Échauffement Week 8 : LAR – GB

Logo

Leur semaine de repos écoulée, les Packers font face à leur plus gros challenge de la saison régulière : le déplacement chez les leaders incontestés de la NFC, les impressionnants Los Angeles Rams.

LES RAMS, MEILLEURE ATTAQUE DE LA NFL

Gurley

Todd Gurley, coureur n°1 de la NFL en 2018

Si les Tampa Bay Buccaneers les devancent de 3 petits yards sur le total offensif par match, personne n’est dupe : les Los Angeles Rams sont la meilleure attaque de la NFL avec 446 yards offensifs par match et près de 34 pts marqués par rencontre !

L’attaque des Rams est avant tout portée par la course et est de loin la meilleure attaque NFL sur le jeu au sol : 153 yards gagnés par la course par match, n°1 NFL, quand le second (San Francisco 49ers) est 14 yards derrière.

Bref, les Packers ne pourront envisager une éventuelle victoire que s’ils arrivent à contenir le coureur n°1 de la NFL : Todd Gurley, 98 yards par match au sol (quand la moyenne du second Ezekiel Elliott – Dallas Cowboys – est 10 yards derrière). Si les Packers se font marcher dessus et laissent Gurley dépasser les 100 yards, il sera compliqué d’exister.

L’attaque aérienne bénéficie à plein du travail de sape de Gurley qui ne permet pas à la défense de renforcer sa couverture. Le quarterback Jared Goff profite des hésitations de la défense adverse qui ne sait pas quel point attaquer et n’hésite pas à jouer la profondeur grâce à un bras puissant qui lui permet de réussir des longues passes ; les Rams sont ainsi l’équipe la plus prolifique pour les passes de + de 20 yards (34), à égalité avec les Kansas City Chiefs.

La mission de GB en défense sera simple : d’abord stopper Gurley où Kenny Clark (DT), Mike Daniels (DT) et Blake Martinez (ILB) seront les fers de lance, et assurer la couverture pour ne pas permettre à Goff d’assommer GB. Il sera difficile de percer l’OL Rams, top 10 NFL, avec l’état actuel du pass-rush de GB, alors Mike Pettine, le coordinateur défensif, devra rivaliser d’ingéniosité pour que ses blitz aient la capacité de gêner Goff. Détail qui peut avoir son importance :  les Rams auront un absent, le feu-follet slot WR Cooper Kupp.

Goff

Le QB des Rams : Jared Goff

L’ATTAQUE DES PACKERS DOIT SE MÉTAMORPHOSER

Contre n’importe quelle défense, Aaron Rodgers (QB) a les moyens de trouver la solution par sa vision et sa capacité à prolonger les jeux. Seulement, cette capacité se base notamment sur une vivacité que le n°12 a perdu depuis son entorse du genou de la semaine 1. La première question sera de savoir s’il a assez récupéré pour pouvoir utiliser toute sa mobilité.

Car il lui en faudra beaucoup. L’OL des Packers, pas spécialement rassurante depuis le début de saison, surtout en son for intérieur, sera confrontée à la ligne défensive la plus terrifiante de la ligue ! Aaron Donald, Ndakumong Suh et Michael Brockers forment un alliage quasi indestructible où Donald s’amuse régulièrement… des prises à 2 qui lui sont réservées. Alors, Rodgers devra user de toute sa vision pour échapper à la pression, ainsi qu’aux blitz (Mark Barron notamment), pendant que l’OL devra tout faire pour empêcher que le plus grave arrive au n°12.

Donald

Aaron Donald (DT) à l’oeuvre sur Russell Wilson

Alors, GB devra se réinventer. Ce n’est pas pour rien que l’entraineur Mike Mc Carthy a récemment déclaré vouloir plus impliquer le jeu de course. Il était temps en même temps… Mais contre les Rams, le jeu de course sera vital et devra constituer le corps de l’attaque des Packers. C’est en effet le meilleur moyen d’éviter la pression de la ligne défensive Rams dans une défense Rams un peu meilleure contre la passe (9ème NFL) que contre la course (12ème NFL).

Aaron Jones (RB) sera l’élément X de l’attaque de GB dimanche. De sa performance dépendra le sort des Packers. Jamaal Williams (RB) et Ty Montgomery (RB) seront là pour l’épauler. Ce jeu de course devra être efficient pour que GB ait de l’espoir. Les Packers ne pourront pas se reposer que sur Rodgers cette fois, pas contre cette ligne défensive là, pas avec le genou convalescent du n°12. De plus, un jeu de course efficace sera le meilleur moyen de tenir en dehors du terrain Todd Gurley (RB) et l’attaque explosive des Rams.

33

Il faudra du grand Aaron Jones (RB) pour que GB espère la victoire

Néanmoins, le jeu de passe sera le complément idéal au jeu de course et pour le coup, Rodgers retrouve toutes ses armes : Randall Cobb (WR) et Geronimo Allison (WR) seront en effet de retour. Et il tarde de voir si les promesses de connexion entrevues face aux 49ers il y a deux semaines seront confirmées : Rodgers fera t-il plus confiance à son corps de receveurs, spécialement les nouveaux venus que sont Jimmy Graham (TE) et les WR rookies ? Attention toutefois à éviter un Marcus Peters (CB), transfuge des Chiefs à l’intersaison, as de l’interception. Les Packers retrouveront d’ailleurs dans les lignes secondaires adverses une vieille connaissance, Sam Shields (CB) dont les Packers s’étaient séparés début 2017 en raison d’une accumulation de commotions cérébrales. Après avoir été écarté de la NFL en 2017, les Rams lui ont redonné une chance et une seconde jeunesse en 2018.

