Échauffement Week 15 : CAR – GB

Carolina Panthers – Green Bay Packers

panthers_vs_packers

3 matchs, il ne reste que 3 matchs avant la fin de la saison régulière NFL 2017. Trois matchs où désormais, tout est possible puisque Aaron Rodgers est de retour sur le terrain. Trois matchs pour renverser la vapeur et passer de n°9 NFC à la qualification en play-offs. Première étape, vaincre en Caroline du Nord chez les Panthers, actuellement n°5 NFC.

« LOOK AT THE DAB »

cam-newton-111615-getty-ftrjpg_109kzimizqgc71b3rse1zq1cd0

« Look at my dab »

« The dab », c’est une gestuelle issu du monde du hip-hop et popularisé par un joueur de football américain : Cam Newton, le quarterback des Carolina Panthers.

La mission de la défense de GB ce dimanche sera de surveiller le « dab ». Car Cam Newton est unique. Il est un QB à la fois passeur et coureur. Seul Russell Wilson peut tenir la comparaison mais Cam Newton a en plus un gabarit de linebacker (1,96m ; 115 kg) mais il court comme un RB. Il est ainsi difficile à plaquer, que ce soit en pass-rush ou quand il se met à courir.

Newton est ainsi la meilleure arme à la course des Panthers, de loin le QB NFL qui gagne le plus de yards à la course (585 yards, 25ème coureur NFL !) ; Russell Wilson, le 2ème QB coureur est 100 yards derrière.

Les Panthers savent utiliser Newton en course directe en feintant la course du coureur (« read-option »). Les Packers devront être vigilants et cela nécessitera d’avoir un oeil permanent sur le QB avec un joueur qui le scrutera en permanence (« spy »). Un linebacker intérieur sera sûrement dédié à cette fonction, Jake Ryan ou Blake Martinez (actuellement 3ème meilleur plaqueur NFL) ; à moins qu’on utilise le mélange inégalé de puissance et de vitesse de Clay Matthews (OLB), en profitant du retour de Nick Perry (OLB) et de la présence d’Ahmad Brooks (OLB).

Cam Newton est la tête du trident de course Panthers. Avec lui, on retrouve le coureur RB 1 Jonathan Stewart qui joue dans un registre classique de coureur. Mais sa saison est relativement atone avec une faible moyenne de yards par course (3,5 yards). Alors, certes, il sort d’un match à 103 yards contre les Vikings. Mais cette dernière performance est à relativiser car bâtie avec une course de 60 yards (pour TD) où la défense agressive des Vikings s’était complètement trouée.

Si la défense des Packers ne fait pas d’erreur aussi manifeste, elle se doit de contenir Stewart, ce qui n’est pas gagné quand on voit les deux derniers matchs où Peyton Barber (Tampa Bay Buccaneers) et Isaiah Cromwell (Cleveland Browns) ont réalisé leur meilleure performance de l’année. L’entraineur défensif Dom Capers doit resserrer les boulons de ses schémas contre la course, de même que les membres de la ligne défensive Kenny Clark, Mike Daniels, Dean Lowry et Quinton Dial doivent resserrer leur jeu.

Enfin, pour compléter le trident, il y a le petit phénomène de la dernière draft, Christian Mc Caffrey (RB), drafté au 7ème choix ! Ce petit gabarit n’arrive pas à percer les murailles défensives mais est très vivace. Il ne faut pas le laisser libre dans le champ ouvert. Vous l’avez compris, c’est le genre d’arme absolue en passe écran.

Ce trident Newton-Stewart-Mc Caffrey mène ainsi la 5ème attaque NFL à la course. Il faudra donc verrouiller le centre de la ligne tout en surveillant comme le lait sur le feu les mouvements de Newton.

800

Attention, Mc Caffrey (RB) est vivace !

Si les Packers arrivent à juguler le jeu de course Panthers, ils auront fait une grande partie du chemin défensif car le jeu de passe de Carolina est faiblard.

28ème attaque à la passe NFL, leur arme n°1 est Devon Funchess (WR), un ancien tight-end reconverti en receveur ; autant dire qu’il n’est pas rapide mais possède un physique imposant (1,93 m ; 110 kg). Cela peut malheureusement suffire contre les petits gabarits de Damarious Randall (CB) et Josh Hawkins (CB). Il faudra donc que Clinton-Dix (FS) soit vigilant sur le côté de Funchess, et que le pass-rush soit actif car la spécialité de Funchess est de capter des bombes en profitant de sa taille. Mais cela n’est possible que si Newton a le temps pour lancer loin.

