c0afef8d13374ff2bffbc80af12a8de0_back

Dans quelques jours, ces deux joueurs emblématiques de GB ne seront peut-être plus des Packers

Dans quelques jours débute le marché des transferts 2019. Les Packers peuvent recruter à partir du 13 mars des joueurs qui étaient dans d’autres équipes en 2018 mais qui seront libres de tout contrat à cette date. Oui, mais c’est aussi le cas de joueurs Packers. Alors quels sont-ils ? Et qui reviendra en vert et or pour 2019 ?

Voici la liste des Packers qui seront totalement agents libres à partir du 13 mars :

  • Clay Matthews (OLB)
  • Randall Cobb (WR)
  • Muhammad Wilkerson (DL)
  • Marcedes Lewis (TE)
  • Lance Kendricks (TE)
  • Byron Bell (OL)
  • Davon House (CB)
  • Bashaud Breeland (CB)
  • Jake Ryan (LB)
  • Eddie Pleasant (S)
  • Ibraheim Campbell (S)

Qui garder ? Qui laisser partir ?

Clay Matthews, avec 13,2 M de $ perçus en 2018, est l’agent libre Packers le plus en vue. Normal pour le pass-rusher emblématique de la génération Rodgers. Mais cela fait quelques années que le n°52 ne ressemble plus à la menace qu’il était dans sa jeune carrière. Replacé en linebacker intérieur en 2014 et 2015 afin de pallier à l’indigence du poste dans ces années-là, il n’a plus retrouvé la constance qu’il avait quand il reprit son poste de prédilection en 2016. Symbole du manque de pression sur le QB, son niveau ne lui permet plus de monopoliser deux joueurs adverses et il suffit souvent d’un Tackle offensif d’expérience ou talentueux pour annihiler le n°52. Mais Clay Matthews arrive malgré tout grâce à son expérience et son envie à effectuer des actions d’éclat et parfois dans des moments décisifs.

Ce qui peut jouer en sa faveur, comme indiqué plus haut, est sa polyvalence et il pourrait être un parfait complément de Blake Martinez en ILB. Même s’il n’a plus sa vitesse d’antan, Matthews pourrait être un joueur difficile à décrypter pour les attaques adverses car capable de couvrir et de « rusher ».

La question principale se pose sur son niveau physique car il a déjà 33 ans. Il semble hors de question pour le faire rester de dépenser plus de la moitié de ce qu’il percevait en salaire auparavant. Mais est-ce que le manager général Gutekunst lui fera malgré tout cette offre à 5-6 M de $ l’année ? Alors que le marché des pass-rushers est assez fourni, cela semble peu probable, surtout quand on voit la manière dont il a géré le cas Jordy Nelson, tout aussi emblématique que Clay Matthews. Nelson fut résilié sans autre forme de procès avec parait-il une proposition ridicule de 1 M $ / an.

Il n’y aura sûrement pas de deal avant l’ouverture du marché des transferts. L’éventualité de revoir Clay Matthews dépendra du prix auquel certaines équipes seront prêtes à mettre. S’il ne trouve pas preneur dans les premiers jours, il est possible de le voir revenir pour un salaire proche du minimum vétéran. Mais ce serait plutôt improbable. D’autant plus que Gutekunst fera du poste pass-rusher sa priorité ces prochaines semaines, que ce soit à la draft, voire sur le marché des transferts. Le football américain est un jeu de jeunes.

La même problématique se pose pour Randall Cobb. Là encore un joueur emblématique et là aussi la possibilité de le voir quitter les cieux du Wisconsin. Cobb est plus jeune que Matthews. Le n°18 n’aura que 29 ans en 2019, de quoi avoir encore un beau petit contrat de 2 à 3 années.

Cobb a un avenir plus radieux que Matthews sur le marché des transferts, il devrait y avoir plus de demandes pour lui. En même temps, sur le poste de slot WR, il se pose comme un des meilleurs éléments de la NFL… quand il joue en pleine possession de ses moyens. Habitué aux blessures (il n’a été titulaire sur les 16 matchs de saison régulière qu’en 2014), Cobb a vécu une saison 2018 en pointillés en ne participant qu’à 9 matchs et en étant titulaire dans 6.

Cobb devrait être assez demandé. S’il ne devrait pas retrouver le même niveau de salaire qu’en 2018 (10 M de $), il devrait trouver preneur pour un salaire d’au moins 6 millions. Pas sûr que Gutekunst soit prêt à mettre autant.

Muhammad Wilkerson (DT) a beaucoup à prouver après une saison frustrante. Après avoir signé un contrat d’un an à prix raisonné avec beaucoup de primes à la performance, Wilkerson a vu sa saison stoppée en semaine 3 pour une fracture de la cheville. Cette perte sportive pour GB a été aussi une grosse perte financière pour le joueur.

Il a déjà émis le souhait de revenir à GB sous la houlette de Mike Pettine, le coordinateur défensif qui l’avait drivé aux New York Jets au début de sa carrière. Sur le même principe que le contrat d’un an avec beaucoup d’incitations financières, il pourrait être intéressant de le faire revenir sur une base de 2,5 à 3 M de $. Big Mo a beaucoup à prouver et il aura le couteau entre les dents.

