles.
    Espérons que nos deux nouveaux linebacker Bello et Williams, aide Martinez trop esseulé pour arrêter la course adverse, car Elliott ne passera pas deux fois à côté de son match.
    Sans Adams, ça va être compliqué, même si ce match n’est pas décisif.

    Chosen, profite bien du génie de Rodgers notre meilleure joueur depuis 20 ans, un jour il ne sera plus là.
    C’est comme le RCT sans Wilkinson et Giteau, c’est fade !

  6. The_Chosen_One

    3 octobre 2019 at 10:53

    @ David
    J’avais bien compris qu’Aaron Jones n’était pas ton chouchou, mais je te trouve un peu sévère.
    Et même si je partage ton avis sur certains points, tu oublies quand même que pendant 2 saisons, Jones a couru sous Big Mike qui n’utilisait pas beaucoup la course, de plus il partage les portées avec Williams, lequel était même RB n°1 au début de leur saison rookie.
    Jones c’est quand même une moyenne de 5y par portée et déjà 16TD en 28 matchs. Le problème c ‘est qu’en moyenne il porte le ballon moins de 10 fois par match. Difficile de dépasser les 100y à ce compte là.

    Mais je te rejoins quoi qu’il en soit sur la nécessité d’ajouter un RB à notre roster, un RB de tout 1er plan, et je regarde vers la prochaine draft ou quelques prospects majeurs se présenteront. Je rêverais de J. Taylor ou D. Swift, des playmakers en puissance avec une explosivité qu’on a pas dans notre escouade. Mais comme il nous manque aussi un WR et un Tackle si Bulaga n’est pas prolongé, il faudra faire des choix.

    le claim de Tim Williams sur le waiver peut signifier 2 choses : la blessure de Fackrell (qui ne s’est pas entrainé hier) peut être sérieuse et il va finir en IR. Williams le remplacerait donc numériquement.
    Ou Fackrell, peu utilisé dans le pass rush, va glisser en ILB pour renforcer l’escouade.
    (Bello est en practice squad)

    Quant à Rodgers, je profite ! on enchainera peut être pas avec un 3e QB hall of famer. Je surveille la NCAA chez les freshmen pour voir si je trouve notre QB du futur. Bo Nix peut être… à suivre

  7. @David : Je rejoins TCO sur le fait que tu es dur avec Aaron Jones. L’année dernière, il avait une super moyenne pas portée (je me demande même si ce n’était pas la meilleure pour un RB d’ailleurs) et il n’avait pas beaucoup de ballon en main non plus avec McCarthy. Il a fallu que Monty se fasse bouler après son fail en ST contre les RAMS pour qu’il passe vraiment 1er RB (et sa première année il a été un peu blessé aussi).
    Ensuite, peut-être qu’il a du mal à lire les ouvertures cette année mais pour moi quand ton RB se fais chopper 2 voire 3 yards avant la ligne de scrimmage ce n’est pas spécialement la faute de ton RB car il y a clairement une opération porte ouverte au niveau de l’OL.

    Après, je trouve les appels à la course trop téléphonés, ça se voit de tellement loin… Comme je le disais, en fonction de la blessure de Jamaal, il y a Ajayi qui peut se tester (j’ai des doutes sur notre rookie).
    Pour moi si Rodgers et MLF n’ont pas eu confiance en lui sur la ligne des 1 yard c’est bien dommage et limite faute professionnelle, selon moi, parce que je suis désolé mais dans ce type de situation il se faufile toujours.

    D’ailleurs au 1et QT, il marque un TD. Je viens de revoir la vidéo histoire d’éviter de dire des conneries 🙂 On engage sur les 3 yards, il évite un défenseur sur la ligne des 5 (!!), se fait chopper aux jambes sur la ligne des 3 (merci l’opération porte ouverte de l’OL) et arrive quand même à marquer…

    Moi je pense que MLF a voulu remettre Graham sur les rails comme il l’avait dit dans la semaine et que sur ce coup-là ça a foiré. Graham aurait choppé la passe haute de Rodgers en fond de end-zone, on l’aurait entendu fanfaronner sur le fait qu’il suffisait de savoir utiliser Graham…
    Et je rappelle que Jones a marqué 2 TD contre les Broncos et 1 contre Minny donc 4 TD en 4 matchs pour un RB naze bah je pense que beaucoup de franchises prendrait…
    S’il suffit que ton RB galère les 3/4 d’1 match (il t’a quand même marqué un TD qui n’était pas tout fait) pour que tu lui enlèves ta confiance, ça en dirait long sur la mentalité de MLF.

