1er tour de draft 2019 : l’interrogation Gary

siokiledakrqp92bvnga

Le 1er tour de draft est passé et les Packers ont pris deux joueurs, au 12ème choix comme prévu et au… 21ème choix après un trade-up avec les Seattle Seahawks pour monter du 30ème choix (voir prochain article). Mon premier sentiment est très très mitigé, seul l’avenir nous dira si ce sentiment était justifié ou pas. Retour sur le premier choix 2019 des Packers : le pass-rusher Rashan Gary.

QUÉ PASA AVANT LE CHOIX N°12 ?

Le top 10 s’est presque déroulé sans anicroche, déroulant presque le tapis que bon nombre de simulations de draft avaient tissé ces derniers mois. Évidemment, les Oakland Raiders des ex-consultants TV Jon Gruden et Mike Mayock n’ont pas voulu faire comme tout le monde en sélectionnant à la surprise générale Clellin Ferrell (DE) faisant du pass-rusher de Clemson le choix n°4.

Les New York Giants choisirent comme prévu leur futur QB pour remplacer Eli Manning et ce fut Daniel Jones de Duke. Mais il n’y aura finalement que 2 QB sélectionnés avant le choix n°12 de GB.

T.J. Hockenson, le « sexy pick » que la plupart des fans de GB réclamait : envolé chez les rivaux du Michigan, les Detroit Lions avec le choix n°8, un choix jamais vu pour un TE depuis 2006 et le choix de Vernon Davis par les San Francisco 49ers.

Petit coup de tonnerre avec le 1er échange de la soirée : les Denver Broncos laissent leur choix n°10 aux Pittsburgh Steelers qui sautent depuis leur choix n°20 pour chiper le LB Devin Bush au nez et à la barbe d’autres franchises se léchant les babines de voir descendre le joueur. Les Steelers ont clairement mis le paquet pour trouver le remplaçant de Ryan Shazier, dont l’absence (quasi-définitive) a tant handicapé leur défense.

Les Cincinnati Bengals chipent au choix n°11 une cible potentielle des Packers, le joueur de ligne offensive polyvalent Jonah Williams d’Alabama que je vois tout de même plus s’épanouir en Garde NFL. Williams est le 1er joueur d’OL de cette draft 2019.

Et nous voilà au choix n°12. Il reste alors encore beaucoup de cibles potentielles disponibles pour les Packers :

  • Montez Sweat (DE/OLB)
  • Brian Burns (DE/OLB)
  • Rashan Gary (DE/OLB)
  • Christian Wilkins (DT)
  • Andre Dillard (OT)

À ces cibles, on peut alors rajouter Jawaan Taylor (OT) perçu dans les « mocks drafts » comme le meilleur OL de cette cuvée, souvent prévu au choix n°7 pour les Jacksonville Jaguars, mais qui finalement sera snobé tout au long de ce 1er tour.

À ce stade, j’aurais été satisfait avec les choix de Montez Sweat, de Christian Wilkins et d’Andre Dillard. Je m’attendais aussi à un trade down compte tenu de ce réservoir.

RASHAN GARY, L’INTERROGATION

Et finalement, Brian Gutekunst nous sort du chapeau Rashan Gary, celui pour lequel j’étais le moins chaud du panel que j’avais pressenti. Arf ! D’ailleurs, les Miami Dolphins s’empressèrent de prendre au choix n°13 Christian Wilkins alors que Montez Sweat (au choix n°26 par les Washington Redskins) et Andre Dillard (au choix n°22 par les Philadelphia Eagles) furent captés via des « trades-up ». D’ailleurs, lorsque le choix de GB fut annoncé, ce fut un silence un peu consterné voire quelques sifflets.

usa_today_11228662.0

Mais alors que reproche t-on à Rashan Gary ? De ne pas être un monstre statistique à l’université. Alors, les observateurs se disent : s’il n’a pas de production statistique en NCAA, comment va t-il en avoir en NFL ? Mais ce n’est pas si simple. Car d’abord, si les statistiques peuvent être un bon indicateur, elles peuvent aussi mentir sur une certaine réalité. Et c’est ce qu’a défendu Gutekunst, le manager général de GB : le harcèlement qu’il opérait sur les QB adverses ou l’influence de sa présence chez l’adversaire ou chez ses coéquipiers ne se mesurait pas forcément de manière la plus juste. Devin Bush (ILB), pris au choix n°10 par les Pittsburgh Steelers et coéquipier de Gary chez les Wolverines du Michigan, a sûrement dû profiter du travail de sape de Gary pour faire ses performances remarquées, de l’aveu même du linebacker intérieur.

Oui, mais il y aussi cette blessure à l’épaule qui l’a handicapé toute l’année dernière. Là encore, Gutekunst est confiant, connaissant apparemment la nature exacte de sa blessure. Pourtant, les Packers sont déjà vaccinés avec le CB Kevin King qui, après deux saisons, n’a pas encore pu exprimer pleinement son potentiel pour une douleur au même endroit… On espère pas de « bis repetita »…

En dehors de ces deux points importants de questionnements, Gary est reconnu unanimement comme un athlète hors norme : explosif, athlétique, puissant. Mais être un super athlète ne fait pas forcément de vous un super joueur NFL.

