Week 15 ~ CAR – GB : Fin de partie

Carolina Panthers – Green Bay Packers :  31 – 24

201712171531558725893

Gueule de bois ce matin pour les fans des Packers. La défaite concédée chez les Carolina Panthers anéantit à 99 % les espoirs de play-offs et 2017 s’annonce comme la première année sans play-offs depuis 2009. C’est d’autant plus triste que la victoire était à portée de main mais les Packers se sont tirés plus d’une balle dans le pied et n’ont cette fois pas eu le destin avec eux.

RODGERS IMPRÉCIS, MC CAFFREY EN FURIE

GB eut la première possession du match pour le retour d’Aaron Rodgers aux commandes. Première balle, premier first down par une passe pour Davante Adams (WR). C’était parti pour le changement offensif tant attendu. Du moins, c’est ce qu’on croyait car les Packers durent punter après deux passes pas totalement précises du n°12.

Le premier drive des Panthers (7 mn 35 !) allait donner le ton de la soirée. Christian Mc Caffrey (RB) fut mis à toutes les sauces, que ce soit à la course ou à la passe sans que les Packers ne trouvent de solutions, le tout agrémenté d’un first down obtenu par Cam Newton (QB) à la course pour quelques cm. Le TD allait venir naturellement par une passe captée par… Christian Mc Caffrey (RB), incroyablement seul. Le ralenti montrait en fait un block de folie (limite ?) du TE Greg Olsen qui embarquait avec lui Blake Martinez (ILB) et Josh Jones (SS). (7-0)

usatsi_10483470

Insaisissable Christian Mc Caffrey (RB) !

Les Packers répliquèrent avec de l’attaque accélérée (« no-huddle »). Rodgers trouvait Cobb (WR) plein centre pour 23 yards. Jamaal Williams (RB) soulageait bien. Aaron Rodgers courait lui-même, piégeant la défense des Panthers plusieurs fois. Davante Adams (WR) terminait le travail sur une passe de TD plein centre, profitant d’un marquage aléatoire. (7-7)

Packers-Panthers-Football-7-1

1er TD Packers pour Davante Adams, ça partait bien.

La défense de GB avait de l’envie, trop même puisqu’elle se faisait pénaliser 2 fois de suite pour des incursions dans la zone de mise en jeu. La pression de pass-rush était présente mais pas assez pour mettre en difficulté Cam Newton. Celui-ci montrait qu’il était plus un coureur qu’un passeur et dut se résoudre à un field goal en zone rouge. (10-7)

GB avait l’occasion de prendre la tête au milieu du second quart-temps. mais c’est tout le contraire qui se déroula. Une incompréhension entre Corey Linsley (C) et Lane Taylor (LG) laissait le champ libre à Kawann Short (DT) qui obligeait Aaron Rodgers à se débarrasser de la balle. Il tenta de viser Davante Adams (WR) mais son lancer était trop faible et atterrissait dans les bras de Daryl Worley (CB). Interception. On le constatera ensuite, ce n’était pas une erreur anodine. Aaron Rodgers voulut faire du Aaron Rodgers, sauf qu’il n’avait pas logiquement récupéré la plénitude de ses moyens, d’où imprécisions et passes sous-dosées.

rodgers

1ère des 3 interceptions commises par Aaron Rodgers

La défense de GB offrait son premier « 3 and out » grâce à des pressions de Clay Matthews (OLB) et Ahmad Brooks (OLB). Ce dernier a effectué contre Carolina sa plus belle prestation sous le maillot des Packers. Il a régulièrement pris le pas sur le LT Matt Kalil et c’est de lui que venait principalement la pression Packers. Nick Perry (OLB) ? Il aura été une fois de plus blessé en cours de match (cheville). Perry peut être bien heureux d’avoir réussi une demi-saison de folie en 2016 pour signer un contrat luxueux, lui qui connait plus les rangs de l’infirmerie que les crampons du terrain.

Nouvelle cartouche pour Rodgers. Aaron Jones (RB) entrait en jeu : 2 courses pour 43 yards ! Savoureux. Dommage qu’on ait oublié ensuite dans le match le feu-follet Jones et qu’on ait suralimenté un Rodgers au bras encore faiblard. C’est ce qui a été fait à la suite des courses de Jones pour finalement buter à portée d’un FG compliqué de 54 yards. Mc Carthy décidait de punter après conciliabule avec le coordinateur des équipes spéciales Ron Zook. Pour quelques yards, l’occasion d’égaliser était manquée, mais le punt magnifique de Vogel repoussait les Panthers sur leurs 5 yards.

