Week 4 ~ GB – BUF : Ô la défense !

Green Bay Packers – Buffalo Bills : 22 – 0

Buffalo Bills v Green Bay Packers

Le QB des Bills Josh Allen a passé une sale après-midi !

Ô la défense ! Car c’est un beau « zéro » que la défense des Packers a infligé à son adversaire du jour : les Buffalo Bills. Oh, ce ne fut pas un exploit faramineux non plus car comme indiqué dans « l’échauffement », les Buffalo Bills offraient la possibilité pour cette performance. Car pour les Packers, c’est un petit exploit qui n’avait pas été réalisé depuis… 2010 ! Évidemment, l’attaque n’a pas pu jouer au diapason et a fait, compte tenu de son potentiel, le service minimum pour assurer une victoire aisée.

L’ATTAQUE AU PETIT TROT, LA DÉFENSE AU GALOP

Après la chaleur estivale du match des Vikings il y a 15 jours, le Wisconsin est brutalement entré dans l’hiver avec un thermomètre en-dessous des 10°C au beau milieu de la journée pour le coup d’envoi.

Le premier drive donnait le ton du match. Balle aux Bills. « 3 and out » en stoppant à la fois à la course de Mc Coy (RB) et Ivory (RB), notamment par un beau « stop » de Brice (SS) sur la 3ème tentative.

Sur le premier drive Packers, Rodgers (QB) rassurait d’emblée sur sa mobilité en assurant une 3ème tentative et 3 yards, avec une course de 7 yards plus aussi saccadée qu’auparavant. Rodgers de nouveau mobile ? Ça, ça peut faire frémir les défenses. L’embellie fut de courte durée. Arrivé sur les 40 yards de Buffalo, GB voulait surprendre les Bills avec des courses en 2ème et 3ème tentative. Et si ça ne passait pas pour le 1st down, GB allait bien gagner quelques yards pour une tentative de FG. Le problème, c’est que Jamaal Williams, le RB titularisé, n’en gagnait pas et en perdait un même ! FG de 58 yards trop long à tenter, les Packers durent punter.

Mais les Bills enchainaient avec un nouveau « 3 and out ». Le QB Josh Allen commençait à goûter à ce qu’allait être sa soirée avec une pression constante de la défense de GB, Clark (DT) et Matthews (OLB) sur ce drive, profitant d’une exécrable OL Bills. En couverture, Alexander (CB) faisait le job en ne quittant pas Benjamin (WR).

Cette fois, Rodgers n’allait pas laisser passer l’occasion. Après une course de 9 yards de Montgomery (RB) bien élaborée, Rodgers se créait du temps et trouvait loin sur la gauche Montgomery cette fois en receveur (43 yards). L’ancien Packer Micah Hyde (SS) se blessait aux adducteurs sur l’action. Le TD de 3 yards dans le coin gauche fut marqué sur un jeu bien dessiné qui libérait aisément Graham (TE) par un block intelligent, sans les mains, d’Allison (WR). On aimerait voir ça plus souvent tellement ça parait facile. La transformation fut manquée sur le poteau. (6-0)

Les Bills allaient enfin passer le cap de 3 tentatives sur leur 3ème drive grâce aux courses d’Ivory (RB) mais échouaient à aller plus loin que la moitié de terrain en tentant de passer par la voie des airs. Morrison (ILB) fut en vue sur ce drive. D’abord en mal en subissant la charge d’Ivory qui gagnait 4 yards après l’impact. Puis en bien, en plaquant violemment Josh Allen (QB) mais à l’épaule et sans retomber sur le QB, ce qui faisait manquer à Allen le RB Mc Coy placé à l’extérieur et assez bien couvert par Fackrell (OLB).

