Échauffement Week 10 : CHI – GB

Chicago Bears – Green Bay Packers

19541630_ss

Après une défaite à domicile contre les Detroit Lions, c’est un autre rival de division que se coltine les Green Bay Packers demain dimanche, mais cette fois en déplacement chez les Chicago Bears. Une défaite, bien plus envisageable qu’au match aller, entrainerait les Packers vers un bilan négatif et rééquilibrerait le bilan historique entre les deux franchises.

LA DÉFENSE BEARS S’AFFIRME

On le sait, ce match ne sera en aucun point similaire au match aller où les Packers avaient aisément disposé des Bears en semaine 4, 35 à 14. Et pas seulement parce qu’Aaron Rodgers est désormais absent. Même avec le n°12 sur le terrain, ce match contre les rivaux Bears aurait été différent tant l’équipe de Chicago offre un nouveau visage, d’abord sur le plan défensif.

Sur leurs 4 premiers matchs (incluant le match à GB), les Bears ont encaissé une moyenne de 26 pts par match. Sur leurs 4 suivants : 16,7 pts par match ! Une performance digne du top 3 défensif NFL. Une sacrée amélioration ! Ils ont notamment limité les Carolina Panthers à 3 pts !

La défense coordonnée par Vic Fangio est épargnée par les blessures et commence à atteindre sa plénitude. D’abord, sur la ligne défensive avec Akeem Hicks (DT) qui est la plus grosse menace, accompagné du DT Eddie Goldman et du pass-rusher Leonard Floyd (OLB). Derrière, la ligne des linebackers est dominée par Danny Trevathan (LB), l’homme du coup de casque innommable sur Davante Adams (WR), et Pernell Mc Phee (LB).

La ligne offensive Packers aura donc fort affaire d’autant que Brett Hundley ne leur accordera pas de temps supplémentaire comme peut le faire Aaron Rodgers. De plus, Bulaga est défitivement « out » pour la saison et Justin Mc Cray, le couteau suisse 2017 de la ligne offensive, est incertain pour prendre le poste de RT dimanche, là où sévit en face Leonard Floyd (OLB)…

gettyimages-588639004-e1471033279869

Leonard Floyd (OLB), la menace du pass-rush Bears

Les Bears se forment également une « secondary » jeune et talentueuse. Kyle Fuller (CB) est irrégulier mais capable de sortir des très bons matchs. Mais surtout, les Bears détiennent actuellement une des meilleures paires de safeties en NFL. Le duo est constitué du rookie Eddie Jackson, une des révélations défensives chez les rookies, et surtout le joueur de 3ème année Adrian Amos, actuellement l’un des meilleurs safeties NFL. Ces deux joueurs sont particulièrement performants dans l’art de créer des pertes de balle. Ce n’est pas très rassurant pour Brett Hundley qui, s’il s’aventure à faire des longues passes imprécises comme il sait le faire, risque d’en payer le prix.

Le salut offensif de GB viendra une fois de plus de la capacité des Packers à établir un jeu de course où Aaron Jones (RB) doit encore avoir sa chance en titulaire malgré sa piètre performance contre les Lions. Le jeu de course devra aussi s’appuyer sur… Brett Hundley, car c’est là qu’il avance le mieux et qu’il peut troubler la défense adverse qui, en le surveillant, peut lâcher la bride sur les receveurs et les tight-ends parmi lesquels Lance Kendricks (TE) est le nouveau fer de lance après le départ de Bennett. Le profil de Kendricks est beaucoup plus receveur que bloqueur et peut être une heureuse surprise… à terme.

Enfin, on devrait voir beaucoup plus d’attaques accélérées puisque c’est uniquement dans ces situations là que Hundley a pu mener des drives  loin et victorieux.

STOPPER L’ATTAQUE UNILATÉRALE DES BEARS

jordanhowardlions

Jordan Howard (RB) reste l’arme n°1 de l’attaque Bears

La tâche de la défense Packers est simple : stopper Jordan Howard et Tarik Cohen, le duo de coureurs Bears. Jordan Howard (RB) est le 5ème coureur NFL actuellement en terme de yards parcourus (662 yards). Il est secondé par le rookie Tarik Cohen (RB), coureur mini-pousse, utilisé comme coureur mais aussi dangereux à la passe.

