Week 5 ~ DAL – GB : Bis repetita !

Dallas Cowboys – Green Bay Packers :  31 – 35

09nfl-davante-superJumbo

La réception victorieuse de Davante Adams (n°17) à 16 secondes de la fin.

Décidément, les matchs à Dallas ont une saveur particulière. Les Packers s’y étaient qualifiés en finale de conférence l’année passée avec, selon vous, la meilleure action offensive de l’année (la réception de Jared Cook au bord du terrain, à 3 secondes du terme). Toujours en rôle principal : Aaron Rodgers le serial winner, toujours invaincu dans ce nouveau stade de Dallas (l’AT&T Stadium) inauguré en 2010.

LES COWBOYS LÂCHENT LA BRIDE EN 1ÈRE MI-TEMPS

Je vous avais dit dans « l’Echauffement » qu’enfin GB allait débuter un match en 2017 avec sa ligne offensive titulaire.. Eh bien non ! GB reste la seule équipe NFL à ne pas avoir aligné sa paire d’OT titulaires. David Bakhtiari (LT) était toujours absent au coup d’envoi, et c’est encore une nouvelle ligne offensive des Packers qui se présentait avec Lane Taylor en tackle gauche (LT) et Justin Mc Cray en garde gauche (LG). Nous le verrons, ces deux joueurs ont souffert face à la ligne défensive des Cowboys.

Les Packers gagnaient le tirage au sort… et laissaient, comme ils en ont l’habitude, le ballon à l’adversaire, malgré le schéma offensif connu des Cowboys qui leur permet de faire tourner le chronomètre.

La défense de GB relevait le challenge et poussait de suite Dallas à une 3ème et 13 yards à parcourir.. convertie par Brice Butler (WR) sur une réception plein centre entre Randall (CB) et Clinton-Dix (S). Les Packers arrivaient à percer le mur de l’OL de Dallas et contenaient Ezekiel Elliott (RB) mais ce dernier convertissait une 4ème et 1 yard, le coach Cowboy Jason Garett étant très agressif en ce début de match. La défense résistait pour ne concéder qu’un field goal… mais les arbitres pénalisèrent une faute de Martinez (ILB) complètement imaginaire, donnant 4 balles à Dak Prescott (QB) aux 2 yards. La première fut la bonne : TD de Beasley (7-0). La pilule était amère pour la défense Packers qui, par la faute des arbitres, n’était pas récompensée de ses efforts sur un long drive de 6 mn 30.

Il était écrit que la première action d’Aaron Rodgers serait une passe pour Davante Adams (WR), présent sur le terrain 10 jours après le terrible choc à la tête qu’il subit face aux Bears. C’est même le n°17 qui allait conclure le drive par un TD en coin. (7-6). Entre-temps, GB s’était également appuyé sur le coureur Aaron Jones dont la 1ère course de 13 yards allait donner le ton d’une magnifique soirée pour lui.

Le 2ème drive de Dallas fut une copie conforme du premier. Une défense valeureuse qui contrôle Elliott, pousse les Cowboys à des 3ème tentatives mais qui échoue à faire sortir son adversaire du terrain. Même schéma, même punition. TD de Cole Beasley. (14-6)

Alors, GB allait-il répondre du berger à la bergère ? Non, cette fois l’OL prenait l’eau et subissait 2 sacks. Les Packers sortaient aussi vite qu’ils étaient rentrés sur le terrain.

Si les Packers contenaient Elliott, le coureur monopolisait l’attention des défenseurs permettant à Prescott d’user à foison des « play action » (feinte de course pour une passe) et également de courir par lui-même. Tout cela amenait les Cowboys aux portes de l’en-but. Ils concluaient par une passe lobée pour Dez Bryant (WR) bien couvert par Damarious Randall, mais ce dernier payait son petit physique face au colosse Bryant. Les Cowboys avaient rapidement profité de la sortie pour commotion de Kevin King (CB) jusque-là en charge du WR star de Dallas. (21-6)

AARON JONES, UNE RÉVÉLATION ?