Cette année, ce n’est pas un mais deux tight-ends qui seront agents libres : Marcedes Lewis et Lance Kendricks. Et pour les deux joueurs, l’avenir semble sombre. En effet, avec Jimmy Graham qui sera retenu en raison de son gros contrat, le prometteur Robert Tonyan, qui vient d’être conservé par les droits qu’avait GB sur son contrat, et la classe de la draft 2019 fournie à ce poste, ça sent le roussi pour les deux.

Pour Lance Kendricks, malgré sa polyvalence (fullback à ses heures), il commet trop de fautes (passes manquées) et n’a rien montré de spécial justifiant sa conservation. Quant à Lewis, il se fait vieux (35 ans), est lent et est peu impliqué sur le jeu de passe. Mais ce n’est pas vraiment de sa faute s’il n’a pu réceptionner… qu’une seule passe en 2018. Cantonné au rôle de bloqueur, c’est une fonction qu’il exerce très bien et les Jacksonville Jaguars l’ont bien regretté en 2018. Mais justement à chaque fois que Lewis était présent sur le terrain, la tactique de jeu de course était souvent éventée. La seule manière de revoir Lewis en vert et or, c’est si le nouveau coordinateur offensif Hackett, qui l’a eu sous ses ordres en 2017 lorsque les Jaguars avaient le meilleur jeu à la course de la NFL, fait le forcing auprès de l’entraineur en chef Matt Lafleur pour le conserver.

Byron Bell (RG) devrait continuer jouer les « street free agents ». Récupéré peu avant le début de saison, GB devrait le laisser filer. Justin Mc Cray (RG) vient d’être resigné et on attend toujours de nouvelles de Cole Madison, drafté au 5ème tour 2018. Et ce poste pourrait être encore renforcé à la prochaine draft.

Pour Davon House (CB), nous l’avions dit lorsqu’il fut mis sur la liste des blessés en course de saison, l’heure de la retraite a sonné.

Ce n’est pas le cas de Bashaud Breeland (CB) qui, disons le tout net, pourrait être la priorité du recrutement intra-Packers. Avec Kevin King, Jaire Alexander et Josh Jackson, l’ajout de Breeland ferait du corps de cornerbacks de GB l’un des plus jeunes et des plus prometteurs de la NFL.

Drafté au 4ème tour de la draft 2014, Breeland faisait des joueurs à suivre à son poste lors du dernier marché des transferts. Recruté par les Panthers pour le prix de 8 M de $ par an sur un contrat de 3 ans, il était finalement licencié pour une infection au pied mettant en jeu sa carrière.. Cette blessure était assez importante pour que les franchises NFL oublient Breeland. Jusqu’à cette blessure de House en septembre qui permettait à Breeland de se remettre dans le jeu mais pour un petit contrat (880.000 $ pour l’année).

Breeland a prouvé lors de ses 5 matchs titulaires (7 matchs joués) qu’il pouvait être un renfort appréciable, notamment dans sa capacité à lire les passes adverses plus que dans sa capacité à être un pot de colle au WR. Breeland aura t-il la reconnaissance du ventre ou cherchera à maximiser sa valeur sur le marché ? GB essaiera peut-être de le retenir à moins de 5 M de $ par an. Après, conserver Breeland serait un petit luxe sur un poste où la qualité est là (en n’oubliant pas le prometteur Troy Brown).

Pour Jake Ryan (ILB), sa blessure au genou en début de camp d’entrainement sonna comme un drame, mettant en jeu sa carrière. Cette blessure est vraiment tombé au mauvais moment, et Jake Ryan devra maintenant sûrement attendre la période post-draft pour voir si une équipe pense à lui.

Eddie Pleasant (FS) et Ibraheim Campbell (SS) ont été recrutés en cours de saison pour faire face aux blessures et aux mouvements d’effectif (échange de Clinton-Dix, licenciement de Whitehead). Pour ces deux nomades de la NFL, la suite est incertaine. Mais Campbell a montré une belle présence, dommage qu’il se soit blessé en fin de saison. Il peut peut-être rappelé pour compléter l’effectif, à un poste où là encore les Packers devraient être actifs, que ce soit sur le marché des transferts et à la draft.

BILAN

Selon moi, le manager général devrait tenter de retenir très peu de ces agents libres Packers.

Joueurs qui devraient être laissés libres à l’ouverture du marché des transferts :

  • Clay Matthews (OLB)
  • Randall Cobb (WR)
  • Marcedes Lewis (TE)
  • Lance Kendricks (TE)
  • Byron Bell (OL)
  • Davon House (CB)
  • Jake Ryan (LB)
  • Eddie Pleasant (S)

Joueurs qui peuvent faire l’objet d’une proposition de nouveau contrat :

  • Muhammad Wilkerson (DL)
  • Bashaud Breeland (CB)
  • Ibraheim Campbell (S)

 

Verdict dans quelques jours !

Publicités