GBPF Story : la plus longue réception des Packers

87

Le receveur Robert Brooks

Hier, 11 septembre, cela faisait 24 ans qu’était établi le record de la plus longue passe de l’histoire des Packers, et c’était… face aux Chicago Bears ! Le tenant de ce record ? Vous le connaissez, son n°4 ne sera plus jamais porté par un Packer.

Brett Favre (QB), puisqu’il s’agit de lui, avait de la dynamite dans les bras et en ce 11 septembre 1995, il établit le record de la plus longue passe de l’histoire des Packers : 99 yards ; égalant le record et le maximum possible établi 13 fois dans l’histoire de la NFL (le dernier en date ayant été réalisé par Eli Manning, QB des New York Giants, le 24 décembre 2011).

Lors de ce match du lundi soir disputé au Soldier Field des Chicago Bears, Brett Favre feinta la passe courte au centre du terrain pour son receveur Robert Brooks. Celui-ci fit lui aussi une énorme feinte de changement de direction vers l’intérieur qui fit vaciller son adversaire au marquage Donnell Woolford (CB).

Ce dernier faillit en perdre l’équilibre et laissait Brooks plusieurs mètres derrière lui. Trop loin, trop tard, Brooks recevait le ballon sur la ligne des 32 yards de GB et s’en allait parcourir presque tranquillement les 67 yards le séparant du touchdown le faisant entrer dans l’histoire des Packers et de la NFL avec cette réception de 99 yards (la 8ème réception de ce type à l’époque). Brooks terminera le match avec 8 réceptions et 161 yards au compteur.

Ce TD historique portait les Packers à un score de 21-0 dans le second quart-temps. Il y eut du relâchement ensuite car GB remportait cette rencontre de la semaine 2 par un score de 27-24.

Pour Brett Favre qui a débuté 3 ans auparavant en tant que titulaire à GB, cette saison 1995 sera le début de la période la plus faste de la carrière de Brett Favre, saison dont il sera élu meilleur joueur (MVP) avec sa première saison à plus de 4000 yards à la passe.

Les Packers glaneront le titre NFC Central avec un bilan de 11 victoires et 5 défaites, iront jusqu’en finale de conférence NFC après avoir éliminé chez eux en match de division les San Francisco 49ers du QB Steve Young, vainqueurs du Super Bowl en 1994.

Mais les Packers tomberont en finale NFC sur leur bête noire de l’époque, les Dallas Cowboys de Troy Aikman (QB), Emmitt Smith (RB), Deion Sanders (CB/WR) et Michael Irvin (WR) qui sortaient les Packers des play-offs… pour la 3ème fois consécutive. Les Cowboys, eux, allaient remporter leur 3ème Super Bowl en 4 ans.

Brett Favre devait patienter, la consécration du Super Bowl arrivera la saison suivante en 1996.

Publicités

5 Comments

  1. Très belle époque pour les Packers où l’on pouvait lire sur le mur de ma chambre The Pack is back !
    Très belle époque pour moi aussi, car le samedi suivant ce match, je rencontrais celle qui allait devenir ma femme norvégienne, et qui un quart de siècle plus tard, n’aime toujours pas le sport, dont le football américain !

    C’est depuis cette époque que je déteste l’america’s team, et toute la NFC EST d’ailleurs, les cowboys qui par trois fois se sont dressés en travers de notre route, mais on avait tellement de talent à tous les niveaux, que je savais que ça passerait bientôt.

    J’aimais bien notre duo de WR Brooks Freeman, et je me souviens bien de ce TD de 99 yards, et le fougueux Brett Favre qui lançait les ballons tellement fort qu’il tordait, luxait, et souvent cassait les doigts de ses receveurs.

  2. Très bon souvenir effectivement. Par contre pour moi ces années là c’était la découverte de ce magnifique sport et le début de ma passion pour les Packers (je pense être plus jeune que vous car j’avais 13 ans à cette époque). J’ai donc toujours détesté l’équipe à l’étoile qui par contre était l’équipe préférée de mon meilleur pote de l’époque qui est toujours mon meilleur pote et toujours fan de Dallas (il y a vraiment cru à Romo pour le SB 😂 : tous les étés j’y avais le droit « cette année c’est pour Romo » qu’il me disait😂 ).

  3. 😂 Tony Romo, d’origine italienne sûrement, c’est un super commentateur, c’était un bon quarterback, mais je ne peux m’empêcher de rire sur mon premier souvenir, et son fameux fumbled snap, sa carrière aura toujours été un peu galère par la suite !
    C’est bien, tu peux depuis des années, chambrer ton ami, à chaque fois que l’on bat les Cowboys, tu peux lui donner rendez-vous le 6 octobre pour voir ce que donne notre cher Randall Cobb.

  4. @DavidBrillac

    D’après Wiki, Antonio Ramiro « Tony » Romo est d’origine… mexicaine par son grand-père 😀 . Bon, on s’en fout, ça a toujours été un mec classe et fair-play donc je suis ravi qu’il s’épanouisse dans son nouveau job en faisant honte à Aikman 😀 .

    Sinon oui, la belle époque où notre QB n’en avait rien à foutre que la D joue en dime ou nickel, ça a bien changé avec le titulaire actuel haha !

  5. Salut Roundeux, ça fait un bail !
    Oui Antonio Ramiro, ça tout de suite, ça fait plus hispanique.
    Mais j’aime bien aussi Aikman tout comme le pauvre Jim Kelly, car au début des années 90, j’ai pris ma plume pour envoyer quelques demandes d’autographes par courrier de l’autre côté de l’Atlantique ( avec, tu te souviens à l’époque les enveloppes bleu, blanc, rouge, par avion ) et seulement deux trois quaterback qui m’ont renvoyé une photo à leurs effigies et signé, Troy Aikman le premier, Jim Kelly, et peut-être Boomer Esiason, je ne me souviens plus trop, presque trente ans plus tard.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.