Avec un tel débours et 6 mn à jouer en 1ère période, les Packers se devaient de marquer avant la mi-temps. Alors, Aaron Rodgers prenait son temps. Il profitait du travail de sape d’Aaron Jones (RB), au four (4 courses) et au moulin (1 réception « jared cookienne » de 9 yards le long de la ligne). Après cette réception d’éclat, Aaron Jones terminait le boulot : TD à la course de 7 yards !

Les Packers ont-ils trouvé leur coureur d’avenir ? On peut se poser la question au vu de la performance du rookie RB hier soir : 19 courses, 125 yards, 1 TD; 6,6 yards par course, une moyenne extra qui n’est pas le fruit d’une unique course exceptionnelle puisque son meilleur « run » n’est que de 22 yards. Non, le jeune coureur d’UTEP a été régulier tout au long du match.

Il n’est pas impressionnant physiquement, c’est juste qu’il respire le football dans sa vision des brèches et des « blocks ». Il dispose en plus d’un pied agile qui lui permet d’effectuer des changements de direction rapides. Tout ceci est très prometteur et peut-être bien qu’Aaron Jones est le « X factor » de GB dans sa quête du Super Bowl car si Aaron Rodgers peut s’appuyer sur un coureur performant.. Watch out ! En tout cas, Montgomery (RB) n’a pas à précipiter son retour et peut laisser ses côtes se renforcer. Alors, certes, il manquait à la défense Cowboys son si précieux capitaine Sean Lee (LB). De plus, la défense contre la course des Cowboys n’est pas un modèle du genre (20ème NFL après ce match) mais ils ont affronté objectivement deux grosses attaques à la course en ce début de saison : les Denver Broncos et les Los Angeles Rams. On a hâte de voir Aaron Jones confirmer dès la semaine prochaine chez les Vikings du Minnesota !

NFL: Green Bay Packers at Dallas Cowboys

Cet Aaron Jones (n°33) a l’art de trouver les brèches

Tout cela rapprochait les Packers au score (21-12 à la mi-temps), mais Mason Crosby avait bizarrement abandonné 2 pts en route en manquant les deux transformations de TD. Un mauvais doublé jamais effectué qui ne ressemble pas au meilleur kicker de l’histoire des Packers, des points oubliés qui auraient pu être fatals au final.

HISTOIRE DIFFÉRENTE, DÉNOUEMENT SIMILAIRE

Les Cowboys avaient gagné en 1ère mi-temps la bataille de la possession en accaparant le ballon 19 mn sur 30. Dak Prescott (QB) avait inscrit pour la 1ère fois de sa jeune carrière 3 TD en 1ère mi-temps. Tout cela n’était pas annonciateur de lendemains qui chantent, sauf si les Packers réagissaient rapidement.

GB s’appuyait toujours sur les courses d’Aaron Jones et Rodgers trouvait Martellus Bennett sur une réception spectaculaire de 32 yards. Vidéo réception spectaculaire de Bennett. Un éclair de génie du TE vétéran comme on en attend de lui. Mais ensuite, Aaron Rodgers n’était pas parfait en zone rouge et GB se contentait d’un FG (ce n’était qu’un FG de 22 yards, mais j’ai tremblé 🙂 ). (21-15)

Le vent commençait-il à tourner ? Dallas dut punter sur le drive suivant. Elliott était réduit à néant (15 courses pour 33 yards à ce moment du match), Blake Martinez (ILB) survolté pénétrait souvent la ligne offensive et Quinton Rollins (CB) était bon en blitzeur. Josh Hawkins (CB) aurait même intercepté une passe longue si Dez Bryant (WR) ne lui avait pas contesté le ballon.

GB réenclenchait la marche avant grâce aux efficaces courses d’Aaron Jones (5 courses, 47 yards sur le drive !). Avec un tel drive (quasiment 8 mn !) porté sur la course, il fut aisé à l’orée de l’en-but de feinter la course pour une passe vers un Jordy Nelson (WR) complètement seul. (21-22 à l’entame du 4ème quart-temps)

Ezekiel Elliott bénéficiait alors d’un bon glissement de sa ligne pour claquer sa meilleure course (25 yards). Mais les Packers stoppaient l’hémorragie des courses Cowboys. Dallas se contentait d’un field goal. (24-22). Il était alors temps de mettre la tête sous l’eau des Cowboys. Mais GB ne put qu’effectuer un piteux « 3 and out ».

