Classements 2017 : Semaine 16

Green Bay Packers v Minnesota Vikings

Dans la langueur d’une fin de saison sans play-offs en ligne de mire pour les Packers, le classement semble désormais anecdotique. Pas si, au lieu de regarder vers le haut, on regarde désormais vers le bas dans l’optique de la dernière draft.

CLASSEMENT DIVISION NFC NORTH

NFCN

En perdant contre les Minnesota Vikings, les Green Bay Packers ont un peu plus assis les Vikings sur leur trône de la NFC North avec 12 victoires et 3 défaites. Pas mal pour une équipe sans son quarterback et son coureur titulaires en début de saison… D’ailleurs, si Minnesota vainc les Chicago Bears ce dimanche, les Vikings effectueraient leur plus beau bilan depuis… 1998, presque 20 ans ! Cette année-là, Minnesota avait combiné 15 victoires et 1 défaite mais avaient échoué en finale de conférence contre les Atlanta Falcons (en prolongations !) d’un certain Michael Vick (QB).

Les Packers aussi seront face à un rival de division entre cette semaine 17, dernière journée de la saison régulière. Ils iront dans le Ford Field de Detroit pour y jouer les Lions. Et heureusement que c’est au Ford Field, stade couvert. Car il y a actuellement une vague de froid historique aux USA, alors la toundra de Lambeau Field aurait été plus « frozen » (gelée) que jamais si les Packers avaient reçu ce dimanche.

Le classement de la NFC North est lui aussi gelé. Chacun restera à sa place à l’issue de la semaine 17. En effet, si les Packers gagnent chez les Lions, ils seront quand même 3ème de la division. Dans ce cas précis, GB et Detroit auront chacun une victoire dans les confrontations directes mais Detroit aura l’avantage d’un meilleur bilan intra-division (4-2 contre 3-3).

Quelque soit le résultat des Packers dimanche, pour la première fois depuis 2008, ils termineront donc à la 3ème place de la NFC North…

 

CLASSEMENT CONFÉRENCE NFC

NFC

Avant-dernière journée, autant dire que les classements s’affinent et livrent leur version quasi-définitive.

3 des 4 champions de division NFC 2017 sont connus  :

  • NFC East : Philadelphia Eagles
  • NFC North : Minnesota Vikings
  • NFC West : Los Angeles Rams

Concernant la NFC South, le titre peut se jouer entre les New Orleans Saints (n°4 NFC) qui se déplacent chez les Tampa Bay Buccaneers, et les Carolina Panthers (n°5 NFC) qui eux se déplacent chez les Atlanta Falcons. Le titre reviendra aux Saints s’ils gagnent ou si les Panthers perdent.

Les Falcons eux tiennent à leur rang de n°6 NFC et ne peuvent pas espérer mieux. Attention à ne pas faillir face aux Panthers, ils ouvriraient la porte aux Seattle Seahawks qui ont besoin de gagner absolument face aux Arizona Cardinals pour chiper la place n°6 aux Falcons.

Pour toutes les autres équipes NFC, la dernière journée est sans enjeu, à l’instar du Detroit Lions – Green Bay Packers qui décidait encore il y a un an du titre NFC North. Le but de ces équipes sera de faire tourner l’effectif, tout en espérant secrètement une défaite qui ferait remonter l’équipe au classement de la draft.

Car les rangs de la draft sont effectués en fonction du classement inverse de la saison NFL, mélangeant AFC et NFC. Actuellement, les Packers sont 15ème au classement virtuel de la draft 2018. Mais en étant dans ce milieu de tableau, GB peut potentiellement naviguer de la 10ème à la 19ème place à la prochaine draft en fonction des résultats de la dernière journée. Soit, quoi qu’il arrive, le meilleur choix de draft des Packers depuis celle de 2009 où GB avait choisi au 9ème rang BJ Raji (DT).

Mais entre le 10ème et le 19ème choix, il y a un écart qui fait diminuer la certitude d’avoir un joueur de grand talent

Une victoire chez les Lions donnerait un bilan de 8-8 à GB et exclurait automatiquement les Packers des places 10, 11, 12 et 13.

