Classements 2018 : Semaine 17

02529246b68923a5505da9f6763ba0d4

Le rideau est tombé sur la saison 2018, la 100ème saison de la franchise, et pas de la plus belle manière avec une fessée à domicile par les Detroit Lions. Regards sur les classements finaux, le tableau des play-offs et celui de la prochaine draft.

CLASSEMENT DIVISION NFC NORTH

Voici le tableau final de la NFC North en 2018 :

NFCN

Les Chicago Bears, équipe surprise de la saison, remportent le titre de la NFC North (leur premier depuis 2010) avec un bilan de 12 victoires et 4 défaites, plutôt impressionnant, témoignant d’une seconde partie de saison de feu.

Dans ces 4 défaites, la première de la saison fut celle subie à Lambeau Field lors de la semaine 1 avec le retour épique d’Aaron Rodgers. Cette défaite fut la seule concédée par CHI face à un adversaire de la NFC North. On a l’impression que ce match était d’un autre temps, celui de la splendeur des Packers…

La recette des Bears est simple. Ils ont construit année après année une défense top 10 mais était en panne d’un QB. Profitant du choix n°3 de la draft 2017, les Bears montaient en plus d’un rang (et donnaient 3 « picks » de la draft 2017 aux San Francisco 49ers) pour prendre Mitch Trubisky (QB).

Trubisky n’a pas encore l’étoffe d’un grand, et l’aura t-il un jour ? Mais il sait courir, faire le minimum à la passe et peut s’appuyer sur le jeu de course fiable de Jordan Howard et Tarik Cohen. Mais surtout, il peut s’adosser sur une défense devenue top 3 NFL, après l’acquisition avec deux 1ers tours de draft de la star pass-rusher Khalil Mack (OLB), mais aussi l’apport non négligeable du 1er tour 2018 Roquan Smith (ILB) devenu titulaire à part entière.

Dans ces conditions, la fenêtre de tir des Bears peut durer encore 3 ans, le temps de la fin du contrat « rookie » de Trubisky, soit à la fin de la saison 2021. Il sera alors temps pour les Bears de décider s’ils font décrocher la timbale à Trubisky ou s’ils le laissent partir pour une solution de rechange moins onéreuse.

Les Bears sont donc la nouvelle force de la NFC North jusqu’en 2021, grâce à une politique de recrutement audacieuse. Mais attention, les blessures dictent les saisons des franchises et les Bears en ont été exemptées cette année.

Déception pour les Minnesota Vikings, sorti des play-offs lors de la dernière journée, battu justement par les Bears, à domicile, en témoignant en plus d’une triste impuissance offensive. Les « Viqueens » ont surpayé leur QB Kirk Cousins, pensant qu’il pourrait mener à bien l’attaque. Dans la même situation que les Bears au niveau du salary cap la saison passée avec un QB vétéran (Case Keenum) qui n’avait pas un monstrueux contrat, les Vikings semblent désormais dans une petite impasse car il va falloir trancher pour les prochaines reconductions de contrat. Anthony Barr (LB) et Sheldon Richardson (DT) sont déjà des cas épineux, de même que le LG et le C titulaires. L’avenir semble tout d’un coup beaucoup moins radieux pour les finalistes NFC 2017.

Quant aux Detroit Lions, encore derniers de la NFC North, ils semblent en reconstruction perpétuelle. L’échange de Golden Tate (WR) en pleine saison était le symbole d’une saison de transition, alors que leur meilleur joueur défensif Ezekiel Ansah (DE) fut retenu à prix fort par le « franchise tag » pour finalement être rapidement blessé.

Le bilan de 6 victoires, 9 défaites et 1 nul des Packers est terne. La victoire en semaine 16 chez les New York Jets évite le « zéro pointé » à l’extérieur (1 victoire et 7 défaites) alors que le bilan intra-division de 1 victoire, 4 défaites et 1 nul est quasiment catastrophique. C’est le plus mauvais bilan intra-division de la NFC North cette année et il faut remonter à loin pour voir GB avec un bilan intra-division aussi mauvais. La victoire a été obtenue en semaine 1 contre les Chicago Bears et le nul contre les Minnesota Vikings en semaine 2. Preuve que si les éléments étaient là au départ, quelque chose s’est cassé en cours de saison.