Divisional Round - Green Bay Packers v Dallas Cowboys

Contenu pendant 3 quart-temps par la défense des Packers, Ezekiel Elliott (n°21) a usé GB en fin de rencontre

La lumière viendra d’un joueur décrié à juste titre ces dernières semaines : Damarious Randall (CB). Oh, disons que la providence est venu rehausser son blason car il fut chanceux d’être dans les parages du « drop » de Terrence Williams (WR). Avec ce ballon qui lui retomba dans les mains, Randall sut par contre quoi en faire : courir comme un dératé vers la zone d’en-but : touchdown ! vidéo INT Randall Les ratés de Crosby obligeaient GB à une conversion à 2 pts. Nelson était démarqué mais Rodgers avait mal réglé la mire. (24-28)

damarious-randall_pg_600

Damarious Randall (n°23) peut fêter son action avec Clinton-Dix : c’est le 1er « pick-6 » des Packers depuis 2 ans !

Il restait tout de même 10 mn à jouer. Dallas se disait qu’il serait bien de scorer le plus tardivement possible face à Aaron Rodgers. Alors, les Packers ont « bouffé » du Ezekiel Elliott tout du long. Morgan Burnett (SS) était sorti sur blessure mais les Packers défendaient valeureusement. On peut regretter que tactiquement GB n’ait pas mis plus de joueurs « dans la boîte » pour stopper Elliott car à ce stade, il semblait évident que Dallas allait marquer un TD tant Elliott gagnait des yards précieux après l’impact. Pourtant, cela n’a pas tenu à grand-chose : une 4ème et 1 yard, d’abord manquée par Dallas et finalement réussie après visionnage vidéo pour quelques cm.. Après quasiment 9 mn de drive, Prescott achevait le travail de sape d’Elliott avec « une read-option » : feinte de course du coureur pour une course du QB dans laquelle toute la défense mordait, dont Ahmad Brooks (OLB) qui couvrait le côté gauche de la ligne. Touchdown Dallas. (31-28)

prescott run

Dak Prescott (n°4) feinte toute la défense Packers et court vers le TD à 1 mn 13 de la fin du match.

Combien restait-il au chrono ? 1 mn 13 s et un temps mort pour GB. C’était largement jouable pour Aaron Rodgers, même si son arme absolue Jordy Nelson (WR) était absent du dernier drive pour blessure. Les Cowboys pourront regretter cette tentative à la passe manquée juste avant le TD, qui avait arrêté le chrono alors qu’ils marchaient littéralement vers l’avant.

La première passe donnait le ton : 14 yards pour Adams (WR) qui sortait du terrain. Les jeux appelés étaient bons : 14 yards pour Bennett (TE), 15 yards sur une course surprenante d’Aaron Jones qui arrivait à sortir du terrain.

GettyImages-859170484_1507518225695_8893754_ver1.0_640_360

Un petit saut de cabri salvateur pour une course importantissime dans la dernière minute

1er effet magique d’Aaron Rodgers. sur une 3ème et 8 yards, le n°12 échappe à 2 plaqueurs qui l’enroulent de leurs bras mais ne le plaquent pas : course de 18 yards du QB ! vidéo course Rodgers. 2 jeux plus tard, « backshoulder pass » pour Davante Adams. Le premier receveur de la soirée côté Packer en était également le dernier et enterrait les derniers espoirs de Dallas à 16 secondes du coup de sifflet final.

rodgerss

« Backshoulder pass » imparable, TD Packers !

DES PROMESSES ET DU TRAVAIL

Encore une fois, le Magic 12 avait frappé : 75 yards remontés en 57 secondes pour une victoire au cordeau sur une ambitieuse équipe des Cowboys. Une victoire qui donne un bilan de 4-1 et la tête de la division NFC North aux Packers avec la défaite des Detroit Lions à domicile. Une victoire encore obtenue dans la douleur des blessures (Bakhtiari avant le match puis King et Burnett) qui montre l’abnégation de l’équipe. Une victoire dans la douleur d’une défense rageuse à qui il a manqué ce petit brin de chance et de concentration pour mieux stopper l’attaque de Dallas. Les Packers ont ainsi « mangé grave » sur 3ème tentative. Disons que le karma de cette défense a été récompensé par l’interception miraculeuse de Damarious Randall (CB), interception qui a remis les Packers devant les Cowboys.