Avec cette position, les Packers mirent la pression sur Newton. Il obtint miraculeusement un first down à la course mais dut subir ensuite un « 3 and out » avec notamment une belle défense (enfin !) de Martinez (ILB) sur Mc Caffrey.

Les Packers repartaient du milieu du terrain avec 2 mn à jouer en 1ère période. Et cette fois, Rodgers allait trouver l’ouverture sur une action « Rodgersienne ». En échappant à la pression et en se décalant sur le côté, Rodgers trouvait Cobb complètement seul et qui, une fois lancé, crocheta 2 défenseurs pour un TD de 33 yards. (10-14 à la mi-temps). Sur l’action, Rodgers était sévèrement plaqué sur son épaule, un frisson parcourut l’échine des cheeseheads, mais Rodgers en ressortait apparemment sans dommages.

OLSEN PREND LE RELAIS, RODGERS S’ENTÊTE

Deuxième mi-temps. Les Panthers allaient trouver une nouvelle arme pour martyriser les Packers : le vétéran TE Greg Olsen qui, devinez quoi, a effectué contre GB son meilleur match de l’année…

Sur le premier drive, Mike Daniels (DT) commettait une pénalité « d’infraction de zone neutre » aussi bête que coûteuse, faisant convertir une 3ème tentative. Les Packers surveillaient comme le lait sur le feu Mc Caffrey (double marquage) ne laissant pas le droit à l’erreur sur les autres joueurs.

L’erreur, c’est Josh Jones (SS) qui la fit en se trompant de zone à couvrir et en laissant Olsen totalement seul pour le TD. (17-14)

USATSI_10483648

La balade de Greg Olsen en 2ème période

Le système défensif « capersien » de « zone-blitz » n’est pas adapté à la jeunesse de l’effectif. Les erreurs de couverture se multiplient sans cesse et les adversaires plongent dans les intervalles. La faiblesse des Packers contre les TE de qualité n’est pas nouvelle et persiste encore et encore au fil des ans. Josh Jones (SS) possède un gros potentiel en défense « homme à homme » mais il est beaucoup plus perdu quand il doit évoluer en « zone » et ne possède pas encore le bagage tactique pour y briller. Cet exemple de Josh Jones n’est malheureusement que l’énième exemple d’un défenseur Packer dans cette situation.

Les Panthers étaient repassés devant mais Rodgers allait bien nous relever. En fait, Rodgers se mutait bizarrement en Brett Hundley qui avait un masque de Rodgers 🙂 . Plus sérieusement, le n°12 n’avait pas les moyens de ses ambitions. Sur une 2ème et 5 yards, il reconnaissait le signal de Randall Cobb (WR) en plein centre du terrain pour une possible réception de 35 yards et un possible TD tant le champ était ouvert derrière.

Mais Rodgers n’a pas eu conscience hier de la diminution de son potentiel physique après 2 mois d’arrêt. La balle retombait 5 yards trop tôt dans les mains de Colin Jones (S) pourtant battu par Cobb à l’origine.

Sur la relance d’interception, Thomas Davis (OLB) se faisait plaisir en effectuant un coup de casque à l’aveugle sur le pauvre Davante Adams. Il avait beau faire l’homme catastrophé devant les caméras, son coup était vicieux et Davis pouvait faire 1.000 fois autrement pour bloquer Adams.

Résultat, Adams était K.O. comme lors du choc subi en semaine 4 contre les Chicago Bears. Il dut sortir du match pour se faire évaluer au protocole de commotion. Alors que la NFL dit publiquement vouloir la sécurité des joueurs, il est incompréhensible que ce type de block n’exclut pas automatiquement le joueur incriminé. Car au final, la pénalité de 15 yards est bien maigre. La victime est sortie du match pour sa sécurité alors que l’auteur des faits peut continuer tranquillement son match. Ubuesque.

dm_171217_nfl_packers_rodgers_2ndint_adams

Désolé, Mr Davis, mais il y avait mille autre façons de bloquer Adams..

Les Panthers reprenaient le cuir à mi-terrain pour un drive qui sonna comme un concentré des erreurs et de la malchance des Packers. Les erreurs, c’est de laisser Olsen (TE) seul (2 gains de 10 et 12 yards). La malchance, c’est de subir une interférence défensive de Jermaine Whitehead (S) sur une 3ème et 6 incomplète ; il y a avait certes un « tenu » du défenseur, sauf que cela a lieu 3 actions sur 4 et que cela n’est pas sifflé 3 fois sur 4..

