Bye-bye Bip-bip Janis

usatsi_9061848_168380931_lowres

L’action marquante de la carrière NFL de Jeff Janis pour le moment

Fin de l’histoire entre les Packers et un de ses joueurs les plus appréciés par ses supporters et qui était pourtant très loin d’être un titulaire incontesté : le receveur Jeff Janis. Retour sur une courte « love story » entre les Packers et un Janis rapide comme le bip-bip de Tex Avery.

151215-player-on-the-rise-950

Janis était devenu en 2017 le « gunner » attitré des Packers

Si Jeff Janis était le chouchou des cheeseheads, c’est que son histoire s’apparentait à une histoire de Cendrillon pour un gamin issu de la campagne du nord des Etats-Unis, comme les habitants de Green Bay. En fait, Janis a grandi de l’autre côté du Lac Michigan dans le nord de l’Etat du même nom. Les cheeseheads pouvaient d’autant plus s’identifier à ce joueur qu’il avait ce côté « petit poucet » issu d’une faculté de seconde zone.

En effet, ce n’est pas en jouant pour l’université de Saginaw Valley State, une université de deuxième division NCAA, et non pour ses prestigieuses voisines de Michigan State (les Spartans), de Michigan University (les Wolverines) ou de Central Michigan (les Chippewas), que le jeune Janis avait des chances de jouer en NFL. Et pourtant, ses performances dans la modeste conférence des Grands Lacs de la division II de la NCAA lui permirent de participer au Senior Bowl, match exhibition des meilleurs joueurs universitaires de l’année, ainsi qu’au NFL combine où il montrait sa grande rapidité, rentrant dans le top 10 WR du temps sur 40 yards, en 9ème position entre Martavis Bryant (aux Pittsburgh Steelers) et Sammy Watkins (aux Los Angeles Rams en 2017).

Ce sont les Green Bay Packers qui dépensèrent un choix de 7ème tour de draft en 2014, le 236ème choix total, pour s’octroyer un joueur promis à être non drafté. Janis devenait le premier receveur de l’histoire de sa petite université de Saginaw Valley à être drafté.

Si sa rapidité était prometteuse, il fut vite ramené à la réalité d’une des attaques les plus prolifiques à la passe de la NFL. Derrière le trio Nelson-Cobb-Adams (drafté lui aussi en 2014, mais au 2ème tour), Janis savait bien qu’il allait d’abord jouer sa place dans l’effectif qu’être titulaire en match NFL.

Mais il n’eut pas l’occasion de réellement briller car les temps de jeu qu’on lui donnait étaient maigres. Mais il ne saisissait pas non plus les rares chances offertes : que ce soit en receveur où il relâchait des ballons captables et effectuait des mauvais tracés, qu’en retourneur de kickoff où sa vision du terrain n’était pas optimale et ses mains rassuraient peu.

Toutefois, par la force des choses, Janis eut son heure de gloire, lors d’un match de division NFC lors des play-offs 2015, chez les Arizona Cardinals. Dans le dernier quart-temps, les Packers étaient privés de Jordy Nelson, Randall Cobb et Davante Adams. Aaron Rodgers n’avait donc plus que James Jones, alors WR 4, Jared Abbrederis, WR 5 et donc notre Jeff Janis WR 6.

La cause semblait donc désespérée quand les Packers, menés de 7 pts, devaient alors convertir, à moins d’1 mn du terme de la rencontre, une 4ème et 20 yards dans leur propres 5 yards ! Et pourtant c’était mal connaître Aaron Rodgers qui courait pour se décaler côté gauche et balançait une ogive pour une réception de 61 yards de Janis !

VIDÉO 1er Ave Maria

Et puisque c’était LA soirée de Jeff Janis. Le n°83 réceptionnait une action miracle quelques dizaines de secondes plus tard. Cette fois, GB était vraiment dos au mur puisqu’il ne restait plus que 5 secondes et 41 yards pour le touchdown obligatoire qui arracherait des prolongations. Rodgers rééditait la même action mais avec beaucoup plus de pression adverse. La balle était balancée dans la zone d’en-but et Janis arrivait à contester le ballon à un des meilleurs cornerbacks de la NFL Patrick Peterson pour un touchdown miraculeux de chez miraculeux !

VIDÉO 2ème Ave Maria

Avec une telle dernière minute, le destin semblait être du côté des Packers pour le ticket en finale NFC 2015. Mais le tirage au sort était perdu, le match était dans les mains d’une défense exsangue… qui se fit déchirer par le futur WR Hall of Famer Larry Fitzgerald, lançant les Cardinals vers la finale de conférence NFC.

