897859752.jpg.0

À peine la draft terminée, les Packers ont effectué une autre annonce qui peut paraître anodine mais qui a toute son importance : la prolongation du contrat de son joueur de ligne défensive Kenny Clark ; une prolongation grâce une option levée sur une 5ème année (une année supplémentaire) du contrat rookie. Explications.

FORMULE 4+1 POUR LES ROOKIES DE 1ER TOUR

En fait, les Packers ont exercé hier une option qui est permise sur tous les contrats des rookies choisis à un 1er tour de draft depuis 2011. Pour rappel, Kenny Clark a été choisi au 27ème choix général, donc au 1er tour, de la draft 2016.

Depuis le dernier accord de convention collective entre l’association des joueurs et les propriétaires de franchises NFL en 2011, les règles pour les contrats rookie ont largement évolué. Si auparavant, le montant des contrats des joueurs rookies étaient illimités (un quarterback de 20 ans n’ayant rien prouvé au niveau professionnel pouvait toucher de suite des dizaines de millions de $), depuis 2011, les rookies choisis au 1er tour signent un contrat d’un maximum de 4 ans avec des montants plafonnés.

De plus, les franchises peuvent doncexercer le droit de conserver leur joueur pour une année supplémentaire, soit une 5ème année de contrat rookie, si elles le souhaitent. Attention, pour cela, elles doivent dire si elles exercent leur option juste après la draft de la 4ème année de contrat, soit avant le 3 mai pour cette année.

Ainsi, Clark entame sa 4ème année de contrat (2016-2017-2018-2019), les Packers viennent d’annoncer qu’ils souhaitaient le conserver pour une année supplémentaire, soit pour l’année 2020.

UN DÉLAI SUPPLÉMENTAIRE AVANTAGEUX POUR LES PACKERS

Pourquoi prendre cette option ? Celle-ci est avantageuse pour les franchises car elles peuvent conserver pour une année supplémentaire à moindre coût les joueurs qui ont répondu aux attentes et feront sauter la banque lors de la négociation de leur premier contrat post contrat rookie. Cette option est d’autant plus avantageuse si votre joueur de 1er tour a été choisi hors du top 10. En effet, hors du top 10, il doit être équivalent au tiers de la moyenne du top 25 des salaires NFL à la position occupée par le joueur. Alors que dans le top 10, c’est la moyenne du top 10 NFL de la position.

Ainsi, pour Clark qui est catégorisé Defensive Tackle (DT), son salaire sera en 2020 compris entre 8 et 10 M de $, au lieu des 1,7 M $ qu’il va toucher en 2019 : une sacrée augmentation avec un salaire multipliée par 5,5 entre 2018 et 2019. Mais cette somme aurait été beaucoup plus importante si elle avait été négociée pour un nouveau contrat.

Cette option fait gagner de l’argent à court terme et gagner du temps pour négocier au mieux avec le joueur une prolongation. En effet, avec cette option, Clark est un Packer jusqu’à la fin de la saison 2020. En contrepartie, le contrat de cette option de 5ème année sera garanti à 100 %, dès le premier jour de la saison 2020 (1er jour de la free agency), et ce même avec blessures. Mais on peut raisonnablement penser que les Packers ont dans l’esprit de vouloir prolonger ce joueur talentueux qui a l’avenir devant lui (23 ans) et qui a tout pour devenir la base de la défense de GB ces prochaines années, tant il le mérite par ses performances que par son éthique de travail.

Depuis 2011, Clark est seulement le deuxième Packer à bénéficier d’un tel traitement après Clinton-Dix en 2016, une preuve de plus des loupés sur les 1er tours de draft durant cette période.

Clark sera encore là pour les deux prochaines saisons 2019 et 2020, au minimum on l’espère.

Publicités