Les rookies non draftés 2018

Db6IKgDVMAArS-g

Et si Jacob Alsadek (Arizona) était le RG du futur à GB ?

C’est la suite habituelle de la draft : après le choix des joueurs draftés (256 cette année) vient le marché de tous les joueurs universitaires qui n’ont pas été choisi à la draft. Comme l’ensemble des franchises NFL, les Green Bay Packers ont fait leur marché et recruté à l’heure actuelle 16 joueurs de 1ère année « undrafted ».

La liste des 16 rookies non draftés signés par les Packers :

  • Parris Bennett, LB (Syracuse)
  • Naashon Hughes, LB (Texas)
  • CJ Johnson, LB (East Texas Baptist)
  • Marcus Porter, LB (Fairmont State)
  • Greer Martini, LB (Notre Dame)
  • Jacob Alsadek, T/G (Arizona)
  • Austin Davis, C (Duke)
  • Tyler Lancaster, DT (Northwestern)
  • Alex Light, T/G (Richmond)
  • Kyle Meadow, T (Kentucky)
  • Filipo Mokofisi, DT (Utah)
  • Conor Sheehy, DE (Wisconsin)
  • Kevin Rader, TE (Youngstown State)
  • Ryan Smith, TE (Miami of Ohio)
  • Raven Greene, S (James Madison)
  • Tim Boyle, QB (Eastern Kentucky)

5 linebackers, 4 joueurs de ligne offensive, 3 joueurs de ligne défensive, 2 tight-ends, 1 safety et 1 quarterback constituent les rookies non draftés par les Packers.

S’ils sont là avant tout pour combler l’effectif des 90, ces joueurs savent que les Packers sont l’équipe qui a titularisé le plus de rookies non draftés cette dernière décennie. Alors, le mince espoir d’intégrer l’effectif des 53 fait rêver ces jeunes joueurs. Cependant, malgré la tradition Packers, cela ne s’était pas produit en 2017. Et pour 2018, l’affaire semble mal embarquée vu que GB a drafté 11 joueurs, qui ont donc une longueur d’avance sur eux.

Parmi eux, certains ont plus de chances de montrer leurs qualités et d’attirer l’oeil du staff pour intégrer l’effectif des 53 ou tout du moins l’équipe d’entrainement de 10 joueurs une fois avoir passé les « waivers », période où chaque équipe NFL, dans l’ordre de la draft, a droit de regard sur les joueurs résiliés par la constitution des effectifs finaux de chaque équipe. En cette année 2018, les Packers, à la 14ème position initiale de la dernière draft (et donc 14ème dans la liste des waivers), auront deux fois moins de chances de se faire « piquer » un joueur qu’ils souhaitaient faire revenir pour l’équipe d’entrainement. Ce type de mésaventure était arrivé l’année passée où GB souhaitait faire revenir le QB Taysom Hill pour être le QB n°3 mais c’était sans compter les New Orleans Saints qui chipaient l’ancien pensionnaire de Brigham Young University.

Parmi les aspirants 2018, revue de ceux qui ont le plus de chances d’espérer.

Jacob Alsadek, T/G (Arizona)

636610518606871644-packers05-40-hoffman

Alsadek reprend la numéro de l’ancien Pro-Bowler Josh Sitton (tiens, tiens..) [et il est poilu aussi !]

Des 4 joueurs de ligne offensive de cette fournée, Alsadek s’avère le plus intrigant et va rajouter de la compétition au poste de Garde Droit (RG) où il peut s’intégrer à une compétition avec Justin Mc Cray et les jeunes Kofi Amichia (6ème tour 2017) et Cole Madison (5ème tour 2018). Ce géant de 2,01 m et 142 kg est une présence pour le moins imposante. Avec un tel gabarit, on pourrait se demander pourquoi il n’est pas Tackle. Mais cela fait 4 ans qu’il occupe le poste de RG aux Arizona Wildcats où il a utilisé à merveille son gabarit dans les petits espaces, étant moins à l’aise dans les déplacements plus longs et plus rapides que demande le poste de Tackle. Comme beaucoup de Gardes issus de l’université, il excelle beaucoup plus dans les « blocks » pour la course que dans la protection de passe, et se tient encore un peu haut pour contenir les rushs adverses d’adversaires rugueux dont le centre de gravité est bas (un Mike Daniels par exemple). Aguerri à son poste et à la relevée conférence universitaire PAC 12, Alsadek connait le haut niveau universitaire, comme lors de sa confrontation avec Vita Vea, le meilleur joueur de ligne défensive intérieure de la dernière draft (choisi au 12ème choix par les Tampa Bay Buccaneers), à qui il avait tenu la dragée haute.