À l’approche de la fin du 1er quart-temps, Aaron Jones entrait en jeu, enfin. Boum, 30 yards sur sa première action en profitant d’un superbe block de Kendricks (TE) aligné en fullback. Alors qu’Adams (WR) manquait une longue réception dans l’en-but, compliquée par un marquage serré mais captable, le petit Aaron Jones revenait sauver les Packers avec une 3ème et 1 sans trembler. Puis sur une passe écran, il jouait les équilibristes pour obtenir juste le 1st down (course de 17 yards). Alors, après que Rodgers ait amené GB à 3 yards de l’en-but par une course audacieuse plein centre, il était normal que le n°33 parachève ce drive avec un TD à la course de 3 yards en brisant le CB Pitts. (13-0)

5f45785f-864d-4efe-aad6-c31890ae2143-USATSI_11352077

Le petit Aaron Jones ne se laisse pas faire sur sa réception de 17 yards

Les Bills s’entêtaient à vouloir donner les clés du camion à Josh Allen (QB), ce n’est clairement pas encore le moment. Et attention évènement : un sack de Clay Matthews ! Enfin, ce sack était partagé avec Perry (OLB) qui mirent tous les deux Allen « délicatement » à terre. 🙂

Alors qu’on pensait que Rodgers allait plier tout ça, il choisissait de lancer dans le trafic vers Graham (TE). Tremaine Edmunds (ILB) déviait la balle… que Graham déviait lui-même. La balle flottait dans l’air et le FS Bills J.Poyer récupérait l’offrande. Une interception un peu chanceuse mais néanmoins Rodgers aurait dû s’éviter la 1ère déviation d’Edmunds. Ce fut la parfaite action pour relancer le match. Mais aux mêmes maux, toujours aucun remède, Josh Allen (QB) ne se sortant pas de la nasse de la pression du front-7 Packers.

Un nouveau punt sanctionnait les Packers, après le blitz d’un CB que personne n’avait vu, ni l’OL, ni Rodgers, pourtant si concentré sur ce sujet. Enfin, il le vit quand même, mais bien trop tard pour ne pas encaisser un sack de 10 yards. On crut encore que les Bills pouvaient revenir après la meilleure réception du match par Benjamin (WR), 34 yards, et par la bête pénalité de Martinez (ILB), victime d’une injustice (coup de poing non sanctionné) mais qui ne trouvait pas meilleure idée que d’enlever volontairement son casque, une interdiction qui coûtait 15 yards. Mais à l’entrée de la zone rouge, alors qu’on pensait que les Bills allaient marquer leurs premiers points, Josh Allen pressé par Gilbert (OLB) et Martinez (ILB) commit l’erreur de balancer une balle flottante vers le milieu du terrain. Alexander (CB) se régalait d’une interception relancée jusqu’aux 25 yards Packers.

usatsi_11352842

Alexander célèbre avec ses collègues CB son interception

GB avait une ultime chance à 43 secondes de la mi-temps. En trouvant facilement Montgomery (RB) puis Allison (WR), puis en allant gagner lui-même 15 yards à la course, Rodgers mettait Crosby (K) en position pour un FG de 52 yards réussi qui rattrapait son imprécision de la transformation de TD. (16-0 à la mi-temps)

LANGUEUR MONOTONE DE LA SECONDE PÉRIODE

Les Packers reprenaient la seconde période dans le bon sens grâce à une première course d’Aaron Jones de 11 yards trouvés on ne sait où, ou l’art de trouver les chemins qui n’existent pas. Un autre évènement survint : une passe latérale qui marche ! C’est Geronimo Allison (WR) qui cassait les chevilles de son défenseur par une feinte pour s’octroyer 17 yards. Mais GB calait en zone rouge avec notamment un « drop » de Graham (TE) pour le TD. FG de 36 yards. (19-0)

Allen (QB) reprenait un peu de vigueur, lui qui avait fait 14 passes incomplètes en 1ère mi-temps, une 1ère pour les Bills depuis 1998 ! La faute à son imprécision de rookie… et la faute à un staff qui lui mit trop de responsabilités trop vite. Un loupé de la défense sur Clay (TE) complètement seul fut vite oublié par l’interception de Clinton-Dix (FS), presque prise dans les mains de Kelvin Benjamin (WR). Courageuse action (et une vraie implication de Ha-Ha, ce qu’on lui reproche le plus souvent) car le choc était inévitable et c’est Benjamin qui sortait K.O. du « casque contre casque ».