De plus, il manque encore de volume sur tout un match et a besoin d’apprendre encore son métier. Ça tombe bien, GB est la destination rêvée pour lui : une défense 3-4 où on ne lui demandera pas une production de suite puisque deux pass-rushers premium (Zadarius Smith et Preston Smith) seront là pour assurer la majorité des mises en jeu. Il rentrera dans la rotation, le meilleur moyen pour lui d’effectuer des actions d’éclat.

Mais attend-on vraiment d’un joueur choisi au n°12 de la draft qu’il soit couvé ? Hormis le cas spécifique du poste de quarterback, un joueur choisi dans le top 20 doit selon moi concourir au titre de meilleur rookie de l’année, sinon pourquoi aurait-il été choisi aussi haut ?

Pour Brian Gutekunst, Rashan Gary était « son » joueur, en haut de son « board » depuis février. Effectivement, Gary ne répond pas à un besoin majeur des Packers depuis la dernière « free agency », c’était donc selon le manager général de GB le meilleur joueur disponible sur lequel il ne souhaitait pas passer. Mais cela fait un peu surplus de talents à un poste alors que d’autres sont en carence.

De manière globale, les commentaires sont rugueux sur ce choix des Packers, considéré comme un des plus mauvais de ce 1er tour. Seul l’avenir nous le dira. Brian Gutekunst aura montré son caractère avec ce choix. Cela pourrait être sa signature sur ses premières années en tant que  manager général. Cela pourrait être un coup de génie si le joueur se révèle car ce choix fut largement critiqué ou au contraire perçu comme une marque d’orgueil d’un homme n’en faisant qu’à sa tête contre vents et marées. Le précédent GM courut à sa perte par ce pêché capital. Mais le choix d’Alexander (CB) en choix n°18 après un trade-up fut aussi loin de faire l’unanimité à l’époque, et je pense que maintenant peu de fans de GB regrettent ce choix.

En tout cas, une chose dont on peut être sûr, c’est que Rashan Gary donnera tout pour le maillot vert et or. Sa réaction pleine d’émotion quand il apprit qu’il était choisi par les Green Bay Packers en dit long sur le côté inattendu de cette sélection (le joueur comme tout le monde !) et sur la reconnaissance que saura mettre le joueur dans chacune de ses actions. Il le faudra bien pour faire taire les mauvaises langues !

VIDÉO DU CHOIX DES PACKERS AU N°12

 

 

2 Comments

  1. Bon résumé du sentiment général moins qu’enthousiaste (que j’ai aussi éprouvé cette nuit) sur ce premier pick cher GBPF 🙂

    Mais à présent que le choix est fait je cherche le positif pour aller de l’avant avec ce joueur qui s’est déclaré lui-même meilleur joueur de la draft au combine (sic).

    Déjà je ne suis pas trop objectif parce qu’ayant suivi les mésaventures des Wolverines en NCAA cette année en parallèle des Badgers, j’étais plus que mitigé sur le niveau de cette « super D » ultra vantée (Bush, Gary, Winovich…) qui a fini par se casser les dents très vite sur de gros adversaires. Ensuite le tape individuel ne m’avait pas explosé les yeux…
    Winovich rapide et fiable mais souvent dans le vent sur des tackles à la Clay Matthews dans le backfield, Devin Bush très engagé mais blessé et sonné durement avec son petit gabarit, Gary ultra-mobile pour un DE mais souvent englué dans le trafic (ok double ou triple team ça aide pas) ou peu concerné par le jeu une fois le ballon un peu loin de lui…

    Voilà qui est dit, maintenant, je pense aussi au programme de visites pre-draft de Gary: pas de GB mais… SF OAK NYG DET CIN soit les N°2-4-6-8-11 du R1… Qu’on aime ou pas le joueur, c’est quand même une indication assez forte d’un certain intérêt même s’il y avait sans doute des écrans de fumée ici ou là. SF et OAK ont bien pris des DEs… Du coup, Gute a bien masqué son intérêt et peut-être évité de perdre un joueur qui était évalué comme un top 10 ici ou là.
    Steal ou reach, l’avenir le dira…

    Maintenant, on en fait quoi du Gare au Gary ? Rusher volant tout le long du F7 pour exploiter les brèches créées par les Smiths et Daniels + Clark ? N’oublions pas que Wilkerson traîne toujours dans les parages et qu’il veut revenir à GB.
    Autre point fort, une mobilité qui lui permet de coller aux TEs, domaine qui nous a beaucoup fait souffrir dernièrement ET sachant qu’on a maintenant Hockenson chez les Lions, pas besoin de vous faire un dessin…

    Au final, prendre un joueur juste pour du pass rush situationnel je n’y crois pas, en 12 tu prends un joueur sur 3 downs point barre donc je pense qu’on peut coller l’étiquette super-LB sur Gary. Gute a vu la possibilité d’obtenir un DL-LB 2 en 1 pour couvrir 2 besoins d’un coup, c’est la meilleure explication que je peux vous donner avec mon évaluation limitée.

    Maintenant lâchez ces torches svp 😀 .

  2. Comme vous tous je suis très mitigé sur ce 1er tour de draft de nos chers Packers. J’ai tellement cru à Wilkins lorsque le choix numéro 12 est arrivé. D’autres que Gary avaient ma préférence à la base.
    Cela reste un très bel athlète très bon contre la course et souvent ciblé par les OL adverses comme le plus dangereux de la DL des Wolverines, avec un profil un peu hybride multifonctions comme aime Pettine. La question que je me pose c’est est-ce uniquement le choix de Gute ou Pettine a-t-il choisi Gary en sachant exactement comment pouvoir l’exploiter ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.