    Pour moi sur l’attaque il y a :
    – Un problème d’appel/variété de jeu sur la course, c’est tellement téléphoné que tu envoies les mecs sur un mur
    – Un problème avec l’OL qui fait porte de saloon sur la course alors que ce n’est pas forcément le cas à la passe. Franchement, tu as une différence de protection entre les deux situations qui pose question.
    – Un problème avec les WR : alors je ne sais pas si nos juniors ne font pas le job (j’ai quand même l’impression que les mecs se démènent), si c’est Rodgers qui les boudent, si c’est MLF qui ne leur donne pas assez de responsabilité mais on n’ira pas loin en ne faisant que gaver Adams de ballons (il ne sortira pas 180 yards à chaque fois) et en essayant à tous les matchs de montrer qu’on paie Graham pour quelque chose.

    Perso, pour l’instant je suis déçu du playcalling de MLF.
    Sur TDA, en début d’année, un supporter des Titans disait qu’il avait été déçu par MLF et que le playcalling était sans imagination. Je ne suis pas loin de lui donner raison, attendons de voir mais ça me ferait chier qu’on se retrouve avec le moins bon de la brochette (McVay – Shanahan – MLF) qui ne nous ferait que du McCarthy remis à jour.

  8. @ Chosen et Guile
    Tu l’a dit Chosen on a besoin d’un running back de premier plan !
    Jones est un bon running back, mais un running back lembda.
    L’autre jour je regarderai Ravens-Chiefs et il y avait deux running back qui cavalaient comme des perdreaux de l’année Mark Ingram, et LeSean McCoy,
    Voilà deux gars qui filerai un sacré coup de main à Jones !
    On peut rajouter à cette liste Hunt, Bell, Muray, et au moins dix autres running back qui étaient tous libre en 2019 et que les Packers ont ignoré.
    Jones avec un de ses gars, serait bien meilleur.

  9. @David Chosen et Guile:

    On aura certainement un bon RB disponible au R1 2020, la question étant de savoir si on doit se lâcher sur un poste de moins en moins estimé avec une classe profonde vu nos autres besoins (OL/WR/TE/ILB)… Reste qu’un Jonathan Taylor ou un Travis Etienne ça aurait clairement de la gueule ! Les bons WRs y’en a à la tonne, on peut attendre le R2 par contre TE c’est un peu la dèche et OTs ça va encore partir très vite. Plus qu’à trouver un pigeon pour glaner des picks :p .

  10. The_Chosen_One

    5 octobre 2019 at 12:38

    Dillon ou Dobbins peuvent être de belles alternatives un peu plus loin.

    les WR on voit bien qu’à force de les prendre le 3e jour, on manque quand même cruellement de playmaker au poste. Il est loin le temps où on composait avec Jordy, Cobb, Jones et Jennings.
    Je verrai d’un assez bon oeil qu’on pick dès le jeudi, un petit Ruggs et sa vitesse supersonique pourrait être une arme de destruction massive avec Rodgers.

    Les Tackles ça part toujours vite pour des résultats aléatoires (Spriggs par exemple ), mais Aquaman Bakhtiari est la preuve qu’on peut trouver des perles un peu plus loin.

    Côté TE, difficile de juger le besoin tant qu’on a pas vu Sternberger et qu’on a pas donner plus d’opportunités à Tonyan. Si ils tournent bien, un pick de complément le 3e jour pourrait suffire.

    Les ILB, j’ai bien aimé ce que j’ai vu de Bolton, et il pourrait être le renfort attendu à son retour de blessure en 2020.

    Une combinaison R1 WR, R2 OT, R3 RB ne me déplairait pas à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.