C’est ce duo que la défense Packers devra avoir à l’oeil. Car à la passe, ce n’est toujours pas ça du côté de Chicago. Depuis le match aller, Mike Glennon (QB) a laissé la place au rookie tant attendu (n°2 de la draft 2017) Mitch Trubisky (QB). Si on accuse Mc Carthy d’être conservateur avec Brett Hundley, que dire de John Fox avec Mitch Trubisky. 7 passes tentées contre Carolina (80 % de courses), une balance déjà plus équilibrée (50-50) contre les Saints lors du dernier match des Bears.

Trubisky apprivoise le métier de QB dans un jeu de miroir étrange avec Brett Hundley, les deux QB étant préservés car poussifs. Trajectoires similaires en 2017 pour deux joueurs à la carrière différente : l’un drafté au 5ème tour 2015, l’autre étant le n°2 de la draft 2017 ; l’un est dans sa 3ème saison NFL, l’autre dans sa 1ère demi-saison.

La défense pourra donc se consacrer à une défense très proche de la ligne de mise en jeu, le corps de receveurs Bears étant décimé et faible. Dernier écueil en date pour Chicago, la terrible dislocation (!) du genou de Zach Miller (TE), meilleure cible de Trubisky,  lors du match chez les Saints, un évènement terrible qui a fait craindre l’amputation !

Morgan Burnett (SS) sera absent pour une blessure à l’aine, lui qui a l’art de diriger cette défense. Les Packers compteront alors sur Josh Jones (SS) pour le remplacer et surtout sur Blake Martinez (5ème NFL au niveau des plaquages) pour stopper la course des Bears. Clay Matthews devrait être plus utilisé en ILB compte tenu des forces adverses alors que les OLB Perry et Brooks (de retour) tenteront de forcer le verrou de la ligne offensive de Chicago qui est au-dessus de la moyenne.

171101-martinez-story-950

Encore une dizaine de plaquages pour Blake Martinez (ILB) ?

S’il y a un maillon faible à exploiter, c’est l’emplacement Centre-Garde Droit côté Chicago car Cody Whitehair (C) et Kyle Long (RG) jouent diminués par les blessures et sont loin de leur niveau. À Kenny Clark (DT) et Mike Daniels (DT) de continuer à jouer sur leurs qualités de perforation pour presser Trubisky (QB) et stopper Howard (RB).

Vu la faiblesse des attaques aériennes, ce Chicago-Green Bay risque d’être un match à peu de points où les défenses devraient prendre le pas sur les attaques. Le jeu des équipes spéciales  (spécialement les punters) sera primordial et la balance des turnovers n’en aura que plus d’importance.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Hundley (QB) – A. Jones (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Evans (RG) – Mc Cray (RT) – Kendricks (TE) – Cobb (WR) – Nelson (WR) – Adams (WR)

Défense :

Clark (DT) – Daniels (DT) – Lowry (DT) – Matthews (OLB) – Martinez (ILB) – Perry (OLB) –  House (CB) – King (CB) – Randall (CB) – Clinton-Dix (FS) – J. Jones (SS)

Absents notables : Morgan Burnett (SS), Bryan Bulaga (RT), Quinton Dial (DT)

Coup d’envoi dimanche 12 novembre à 12 h 00, heure locale, 19 h 00, heure française.

 

4 Comments

  1. 55-14 pour les Packers comme en 2014, ah non, on me que dit que les Packers jouent avec un manchots en guise de quaterback, alors je pronostique un 0-0 comme en 1932 !

  2. J’ose même plus dire Go Packs Go …..saison de m……, les Redzone le dimanche n’ont pas la même saveur depuis l’absence de Rodgers, quelque chose manque …la magie de ce mec manque …
    Et sur ce que je lis à travers vos comms ça craint pour la suite de la saison.
    Bon dimanche quand même les Packs ….

  3. On ne s’arrêtera jamais de dire Go Pack Go !
    Moi, en 1991, avec Majik Man Majkowski puis Favre, j’avais en gros dans ma chambre The Pack is Back !
    Je la garde pour la saison 2018 :-(( avec le retour du maestro Rodgers.
    En attendant il reste un mince espoirs avec le piètre spectacle offert par Bubblegum.

  4. Go Pack Go !
    Bon match à tous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.