Haha

Courageuse interception de Clinton-Dix

Alors qu’il restait 21 mn de jeu, les Packers avaient définitivement la possibilité de « plier » le match. Ça partait bien avec une passe tout en touché de Rodgers pour Allison (WR), 27 yards plein centre. Mais en fait, la fin de ce match ne sera qu’un échange d’amabilités entre punters.

Si Rodgers avait retrouvé ses jambes, il n’avait pas ses bras bioniques ce dimanche et faisait preuve d’une rare imprécision et de mauvaises décisions. Ainsi, sur une 4ème et 3 tentée, il trouvait les bras du CB Lewis au lieu de ceux de Valdes-Scantling (WR), mais le CB ne refermait pas bien ses bras sur le ballon. Quelques réceptions manquées (Allison) n’aidaient pas non plus. Tout comme la prévention des blitz que l’attaque avait du mal à effectuer. Ainsi, à l’orée du 4ème quart-temps, T. Johnson (CB) arrivait complètement à l’envers de Rodgers qui ne le vit pas venir : fumble du n°12 recouvert par Kyle Williams (DT).

Mais les Bills restaient les Bills. Josh Allen était trop long à prendre ses décisions et sa ligne offensive était aussi imperméable qu’un bateau pirate laminé par les coups de canon. Les Packers en profitaient pour améliorer grandement leurs statistiques de sacks (5 sur les 7 du match dans le dernier quart-temps ! ). Tout le monde participait au festin, Kyler Fackrell le premier (3 sacks).

Même les arbitres y allaient de leur coup de pouce en ne retournant pas un fumble de Kenny Clark (DT) sur Josh Allen (QB) alors que celui-ci avait clairement le genou au sol quand il perdait le ballon. Mais selon le corps arbitral, ce n’était pas « évident ».

GB terminait malgré tout sur une note un peu plus sucrée. Rodgers trouvait le rookie Marques Valdes-Scantling sur une passe profonde sur la droite pour 38 yards. On sent depuis quelques matchs que le n°12 souhaite impliquer le n°83 à la vitesse prodigieuse ; la première réception d’une longue série ? Même Kendricks (TE) se rattrapait de son « drop » précédent dans le match en recouvrant un fumble de Montgomery (RB) qui décidément n’a pas les mains sûres. Nouveau FG de 52 yards (22-0).

UNE VICTOIRE SANS PANACHE, MAIS PAS SANS CONSÉQUENCES ?

Étonnamment, ce match qui affiche un 22-0 laisse un goût de trop peu côté Packers. Ce n’est pas la réussite sur 3ème tentative (57 %) qui elle a été bonne, mais GB n’a scoré que 5 fois (dont 3 FG) sur 12 drives. C’est trop peu pour une attaque qui doit être explosive et demeurer le point fort de l’équipe.

Et Aaron Rodgers en convient lui-même qualifiant la performance offensive « de rarement aussi mauvaise avec de telles statistiques ». C’est vrai qu’on l’a vu frustré, voire même découragé au cours du match. Clairement, le n°12 ne s’est pas fait plaisir dimanche. En performance offensive, Rodgers fait référence d’abord aux performances individuelles, et la sienne en particulier qui fut loin d’être fantastique. Mais pressé par les questions des journalistes, il n’a pas non plus hésité à dire « que le plan de jeu ne permettait pas aux receveurs (Adams et Graham) d’être mis dans de bonnes conditions ».

5bb17957e7824.image

Victoire 22-0.. mais mauvaise journée pour Aaron Rodgers

C’est une première vraie fêlure qui apparaît publiquement en interview entre le n°12 et l’entraineur principal Mike Mc Carthy. Un peu comme dans un couple, il y a des hauts quand les résultats suivent et des bas quand ce n’est pas le cas. Mais de la part d’un homme pondéré comme Aaron Rodgers, cette parole publique, qui intervient avant des échanges privés, apparait comme un vrai signal d’alerte. Si les résultats suivent, le couvercle pourra rester sur la cocotte, dans le cas contraire ce pourrait être un vrai clash qui se ferait aux dépens de Mc Carthy n’en doutons pas, malgré la stabilité de l’organisation Packers. Rodgers, nanti de son mirifique contrat, a désormais un gros levier en cas de conflit. Nous n’en sommes pas encore là mais il ne faudrait pas que la saison tourne mal. En effet, auparavant, les éventuels conflits restaient toujours à l’abri des médias.

