Les choix compensatoires de la draft 2018

2018-NFL-Draft-Logo-678x381

Ca y est, on sait à quelle sauce la draft 2018 va être mangée par les Packers. La NFL a divulgué ce week-end les choix de draft « compensatoires », c’est-à-dire des choix donnés aux franchises jugées « perdantes » sur le marché des transferts de l’année précédente. La moisson de choix 2018 est bonne.

C’est en effet pas moins de 4 choix « compensatoires » supplémentaires qui vont être ajoutées dans l’escarcelle de GB.

Pour rappel, cette désignation de choix supplémentaires est calculée en fonction de la balance entre joueurs perdus et joueurs acquis au marché des transferts précédent (2017 en l’occurrence).

Les Packers avaient perdu alors beaucoup de joueurs lors de la free agency 2017 :  TJ Lang (parti aux Detroit Lions), Eddie Lacy (Seattle Seahawks), Julius Peppers (Carolina Panthers), JC Tretter (Cleveland Browns), Micah Hyde (Buffalo Bills) ou encore Jared Cook (Oakland Raiders).

Côté acquisitions : Martellus Bennett (en provenance des New England Patriots), Lance Kendricks (St Louis Rams), Davon House (Jacksonville Jaguars), Jahri Evans (New Orleans Saints) ou encore Ahmad Brooks (San Francisco 49ers) vinrent grossir les rangs des Packers.

Afin de juger si une franchise a été jugée « perdante » lors de la free agency, une formule, non rendue publique, calcule le résultat en fonction du salaire des joueurs considérés, de leur temps de jeu et de leurs récompenses honorifiques éventuelles (le 1er élément, le salaire, devant compter pour beaucoup dans le résultat).

Vous pouvez donc constater que les Packers ont lâché des joueurs titulaires dans leurs futures équipes et qui touchaient au moins 5 M de $ par saison. Au niveau acquisitions, seul Martellus Bennett (TE) rentre dans ce cadre. Il était donc prévisible que les Packers aient le maximum des 4 choix compensatoires, restait à en connaître la valeur.

Detroit Lions v Green Bay Packers

Le transfert de T.J. Lang (ici face à Suh, ancien DT des Detroit Lions) est celui qui a dû rapporter le + pour les choix compensatoires 2018

 

Choix compensatoires draft 2018 :

  • 4ème tour : choix n°133
  • 5ème tour : choix n°172
  • 5ème tour : choix n°174
  • 6ème tour : choix n°207

Ces choix passent à chaque fois après les choix traditionnels et sont donc des choix de fin de tour. Ils n’ont pas non plus d’énorme valeur en terme d’échanges. Ainsi, ces 4 choix cumulés représentent un choix dans les premières places du 4ème tour. Néanmoins, c’est déjà ça et ces 4 choix cumulés peuvent par exemple faire grimper GB de la 14ème place à la 13ème voire la 12ème place si GB trouve preneur.

Ces choix permettent aussi d’envisager des échanges de « picks » traditionnels, tout en ayant la sécurité d’avoir toujours des choix de secours avec les choix compensatoires.

Au final, les Packers disposent désormais de 12 choix pour la prochaine draft, avec des choix traditionnels qui n’ont jamais été aussi élevés depuis 10 ans ! De quoi envisager la draft de manière agressive car il est peu envisageable que les Packers choisissent 12 joueurs. L’heure sera sûrement à du « trade-up » durant la draft, et c’est là qu’on attendra le nouveau manager général Brian Gutekunst car le trade-up peut être aussi fructueux que raté.

Les choix des Packers pour la draft 2018 :

  • 1er tour : choix n°14
  • 2ème tour : choix n°45
  • 3ème tour : choix n°76
  • 4ème tour : choix n°114
  • 4ème tour : choix n°133
  • 5ème tour : choix n°150
  • 5ème tour : choix n°172
  • 5ème tour : choix n°174
  • 6ème tour : choix n°186
  • 6ème tour : choix n°207
  • 7ème tour : choix n°232
  • 7ème tour : choix n°239 (acquis grâce au trade de Lerentee Mc Cray)

 

Les Packers sont les grands gagnants de la draft compensatoire 2018 avec les Cincinnati Bengals, les Dallas Cowboys et les Oakland Raiders, toutes nanties de 4 choix compensatoires, le maximum possible. Au niveau de la valeur, les Raiders sont inférieurs avec 4 choix dans le 6ème tour alors que les Cincinnati Bengals sont les mieux dotés avec un choix de 3ème tour parmi leurs 4 choix. Les Dallas Cowboys ont des choix quasiment similaires aux Packers.

