Nick Perry dégagé !


Les « biscotos » de Nick Perry ne servaient malheureusement pas à grand chose

Voilà un mouvement que la plupart des fans de GB réclamaient à corps et à cris depuis deux saisons. Un mouvement surprenant car cela laisse une ardoise financière (« dead money ») sur la masse salariale de 11 M de $. Mais pour le manager général Brian Gutekunst, le temps de Nick Perry (OLB) à GB était révolu.

Désormais, Nick Perry est sans club. Sans franchise NFL mais aussi sans ce manchon en résine (« club ») qui lui protégeait si souvent sa main blessée. Car Nick Perry, c’est une histoire d’amour avec l’infirmerie.

Depuis qu’il fut drafté au 27ème choix du 1er tour de la draft 2012, il fut quasiment impossible pour Nick Perry de maintenir une constance dans ses présences sur le terrain.

Ainsi, Perry n’a pu disputer que 81 matchs sur les 122 matchs qui lui étaient donnés de jouer en saison régulière. Perry a ainsi manqué un tiers des matchs NFL de saison régulière ! Quand il ne jouait pas diminué par les blessures…

Bref, une nouvelle occasion manquée par l’ancien manager général Ted Thompson sur un 1er tour de draft… C’est ce qu’on pensait déjà après la dernière saison de son contrat rookie en 2015. Mais Nick Perry accepta un nouveau contrat d’un an et 5 M de $ pour prouver ses qualités. Il avait dû lire dans une boule de cristal son avenir puisque 2016 fut sa meilleure saison, et de loin !

Avec 52 plaquages (dont 17 assistés), 11 sacks et une interception en 14 matchs, Perry marquait les esprits, notamment dans la 2eme partie de la saison où GB faisait feu de tout bois dans sa quête du « Run the table ».

Ted Thompson, fier de son protégé, n’hésita alors pas à sortir le carnet de chèques pour garder son petit protégé, même si cela a s’apparentait à un pari, compte tenu du panel assez court (une demi-saison) où Perry avait répondu aux attentes.

GB signait donc Perry pour 5 ans et 60 millions de dollars, le montant d’un contrat top pass-rusher à ce moment là (eh oui, l’inflation est galopante en NFL). Mais le montant garanti de 31 % seulement laissait une marge de manœuvre à la franchise après les 3 premières années de contrat (après la saison 2019).

Seulement voilà, en 2017, dès la première année de son nouveau contrat, GB retrouvait le même Nick Perry qu’il avait quasiment toujours connu : 12 matchs joués seulement pour 7,5 sacks, tous acquis contre le faibles adversaires ou à des moments où le sort du match était joué, le fameux « garbage time ».

2018 confirmait malheureusement la tendance. Seulement 9 matchs de présence pour… 1,5 sacks au total. Aucun impact sur l’adversaire alors qu’il devait représenter la plus grosse menace défensive…

Alors, malgré les 11 millions de dollars de perte, Gutekunst a décidé que le temps de Perry à GB était révolu, qu’il était temps de « cutting » Perry ☺ d’autant plus avec ce début de la Free agency et les recrutements des Smiths (Zadarius et Preston).

Cette résiliation économise tout de même immédiatement 3,3 millions de dollars. Mais cela aurait été bien plus si cette résiliation était intervenue après le 1er juin. Cette urgence montre que Gutekunst sait trancher dans le vif et qu’il souhaite sûrement encore avoir de la marge de manœuvre pour d’autres agents libres, Packers ou non.

Malgré ses 7 années sous le maillot vert et or, Perry ne laissera pas une trace indélébile. On se souviendra principalement qu’il aimait caresser son « club » en plâtre quand il faisait une action d’éclat… Tout un symbole !

Perry sera finalement à classer dans les ratés de 1er tour de draft de l’ancien manager Ted Thompson, accompagnant les Derek Sherrod, Datone Jones ou autre Damarious Randall…

Au revoir Nick Perry, et on n’espère pas que tout d’un coup, il ne soit plus atteint par les blessures, soit signé par les New England Patriots, et gagne un Super Bowl ! ☺

Place à la nouvelle génération dont on espère qu’elle reste en bien meilleure santé que lui.