Le cri de Rodgers sera t-il un signal vertueux ou une alarme sur une fronde des joueurs ? Nous n’en sommes pas là mais comme le « blanchissage » de la défense, c’est un évènement à signaler et à ne pas négliger.

Rodgers a conclu son interview en affirmant que l’attaque avait eu le niveau d’une équipe qui ne pouvait pas se qualifier pour les play-offs, au contraire de la défense qui avait affiché un niveau d’une équipe de Super Bowl.

C’est peut -être exagéré dans les deux cas mais dimanche, les Packers ont été portés par une défense féroce qui a pu se rassurer face à une équipe des Bills qui apportait toutes les garanties pour être leur victime expiatoire. Malgré cela, le « zéro pointé » infligé aux Bills est une performance qui témoigne surtout de l’abnégation des joueurs et des choix tactiques de Mike Pettine, coordinateur défensif, qui n’a pas appliqué la trop fameuse couverture préventive qui permettait trop souvent aux équipes adverses de sauver l’honneur, voire de revenir dans le match. La défense est restée agressive et cela donne un résultat qui soude une unité. Et ça, ça n’a pas de prix.

LES STATS

BUF

 

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 22/40 à la passe, 298 yards, 1 TD, 1 INT ; 31 yards à la course
  • Aaron Jones (RB) : 11 courses, 65 yards, 5.9 yards par portée, 1 TD
  • Davante Adams (WR) : 8 réceptions, 81 yards
  • Blake Martinez (ILB) : 6 plaquages, 3 plaquages assistés, 1 sack
  • Kyler Fackrell (OLB) : 4 plaquages, 3 sacks
  • 7 sacks pour la défense
  • Efficacité en 3ème tentative : 57 % (11 sur 19)
  • Efficacité en zone rouge : 66 % (2 sur 3)
  • 5 pénalités pour 60 yards concédés
  • 35 mn de possession

Buffalo :

  • Josh Allen (QB) : 16/33 à la passe, 151 yards, 2 INT, 19 yards à la course
  • Lesean Mc Coy (RB) : 5 courses, 24 yards, 4.8 yards par portée
  • Charles Clay (TE) : 4 réceptions, 40 yards
  • Ryan Lewis (CB) : 7 plaquages, 1 plaquage assisté, 2 fumbles forcés
  • Efficacité en 3ème tentative : 18 % (3 sur 16)
  • Aucune incursion en zone rouge

20 Comments

  1. The_Chosen_One

    2 octobre 2018 at 14:56

    Notre attaque est honteuse. Produire cette bouillie avec le meilleur QB de l’histoire c’est inacceptable. J’ai voulu faire découvrir le foot US à mon beau père ce week end, et franchement j’ai eu honte et me suis excusé à la fin du match pour la misère à laquelle on avait assisté. Du coup je lui ai mis la rediff de Bengals Falcons pour lui montrer que ce sport n’était pas chiant comme la pluie.

    Alors Ok Aaron n’était pas dans un très grand jour, mais si les WR avaient de meilleurs mains, on aurait mis je pense 2 TD de plus et 150y de plus au moins. A ce niveau c’est quand même hallucinant surtout 2 semaines de suite et cette semaine il ne pleuvait pas. Rodgers a pesté contre MVS sur son erreur de tracé qui a bien faillé couté une 2nd INT, même si il va vite, il va quand même falloir qu’il apprenne son playbook le jeune.
    Ensuite, Aaron Jones est une dynamite et il est sous exploité au profit de Williams au rendement misérable et Montgomery qui est plus un WR qu’un RB.

