Effectif de l’intersaison 2019 au complet

hi-res-3ffa4b98365edf465b98fb85c2e5b857_crop_north

Jawill Davis, jeune WR spécialisé dans les retours de kickoffs et de punts est le dernier joueur recruté par GB

Le mini-camp des rookies s’est achevé dimanche dernier et clôt ainsi la toute première partie de l’année NFL 2019, débuté avec le marché des transferts le 13 mars. Après la « free agency » et la draft, chaque franchise a pu ensuite compléter son effectif avec des rookies non draftés, voire des joueurs invités ou même des jeunes joueurs laissés libres par leur franchise 2018. Le tout pour compléter l’effectif de l’inter-saison qui peut compter jusqu’à 90 joueurs.

C’est chose faite depuis mardi 7 mai, les Green Bay Packers ont leur effectif d’inter-saison au complet, soit 90 joueurs.

Lors du marché des transferts, GB a complété son effectif déjà sous contrat avec :

On arrivait alors à un effectif avant la draft de 69 joueurs.

Puis vint la draft 2019 des Packers sélectionnant 8 joueurs, à laquelle s’est ajouté les 11 rookies non draftés, soit 19 joueurs de plus, faisant atteindre la barre des 88 joueurs lors du premier jour du mini-camp des rookies.

Ne restait plus donc que 2 places à laquelle pouvaient rêver tous les jeunes joueurs invités lors ce week-end d’intégration des rookies.

C’est finalement Darrius Shepherd, WR de l’université de North Dakota State, qui aura décroché la timbale. Un vrai profil de slot WR vraiment similaire à Randall Cobb. GB a t-il trouvé une pépite et l’éventuel remplaçant de Cobb ? Le chemin reste encore long. Shepherd a brillé l’année passée mais dans une université de deuxième division. De plus, il manque d’une belle pointe de vitesse, ce qui est souvent la qualité première recherchée à ce poste. Ainsi, ses « highlights » montrent une belle qualité de séparation qu’il a dû mal à concrétiser en champ ouvert, souvent rattrapé par ses adversaires. Néanmoins, Shepherd montre également un profil intéressant de retourneur. À voir.

Shepherd choisi, il ne restait plus qu’une place à pourvoir et GB est allé chercher un CB de deuxième année laissé libre par les Philadelphia Eagles : Chandon Sullivan, rookie non drafté en 2018 en provenance de l’université de Georgia State.

L’effectif était ainsi porté à 90 joueurs… Mais les Packers faisaient de la place de suite en résiliant le coureur Lavon Coleman.

Et c’est finalement un autre joueur laissé libre par une autre franchise, les New York Giants, que GB est allé chercher son ultime joueur de l’effectif d’inter-saison : Jawaal Davis, WR non drafté en 2018 en provenance de l’université de Bethune-Cookman (Floride). En 2018, les New York Giants l’ont sorti de l’équipe d’entrainement au bout de quelques semaines de saison régulière pour principalement l’utiliser en tant que retourneur. Avec lui et Shepherd, GB amène de la concurrence pour ce poste où le titulaire 2018 Trevor Davis fut autant absent que non-décisif. Un des nombreux centres d’intérêt du prochain camp d’entrainement estival.

Cet effectif de 90 joueurs, vous le savez, n’est pas définitif. Il est même continuellement en mouvement. Vous pouvez toujours suivre son évolution au plus près dans l’onglet EFFECTIF de la page d’accueil de GBPF.

 

 

 

Publicités

3 Comments

  1. The_Chosen_One

    9 mai 2019 at 12:22

    J’ai quand même le sentiment qu’on a bouché pas mal de trous pendant l’intersaison. Il en reste encore mais je pense qu’on redevient des prétendants au moins au PO.
    Il nous manque quelques garantis au niveau des receveurs où derrière Adams y a quand même pas mal d’incertitudes. Le petit Shepherd apporte un peu de variété avec son gabarit idéal de slot receveur, il manque un peu de vitesse, mais rien de rédhibitoire. Si déjà il peut permettre de faire dégager T. Davis, ça sera un bon point pour lui.

  2. Green Bay Packers France

    9 mai 2019 at 12:33

    J’ai la même impression.
    On sait qu’en NFL, c’est quasiment impossible d’avoir son « 22 » titulaire en bonne santé toute la saison, mais si on regarde celui des Packers, la défense parait impressionnante sur le papier. Reste à mettre tout cela en musique.

    Quant à l’attaque, la santé de l’OL sera la variable. En 2018, les Gardes étaient faibles avec Bell et Taylor qui jouait blessé. Mais la ligne Bakhtiari – (Taylor-Jenkins-Madison) – Linsley – Turner – Bulaga, pareil, cela a de la gueule sur le papier (à voir quand même le déclin plus ou moins prononcé de Bulaga).

    Quant aux WR, si Rodgers a du temps donné par l’OL, il pourra s’en accommoder. Et les jeunes WR présents en 2018 auront une année supplémentaire dans les jambes. (cf année rookie de Davante Adams).

    Il est clair que compte tenu des investissements d’inter-saison, la qualification en PO est l’objectif minimal. Après, la quantité de blessures décidera de la capacité des Packers à atteindre cet objectif.

  3. The_Chosen_One

    9 mai 2019 at 14:56

    Les blessures, LA différence entre une saison réussie et une saison ratée.
    On est pas gâté depuis plusieurs saisons, et même au delà des grosses « season ending », les petits pépins empoisonnent trop souvent l’OL et le backfield défensif. Je pense qu’on doit être les champions de la « hamstring » injury. Le nombre d’absents qu’on a chaque semaine fait qu’on a aucune stabilité, et sur l’OL, on sait que c’est un facteur déterminant pour performer.
    Cet hiver on a fait le ménage dans le staff, mais j’ai pas eu vent de changement d’équipe médicale, mais peut-être qu’il est là notre point faible pour 2019.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.