8 Comments

  1. Alleluyah !!! Ciao le club de golf!!!

  2. Val.packers

    15 mars 2019 at 20:34

    Avec ce qu’on a recruté c’est clair qu’il est ridicule à côté notamment d’un point de vu blessure. P.Smith n’a pas loupé un match depuis trois ans !!! Amos c’est pas mal mais ces vilains de bears se sont vengés en signant Clinton-Dix, bon je préfère Amos mais Dix dans une escouade qui fonctionne bien comme celle des bears de l’année dernière, peut être redoutable.
    J’attends avec impatience le mock draft de GBPF, parce que l’ajout de ces deux passes rushers chamboule un peut tout
    Pour moi, on devrait essayer de signer un receveurs FA tout de même ou alors drafter Campbell ou Harry pour le slot ou un attendu plus haut qui à un peut chuté.
    Je resignerai Wilkerson pour un an avec un petit salaire pour évité d’avoir un besoin de DT à la draft et se pencher sur d’autre poste.
    Je veux aussi revoir Breeland qui a apporté à nos cornerback inexpérimentés.
    Pk pas drafter un ILB comme Devin White ou Devin Bush avec nos premiers tours.
    Un TE talentueux semble aussi primordial, de plus remplacer le poste de safety aussi.
    Choix 12 : Burns, Fant ou Sweat
    Choix 30 : Irv Smith, Polite (côte descendante) ou Hockenson
    Choix 44 : Adderley, Rapp, Campbell ou Thornhill
    Apres pk pas prendre un RB comme Gaskin ou Love pour renforcer le poste ou alors un S comme Hooker si on n’en a pas pris avant.

  3. DavidBrillac

    15 mars 2019 at 21:19

    Salut julien, ça y est, j’ai enfin réussit à me connecter à ton nouveau site, GBPF, et je pense que vu la disparition des commentaires de t’es derniers articles, tout nos autres amis, de Bretagne, de Bourgogne, du Var, et de Navarre, on dû être confrontés aux même problèmes, non ?
    Pour Perry, bon débarras !
    Pour les 4 nouveaux, bienvenue, même si 185 millions de dollars ont été nécessaire pour attiré les Smith brothers, l’ourson, et le cheval chauffage, du côté du Wisconsin.
    Énormément d’argent engagé pour ses quatre nouveau, pour l’anecdote, les Packers ont engagé en 1993 le plus fort, le plus grand, le plus impitoyable des pass rusher, le pasteur Reggie White, signé pour un contrat de trois saisons, pour la somme dérisoire de nos jours de 16,9 millions de dollars, 5,6 millions par saison, et lui c’était, le top du top.
    Mais bon soyons satisfait, il n’y a plus qu’à espérer que les 4 seront productifs !

  4. Green Bay Packers France

    15 mars 2019 at 21:40

    Apparemment, j’ai réussi à régler ces p*** de problèmes au niveau des commentaires. J’en suis heureux. Lâchez-vous ! 😊
    Et désolé pour ces contretemps.

  5. The_Chosen_One

    16 mars 2019 at 01:12

    @ Val Packers
    je pense que Amos est 10 fois meilleurs que Dix, déjà il est polyvalent et peut jouer les 2 postes quand Dix avait déjà du mal à faire correctement le sien.
    En plus Fangio parti au broncos, je renifle que la défense des nounours n’aura pas la même efficacité cette année.

    Côté Draft
    Choix 12 : Burns, Sweat, Gary ou Hockenson
    Attention aux surprises D. White ou Bush en effet.
    Choix 30 : Hockenson, Risner ou Lindstrom
    Choix 44 : Irv Smith, Adderley, Rapp, Thornhill ou Lindstrom
    Choix 76 : Hooker, Nelson ou Winovich
    et moi aussi je verrai d’un bon oeil Love ou Gaskin avec un 4e ou 5e tour.
    Pour le coup niveau DT plutôt que de charger le cap avec Wilkerson et sachant que Lowry et Lancaster ont donné satisfaction l’an dernier, j’attendrai le 4e tour pour aller chercher un Keke si il est encore là ou son collègue Mack.

  6. Avec une bonne partie de nos besoins prioritaires comblés, je nous verrais bien refaire le coup de l’année passée et reculer de quelques places au 1er tour. Je pense que Fant et/Ou Hockenson seraient toujours dispos vers la 20ème place (ma préférence va à Hockenson) et on pourrait profiter de notre second 1er tour pour renforcer la OL.