    Question à 30000, Tonyan et St Brown, il coupe les citrons ?? Parce que si on les essaie pas contre les Bills, on va les tester où ? contre les Rams ? les Bears ? C’est désespérant, Tonyan a montré de belle chose cet été, à mon avis il est meilleur que Kendricks, déjà il sera meilleur receveur, et niveau block il a pas l’air mal du tout.
    Quant à St Brown et Moore, ne serait ce que pour apporter un peu de surprise dans l’attaque. Aujourd’hui y a 3 cibles ! c’est minable ! On voit plein de rookies WR s’éclater depuis le début de la saison (Calloway, Ridley, Pettis), je pense que nos WR si ils étaient dans une autre équipe jouerait régulièrement.
    Quel sera l’excuse de McCarthy pour ne pas les faire jouer dimanche prochain alors que Cobb et Allison seront peut être out ?

    Alors espérons voir Kumerow après la bye week (à la place du RB Jackson), peut être que lui aura la faveur du plus ennuyeux HC de la ligue.

    Pourquoi ce n’est pas Philbin qui fait le playbook offensif et qui appelle les jeux ? McCarthy est mauvais, même les joueurs le savent.

    Vous avez vu comment les Saints utilise Taysom Hill et les Ravens dans un autre genre avec Lamar Jackson ? ils ont de la chance les fans de ces 2 équipes, au moins leurs HC tentent des choses et innovent.

  2. une bouillie de match!!! attaque mauvaise au possible,bcp trop prévisible avec le meilleur QB … la défense ouais.. ligne offensive des BILLS en papier maché… je suis la nfl depuis 30ans, mais la franchement impossible de donner le niveau exact de cette equipe.

  3. Depuis 30 ans ? Bienvenue au club alors ! Mon premier Super Bowl c’était les Redskins de Doug Williams, qui pulvérisent les Broncos de l’homme à la tête de cheval en seul quart temps.
    L’époque aussi ou je deviens fan des Packers avant même l’air Dan magic man Majkowski.

  4. Pauvre beau papa, j’espère que tu es déjà marié, car demander la main de sa fille après ça, c’est impossible, il va falloir te racheté !

  5. Bon clairement l’attaque n’est pas au niveau de notre recrutement, On a certes perdu Jordy, mais on a quand même un groupe de TE consistant.
    Le playcall et le choix de joueur reste toujours aussi naze. Franchement depuis le début de saison je me fais chier en regardant les packers. et la ou c’était l’éclate de voir jouer notre attaque les années précédentes (avec rodgers a la baguette je précise) aujourd hui l’attrait pour les matchs des packers c est la défense.
    Notre attaque est insipide et franchement monotone.

    N’empêche je plains Allen, il a passer sa soirée par terre et j’ai bien l’impression qu’il va connaître intimement chaque brin de gazon de toutes les pelouses de NFL tant son OL est mauvaise.

    Pour notre attaque soit on laisse philbin faire les call soit on laisse rodgers les faire, mais il faut vraiment enlever sa carte des desserts à Mc pathétique

  6. Carte des desserts : 😀
    Ou son menu de resto chinois à la carte ! 😀

  7. Le problème c’est que malgré la taille de la carte, j’ai l’impression qu’il utilise tout le temps les mêmes 10 jeux en changeant juste l’ordre ou le personnel.

    Niveau anticipation, réactivité, innovation c’est zéro.
    En fait McCarthy, c’est un plat que tu manges depuis des années au resto, t’en mange régulièrement mais avec de moins en moins de plaisir avec les années, t’aimerais bien qu’il évolue un peu pour retrouver le fun du début mais il ne change pas parce que le cuisto pense que c’est son meilleur plat et que tu as un palais de merde.

  8. C’est sympa de voir les réactions/aventures des uns et des autres devant un match de GB, on se sent moins seul dans sa misère visuelle donc merci à vous de partager haha ^^ .
    Bon, j’ai pris le temps de laisser retomber la frustration offensive vu que ça reste un W net mais pas sans bavure sur le menu national fat league de big mac.

    On a déjà tout dit, vous avez déjà tout dit, notamment sur le besoin absolu de redynamiser cette O et surtout de la rendre fun. Je pense que le contraste avec la D où les mecs semblent se donner et aimer ça de plus en plus (l’attitude d’Alexander est précieuse là-dessus) est un testament à la stagnation/régression de l’O. Je n’en veux d’ailleurs pas à Jackson ou Martinez d’avoir pris des pénalités stupides parce qu’au moins ils jouent à fond.