Les turnovers peuvent faire basculer un match malgré une domination adverse mais GB va trouver du répondant chez les Rams. Todd Gurley n’a tout simplement commis aucun fumble depuis le début de saison. Jared Goff (QB) est protégé par une OL 9ème au niveau des sacks concédés et 4ème au niveau des chocs subis par leur QB, ce qui semble impassable au vu du pass-rush actuel Packers.

On peut toujours rêver d’une couverture exceptionnelle des CB ou de la vision de Clinton-Dix (FS) pour intercepter Goff. Celui-ci n’est en effet pas exempt de tout reproche, avec 5 interceptions depuis le début de saison, se situant dans la moyenne NFL des QB titulaires. Une faille à exploiter pour un corps de cornerbacks au complet (Williams, Alexander, King, Jackson) et qui devrait intégrer le nouveau venu Breeland. Ou peut-être que les turnovers nous viendront des équipes spéciales ? Celles-ci devront être néanmoins bien plus disciplinées qu’elles ne le sont depuis le début de saison en cumulant les pénalités.

Alors, pour les Packers, match de gala ou déroute ? Quoi qu’il en soit, ce match sera très riche d’enseignements pour GB dans une affiche qui pourrait, si le match s’avère être une vraie confrontation, être celle qui attribue la couronne NFC en janvier.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

LOS ANGELES RAMS

Attaque :

Goff (QB) – Gurley (RB) – Whitworth (LT) – Saffold (LG) – Sullivan (C) – Blythe (RG) – Havenstein (RT) – Higbee (TE) – Cooks (WR) – Woods (WR) – Natson (WR)

Défense :

Brockers (DE) – Suh (DT) – Donald (DE) – Longacre (OLB) – Barron (ILB)  – Littleton (ILB) – Ebukam (OLB) – Peters (CB) – Shields (CB) – Johnson (SS) – Joyner (FS)

GREEN BAY PACKERS

Attaque :

Rodgers (QB) – A. Jones (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Bell (RG) – Bulaga (RT) – Graham (TE) – Adams (WR) – Allison (WR) – Cobb (WR)

Défense :

Clark (DT) – Daniels (DT) – Matthews (OLB) – Burks (ILB) – Martinez (ILB) – Perry (OLB) – T. Williams (CB) – King (CB) – Alexander (CB) – Brice (SS) – Clinton-Dix (FS)

packers-vs-rams

Coup d’envoi dimanche 28 octobre à 13h25 (heure locale), 21h25, heure de Paris.

5 Comments

  1. Je ne suis pas confiant du tout sur ce match, mais en tout cas bon match à tous !
    Go pack go !

  2. The_Chosen_One

    28 octobre 2018 at 13:22

    Sans protection point de salut !
    Voilà la clé du match. Si L’interieur de l’OL ne monte pas le niveau non pas de un mais de deux crans, on prendra une fessée. Je pense aussi qu on aura besoin de Kendricks et Tonyan en renfort au coeur de la ligne en les plaçant dans un rôle de FB.

    De l’autre côté du ballon, j’aurais aimé voir du renfort arriver pendant la bye week. Je pense notamment au pass rush, avec des joueurs comme Ray qui serait dispo contre un 6e tour apparemment, ou même Fowler, move suggéré par PFF, qui serait envisageable pour un 5e tour. A ces prix là, je pense qu’il faut foncer !

    Espérons qu’on ne se noie pas ce soir et qu’un move de ce type prendrait tout son sens juste avant la deadline, cela permettrait d’envisager la fin de saison d’un autre œil.

  3. Pascal Djebaili

    28 octobre 2018 at 14:35

    je sais pas pourquoi, mais je nous vois gagner.

    Un attaque au diapason, TE , RUNNING BACK, WR , le danger peut désormais venir de partout, et RODGERS mobile et en feu.

    une défense aérienne qui est au complet et nous fait 2 pick six , et MARTINEZ qui ne lache pas GURLEY.

    si GB joue a son niveau du potentiel du groupe , c est faisable, c est un vrai test.

    Ou on fait comme d habitude a l’extérieur on ne joue pas et on en prend 50.

    bon match a tous

  4. Comment relancer les mecs d’en face en 3 leçons alors que tu les tiens depuis 27 minutes :
    – Tu laisses filer un punt (faut vraiment arrêter de vouloir les laisser finir en endzone)
    – Tu appelles un jeu foireux de course sur tes 1 yard pour leur laisser marquer un safety
    – Tu utilises ton dernier temps mort sur leur attaque pour arrêter le chrono parce que bon ça les arrange et t’es gentil comme gars…

    On devrait les bouffer et bah non….

  5. Ce qui est bien avec GB c’est que tu peux prédire des plays façon Romo…

    TD encaissé dans les 2 dernières minutes de la 1MT ? Obvious !
    Passes appelées sur 2&2 et 3&2 avec un RB qui a plus de 5y de moyenne par course ? Of « course » !
    Un TM appelé sur un 3&5 pour finir en 3&15 après un sack ? Yes we can !
    Etc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.