  7. Val.packers

    16 mars 2019 at 11:33

    Ah oui et je l’avais pas précisé avant aussi
    Pk pas trade pour john Ross certes très blessé mais les Bengals en attende au mieux un 5ème tour donc franchement on a rien à perdre en envoyant un sixième tour (suffisant pour moi). Ce mec certes a été blessé ses 2 premières saisons mais avec un peu de chance, tu le fais pas jouer trop de snap et tu le fout dans le slot avec sa vitesse (recordman du 40 yds tt de même) ca peut clairement le faire, ce sera pas pire que cobb de tt façon niveau blessure et Aaron sera un peu plus content qu’on s’occupe enfin de lui. En plus il est encore dans un contrat Rookie donc pas trop cher. Pour moi il y a quelque chose a tenter avec ce gars là.

  8. Re-bonjour à GBPF et à tous, vous m’aviez manquié autant qu’une special team performante ^^ ,

    Content de voir le petit problème de commentaire réglé, on commençait à se sentir aussi seul qu’un linebacker HoFamer dans la D de Capers haha ! C’est du boulot d’avoir son propre site alors courage en pleine période d’activité comme la FA surtout que les Packers compensent leur stase cryogénique de plusieurs siècles dans ce domaine précisément cette année ^^ !

    Bref, Perry, ou plutôt Péri (mais pas au champ d’honneur vu comment ça se termine…), le seul gars qui aura été capable de jouer à haut niveau (de salaire) en ayant un club sans membre (hohoho).
    On ne regrettera vraiment pas la classe 2015 atroce qui vient de s’éteindre avec le départ de Ryan mais la 2012 c’était pas mal non plus (il ne reste que Daniels chez nous même si Hayward continue de faire des étincelles ailleurs).
    Qui sait ce que ça aurait pu donner si son fétiche pour les infirmières n’avait pas pris le dessus au point de lui faire quitter le terrain si fréquemment… Bon vent à toi Nick mais tu coûtais vraiment trop cher pour ce que tu produisais.

    @ Zat Je suis d’accord, surtout que les Dolphins viennent d’expédier Tannehill chez les Titans donc ça devrait bastonner devant nous pour du QB ou carrément à notre pick car monter dans le top 10, ça douille !
    Même avant la FA, je me disais que c’était la stratégie la plus raisonnable car il semble y avoir peu de prospects élite dans cette draft. En revanche, je vois une grosse concentration de joueurs avec du potentiel aux R2 et R3 où un seul choix en plus pourrait faire une grosse différence.
    Reste que ça ne me surprendrait pas qu’on prenne Oliver ou Wilkins en 12 pour préparer la sortie éventuelle de Daniels. Mais là aussi, la situation de Wilkerson en FA va jouer (au final je pense qu’on devrait le récupérer avec Breeland pour un an, on a juste assez de cap).

    @ TCO maintenant que la poussière de la FA retombe on passe des needs à la wish list 😀 . Mais globalement d’accord avec toi, la position d’ILB semblant remonter dans la liste avec le départ de Ryan, à voir ce que deviennent Clay et comment on évalue Crawford et Burks mais il manque clairement un joueur d’envergure et à part les deux Devin, il y a peu de prospects qui sortent vraiment du lot même s’il y a des profils tentants (Pratt, Okereke, Long… ou ceux qui se sont montrés au combine avec Cashman, Tranquill ou Burr-Kiven), c’est un poste où je trouve difficile de trancher.
    Mes objections au fait de drafter un TE haut ont fondu avec la FA, par contre, pas de folies sur un RB svp ^^ .

    @ Val.packers
    On a fait revenir Kumerow et Geronimo en plus d’Adams et de nos trois rookies, il reste aussi Davis (qui je pense sera le prochain à sauter) sans oublier Lazard et Redding sur le PS. Ajoute à ça qu’on va sûrement développer le jeu des TEs donc je ne vois vraiment pas un trade pour un WR sauf affaire en or ou simple échange de joueurs, surtout pour une cible ayant un dossier médical. Il y a en plus beaucoup de WRs vraiment intéressants cette année à la draft et Gute semble clairement vouloir conserver tous ses picks pour maneuvrer en avril.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.