Niveau réceptions, Newton dispose surtout d’un duo expérimenté au niveau des tight-ends : Greg Olsen et Ed Dickson. Ce dernier effectue la meilleure saison de sa carrière alros que Greg Olsen, blessé au pied la majeure partie de la saison, est loin d’avoir retrouver son niveau Elite, d’ailleurs le retrouvera t-il ?

Il sera important que le pass-rush nous sort autre chose que la bouillie de la semaine passée ou d’autres semaines encore. La ligne offensive des Panthers n’est pas exceptionnelle mais elle est correcte (14ème NFL au niveau des sacks subis) et meilleure que celle des Browns contre laquelle les Packers se sont cassés les dents.

Le retour de Nick Perry (OLB) sera t-il l’élément manquant à ce pass-rush ? On ne peut que l’espérer. Car en face, il y a deux éléments de haute qualité dans l’OL Panthers : le LG Andrew Norwell et le RT Daryl Williams. Mais il y a de quoi faire avec les frères Kalil, Matt le LT et Ryan le C. De plus, le RG titulaire Trai Turner sera absent et remplacé par Amini Silatolu (RG). Alors, Kenny Clark (DT) ou Mike Daniels (DT) doivent attaquer l’espace (« le gap ») entre le C et le RG, alors que le pass-rusher positionné contre Matt Kalil (LT) doit prendre le dessus.

Le premier objectif du pass-rush Packers sera de fermer la « poche » de Cam Newton. Celui-ci ne doit pas s’échapper à la course et GB doit le forcer à passer, là où il est plus friable. Car s’il a une bonne puissance de bras, Cam Newton (QB) n’est pas le plus précis des QB (12 interceptions, 22ème pour une attaque NFL)

UNE AUTRE ATTAQUE PACKERS

À moins que vous vous soyez déconnectés du monde la NFL depuis une semaine, vous le savez tous, Aaron Rodgers est de retour ! Et c’est toute l’attaque des Packers qui s’en trouve chamboulée.. dans le très bon sens du terme !

On ne peut prendre aucune statistique offensive 2017 des Packers en référence, tant elles ont été plombées par les 8 matchs de Brett Hundley en tant que QB. Sous Rodgers, l’attaque des Packers était à la lutte avec celle des New England Patriots pour le titre de meilleure attaque NFL. Avec l’épisode Hundley, GB est devenu une des pires attaques à la passe alors que le jeu de course s’est affirmé pour faire partie de la première moitié NFL.

Car au moins, l’épisode Hundley aura accouché d’une chose positive, la découverte d’un duo de coureurs de choc : le percutant Jamaal Williams (RB) et le virevoltant Aaron Jones (RB). Ce duo laisse entrevoir des lendemains qui chantent car ils ont réussi à briller avec le poids de l’attaque sur leurs épaules. On peut espérer qu’avec Aaron Rodgers aux commandes, la pression sera moindre, mais les occasions seront plus rares. Peut-être aussi que Jamaal Williams sera aussi utilisé à la réception car il a montré des qualités certaines dans ce domaine ces dernières semaines.

jordy-nelson-aaron-rodgers

Le retour de la connexion infernale ?

C’est tout le jeu à la passe des Packers qui va être revigoré, notamment les « victimes » de la période Hundley : Jordy Nelson (WR) et Lance Kendricks (TE). Pour Nelson, c’est encore plus criant car avant les blessure de Rodgers, il avait les meilleurs chiffres pour un WR en NFL. Depuis, il errait sans âme, bloqueur plus que receveur et sevré de longs ballons. Rodgers de retour, c’est le retour d’une alchimie sans pareille dont on a ha^te de revoir les actions symboliques : passes profondes ou passes derrière l’épaule (« backshoulder pass »).

Il faudra que Rodgers ne soit pas trop rouillé et peut-être que les premiers drives seront hésitants, mais j’en doute fort, vu le compétiteur qu’est le n°12. Mais surtout, sa ligne offensive devra le protéger des méfaits adverses. Et en plus, il y aura du niveau en face.

