Échauffement Week 12 : PIT – GB

Pittsburgh Steelers – Green Bay Packers

versus-pittsburgh-steelers-vs-green-bay-packers

Malgré des bilans qui ne sont pas aux antipodes, le Piitsburgh Steelers – Green Bay Packers de dimanche soir sera une affiche très déséquilibrée entre le n°1 AFC dont on peine à trouver les failles et une équipe de GB qui sort de 4 défaites sur ces 5 derniers matchs.

LE RETOUR DU RIDEAU DE FER

Les Packers ont affronté la semaine dernière contre les Baltimore Ravens la 6ème défense NFL, en terme de yards encaissés par match. Le résultat fut un magnifique zéro pointé au score avec 5 turnovers commis, le tout à domicile.

Cette semaine, GB se déplace à Pittsburgh pour se coltiner les Steelers… 4ème défense NFL en terme de yards encaissés par match ! Alors si on suit la logique, les Packers auront un score négatif 🙂 Trêve de plaisanterie mais néanmoins, si GB n’a pas marqué de points face aux Ravens, la tâche semble incommensurable chez les Steelers.

Ce n’est pas encore le « Steel Curtain » (rideau de fer) des Steelers des années 70 qui fut l’équipe phare de cette décennie comme l’ont été les Packers dans les années 60. Ces Steelers-là étaient alors portés par une défense féroce quasi impénétrable.

La version 2017 des Steelers est une digne héritière : c’est la 2ème équipe NFL en terme de pts encaissés, 16.5 pts par match ! Autant dire que cela paraît mission impossible pour une attaque Packers menée par Brett Hundley (QB). Car c’est à la passe que les Steelers défendent le mieux grâce un front-7 qui fait peur.

Au centre de la ligne, Cameron Heyward (DT) est un des meilleurs linemen défensifs de la NFL et une grosse force pénétrante avec déjà 7 sacks cette saison. Heyward drafté en 2011 au choix n°31, 1 choix avant celui des Packers qui avaient le choix n°32 des vainqueurs de Super Bowl et draftaient… Derek Sherrod, un tackle offensif dont la carrière, aux débuts déjà difficiles, fut écourtée par une jambe brisée. Destins croisés…

Heyward est accompagné sur la ligne défensive par Javon Hargrave (DT) et Stephon Tuitt (DT), pas dénués de talent pour aller presser le QB adverse. C’est une des meilleures lignes défensives de la NFL.

steelers-de-cameron-heyward_9n5hipcm4f7y1vq5co5vc9x03

Cameron Heyward (DT) est un danger permanent

Derrière la ligne défensive évolue un excellent corps de linebackers dans cette défense 3-4 identique à celles des Packers. Les deux ILB sont des joueurs Elite faisant preuve d’une grande polyvalence : Ryan Shazier et Vince Williams. Les pass-rushers attitrés Bud Dupree et le rookie T.J. Watt profitent de cette qualité d’ensemble pour briller également. Derrière eux dans la rotation se distinguent également le vétéran James Harrison (OLB) et l’expérimenté Arthur Moats (OLB).

Mais en fait, le pass-rush Steelers part de partout, et c’est bien ça le plus dangereux. Alors, imaginez Brett Hundley évoluer face à un tel pass-rush. Malgré la ligne offensive de qualité des Packers, il n’ y aura sûrement jamais assez de temps pour Hundley.

Dommage car derrière le front-7 terrifiant des Steelers, il y a de quoi faire avec des lignes secondaires (William Gay, Cody Sensabaugh et Artie Burns en cornerbacks). Enfin, ça c’est si Aaron Rodgers était présent. Avec Hundley, il y a peu de chances que les receveurs, même démarqués, profitent des faiblesses des lignes secondaires Steelers, même si un début de symbiose s’installe entre Hundley et Davante Adams (WR).

Que faire contre cette défense et compte tenu des « qualités » de Hundley ? Courir.

La défense Steelers est beaucoup plus perméable contre la course où elle n’est que 16ème défense NFL pour le nombre de yards encaissés par course (4,1 yards par course) quand les Packers sont 5ème NFL dans la même catégorie.

Pour espérer quoi que ce soit, il faudra donc que Jamaal Williams (RB) arrive à trouver l’ouverture pour au moins une grande course et que Devante Mays (RB) fasse autre chose que des fumbles. Mais il faudra aussi que Hundley court beaucoup plus en 1ère intention, qu’il joue plus comme un… Colin Kaepernick par exemple… 😉 Si Hundley tente de jouer en classique « passeur de poche », j’ai bien peur que le nombre de sacks Steelers soit affolant.

LA PESTE OU LE CHOLÉRA ?

Quand une équipe adverse a énormément de talents, une expression américaine dit « pick your poison » (choisis ton poison), c’est à dire choisis ta manière de mourir puisque de toute façon, tu vas mourir.

C’est un peu le challenge qu’offre l’attaque des Steelers : un QB top 5 NFL (Ben Roethlisberger) qui retrouve son top niveau, peut être le RB n°1 de la NFL (Leveon Bell) et peut-être aussi le WR n°1 de la NFL (Antonio Brown).