Les Packers peuvent envisager avec plus de sérénité, mais pas moins de sérieux, la suite de la saison. Quoi de mieux pour rester concentré qu’un bon vieux déplacement chez le rival violet honni la semaine prochaine. En tout cas, l’objectif d’une finale de conférence à domicile est encore lointain mais il se dessine à l’horizon. Le chemin est encore long mais il se peut qu’il soit fort agréable..

LES STATS

Nouvelle image (2)

 

Green Bay :

  • Aaron Rodgers (QB) : 19/29 à la passe, 221 yards, 3 TD
  • Aaron Jones (RB) : 19 courses, 125 yards, 1 TD ; 6,6 yards par course
  • Davante Adams (WR) : 7 réceptions, 66 yards, 2 TD
  • Martellus Bennett (TE) : 3 réceptions, 53 yards
  • Blake Martinez (ILB) : 7 plaquages, 5 plaquages assistés
  • 1 seul sack pour l’équipe
  • Efficacité en 3ème tentative : 42 % (3 sur 7)
  • Efficacité en zone rouge : 80 % (4 sur 5)
  • Justin Vogel (P) : 2 punts ; 48,5 yards de moyenne

Dallas :

  • Dak Prescott (QB) : 25/36 à la passe, 251 yards, 3 TD, 1 INT
  • Ezekiel Elliott (RB) : 29 courses, 116 yards, 4 yards par portée
  • Jason Witten (TE) : 8 réceptions, 61 yards
  • Dez Bryant (WR) : 5 réceptions, 52 yards, 1 TD
  • David Irving (DT) : 3 plaquages, 2 plaquages assistés, 2 sacks
  • 7 pénalités pour 70 yards
  • Efficacité en 3ème tentative : 58 % (7 sur 12)
  • Efficacité en 4ème tentative : 100 % (3 sur 3)
  • Efficacité en zone rouge : 100 % (4 sur 4)
  • 35 mn de possession de balle

 

Le résumé vidéo du match : Packers@Cowboys

 

 

 

14 Comments

  1. Superbe match !

    J’ai longtemps cru qu’on allait traîner comme un boulet les deux transformations ratées de Crosby.
    J’ai d’ailleurs pesté contre la tentative de conversion à 2pts qui ne protégeait pas grand chose de plus qu’une conversion au pied qui aurait eu le mérite de permettre une victoire avec un field goal sur le dernier drive (et non d’envoyer tout le monde en OT). Mais bon, au prix d’un superbe dernier drive, il n’y a finalement pas de regrets à avoir.

    Par contre, il faut m’expliquer pourquoi on s’échine à laisser les adversaires commencer quand on gagne le toss (surtout quand en face tu as Matt Ryan ou Dak Prescott). C’est juste n’importe quoi. Heureusement qu’il y a le dernier drive avant la mi-temps sinon le temps de présence de l’escouade offensive sur le terrain en 1ère MT est famélique.

    Très bon match de Martinez, d’Adams (rien que sa présence sur le terrain m’a soulagé suite au choc de la semaine dernière) qui mine de rien est en train de prendre la place de Nelson comme cible préférentielle et de Jones qui a eu une très bonne première titularisation.
    On voit qu’il arrive à sentir les espaces qui vont se créer et à les utiliser au mieux. En plus, il a une capacité de changement de direction et de reprise d’appui super intéressantes. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas autant avancé au sol ce qui nous a permis de bien alterner jeu au sol et jeu aérien.
    Il n’était pas loin d’un 2ème TD sur le drive qui amène le field goal de Crosby. De mémoire il fait une belle course de plus de 10 yards et se faire reprendre à 5-6 yards de la end zone.
    Il faut le revoir en RB1 jusqu’au BYE mais c’est une belle promesse.

    Bennett commence à monter en puissance et ajoute de la diversité dans les options offensives et tout ce qui permet une alternance dans les drives et du coup une lisibilité plus difficiles de nos attaques est très bon à prendre.