Après ce moment de gloire, Janis repartit en 2016 dans un certain anonymat, pas aidé par une blessure à la main contractée lors du camp d’entrainement estival. Il perdait sa place de retourneur attitré au profit de Trevor Davis (WR) ou de Micah Hyde (S). Au milieu de tout ça, une action d’éclat, encore une fois mémorable, dans une fessée inoubliable face aux Seattle Seahawks. Les Packers utilisaient Janis dans cette fameuse technique de la course renversée (« jet sweep ») trop peu souvent utilisée à mon goût. L’exécution fut parfaite et on notera les nombreux « blocks » dont celui, savoureux, de Davante Adams sur le CB Richard Sherman.

C’est en fait en 2017, lors de la dernière année de son contrat rookie, que Jeff Janis trouva enfin son poste de prédilection dans l’effectif des Green Bay Packers : celui de « gunner » en équipes spéciales ; c’est-à-dire le poste de celui qui doit se retrouver en premier sur le retourneur de kick ou de punt adverse. Et si ce poste peut sembler mineur, Janis l’exécutait bien. Si bien que les Packers ont été dans le top 10 des équipes ayant subi le moins de yards en retour de kick et de punt en 2017.

Les Packers se privent donc d’un élément utile au sein des équipes spéciales et il est à espérer qu’ils trouvent un remplaçant au niveau, tant la position de départ de l’équipe adverse sur le terrain est une donnée méconnue mais fondamentale du rapport de force dans un match de foot US.

GB n’a vraiment pas cherché à retenir Jeff Janis puisque, outre la date tardive de sa signature chez les Cleveland Browns, il faut savoir que l’équipe de l’Etat d’Ohio lui propose un contrat… sans aucune garantie ! En effet, Janis a signé certes un contrat de 1,25 M de $ mais avec 0 $ à la signature et une prime de 100.000 $ s’il effectue le camp d’entrainement estival. C’est un contrat incertain qui montre la faible valeur de Janis sur le marché et son futur rôle aux Browns, sûrement cantonné encore à celui de « gunner » de l’équipe spéciale.

Souhaitons bonne route à ce sympathique bonhomme, tellement représentatif d’une certaine Amérique des Etats méconnus, adepte de la nature et de la chasse (…), marié avec sa blonde rencontrée au lycée, et désormais papa à bientôt 27 ans d’un petit garçon qui fête bientôt sa première bougie.

Alyssa bio

Les Janis avaient un labrador…

 

snLCVln5_400x400

Ils ont désormais également un petit Carter James…

 

10 Comments

  1. Dommage de le laisser filer surtout vu le contrat signé avec les Browns.

    Je ne me souvenais pas du TD contre les Seahawks avec ce bloc énorme d’Adams sur Sherman à qui on a pas dû la faire souvent comme ça 🙂

    Par contre, je me souviens très bien du match contre les Cardinals, il est sur la liste des défaites crève-cœur en play-offs de ces dernières années (avec celles contre les 49ers en 2013 et bien sûr les Seahawks 2014).
    Je me rappelle m’être dis dans la foulée de l’Avé Maria que c’était dommage qu’il ne reste pas 1 seconde ou 2 parce qu’avec le momentum de fou sur cette remontée de terrain on aurait pu tenter la conversion à 2 points vu que tout passait et que Rodgers et Janis étaient en feu 🙂
    Au final, on perd le toss et le match en OT…pffff….

    Cette année, je trouve qu’on laisse filer des gars bien, besogneux et qui font le job donc ça me chagrine un peu.

  2. Meme réaction! L’ alchimie d’un vestiaire est fragile, JANIS, NELSON étais des mecs simple avec une bonne mentalité..

  3. Ouais Richard Rodgers aussi s’en va chez le champion !
    En gunner, il faisait parfaitement l’affaire, et pouvait dépanner en attaque, ce qu’il a fait avec brio en jouant le match de sa vie, dans se fameux match contre ses maudits Piaf du désert, et par deux fois en plus, Warner 2009, et Palmer 2015.
    J’espère qu’il arrivera à passer le mois d’août chez les Browns.
    En tout cas le petit Carter James, pourra dire un jour, mon papa était un Packers.

  4. Merci pour l’article, comme on dit, on sait ce qu’on perd, jamais ce qu’on gagne…

    @ Guile: pareil pour le match contre ARZ, les Cards étaient sonnés, en particulier la D et McMagie a fait ce qu’il fait le mieux, rentrer dans sa coquille ! Quitte à jouer le coup à pile ou face, tu poses les boules et tu mets le ballon entre les mains de Rodgers pour la conversion à 2 points en alignant Janis bien en évidence pour faire peur, aucun regret ! Ça m’a tué quand on a décidé de jouer l’OT avec notre D complètement cramée et notre historique de toss paumés en POs !