    Je retiens ce mot glané sur un article pour définir le gameplan: « outdated ». McCrappy est comme Capers, s’il ne veut pas changer pour s’adapter, il doit partir point barre ! Quitte à imposer de strucs à Rodgers, que ce soit de lancer de temps en temps vers nos rookies pour au moins leur donner une chance de se frotter au niveau NFL.

    Bref, résumons le côté offensif du match par ce play call mccarthyesque s’il en est:
    3&11, run de Williams dans le mur, no comment !
    vu sur un forum:
    run on 3&11 with Williams < run on 3&11 with Jones < just use your ù^$* HoF QB to throw you moron !
    sinon ça aurait le down parfait pour tenter un trick play comme une reverse avec la vitesse de MVS.

    J'ai aussi trouvé intéressante cette réaction sur la performance de Fackrell (3 sacks) sur cheesehead tv: l'auteur pensait qu'après avoir examiné le Kyler sous tous les angles, Pettine avait fini par trouver un moyen de l'utiliser en le limitant purement et simplement au pass rush. Pas de run D, pas de cover, pas de trucs compliqués ou de fonctions multiples, chope juste le QB. Si c'est le cas, ce serait un sacré coup de génie parce que Fackrell en spécialiste du sack, personne n'y a jamais cru.

    En parlant de sack, le comité de compétition de la NFL a (finalement) admis qu'il n'y avait pas roughing the passer sur Cousins pour Clay donc on a bien été entubés d'un W contre un rival de D, c'est officiel ! Après le Fail Mary, ça commence à faire vraiment beaucoup, encore heureux que ça nous arrive pas en PO…

    Toujours dans le rush, je vois que Gute fait venir du monde en OLB, Wallace et Carraway, deux ex-picks des Titans. Amusant quand on voit ce que fait Landry à TEN pour l'instant… J'ai une petite préférence pour Carraway, on verra bien s'il y en a un qui reste mais vu le niveau de nos rushers, tout le monde à sa chance chez nous alors venez venez :p !

  9. @ Guile, t’inquiète, si t’arrive pas à finir, big mac se fera un plaisir de lécher ton assiette hin hin !

  10. @ Islander: j’ai vu Jordy et Cook aligner play sur play à des moments critiques pour le come back d’OAK an W4. On aurait pu les garder à prix discount avec l’approbation enthousiaste de Rodgers et se focaliser sur nos problèmes défensifs mais non… Quelle faillite du management avec le recul alors que n’importe quel fan aurait fait le bon choix, déprimant… Au moins Gute semble aller dans la bonne direction et ne s’entête pas quand il se plante !

  11. Pauvre Tonyan… Je commence à avoir peur pour Kumerow parce que même s’il revient, le génie des alapages qu’on a en HC serait bien foutu de le laisser pourrir sur le banc !

    Je te rejoins et en particulier sur ce que NO fait de Hill, quelle claque dans la tronche à notre staff et en particulier un certain « highly successful NFL coach » incapable de déceler les talents latents des joueurs ou de les utiliser même quand on les lui fout sous le nez ! Il était ÉVIDENT pour tout le monde que Hill était un joueur dynamique après l’avoir vu jouer en PS mais c’était pas le genre de la maison (alors pourquoi l’avoir fait venir hein ?). Exactement le profil qui aurait pu énormément soulager Rodgers sur une jambe… Et quand je vois qu’ils font jouer Biegel aussi…

    Callaway était cadeau où il a été drafté et avec notre gazilion de picks, on aurait facilement pu le prendre. Et au moins à GB, il risquait beaucoup moins d’avoir des ennuis. Je m’arrache parfois les cheveux en me demandant ce que foutent les scouts ou le staff quand ils passent à côté de trucs qui crèvent les yeux à n’importe quel fan lambda…

    Tant qu’on y est, j’avoue m’être trompé sur Mack: je n’étais pas prêt à donner 3 R1 pour lui (2×2018 + 2019) mais on aurait ptet dû rien que pour éviter aux Bears de renaître en D… Reste à savoir si OAK aurait accepté vu qu’ils voulaient des picks élevés. Je ne pense pas que Rodgers aurait refusé de bricoler son contrat pour avoir la chance d’aligner Mack de l’autre côté du ballon.