    Bon, va quand même falloir parler de Randall 🙂 🙂 🙂
    Le 3e TD de Dallas montre bien, comme dis GBPF, qu’il n’est pas physiquement outillé pour contrer des receveurs de type Bryant qui a fait de lui à peu près ce qu’il voulait (sauf au 4e QT où il arrive à détourner une longue passe du bout des doigts).
    Après le mec te fait un pick-6 (d’ailleurs sur l’action précédente, superbe punt de Vogel) un peu miraculeux faut bien le dire. Je pense qu’aujourd’hui, à la définition de l’expression « être là au bon moment », il y a la photo de Randall parce qu’il est derrière le receveur, derrière le défenseur de GB (j’ai pas réussi à noter qui défendait sur Williams) et le ballon arrive direct dans ses mains parce que Williams avait huilé ses gants.
    Du coup, on va devoir se le coller encore un peu surtout que King est sorti blessé.

    Coté défense, on a quand bien pris l’eau par moment (encore une fois le QB peut partir plein axe en courant et ça passe). Tu avais l’impression, sur certaines attaques, que les mecs passeraient même en marchant et c’est dommage de ne pas avoir réussi à tenir Elliott sur tout le match. J’ai souvenir qu’en début de 4e QT, il est à peine à 2y par course (genre 15 courses et 36 yards) mais on l’a très mal défendu sur les derniers drives.

    Enfin bon, on gagne même avec plusieurs points à améliorer et c’est bon signe. Il y a également beaucoup de motifs de satisfaction.
    En plus, les Lions ont perdu, c’est tout bénef pour le lead de la division. Si les Bears pouvaient taper les Vikings ce soir ça serait nickel ! 🙂

    Merci pour l’article et Go Packers !

  2. Go Pack!

  3. L’article, est comme le match et les deux Aaron, super !
    Vraiment un beau match, avec une belle victoire sur un concurrent direct, un vieux rival qui nous a tant fait souffrir il y a plus de vingt ans, mais qui nous réussit bien sous Rodgers, puisque depuis 2009 les Packers dominent largement les Cowboys 7-1 dont deux victoires en playoff.
    Rodgers est dans ce stade comme chez lui, puisqu’il y a gagner en plus, la plus belle victoire de sa carrière le Super Bowl 45.
    Je rajouterai que c’est un stade qui à une lumière assez télégénique, et je me rappelle aussi qu’au début des années 80, quand mes parents regardaient la série TV Dallas, moi j’avais repéré le mythique Cowboys stadium de Tony Dorsett et de Tom Landry.

    Pour revenir à nos moutons, le très bon bilan comptable qui nous place deuxième de la NFC derrière les Eagles, est très satisfaisant, le 6-1 avant le bye week serait parfait.
    Est-ce que toute à été parfait dimanche soir, non, mais pas loin.
    Les arbitres, ont encore une fois été mauvais, tous comme Mason, la OLine à souffert, la défense aussi, et McHarty à encore décidé de recevoir, incompréhensible !
    Mais globalement, mettre 35 pions au Cowboys chez eux, avec un Rodgers imperturbable et ultra dominant dans les moments clefs, nous rapproche de Minneapolis en février.

  4. Satisfaction, c’est le mot ! Gagner chez les Cowboys est toujours une satisfaction, et encore plus de cette manière.
    Mason, pourtant un des meilleurs Kickers, a bien failli nous le faire perdre à lui tout seul ce match, lui qui est revenu d’une saison en enfer, en 2012 de mémoire.

    Il me semble que certains pèlerins ont aperçu Randall le weekend derniers du côté de Lourdes.
    McHarty, je ne comprends pas, c’est un bon coach, mais ce mec doit être borné, il est parfois très énervant !

  5. Bonjour Tout le monde.

    Ca c’est du match bien stressant, mais quand ça fini comme ca c’est juste magique.
    C’était plutôt mal embarqué, les drives de dallas avançaient par petit gain mais avançaient irrémédiablement.
    3 TD plus tard, je me suis dit que ce match allait être dur a supporter.
    Mais c’était sans compter sur Aaron Rodgers.

    Sur mon premier post de l’année sur ce blog on m’avait demandé pourquoi les Packers.
    Ben voila pourquoi, parce que quand une équipe a un QB de cette qualité et avec un jeu aussi flamboyant ben ca peut que plaire et on peut que être fan.