La malchance, c’est aussi de subir un touchdown qui aurait été si drôle s’il n’avait pas été validé. Cam Newton (QB) trouvait Damier Byrd (WR) dans les airs. Josh Hawkins (CB) le  le poussait en l’air, le receveur jonglait avec le ballon et le captait en retombant sur le dos hors zone. Sous la pression du public, l’entraineur en chef adverse Ron Rivera demandait une révision vidéo que les commentateurs TV et surtout le consultant arbitrage (une référence en la matière) qualifiaient de challenge perdu.

Mais le challenge fut retourné et le TD validé… Le consultant arbitrage en rigolait : désormais une fesse avait le même impact qu’un pied et le receveur avait bien (tout en contrôle bien sûr…) posé la fesse gauche avant la fesse droite… GB riait jaune par contre. Le tout s’étant joué au centimètre près pour cette action qui fera désormais jurisprudence. La NFL réinvente ainsi perpétuellement la règle de ce qu’est une réception complétée… (24-14)

gettyimages-894326320

Ceci est un touchdown…

Cela commençait à sentir le roussi.. et cela s’aggravait encore avec une 3ème interception de Rodgers, une première pour lui depuis 2009 ! Sur une 3ème et 10, il voyait la possibilité d’un TD de 75 yards de Jordy Nelson (WR). Cela aurait été le cas s’il avait lancé quelques mètres plus à gauche et quelques mètres plus fort. La tête de Rodgers voulait mais le corps ne suivait pas.

Il restait un quart-temps et demi et la cause semblait entendue. Les Panthers allaient manger le chronomètre devant une défense impuissante. Eh bien non, sursaut d’orgueil défensif devant des Panthers trop conservateurs (run-run-pass) : « 3 and out » de Carolina.

Les Packers sentaient l’urgence de leur situation, ils convertissaient une 4ème et 1 grâce à une course de Rodgers. Rodgers refaisait une course de 12 yards pour un nouveau first down. Le TD était à portée de main. Sur une 3ème et 4, Rodgers lançait vers Geronimo Allison (WR) seul à gauche pour le TD, mais le lancer était, devinez quoi, trop peu puissant et tombait aux pieds de « G-Mo ». GB se contentait d’un FG pour revenir à une possession. (24-17)

Mais la défense des Packers allait commencer à accuser le coup sous l’effet d’un temps de possession à leur désavantage. Cette fois, tout y passait, réceptions d’Olsen, courses de Mc Caffrey ; pour aboutir au 2ème TD de Byrd, là encore en plein centre et encore plus seul, avec un Ha-Ha Clinton-Dix (FS) qui semblait très peu concerné par l’action. (31-17)

OH ! G-MO !

2 possessions d’écart à 12 mn 30 de la fin. Les Packers prenaient cette fois leur temps avec un plan de jeu qu’ils auraient peut-être dû appliquer plus tôt : des petites passes et des courses d’Aaron Jones. Mais ça restait chaotique. GB complétait une 4ème et 5 avec Cobb à la réception sur le même type d’action que son TD précédent. Mais il n’y eut pas de miracle : la ligne offensive prenait l’eau, d’abord Linsley (C) puis Spriggs (RT), et permettait 2 sacks dont le dernier clôturait le drive sur une tentative de 4ème et 14 yards.

5a36e704929c8.image

Il restait à peine 6 mn à jouer et toujours 2 TD d’écart. La fin de match promettait d’être une longue souffrance pour les fans des Packers. La défense imposait néanmoins un « 3 and out » sur des Panthers déjà occupés à manger le temps (run-run-run).

Mais avec 4 mn à jouer, le déficit de 14 pts était trop important. La défense Panthers lâchait la bride et jouaient « sécurité ». Un peu trop car en 2 coups de cuillère à pot, ou plutôt en 2 réceptions de Richard Rodgers (TE), les Packers réduisaient le score. (31-24)

Mais bon, n’ayant plus aucun temps mort avec 2 mn 43 à jouer, il n’y avait qu’un « onside kick » recouvert par GB qui pouvait sauver la saison des Packers. Une action qui réussit une fois sur 10…

Et c’est ce qui arriva ! Par la grâce d’un coup de pied vicieux de Mason Crosby, c’est, ironie du sort, Christian Mc Caffrey (RB) qui laissa échapper le ballon sous son corps ; un ballon que Marwin Evans (S) s’empressa de recouvrir. INCROYABLE ! Les Packers récupéraient le cuir au milieu du terrain avec quasiment 3 mn à jouer, le temps mort des 2 mn et surtout un Aaron Rodgers, jamais aussi fort que dans ces moments-là. C’est sûr, la prolongation allait arriver.