En cas de défaite, les Packers seraient assurés d’une place entre 10 et 15. En cas d’égalité entre deux équipes au même bilan, c’est la dureté du calendrier (puisque les équipes NFL ne peuvent avoir un calendrier similaire sur une saison à 16 matchs) qui départage les équipes. L’équipe au calendrier le plus dur sera classé derrière l’équipe qui a eu un calendrier plus simple car cette dernière sera considérée comme plus faible.

Or, malheureusement, les Packers ont eu un des calendriers les plus difficiles en 2017, et en cas d’égalité, les Packers devront laisser l’autre équipe devant eux. Même si cette « dureté » du calendrier peut encore évoluer avec la dernière journée, certaines équipes sont inatteignables car leur calendrier s’est avéré très simple. C’est le cas des Arizona Cardinals, des Cincinnati Bengals ou des Oakland Raiders, équipes avec qui les Packers pourraient se retrouver à égalité. Par contre, Washington Redskins et Miami Dolphins ont eu un calendrier à peu près aussi difficile que GB.

Les Packers ne peuvent donc raisonnablement espérer au mieux que le rang 12 de la draft en cas de défaite, et si tout se combine bien. Au pire, ce sera le 19ème choix. Mais tout sera plus clair demain soir ! 🙂

DANS LE RESTE DE LA NFL

En AFC, tous les champions de division sont connus :

  • AFC East : New England Patriots (12-3)
  • AFC North : Pittsburgh Steelers (12-3)
  • AFC South : Jacksonville Jaguars (10-5)
  • AFC West : Kansas City Chiefs (9-6)

Les Baltimore Ravens (9-6) et les Tennessee Titans (8-7) ont respectivement les rangs n°5 et 6 en AFC. Ils ont pris une sérieuse option. Ils sont menacés par les Buffalo Bills (8-7) et les Los Angeles Chargers (8-7) mais les Ravens reçoivent ce dimanche des Cincinnati Bengals démotivés et les Titans des Jacksonville Jaguars qui vont faire jouer les remplaçants.

LES AFFICHES DE LA SEMAINE 17

Dernière journée, play-offs et places à la draft sont en jeu :

  • Detroit Lions (n°8 NFC) – Green Bay Packers (n°10 NFC) : Duel NFC North pour du beurre
  • Atlanta Falcons (n°6 NFC) – Carolina Panthers (n°5 NFC) : Atlanta doit gagner pour garantir les play-offs
  • Los Angeles Rams (n°3 NFC)  – San Francisco 49ers (n°13 NFC) : La surprise de l’année contre la surprise de cette fin de saison

 

Publicités

5 Comments

  1. Merci pour cet article très complet malgré le climat morose.
    On s’aperçoit que malgré tout avec un bilan de 10-6 ça aurait pu passer (à un moment j’ai bien cru que les places de 5e et de 6e allaient se jouer à 11-5).

    Quelqu’un a commencé à regarder les prospects de la draft qui sont envisageables pour les places entre la 12e et la 15e ?

  2. Salut Guile,

    Avant de te répondre, je me lève ce matin et je vois de grosses rumeurs sur les remplaçants éventuels de Crappers car « on ne s’attend pas à ce qu’il reste à GB » youhou ! Ça c’est du cadeau de nouvel an !
    Par contre on risque de garder McCrappy qui se sera finalement résolu à balancer Crappers sous le bus pour sauver sa tête au moins un an de plus, snif… Enfin bon, au moins on secoue un peu la naphtaline mais reste à savoir qui on va récupérer à la place. Quand on voit la liste de noms potentiels, j’ai quelques sueurs froides (Fox, Spagnuolo, Pagano…) même s’il semble y avoir eu des contacts avec Vic Fangio des Bears ce qui serait une des meilleures pioches possibles.

    Pour la draft, j’ai commencé à regarder un peu et on aura l’embarras du choix, notamment en DE/OLB (plus qu’en OLB/ILB): Key, Chubb, Landry, Ferrell, Smith, Armstrong, Hubbard…
    Les deux premiers sont considérés top 10 même si ça peut vite changer d’ici la draft. Au départ j’étais sur Landry mais il a un petit bagage de blessures et c’était quand on piochait en 21… Armstrong est un phénomène physique mais un peut brut.
    En plus, si on part effectivement sur un nouveau DC en 2018, difficile de savoir si on va rester en 3-4 et privilégier DE ou OLB.
    L’inconvénient d’une classe aussi fournie c’est que GB pourrait (encore une fois) être tenté de reporter la sélection d’un pass rusher à un tour suivant (voir JJ Watt –> Vince Biegel en 2017) et on sait tous ce que ça a donné…