Kevin Rader, TE (Youngstown State)

Db6Mx0AU8AAsu30

Kevin Rader (Youngstown State University)

Avec Rader (non, il n’a pas deux doigts coupe-faim !), on visite les petites universités américaines puisque le jeune tight-end vient de l’université de Youngstown State dans l’Ohio, une université appartenant à la deuxième division (FCS) du football universitaire. Avec son physique d’1,94 m et 117 kg, Rader a commencé son cursus universitaire… sur la ligne défensive avant de devenir tight-end pour ses 3 dernières années. Ce « background » de défenseur fait de lui un bon bloqueur qui sait où placer ses mains. Grand gabarit puissant, il est en plus rapide (son temps aux 40 yards – 4.73 s – en aurait fait un top 5 TE de l’épreuve au combine) et a une bonne explosivité. Il est capable de servir de son gabarit pour réussir des réceptions contestées, comme en atteste la vidéo qui suit, une des réceptions de l’année 2016 en NCAA. Son défaut : avoir été à Youngstown State, et donc avoir à affronter des adversaires de seconde zone, et malgré cela, il n’était pas la cible privilégiée du jeu de passe de son équipe. Rader a sa carte à jouer aux Packers. Graham et Kendricks sont bien sûr intouchables, mais Rader est-il capable de titiller Byrd pour le poste de TE 3 ? Si les Packers ne se le font pas piquer, Rader a déjà le potentiel de l’équipe d’entrainement.

Parris Bennett, LB (Syracuse)

Wake Forest v Syracuse

Parris Bennett (LB) de l’université de Syracuse

Vous verrez dans la vidéo que ce joueur a du coeur. Il peut être partout sur le terrain malgré une vitesse de pointe peu élevée. Certains prévisionnistes pouvaient envisager Bennett au 6ème ou 7ème tour de la dernière draft, mais, malgré le programme de son université Syracuse qui appartient à la conférence ACC, Bennett (1m82, 100 kg) paie son petit gabarit malgré une activité à toute épreuve que lui permet sa bonne explosivité et un instinct footballistique lui donnant des lignes statistiques flatteuses. Son manque de puissance a été remarqué sur certains impacts et sa petite taille mise en défaut dans la couverture de tight-ends. Bennett peut espérer démontrer son envie dans les équipes spéciales, les postes d’ILB n’étant plus, théoriquement, en souffrance derrière Blake Martinez, Oren Burks et Jake Ryan, comme ce fut le cas du temps où un DJ Smith (jeune ILB sous-dimensionné qui fut aligné dans plusieurs matchs de 2011 et 2012) officiait et à qui Bennett me fait penser.

Tim Boyle, QB (Eastern Kentucky)

636606197915564716-boyle1

Comme tous les ans, un petit QB des familles a été choisi pour que Mike Mc Carthy, l’entraineur en chef, fasse joujou. Et l’heureux élu est Tim Boyle, provoquant par voie de conséquence la résiliation de Joe Callahan (QB), ancien QB universitaire de division III, écarté après 2 saisons dans l’effectif. Mc Carthy va donc travailler sur ce prospect très « brut ». De corpulence idéale pour la NFL (1,93 m ; 105 kg), Boyle dispose d’un bras canon. Malheureusement pour lui, sa carrière universitaire fut chahutée. Après 3 années compliquées dans une équipe de Connecticut en décrépitude et soumis aux changements annuels de coachs, Boyle a bien tenté de se relancer à Eastern Kentucky en 2017 et il y eut du mieux : il fut le meilleur QB pour le % de passes complétées dans la modeste Ohio Valley Conference, conférence de la division II (FCS) de la NCAA. Néanmoins, Boyle n’est toujours pas arrivé à polir son défaut principal : envoyer plus d’interceptions que de TD. Il faudrait vraiment un coup de tonnerre pour que Boyle dérobe le poste de QB 3 à Brett Hundley (Kizer est pour moi le QB 2), ce qui signifierait la résiliation de « Bubble gum » Hundley. Adepte de l’apprentissage des QB, Mc Carthy devrait au moins lui donner sa chance sur l’équipe d’entrainement, sauf si, à l’instar de Taysom Hill, Boyle soit dérobé aux Packers durant les waivers.

8 Comments

  1. Chambertin21

    13 mai 2018 at 12:29

    Salut à tous
    Cool les infos sur certains undrafted, j’ai pas trop le temps de me rencarder en ce moment avec le taf.
    Est ce quelqu’un connait Greer Martini, Conor Sheehy et Raven Greene?

    Sinon, saur erreur de ma part, il y aurait pas une petite boulette là: « le mince espoir d’intégrer l’effectif des 53 fait rêver ces jeunes joueurs. Cependant, malgré la tradition Packers, cela ne s’était pas produit en 2017.  »
    J’ai pas vérifié, mais Vogel était bien undrafted l’année dernière non? Et Clark et Pipkins ont eu du temps de jeu aussi, mais certes, ont peut être commencé la saison dans le practice squad…

    Un peu surpris qu’on soit pas allé chercher des gars comme Q.Meeks, H.Hill, K.Tolliver, T.Brown, H.Mata’afa, L.Lotilelei, T.Henderson ou même A.Lazard, que des gars annoncés draftés parfois même aux tours 3 ou 4.