Un premier first down obtenu par Nelson (WR) enclenchait la machine. Rodgers trouvait Geronimo Allison (WR) pour un nouveau first down. Mais l’histoire aurait été sûrement trop belle.. James Bradberry (CB) donna une « manchette » sur les bras de G-Mo, Richard Rodgers (TE) manqua de recouvrir, chose que le safety des Panthers Mike Adams s’empressa de faire.

636491252046399755-30-121017-PACK-V-PANTHERS-30259

Geronimo Allison (WR) perd la balle qu’il ne fallait pas perdre

Fin de l’histoire. Terrible ascenseur émotionnel que cette fin de match. Alors qu’on s’acheminait vers une lente défaite, cet onside kick recouvert laissait vraiment croire à l’impossible destin.

Cette défaite laisse un goût amer tant les Carolina Panthers étaient prenables. Malgré 3 pertes de balles (interceptions), les Packers étaient encore en position d’emmener Carolina en prolongations avant de commettre un 4ème turnover. La ligne offensive a contenu, la majeure partie de la rencontre mais avec difficulté, l’impressionnante ligne défensive des Panthers et un nombre de blitz incommensurable.

La défense n’a pas été bonne c’est sûr, elle est restée dans les standards de GB. Encore et toujours j’ai envie de dire. Un Rodgers au mieux de sa forme se serait contenté des quelques « stops » offerts par la défense. Josh Hawkins (CB) a été au four et au moulin, d’autres n’ont pas pesé. Impensable que le staff défensif ne soit pas modifié à l’inter-saison.

Clairement, le jeu des Packers était trop ambitieux dimanche, et pas adapté à un Rodgers finalement convalescent, finalement « humain ». La balance course/passe était réellement trop déséquilibrée (75 % de passes, 25 % de courses !) alors qu’Aaron Jones (RB) affiche une moyenne par course de … 16 yards ! La perte de Davante Adams (WR) fut dommageable, tout comme celle de Nick Perry (OLB) en défense.

Voilà, il reste le match de ce lundi soir pour savoir si mathématiquement les play-offs sont hors de portée. Une victoire des Atlanta Falcons sur les Tampa Bay Buccaneers clouerait le cercueil des ambitions des Packers 2017. Si tel est le cas, les deux derniers matchs seront tristes à suivre, et peut-être sans Aaron Rodgers, avant une inter-saison où tous les fans espèrent qu’il se passe quelque chose. Car manquer les play-offs après y avoir participé 9 ans de suite doit nourrir réflexions..

 

LES STATS

Score

 

Carolina :

  • Cam Newton (QB) : 20/31 à la passe, 242 yards, 4 TD ; 58 yards à la course
  • Christian Mc Caffrey (RB) : 12 courses, 63 yards, 5.25 yards par portée : 6 réceptions, 67 yards, 1 TD
  • Greg Olsen (TE) : 9 réceptions, 116 yards, 1 TD
  • Jay Bradberry (CB) : 4 plaquages, 3 plaquages assistés, 1 INT, 1 fumble forcé
  • Efficacité en 3ème tentative : 50 % (6 sur 12)
  • Efficacité en zone rouge : 75 % (3 sur 4)
  • 34 mn de possession de balle

 

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 26/45 à la passe, 290 yards, 3 TD, 3 INT ; 43 yards à la course
  • Aaron Jones (RB) : 3 courses, 47 yards, 15.7 yards par portée
  • Jamaal Williams (RB) : 10 courses, 30 yards, 3 yards par portée
  • Randall Cobb (WR) : 7 réceptions, 84 yards, 1 TD
  • Richard Rodgers (TE) : 4 réceptions, 77 yards, 1 TD
  • Kenny Clark (DT) : 2 plaquages, 6 plaquages assistés, 1 sack
  • 1 seul sack pour la défense
  • Efficacité en 3ème tentative : 36 % (4 sur 11)
  • Efficacité en 4ème tentative : 66 % (2 sur 3)
  • Efficacité en zone rouge : 50 % (1 sur 2)

9 Comments

  1. On ne change pas une recette qui perd…
    Nouveau crève-coeur car comme GBPF le dit, Carolina était largement prenable malgré toutes nos erreurs, et nouvelle gestion calamiteuse de McCarthy qui abandonne un run très efficace en 2MT pour faire lancer un Rodgers diminué alors qu’on a perdu Adams… 6 millions par an pour ça, je le fais pour 100 fois moins ! Bref, j’attends le grand nettoyage en espérant que Green Bay ne fera pas l’autruche une fois de plus.