  12. La même julius, on a toujours ce sentiment diffus que n’importe quel adversaire de fond de tableau peut nous mettre la misère si on a un mauvais jour, ce qui arrive trop souvent. Et ce n’est certainement pas ce match qui va me faire changer d’avis parce qu’on sait tous que malgré les erreurs criantes d’exécution, le problème ne vient clairement pas du terrain ! Dire qu’il y a plein de stades à moitié vides en NFL ces temps-ci et qu’on propose ça dans un Lambeau plein… On se dit que l’assurance du sell-out annuel rend certaines personnes bien trop complaisantes du côté de Lombardi avenue !

  13. The_Chosen_One

    3 octobre 2018 at 20:10

    moi j’aimerais bien voir Donnerson et Looney, ils m’ont bien plus du peu qu’on a vu en match de presaison. Et de toutes façons on peut pas continuer avec seulement 4DL et 4 OLB, de plus pour le coup 5 ILB c’est trop. Surtout que Crawford et Toomer sont quasi invisible en D et on les voit aligner uniquement en ST.
    Sinon je sens bien aussi un trade de Gute avant la dead line. mais à savoir qui.

  14. C’est vrai que les plan de jeux plastifié des coach ça ressemble un peut à un menu d’un resto chinois.
    Et ce bon Mike, au seul resto chinois de Green Bay, il doit commander encore plus que Bruce Lee à l’aéroport a Rome dans la Fureur du Dragon 🐲

  15. On peut trader un Head coach?

  16. @ Islander: oui, si ton HC est sous contrat, n’importe quelle autre équipe peut offrir quelque chose en échange de l’obtention des droits liant le HC à sa franchise actuelle (voir le trade de Bill Bellichick entre NYJ et NE). Malgré ça, il vaut mieux que le gars soit d’accord pour bouger sinon bonjour le bazar 😀 .
    Après, en général, les bons on les garde et les mauvais personne en veut (sauf à GB), c’est pour ça que les HC sont plutôt virés (le fameux « Black Monday ») qu’échangés.

    A noter les règles toujours un peu tordues de la NFL comme:
    « NFL teams can’t block other franchises from interviewing their personnel for head-coaching opportunities unless the candidate is already a head coach. »
    Donc c’est plus compliqué de débaucher un HC puisque techniquement il n’y a pas de promotion possible même en associant la position de GM !

  17. @ David: ça c’est de la référence ! Mais qui n’a jamais euenvie de commander tout le menu juste une fois pour voir la gueule du serveur ^^ ?

  18. Y ‘a aussi l’exemple incroyable de Jon Gruden.
    Durant l’intersaison 2002, Gruden, alors HC des Oakland Raiders, fut autorisé à signer avec les Tampa Bay Buccaneers en échange de, tenez-vous bien, un 1er et un 2eme tour de draft en 2002, un 1er tour de draft en 2003 et un 2eme tour de draft en 2004, plus 8 M $ en cash !

    Un vrai braquage… mais les Tampa Bay Buccanneers gagnèrent le SB 2002 ! Face aux Oakland Raiders !!! Incroyable.

    Je crois qu’après ce trade, la NFL n’a plus autorisé de trade avec des picks pour un coach.

  19. @GBPF et encore Chucky leur à fait gagné le Super Bowl !
    Mais souvenez-vous du braquage du vingtième siècle la fameuse Herschel Walker trade, un truc de fou !
    Herschel Walker le tracteur des Cowboys, envoyé en pleine saison chez les Vikings, contre 5 joueurs des Vikings, mais ça c’était cadeau comparé aux 8 choix de drafts .
    Premier, deuxième, et sixième round 1990.
    Premier, deuxième round 1991.
    Premier, deuxième, et troisième round 1992.
    😨 Incroyable, du grand n’importe quoi surtout pour une chèvre comme Walker, pauvre Vikings, ils avait a l’époque pété une durite !

  20. @Roundeux, tu a déjà vu la scène du resto, ou il mange pour 4, il a pris assez de force pour massacré le ranger du Texas comme au temps des gladiateurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.