  2. Je trouve le groupe de LBs assez intéressant avec 5 joueurs en compétition dont au moins un a une bonne chance de finir sur le roster (il nous faut un 4 derrière Ryan Martinez Burks pour la profondeur).

    – En fait, je ne serais pas surpris qu’on en garde même 2 si Martini ou Porter crèvent l’écran en plus de Parris (pas envie d’utiliser son nom, mauvais souvenirs :p). Ces deux-là sont vraiment très motivés mais Porter vient d’une petite fac comparé à Martini qui vient de Notre Dame (tiens encore un ^^).
    – Hugues est un spécimen intrigant d’une grosse fac (Texas Longhorns), un OLB qui peut rusher, couvrir et défendre le run, gros gabarit comparé aux autres. Johnson est aussi un profil versatile OLB/ILB avec un bon physique mais il vient d’une petite fac donc ça va être dur pour lui.

    J’avoue être vraiment intéressé par le type de personnel mis à disposition de Pettine dans ce groupe avec beaucoup d’athlétisme, de vitesse et d’instinct ainsi que de la variété dans les postes occupés. On devrait pouvoir trouver de quoi s’adapter à tout type de situation avec les profils disponibles.

    – Les OLs semblent aussi intéressants. L’afflux de joueurs au poste de RG me fait penser qu’on ne reverra pas ce bon Evans et qu’on pourrait vraiment vouloir garder Madison en RT derrière Bulaga suivant ce que fait Amichia. Alsadek a vraiment des qualités intéressantes, ses duels avec Vea pris au R1 valent effectivement le coup d’oeil !
    – Davis est une option de secours logique en C vu que derrière Linsley c’était un peu le désert (juste Dillon Day). Ça ne me surprendrait pas qu’il batte ce dernier pour une place vu qu’il peut aussi jouer OG et qu’il était excellent sur le run à Duke tout en étant solide en pass pro.
    – Alex Light T/G de Richmond est un autre choix intrigant puisqu’il faisait partie de l’OL qui a permis à Kyle Lauletta d’attirer l’attention au point de finir drafté en début de R4 par NYG ! Son poste premier est T mais il a dépanné comme G (son poste NFL à priori) à cause de blessures car sa durabilité est exceptionnelle (aucun match manqué soit 38 de suite pour les Spiders). Cerise sur le gâteau, il peut même jouer C car il a fait l’effort d’apprendre la position pour augmenter ses chances de jouer en NFL même s’il n’a jamais eu l’occasion de jouer au poste 🙂 .

    A noter que ces OLs semblent tous particulièrement résistants et peu sujets aux blessures avec de gros physiques. Après avoir vu tout ça, je suis déjà un poil moins inquiet pour Rodgers ^^ .

    – Le reste, comme les TEs, ça me semble moins folichon même si Rader (j’avais vu Radar après la draft haha) pourrait effectivement surprendre même s’il a 3 autres gars (dont 2 avec un an à GB, Byrd et Tonyan) à battre pour espérer voir le terrain derrière Graham et Kendricks.
    – Le S Raven Greene semble considéré comme un concurrent solide pour le roster en raison de ses ball skills (5 INTs, 11 passes déviées) et de sa vitesse (4,51 au 40y) mais ça me semble difficile de percer vu les joueurs devant lui (Dix, Jones, Brice, Evans, Whitehead…) qui ont tous au moins 2 ans d’expérience en plus avec du temps de jeu réel. Reste que derrière Dix et Jones, on peut pas dire que les places soient assurées non plus vu que c’est 100% UDFA…

    – Concernant le DT Mokofisi, un détail qui vous parlera peut-être plus c’est qu’il faisait partie de la DL comprenant le NT Lowell Lotulelei (frère de Star Lotulelei) qui a fini UDFA aux Broncos et était vu comme un R6-7 potentiel. C’était un bon élément d’une ligne solide à Utah mais GB est déjà blindé donc ce sera PS au mieux pour lui, je pense.
    – Pour Sheehy le badger, il a de bonnes stats en DE et joue pas mal (bon niveau d’agression et aligné des deux côtés de la DL mais ce n’est pas vraiment un rusher) par contre c’était dans une très grosse défense bourrée de joueurs solides et très bien coachée. Son avantage c’est d’avoir été dans un système pro mais là encore, il y a beaucoup de monde à battre devant pour décrocher un poste…

    Très curieux de voir qui va émerger parmi tous ceux-là 🙂 !