  2. Le 3e QT était dur à voir… Une défense aux abois, un Rodgers qui joue sans être à 100% et qui se fait intercepter deux fois sur des passes qu’il doit réussir les yeux fermés quand il est à 100%… Une absence complète de course alors que ça marchait bien et que cela soulageait clairement Aaron… Un festival de ce qu’il ne faut pas faire…

    Et puis la fin du 4e QT, pendant 5 minutes, le temps du TD avec la belle connexion Rodgers-Rodgers, l’onside-kick recouvert, le holding qui nous donne un 1st down mal embarqué, je me suis dis « Davidbrillac a raison, cette saison est pour nous, il ne peut rien nous arriver » et puis Geronimo a vu le défenseur faire sauter le ballon de ses mains et le rideau est tombé.

    Pour les deux derniers matchs, vu que Rodgers est toujours convalescent, autant laisser Callahan jouer. En plus, on a vu ce que donnait Hundley sur 8 matchs donc laissons 2 matchs à notre QB3 pour voir s’il vaut mieux que le QB2 actuel et éventuellement prendre la décision qui s’impose pour le QB2 de l’année prochaine (conserver un des deux ou recruter).

    Et puis à l’inter-saison viendra le temps du ménage dans le staff (j’espère).

    Merci pour l’article.

  3. comme d’hab défense a la rue , hors jeux en pagaille, pas de couverture, 3e qt catastrophique. vivement la draft ,linebackers en pleine forme car sans pass rush les qb adverses s’amusent avec la défense de ce vieux dom. Super site continuez.

  4. Merci Julius et bienvenue en tant que nouvel arrivant sur le site (ou plutôt sur les commentaires).
    Premier message juste avant le match chez les Carolina Panthers, Julius en hommage à Julius Peppers ?

  5. Quel déception que ce match.
    Je comprend qu’on ai aligné Rodgers, il y avait quelque chose à jouer, mais au final on a eu un demi rodgers uniquement.

    Même avis que Guile, laissons jouer callahan sur les deux derniers match.
    Si il joue bien => on aura trouvé notre QB2
    Si il joue mal => on remonte à la draft.
    C’est gagnant gagnant.

    Lors du sondage de la dernière intersaison, j avais voté pour qu on prolonge Perry, quel déception

    J’attendais un renouveau de Matthews, quel déception

    Notre défense était plutot pitoyable sur l’ensemble de la saison, mis à part quelques matchs, mais ca c’était attendu, Ciao Cappers .

    Mc crappy a montrer son vrai visage lorsque rodgers n’était pas la pour sauver les meubles, à ce demander qui est le HC des Packers. Au moins ce qu’il y a de bien c est que Rodgers a trouvé sa reconversion après sa carrère de joueur, pourquoi pas HC des Packers !!!!

    Après tout n’est pas a jeter sur cette saison. au titre des satisfactions je donnerai.
    1-Aaron Jones
    2-Blake Martinez
    3-Jamal Williams
    4-Kevin King (pour les matchs qu’il a joué, quand meme un peu blessé le petit)
    5-Randall…… euuuuh non pardon c est mon chat qui a marché sur le clavier.

    Maintenant il est temps de tirer les lecons de cet échec. J’ai envie de dire qu’il y en a plusieurs à tirer.

    1- Combien d’année encore avec Aaron Rodgers???
    Si on veut encore gagner un superBowl avec Rodgers va falloir faire des choix. Est ce qu’on continu à miser sur le développement des jeunes issus de la draft avec les risque d’erreur de casting que ca comporte, ou est ce qu’on investi dans la FA afin d’offrir a aaron une equipe capable d’aller au bout.
    On sait ce qu’on avec Rodgers, un QB capable d’emmener une équipe au bout. Mais qu’est ce qu’on aura après? Si on ne capitalise pas sur Aaron alors on ne sait pas quand on sera a nouveau en mesure de jouer un SuperBowl.