La ligne défensive Panthers est une des meilleures NFL. Dans son système « 4-3 », les 4 joueurs de la ligne sont tous aussi forts les uns que les autres. Kawann Short et Star Lotulelei sont à l’intérieur, alors que Mario Addison et l’ex-Packer Julius Peppers mettent la pression sur l’extérieur. Avec 40 sacks depuis le début de saison, ils sont 3ème NFL dans cette catégorie. Cette pression de la DL permet aux Panthers d’avoir des bons chiffres contre la passe (7ème NFL au niveau des yards concédés à la passe) alors que leurs lignes secondaires sont indigentes. Si l’OL Packers bloque la DL Panthers, alors les chatons peuvent se faire du souci car Aaron Rodgers va disséquer leur arrière-garde. Souvenez-vous, c’était la même problématique contre les Pittsburgh Steelers, et cette confrontation avait fait briller Hundley ; alors Rodgers…

julius-peppers-carolina-panthers

Julius Peppers (DE) est revigoré par son retour aux sources

Le front-7 Panthers est sur le papier impressionnant mais les linebackers ont perdu de leur superbe, notamment à cause de blessures qui diminuent leur rendement. Luke Kuechly (ILB), le vieux Thomas Davis (OLB) et Shaq Thompson (OLB) n’ont pas le rendement des saisons passées. Shaq Thompson sera d’ailleurs absent contre les Packers.

Kuechly reste néanmoins un top 5 ILB et la défense contre la course Panthers est la 4ème NFL en terme de yards concédés par match. Mais attention, quand on regarde les yards concédés par course, les Panthers ne sont que 13ème NFL. De toute façon, le jeu de course Packers sera cette fois un complément et non plus le jeu principal.

LA PREMIÈRE MARCHE

Ce match demande une victoire indispensable aux Packers pour les espoirs de play-offs. C’est largement possible malgré la qualité de l’adversaire qui vient de battre le leader NFC, les Minnesota Vikings.

Les choses sont simples.. et compliquées à la fois pour que GB gagne. En attaque, protéger Aaron Rodgers d’une des meilleures lignes défensives de la NFL. Le centre de la ligne, pas si souverain, devra être au taquet et on scrutera Jason Spriggs (RT) pour son premier vrai baptême du feu. Spriggs est étonnamment correct depuis qu’il a pris la place du pourtant honorable Justin Mc Cray qui avait remplacé au pied levé le RT titulaire Bryan Bulaga. Sa pré-saison était inquiétante mais il est revenu revigoré de sa blessure. À lui de prouver son statut dimanche, il a l’opportunité de justifier le « trade-up » effectué l’année dernière par les Packers à la draft.

En défense, contenir Cam Newton (QB) et le forcer à plus jouer à la passe qu’à la course. Les lignes devront être resserrées et très attentives. La première marche vers un hypothétique Super Bowl, c’est maintenant !

GO PACK GO !!!

Green Bay Packers v Carolina Panthers

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Rodgers (QB) – J. Williams (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Evans (RG) – Spriggs (RT) – Kendricks (TE) – Cobb (WR) – Nelson (WR) – Adams (WR)

Défense :

Clark (DT) – Daniels (DT) – Matthews (OLB) – Martinez (ILB)  – Ryan (ILB) – Perry (OLB) –  Hawkins (CB) – Randall (CB) – J. Jones (SS) – Clinton-Dix (FS) – Burnett (SS)

Absent notable : Davon House (CB)

Coup d’envoi dimanche 17 décembre à 13 h 00, heure locale, 19 h 00, heure française.

3 Comments

  1. Très bon résumé de cette opposition qu’on espère serrée malgré les faiblesses de GB.
    Je rajouterai un point essentiel, l’humeur de Newton qui a tendance à partir en vrille dès qu’il est frustré.
    Donc si le pass rush arrive à le secouer un peu, quitte à prendre des points, il pourrait très vite se dérégler. Si en plus on peut profiter des quelques occasions où il ne peut pas s’empêcher de faire le mariole à la course pour le coincer, faudra pas se priver !
    Tenir la LOS semble effectivement primordial parce que si on peut transformer le match en duel aérien, on a nos chances même avec Olsen et McCaffrey en face.
    Je pense aussi que Rodgers pourrait nous surprendre en gardant moins le ballon et en adoptant un jeu plus rapide avec des passes plus courtes maintenant qu’il a plus d’options au sol.

    Allez on y croit, on peut faire tomber les chatons si Crappers se contente de jouer simple (argh) !

    P.S.: passe écran ? Tu as dit passe écran 😀 ?

  2. Super Bowl ! Qui a dit Super Bowl !
    Le chemin passe par la Caroline, et il n’y pas d’autre choix que de gagner !
    Gagner les trois derniers matchs, pour ne rien regretter, et attendre le faux pas des autres, sur les trois dernières journées.
    Avec Rodgers tout est possible !
    Go Pack Go !

  3. victoire impérative a charlotte,on espère un pass-rush plus saignant. attention a la légende julius ancien de la maison.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.