CLASSEMENT CONFÉRENCE NFC

Voilà le classement final de la NFC en 2018 :

NFC

Les champions de division NFC 2018 sont :

  • n°1 NFC : New Orleans Saints, champion NFC South
  • n°2 NFC : Los Angeles Rams, champion NFC West
  • n°3 NFC : Chicago Bears, champion NFC North
  • n°4 NFC : Dallas Cowboys, champion NFC East

Les Rams ont battu aisément les San Francisco 49ers 48 à 32 pour s’assurer la 2ème place, synonyme de qualification directe en tour de division des play-offs. Les New Orleans Saints, déjà sûrs d’être premiers NFC, ont fait jouer leurs remplaçants contre les Carolina Panthers et ont perdu 33 à 14.

La victoire des Panthers et celles des Atlanta Falcons sur les Tampa Bay Buccaneers ont permis à ces deux équipes de repasser devant les Green Bay Packers qui finissent 11ème NFC. Nous verrons que cela fait gagner deux places à GB pour la draft 2019.

Les Seattle Seahawks ont acquis leur rang de n°5 NFC en gagnant à la dernière seconde 27-24 contre des Arizona Cardinals accrocheurs.

Ce sont finalement les champions 2017, les Philadelphia Eagles (9-7), qui ont renversé la vapeur en gagnant facilement 24 à 0 chez les Washington Redskins et profitant de la défaite 24-10 des Vikings (8-7-1) face aux Bears.

Voici le tableau des play-offs NFL 2018 :

PO

Pour la NFC, je vous ai tout expliqué ci-dessus.

Pour l’AFC, les Kansas City Chiefs récolte le rang n°1. Mais quelque chose me dit que les Chiefs ont encore de bonnes chances de faillir malgré leur QB Patrick Mahomes. Car en cas de probable victoire des Houston Texans sur les Indianapolis Colts, les Chiefs se verraient attribuer le vainqueur de Baltimore Ravens – Los Angeles Chargers, deux équipes redoutables qui ont le profil de champion AFC.

Mais pour toutes ces équipes, il faudra encore se coltiner les New England Patriots qui ont miraculeusement obtenu la seconde place qualificative (avec un moins bon bilan que les Los Angeles Chargers), ce qui les exemptent de tour des wild-card et leur permet de recevoir en tour de division, voire en finale de conférence AFC si les Chiefs sont éliminés. Les Patriots ont encore bien été aidés par la faiblesse de leur division AFC East, qui leur a donné 5 victoires en 6 matchs, le reste de leur bilan est de 6 victoires en 10 matchs.

DRAFT ET TRADE

Les Green Bay Packers auront donc le rang n°12 à la draft 2019. Soit leur plus haut rang depuis 2009. De quoi faire un bon coup comme GB l’avait fait cette année-là en choisissant BJ Raji (DT) en choix n°9. Le haut choix de 2ème tour avait permis également de monter un « trade-up » avec les New England Patriots pour chiper Clay Matthews (OLB) en fin de 1er tour. Ce fut une bonne pioche car BJ Raji et Clay Matthews furent les pièces essentielles d’une défense qui fut excellente en 2009 et 2010, menant les Packers au succès du Super Bowl 2010.

Voici l’ordre officiel de la prochaine draft pour les 20 premières places :

DRAFT

Les Packers pouvaient s’attendre après cette semaine 17 à un choix compris entre la 10ème et la 17ème place. Les résultats ont donné un rang, pas si mal au final, de 12ème équipe à choisir pour la draft 2019.

N’oublions pas que les Packers ont également le 1er choix de draft des New Orleans Saints. Manque de pot, GB a fait un échange avec la meilleure équipe de la saison régulière, ce qui est juste le pire scénario possible pour cet échange où NO a fait un « trade-up » pour monter de la 27ème à la 14ème place en donnant ce 1er tour 2019.

Avec ces positions de saison régulière, les Packers savent déjà qu’ils ne pourront récupérer au mieux que le 28ème choix général des Saints. Car NO est déjà qualifié pour le tour de division des play-offs, et si les Saints venaient à être surpris chez eux et défaits, ils seront la meilleure équipe à être éliminée à ce stade de la compétition, et donc hériteront du plus lointain choix des perdants du tour de division qui seront entre les choix 25 et 28.

Si les Saints se qualifient en finale de conférence et perdent à ce niveau, ce sera le choix n°30. Et si les Saints vont au Super Bowl, ce sera le choix n°31 en cas de défaite et le choix n°32 en cas de victoire.

Mais la valeur entre le 28ème choix minimal et le 32ème choix maximal est faible ; beaucoup plus que 4 rangs en début de tour. Si bien qu’on peut déjà dire que les Packers peuvent potentiellement faire un trade-up pour le 4ème choix général en donnant leur 12ème choix et celui récupéré des Saints.