    2- Quel est l’avenir de ce staff.
    A GreenBay on aime pas le changement alors que va devenir ce staff? Cappers out ca me semble évident à moi, mais j’ai peur qu’on se refasse encore du cappers l’année prochaine.

    Mc carthy Stop ou encore??? Pour moi c est Stop, il faut une nouvelle vision au Packers et c est pas Mc carthy qui nous l’apportera.

    3- Qu’est ce qu’on peut chopper à la FA et combien doit-on investir???

    Toutes ces questions et surement d’autres devront trouver une réponse. Je ne peux pas imaginer qu’avec un tel QB on ne monte pas une équipe commando pour allez chercher un autre SuperBowl.

  6. Entièrement d’accord avec toi, même pour Randall euh… ton chat 😀 !

    J’avais parfois des doutes avant, mais après cette saison, il est clair pour moi que c’est le staff qui pose problème. Thompson a au moins fait un effort en FA cette année même si c’était trop peu trop tard mais Crappers et Crappy n’ont quasiment pas bougé le petit doigt pour optimiser les ressources mises à leur disposition = responsables ET coupables.
    Je repense à un commentaire bien vu en début de saison d’un fan très critique au sujet du package « nitro » en D qui selon lui portait bien son nom car il allait nous exploser à la gueule à la moindre secousse, bravo, très bien vu !

    Le gâchis est d’autant plus frustrant que la NFL est en pleine transition avec quasiment aucune équipe vraiment supérieure aux autres (départ d’anciennes gloires, carrières sur le déclin, nouveaux QBs nouveaux coaches…) ce qui donne un avantage énorme à GB avec un lanceur établi comme Rodgers alors qu’il devient de plus en plus difficile de trouver un franchise QB.

    Il reste peut-être 5 (très) bonnes années au 12 si on a de la chance alors il est plus que temps de lui offrir une D digne de ce nom. Une simple escouade moyenne classée 15/16° notamment en 3° down suffirait à nous expédier au SB au moins une ou deux fois sinon on restera coincé en finale de conf même les années chanceuses.

  7. Bienvenue à toi Julius, même si on aurait tous souhaité que ce soit dans des circonstances plus joyeuses mais peut-être arrives-tu à point pour un grand renouveau à GB (oui c’est très optimiste de ma part haha).
    Vivement la draft comme tu dis, mais aussi (espérons) la FA, quoique vu notre stock de picks cette année et le fait qu’ils seront plus haut que d’habitude, j’y crois moyen…

  8. Trop peu trop tard ! Saison étrange tous de même, en grande partie dû au plaquage à retardement d’un homme, Anthony Barr !!!

    La victoire cette nuit des Falcons scelle une saison des Packers, à qui pour finir honorablement, on demandera de battre les Vikings, pour finir à 8-8, et laisser nos amis Lions accompagné les Vikings en playoff, et représenté la NFC North.

    Maintenant que la saison 2017, ou les Packers étaient annoncés parmi les favoris, est partie en fumée, on peut chercher des explications, et trouver d’éventuelles coupables !
    Dom Capers, à la tête d’une des pires défense de la NFL, sans oublier l’affront et le ridicule de la saison passé, est depuis des années, un coach détesté et doit de lui même arrêter les frais !
    Pareille pour le coach McHarty, son heure de gloire est passé, depuis longtemps, la saison tronqué du 15-1, les deux final de conférences perdu honteusement !
    Et la stats qui tue, 8 défaites en playoff, pour rappel Vince Lombardi c’était 9-1 en playoff.
    Avec un pourcentage de 663 en carrière il est derrière Lambeau, Holmgren et Lombardi.
    Tous le monde attend le changement pour 2018, avec des jeunes prometteurs, une place de 15 ème à la draft, et une free agency actif .

  9. bjr,fan du site avec ma fille, elle fan de julius peppers version gb. je suis les packers depuis l’epoque brett favre. la blessure de rodgers n’ explique pas tout . les lacunes de l’effectif sont nombreuses, la défense mauvaise tout l’année dans son ensemble. l’intersaison va etre animée dans le wisconsin,car avec le meilleur qb de la nfl et aussi mal l entourer cela est vraiment du gachis, l’exemple du départ de peppers alors que le joueur est un taulier de vestiaire avec une mentalité exemplaire démontre bien les érrements du management de tt. vivement la prochaine saison.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.