6 Comments

  1. Merci pour l’article même s’il nous rappelle une fois de plus le fiasco Bennett -_-‘ .

    Bonne moisson de picks donc bien que pas aussi bonne que prévue la faute aux achats excessifs de certaines autres équipes qui ont relégué notre pauvre Lang du R3 au R4 et un de nos R5 au R6. Du coup je tirais un peu la tronche l’autre jour même si on pioche en premier pour les comp des R4 et 6.
    J’ai fait le calcul pour marquer l’écart entre nos picks:
    (pick 1 -) 13 – 31 – 31 – 38 – 19 – 17 – 22 – 2 – 12 – 21 – 25 – 7

    On voit que le pick en fin de R3 nous aurait permis de réduire nettement l’écart (probablement de moitié) dans la zone importante entre R3 et R4 (38). En échange, on se retrouve avec des picks très proches au jour 3 (les 2/3 de nos choix, 8 sur 12).
    Monter au tour 1 depuis notre 14 coûterait une fortune sans aller très haut mais revenir dans le top 10 aux R2-3-4 c’est déjà nettement plus envisageable. Notre second R4 permet par exemple de revenir dans le top 10 du R2 par exemple alors que le R3 aurait pu permettre d’accrocher le bas du R1…
    Un éventuel trade down de quelques places au R1 si plusieurs joueurs intéressants sont toujours disponibles (ce qui sera sûrement le cas) pourrait aussi nous rendre la marge de manoeuvre perdue avec ce R3 devenu R4.

    Je suis vraiment curieux de voir comment le combine va altérer les projections !

    On peut quand même remercier Ted et ses petites magouilles d’allergique de la FA qui laissent à « Das ist Gut » quelques extras pour s’amuser dans sa première draft surtout que ça tombe l’année où ces compensatory picks peuvent être échangés ce qui augmentent d’un coup leur valeur !
    Oui, elles sont en fin de round mais elles n’y sont plus bloquées et peuvent donc servir à trade up depuis nos picks de base ce qui tombe vraiment bien vu qu’on a un nouveau GM (supposément) plus agressif.

    J’ajouterai aussi que DET et CHI n’ont rien en plus et MIN seulement 2 R6, c’est toujours ça de pris.

    A priori, le salary cap devrait prendre un coup de fouet d’environ 10 millions l’an prochain, ce qui tombe également bien pour GB, les étoiles s’aligneraient-elles pour signaler une nouvelle ère ?
    http://profootballtalk.nbcsports.com/2018/02/25/salary-cap-is-expected-to-be-at-least-178-million-could-exceed-179-million/

  2. Bon je sais bien que tu rafole de prévision et simulation, mais j’ai beau aimé les chiffres, là je m’embrouille !
    J’espère qu’avec tous ça, on va se renforcer à tous les postes, et un autre QB SVP !
    Go Pack Go !

  3. Oui oui t’en fais pas, on a de quoi faire les fous raisonnablement haha !
    Un peu plus de picks, un peu plus de sous et plus on a de sous, plus on rit en FA !

    En QB on aura du choix de seconde main entre le R4 et le R5. J’ai envie de dire qu’on peut prendre n’importe lequel (Lauletta, White, Ferguson, Benkert…), ce sera mieux que Hundley (McCrappy lui a de nouveau accordé toute sa confiance en interview au clownbi… au combine je veux dire, purée ça me tue le moral).

  4. The_Chosen_One

    1 mars 2018 at 16:01

    j’ai une question : on parle beaucoup de l’avenir de Nelson et Cobb (cut, contrat restructuré, j’ai même vu trade pour Cobb) mais Quid de Matthews ?
    j’aime bien le type ok, il symbolise les Packers de ces dernières années, mais honnêtement sa productivité est quand même moyenasse, pour un cap hit de 11,3M. En le coupant, on peut aller chasser du gros gibier en FA. Et concentrer la draft sur le pass rush (Key ou Landry ou Davenport) au 1er tour par exemple + un 4e et 5e tour par exemple. Est ce que les 3 jeunes que je viens de citer n’auront pas au moins le rendement de Clay pour un contrat aux alentours des 3M/an ? avec la différence tu prends Butler et ta défense change de catégorie.
    y a matière à réflexion quand même.

  5. Il est clair que sa production n’est pas en proportion avec son salaire.
    Après, il a le bénéfice de son expérience pour se jouer de jeunes joueurs en face de lui et pour effectuer des actions clés (le sack fumble sur le Qb des Browns en 2018 par exemple). Il a aussi une polyvalence qui peut le faire jouer partout sur la ligne de LB où il peut faire des très bons blitz à l’intérieur de la ligne.

    Pour moi, il n’a plus les moyens physiques d’être un pass-rusher premium à faire tous les snaps en OLB. Je vois vraiment son avenir proche en role player dans le front-7 et servant de mentor au pass-rusher qu’on choisira au 1er tour (Brian, fais ce choix là pitié).

    Comme pour Cobb et Nelson, je vois mal GB couper Clay Matthews alors que ces derniers seront UFA en 2019. Je les vois attendre 2019 pour statuer sur une prolongation ou non. Ou prolonger en restructurant en 2018, mais je n’en vois pas l’intérêt pour ces 3 joueurs.

    Depuis le CBA 2011, tout rookie bien choisi au 1er tour est une affaire en or pendant ses 5 premières années.

  6. Comme a dit GBPF avec en plus le fait que derrière Chubb la classe de rushers n’est pas épaisse et présente pas mal d’inconnues. Mais c’est sûr que si on pouvait gratter un peu en trafiquant son contrat je dirais pas non… Pettine saura sans doute rajeunir Clay pour un an, j’imagine ^^ .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.