    @ julius: ouais on préfère toujours ce genre de gars à un « thug » qui se la pète ^^ .

    Comme pour Richard Rodgers qu’on vient aussi de perdre, Janis n’a jamais été utilisé en fonction de ses qualités donc on a surtout vu leurs défauts alors que sur certains jeux, on voyait bien à quel point il pouvait être utile et j’accuse McCarthy de n’en avoir fait qu’à sa tête de lard sur ce point. Rodgers ne voulait peut-être pas lancer sur Janis pour diverses raisons dont ses routes hasardeuses mais rien n’empêchait de l’utiliser autrement (et comme j’aime souvent à le dire pour plaisanter à moitié, pourquoi pas carrément en D au point où on en était). Ça n’aurait jamais été une star mais pour un R7, il a largement été au niveau et n’a jamais causé de problème.

    Je lui souhaite vraiment le meilleur à Cleveland !

    Au final, j’ai l’impression qu’on purge les derniers « ratés » de la draft 2014 qui fut assez extrême dans son genre avec des réussites et de gros busts (Thornton et Bradford yaaargh):

    1. Ha Ha Clinton-Dix, S, Alabama (titulaire)
    2. Davante Adams, WR, Fresno State (titulaire)
    3a. Khyri Thornton, DE, Southern Mississippi OUT
    3b. Richard Rodgers, TE, California OUT
    4. Carl Bradford, LB, Arizona State OUT
    5a. Corey Linsley, C, Ohio State (titulaire)
    5b. Jared Abbrederis, WR, Wisconsin OUT
    6. Demetri Goodson, CB, Baylor (mais que fait-il encore sur le roster ?)
    7. Jeff Janis, WR, Saginaw Valley State OUT

  5. The_Chosen_One

    6 avril 2018 at 19:54

    pour ma part si on pouvait aussi remercier Clinton Dix contre un 2nd ou 3e tour de draft, je serai largement preneur. Surtout si Fitzparick se profile à la draft. Il ne m’a jamais convaincu, je dirai même que je l’ai toujours trouvé très limité, notamment par rapport aux cadors du poste de Free Safety et leur apport essentiel dans le dernier rideau.
    Janis, j’ai toujours aimé son état d’esprit et récemment son efficacité en ST. Pour moi c’est une vrai perte, un gars de vestiaire, un gars fiable (niveau état d’esprit au moins). Clairement je pense que le staff pense le remplacer par Davis, ils ont déjà anticiper sur les return la saison dernière, et je pense qu’on le verra cette année dans le rôle de 1er défenseur en ST à la manière de Janis.

  6. Elle est pas mal cette draft 2014, j’en ai connu des bien moisi dans les trois dernières décennies, les trois titulaire sont ou seront au moins une fois probowler, et les autres sont toujours en NFL, si on chope trois ou quatre titulaire à la prochaine draft, elle sera bonne aussi.

  7. Et oui, on a connu bien pire, rien que les drafts où on a busté sur les R1 voire les R1 ou les R2, voire… les très très hauts picks que je ne nommerai pas pour ne pas nous porter la poisse avec le 14 (mais ce serait dur de faire pire hahaha…).
    Dans les récentes, disons 10 dernières années, 2015 et 2011 sont sans doute les pires pour moi et toi, une préférence dans l’horreur :p ?

    Pour cette année, ce serait bien le diable si on chope pas 3-4 titus avec 12 ù^$* picks au départ ! Mais bon, on sait que les Titus (Andronicus) c’est une tragédie (shakespearienne) depuis longtemps haha…

  8. La Trinité version GB: au nom du Derwin, du Fitzpatrick et du Saint Denzel ^^ !

    On peut pas tous les virer d’un coup (surtout qu’on est déjà limite sur la secondary) et il est en dernière année de contrat avec un nouveau DC donc au pire il se bouge les miches cette année pour des cacahuètes et on le refourgue très cher l’an prochain (R3 comp possible s’il signe un gros contrat ailleurs) 😀 .
    Davis il me fait peur en gunner à être gaulé comme une allumette mais sur les retours pourquoi pas sachant que la NFL veut de toute façon supprimer cette phase de jeu (peut-être une petite raison en plus pour le départ de Janis d’ailleurs).

  9. Et on a resigné House pour un an…
    Ils ont l’air de penser qu’entre Ward et Fitzpatrick, l’un des deux tombera jusqu’au 14e choix.
    J’aimerais bien mais j’ai des doutes.

  10. The_Chosen_One

    14 avril 2018 at 19:12

    moi j’y crois de plus en plus. on changerait completement de niveau dans le 2e rideau avec un des deux.
    Go Pack Go

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.