Et tiens, tiens, qui trouve t-on au 4ème choix général ? Les Oakland Raiders. Ce pourrait être un bon partenaire d’échange vu que les Raiders ont déjà deux autres choix de 1er tour, celui des Dallas Cowboys et celui des Chicago Bears, certes en fin de 1er tour. Il faudra donc que les Raiders soient intéressés de sortir du top 5 et pourraient demander un peu plus que ces deux premiers tours. Il faudra vraiment que le joueur visé par les Packers en vaille la peine, car GB miserait une bonne partie de son avenir immédiat sur ce joueur.

Encore 4 mois d’attente. 😉

2 Comments

  1. Sans cette victoire contre NYJ on pouvait viser la huitième place de… DET ce qui nous aurait été fort utile. Se prendre 31-0 à domicile par une équipe qui finit 4 places devant à la draft c’est vraiment le monde à l’envers. Reste qu’en effet cette place 12 obtenue grâce aux W d’ATL et CAR est plutôt une bonne surprise et on aurait même pu gratter encore un peu avec les Bengals qui ne sont pas passés loin de la victoire avec leur QB2 sur le terrain.

    Pour le contexte, rappelons que ces deux petites places équivalent à 100 points sur la « draft trade value chart » (qui vaut ce qu’elle vaut) soit l’équivalent exact du choix N°… 100 ! Ce petit bond en avant au R1 représente donc la valeur d’un choix compensatoire en fin de R3 ce qui est loin d’être négligeable. Pour comparaison, le choix 8 de DET nous aurait donné 300 points en plus soit la valeur du choix N°60 en fin de R2. Eh oui, le top 10 c’est tout de suite beaucoup plus cher !

    Je tiens toutefois à souligner un point qui joue en notre faveur au choix 12 cette année, suite aux grandes manoeuvres issues de la possibilité d’échanger les choix compensatoires pour la première fois l’an dernier, la valeur globale des choix a chuté, facilitant les transactions et provoquant un gros chamboulement dans la capital draft de nombreuses équipes (sans parler de la tornade Gruden aux Raiders haha).

    Du coup, on se retrouve pour l’instant avec:
    – 3 équipes sans R1 (DAL, CHI, NO)
    – 5 équipes sans R2 (NYJ, SEA, BAL, CHI, LAR)
    – 5 équipes avec 2 R2 (IND, PHI, HOU, NE, KC)
    C’est important, parce que ça veut dire que le capital draft est concentré sur certaines équipes (OAK avec 3 R1 et NE avec 3 R3 en particulier) et que les choix hors top 10 seront plus « abordables » pour des équipes voulant effectuer un trade up. Dans ce scénario, GB est donc idéalement placé.

    Il faut aussi compter avec le choix retiré à NYG au R3 pour avoir pris un joueur lors de la draft complémentaire. Les Giants se trouvant devant nous, cela nous fait gagner un rang au R3.
    Et nous avons aussi le choix de WSH du R4 en 16 qui finit très proche de notre 12 ce qui est très intéressant pour maneuvrer dans le tableau, d’autant plus qu’il y a 7 R3 compensatoires de prévus mais seulement 5 R4 ! La fin du R3 serait très crispante à suivre vu sa longueur sans cette possibilité de monter à peu de frais au besoin.

    On verra comment le classement des prospects évolue d’ici la draft mais avoir manqué le top 10 est frustrant sans plus, il y aura un bon joueur répondant à nos besoins disponible en 12, c’est certain, c’était un peu moins sûr en 14 et beaucoup plus aléatoire en deuxième moitié de tableau.
    Reste à voir ce qu’on nous proposera éventuellement pour notre 12 mais reculer de quelques places sera à considérer à partir d’un R2 2019.

    Voilà, c’était juste mon petit avis sur cette position finale de GB dans une draft un peu particulière que nous attendons tous avec impatience .

    Bonne année et bonne draft 2019 à vous tous et GBPF 🙂 !

  2. Bonne et heureuse année à tous sur notre site préféré GBPF.
    2019 sera l’année du renouveau dans la baie des puants, que le ménage soit fait de font en comble, adieux les reliques du passé, adieux les joueurs surpayé, adieux les joueurs rendu aux bout du rouleaux, adieux les joueurs trop fragile pour ce sport, du coup il ne restera pas grand monde, et bien tant mieux !
    Le fanny honteux contre ses tocard de Lions, à été la défaite de trop, où tout le monde à abandonné le navire depuis trop longtemps !

    Aaron redevenue mortelle, va devoir justifier les 2 millions et 93750$ qu’il percevra à chaque match la saison prochaine, l’apport d’un nouveau coach devrait le booster.
    Les dirigeants ont plutôt intérêt a ce les sortir, pour le free agency, il y a du beau monde, et des safety en veux-tu en voilà.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.