Comment contrer ça ? En pressant le QB ? Problème, les Steelers disposent également d’une des meilleures lignes offensives de la NFL… L’intérieur de la ligne offensive est particulièrement bonne avec Ramon Foster en Garde gauche (LG), Maukrice Pouncey en Centre (C) et David De Castro en Garde droit, que beaucoup considèrent comme le meilleur RG de la NFL actuellement. Face à cela, les Packers auraient eu bien besoin leur poutre en ligne défensive Kenny Clark (DT), absent pour une bonne entorse à la cheville.

Sur les côtés, la paire de Tackles est aussi très bonne avec à gauche Alejandro Villanueva (LT) et surtout Marcus Gilbert (RT). Alors que faire ? Forcer sur le côté droit de la ligne car Gilbert est suspendu 4 matchs pour une infraction anti-dopage. C’est Chris Hubbard qui remplace un des meilleurs RT de la ligue et il n’a pas vraiment convaincu quand il avait déjà pris le poste pour cause de blessure de Gilbert. À Nick Perry (OLB) de jouer et de forcer le verrou par ce côté droit. Avec lui, les Packers compteront sur Brooks, Biegel et Fackrell en pass-rushers, Clay Matthews devant manquer le match en raison de sa blessure à l’aine. La tâche ne sera pas simple contre une OL qui n’a encaissé que 14 sacks en 11 matchs (4ème NFL).

Si Roethlisberger a du temps, il va falloir surveiller comme le lait sur le feu Antonio Brown (WR), leader NFL au nombre de yards par réception. Kevin King (CB), de retour de blessure, se coltinera la star. Il devrait sûrement avoir le soutien d’un safety en permanence (Clinton-Dix, Burnett, J. Jones). Cela ne va pas étonner Antonio Brown qui est en permanence soumis à un double marquage. C’est la raison principale pour laquelle le rookie WR Juju Smith-Schuster explose cette année mais ce dernier vient de se blesser à l’ischio-jambier. Attention aussi à Martavis Bryant (WR) qui pourrait récolter les passes de Big Ben.

hi-res-7b884b1d9de850cb40140d59a443e117_crop_north

Tout part de Leveon Bell (RB) pour l »attaque des Steelers

Et comme si cela ne suffisait pas, Leveon Bell (RB) est le leader NFL pour les yards à la course (886 yards). Le style très spécifique (très patient au début de ses courses) et sa résistance en font le cheval de trait des Steelers. Car contrairement à beaucoup d’équipes, il est le seul à porter sur ses épaules le jeu de course des Steelers. Il a ainsi le plus grand nombre de portées parmi les top RB de la NFL, preuve que le jeu offensif de Pittsburgh passe d’abord par la course, mais aussi le plus faible nombre de yards par course (3,6 yards) des top coureurs. Bell est un broyeur qui use une défense, et sans Kenny Clark (DT), cela va être compliqué d’être aussi performants que d’habitude pour GB (5ème défense contre la course pour le nombre de yards par course).

Alors que faire contre cette attaque ? On l’a dit, tenter d’appuyer sur le point faible de la ligne offensive Steelers ce soir (le poste de RT). Puis si GB veut rester dans le match, il faudra multiplier les turnovers. Là encore, Roethlisberger (QB) est avare d’interceptions (hormis la déroute contre la défense historique des Jacksonville Jaguars où « Big Ben » a commis 5 INT). Alors il faudra prendre des risques pour faire des interceptions, même si on a vu qu’Hundley ne capitalisait pas 2 interceptions en 1er quart-temps (contre les Saints).

Enfin, c’est le genre de matchs où des jeux d’équipes spéciales peuvent faire la différence, la meilleure manière pour un outsider comme le sont les Packers ce soir de renverser la donne. Alors on attendra les tentatives de retour de Trevor Davis (WR) pour un éventuel exploit.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Hundley (QB) – J. Williams (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Evans (RG) – Mc Cray (RT) – Kendricks (TE) – Cobb (WR) – Nelson (WR) – Adams (WR)

Défense :

Dial (DT) – Daniels (DT) – Lowry (DT) – Brooks (OLB) – Martinez (ILB) – Perry (OLB) –  House (CB) – King (CB) – Randall (CB) – Clinton-Dix (FS) – Burnett (SS)

Absents notables : Clay Matthews (OLB), Kenny Clark (DT), Ty Montgomery (RB), Aaron Jones (RB)

Coup d’envoi dimanche 26 novembre à 20 h 30, heure locale, 2 h 30, heure française.

 

 

 

 

Ramon Foster (G) David de Castro (G) Jonathan Vilanueva (T)

2 Comments

  1. En prime time l’Amérique va découvrir le fameux Brett Hundley, le QB au Bubblegum, et qui le pauvre, va se ridiculiser une fois de plus devant tous les spécialistes !
    Attention à la déroute annoncé, qui de toute façon ne ferais qu’accélérer le départ de tous ce staff, rendu au bout de son chemin.
    12 saisons une victoire au Super Bowl, merci et au revoir Mike.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.