    Cela dit, avec certains joueurs quasiment obligés de partir avant notre pick sur des postes pas forcément prioritaires pour nous, on se retrouve quasiment top 10 (ou même top 5 avec du bol) pour nos besoins.
    Je compte 2 voire 3 principaux QBs dont Rosen, même si Darnold et Jackson se sont un peu troués dans leurs bowls (il reste Mayfield, Rudolph ou Allen en cas de rush au QB, ce qui nous arrangerait bien). On rajoute Barkley le top RB et 2 ou 3 OLs (Nelson et McGlinchey) plus 1 ou 2 safeties (James et Fitzpatrick) et 2-3 DTs (Vea et Wilkins).
    L’OL a plutôt bien tenu malgré les blessures cette année, McCray a été une bonne surprise, Spriggs est devenu correct et Evans a fait le taf donc un OL n’est pas une priorité surtout qu’on a l’habitude d’en dénicher des bons aux tours 4 ou 5.

    Du coup, dans ce qui nous intéresse à d’autres postes, on a une bonne chance de choper un top CB (Ward ou Jackson) car ils ne sont pas considérés top 10. Ça ferait mal de reprendre un énième DB après deux doublettes au poste en 2015-2017 mais aucun de ces joueurs n’a été pris avant la 30° place donc peut-être faudra-t-il saisir cette chance de piocher haut même s’il reste de bons joueurs derrière (Davis ou Alexander).

    La classe de TEs est faible comparé à l’an dernier (principalement Andrews et Fumagalli, les avis sont partagés sur Hurst, notamment parce qu’il va avoir 25 ans) même s’il y a quelques possibilités hors premier tour. J’aime beaucoup Fumagalli que j’ai régulièrement vu jouer avec les Badgers et Andrews est bon mais était dans un système très tourné vers l’attaque (Oklahoma) avec un top QB (Mayfield) ce qui l’avantageait (mais pourrait convenir à Rodgers car très fiable en RZ).
    Un des cas possibles serait de voir un des deux top WRs (Ridley, Washington) tomber jusqu’à nous ce qui pourrait vraiment être tentant mais il y a pas mal de choix plus bas (Sutton, StBrown, Kirk…).
    Là aussi, ça dépendra beaucoup de ce qu’on va faire avec Jordy et Cobb cette année (et n’oublions tous ceux qu’on a pris l’an dernier dont Clark)…

    Au final, gardons à l’esprit que nous avons 12 picks cette année donc pas mal de marge pour faire des échanges et reconstruire l’effectif, surtout en piochant relativement haut. La tendance actuelle nous donne un WR régulièrement et en joker, Evans l’ILB d’Alabama parce que c’est un DE de formation et qu’il a donc le profil multiple que GB apprécie ces derniers temps…

    Si je devais donner une préférence pour l’instant, ce serait Jackson en CB (le mec qui lâche pas les picks 6 si tu vois ce que je veux dire), Washington en WR (menace profonde) et en rusher, n’importe lequel de Key, Chubb, Hubbard, Landry ferait mon affaire. Je regarderai sans doute plus en détail une fois que la poussière du black monday sera retombée à GB ^^ .

    Voilà j’espère que ça te donne une bonne base de départ pour fouiller.

  3. Merci pour l’article, j’avais calculé entre 11 et 18 pour ma part, mais comme dit GBPF, il reste possible de gratter encore une ou deux places donc je suis franchement partisan de laisser filer le match contre DET parce que chaque rang gagné dans les 15 premiers picks vaut de plus en plus cher 🙂 .
    Espérons que Hundley ne va pas soudain s’enflammer en jouant à l’extérieur quoique si ça nous rapporte un draft pick (je rigole hahaha)…

  4. Merci pour toutes les infos NCAA, très intéressant !

  5. Merci Rondeux pour ta réponse très complète, cela va effectivement me permettre de commencer à regarder… 🙂
    Je serais d’avis d’utiliser le 1st round pour un CB car c’est le poste où je pense que nous avons le plus gros manque à l’heure actuelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.