  3. Super de nous en dire un peu plus sur nos undrafted 2018.
    Peut-être que le biblique Jacob ainsi que Rader le TE, arriverons à tirer leurs épingles du jeux ?
    J’espère que nos trois premiers tours de draft seront trois titulaire en puissance et que le punter et notre long snapper, seront là pour les 10 ans à venir, deux postes importants en NFL.

    Je tiens à saluer GBPF pour tous les articles, et aussi Roundeux pour son analyse dans l’article bilan draft 2018 !

  4. Effectivement, bien sûr que Vogel était undrafted ; j’ai zappé ces ô combien importantes équipes spéciales. 🙂 Pour les autres, oui, je parlais des 53 de septembre.

  5. Pour Martini, Sheehy et Greene tu peux voir mon autre com plus bas. Sur les 3 j’ai une préférence pour Martini, c’est un leader défensif qui lâche jamais l’action, une de nos nombreuses recrues D qui peut jouer plusieurs positions avec un bon niveau 😉 .

    Bah les UDFA on peut pas vraiment aller les chercher, ce sont eux qui décident avec qui ils signent et les incitations financières possibles sont limitées ^^ . C’est pour ça que c’est la grande loterie, souvent, c’est la première équipe qui appelle qui emporte le morceau (ça a d’ailleurs été le cas avec Porter qui a reçu un appel de GB 2 minutes après le dernier pick de la draft).

    Les mecs ont tendance à aller là où ils ont le plus de chances de faire le roster ou parfois simplement là où ils connaissent du monde ou dans une équipe dont ils sont fans ou avec une star qu’ils aiment. Parfois juste pour de meilleurs avantages ou une équipe près de chez eux. Les DBs que tu cites ont pu se dire que c’était mort pour eux chez nous avec encore 2 CBs draftés cette année d’entrée et Henderson a dû avoir une proposition plus « chaude » que la toundra haha !
    Lazard il a vu 3 WRs pris en jour 3 donc même si on l’a contacté, c’était peut-être pas très motivant.
    Lotulelei jouait à Utah, pas étonnant qu’il ait préféré rester à proximité en allant chez les Broncos.
    Reste Mataafa qui a fini chez les Vikes (argh)…

  6. Merci pour ton merci, on verra qui s’en sort parmi les petits jeunes oui mais je trouve que le FO n’a pas menti sur sa volonté d’avoir une vraie compétition cette année et je pense que les gars vont se donner à fond parce qu’ils sentent/savent qu’ils ont vraiment une chance à GB avec les changements en cours 🙂 .

  7. The_Chosen_One

    13 mai 2018 at 22:25

    merci d’avoir pris du temps de détailler ce qui représente un aspect important du roster de Green Bay.

    pour ma part je suis emballé des recrues de l’OL. Alsadek ou Davis voir peut etre même les deux devraient faire les 53.
    Si McCray part avec un avantage pour être starter en week 1 après sa belle année 2017, Madison et Alsadek devrait quand même se mêler à la lutte pour le poste. Madison pouvant également prétendre au poste de Tackle droit. La question étant de savoir si Bulaga sera encore un Packer en septembre ? Il lui a déjà été demandé un pay cut qu’il a refusé. Vu l’état de ses genoux, on ne peut vraiment être sur de rien.
    Si Bulaga saute, Alex Light pourrait également avoir une carte à jouer derrière Murphy.

    Davis est un vrai Centre et sera le remplaçant idéal (avec un an de retard) de Tretter et devrait donc être la doublure de Linsley.

    Je pense que Amichia peut vraiment s’inquiéter tant les OL UDFA de cette année semble à minima à son niveau voir même au dessus. Un autre qui devrait ne pas se reposer sur ses lauriers c’est Taylor (qui n’a jamais remplacé Sitton quoi qu’on en dise, et ne m’a jamais emballé). Si Patrick ne l’a pour l’instant pas mis en danger, cela pourrait changer avec Madison dans les mois à venir.

    On sort de cette draft et post draft clairement renforcé, numériquement d’abord mais aussi en terme de potentiel théorique, sur nos points faibles 2017 (secondary, LB, OL)

  8. Chambertin21

    14 mai 2018 at 19:06

    Merci pour tes comms.
    Effectivement après notre draft, les joueurs cités pouvaient se poser des questions sur leurs chances, mais ceux que je cite sont surtout des gars auxquels je me suis intéressé en fonction de nos besoins (à part Saquon Barkley, j’ai par ex pas dû mater une vid d’un RB cette année^^) le seul profil encore digne d’interet pour nous est Mata’afa mais comme tu dis argh!
    Mais quand même j’aurais bien aimé voir débouler Meeks ou Toliver, ça aurait definitivement voulu dire bye bye Rollins et même peut être House :-))

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.