    Après mon chouchou chez les rookies a du sortir j’espère que c est rien de grave et que KING reviendra des le prochain match.
    Mais il y a eu une lumière lors de ce match et cette lumière c est Jones. Notre RB rookie a été juste ennorme. Pour commencer il a une vitesse et une percussion remarquable, mais c est surtout qu’il a des changements de direction et une capacité a repérer les breches tout aussi remarquable.
    Après on peut me dire que c etait qu’un match, c’est vrai, cependant ces qualité là, on les a pas vu a Greenbay depuis un petit moment.
    La ou ca a été choquant c’est lorsque sur 2 ou 3 jeu Williams a remplacé Jones. On s’est pris le contraste en pleine face. d’un coté un Jones que j’ai presque envie de qualifié de Elliott du Wisconsin, et de l’autre Williams qui s’est contenté de BOOM tout droit.
    Si sur la durée Jones confirme, alors je crois qu’on aura trouvé notre RB titulaire, meme au dessus de Montgomery. (qui lui a du mal a repérer les brèches)

    Pour finir, que dire de ce dernier drive de GreenBay, encore une fois Aaron Rodgers en gestionnaire surdoué et Adams en WR revanchard suite à sa mésaventure de la semaine passée.

    Avant de terminé ce post, une dernière chose. Enfin Bennett se réveil !!!!!!!!!!!!!!!!

  6. Salut, c’est moi qui t’avait posé la question du pourquoi les Packers !
    Hé oui la magie des Packers ! Moi j’ai la chance d’avoir traversé trois décennies avec seulement deux QB à nôtre tête, mais avec deux génie !
    J’espère que Jones va confirmer sa superbe prestations, et être la surprise de l’année.

  7. Ouais, ces 2ème QT de m*** où on coule toujours à pic avec les conneries les plus improbables ça devient vraiment pénible, surtout à l’extérieur et le pire c’est qu’on le voyait venir gros comme une maison !

    En jouant en duo avec Monty derrière une OL en meilleure santé, je ne vois pas ce qui pourrait l’empêcher de s’affirmer le petit Jones 🙂 . Williams reste un bon complément dans le sens où il est bon en passe pro/block et pas mauvais en réception mais ce n’est clairement pas un Lacy ou beast mode du pauvre. Ça reste un rookie donc je lui donne le bénéfice du doute mais pas en RB1 !

  8. De ce que j’ai lu et vu en sideline, il y a eu un problème avec le LS Pepper et le holder Vogel sur les deux XP ratés, un erreur pour chacun avec Pepper qui avait lancé en plaçant les lacets du mauvais côté sur celui qui part à gauche… Après discussion à trois on dirait que le problème a été réglé ^^ ! Par contre on se demande ce que foutait le staff pendant l’entraînement… et on a toujours pas réglé le problème des décisions WTF de l’ami Mac… 2pts conv pour quoi faire ???

    McCrappy doit faire exprès de laisser le ballon pour améliorer les stats de Rodgers sur les comebacks, je vois que ça pour expliquer cette folie furieuse qui prétend être du génie… Je savais ce mec sévèrement borné mais là c’est à un autre niveau -_-‘ !

    Ouais par moments la D, les Boys pouvaient passer à pied, en tricycle, à cheval ou en patins à roulettes et même en segway ! Par moments, on était carrément au niveau de NE ou NO comme défense passoire… Je sais même pas si on fait un seul stop en 3° tentative de toute la 1 MT et on se prend 3/3 en 4° tentative !!! Le pire c’est ce sentiment qu’on NE PEUT PAS arrêter l’adversaire (même les rebonds jouent contre nous), on sait que chaque drive va faire TD, c’est désolant !

    Dans le positif, on a quand même mis la pression à DAK et sans ses talents naturels ça donnait quelques sacks mais quand tu joues avec un Daniels diminué et un Perry à une main, ça aide pas…
    Gros moment de déprime quand Burnett est sorti, lui, on peut vraiiiiiiiment pas s’en passer ! On dirait aussi que DAK était pas trop motivé à l’idée de lancer vers Josh Jones 😀 .
    Quand je pense au carton que Hyde fait avec les Bills gnnnnnnnnnnnn !

    Randall devrait se reconvertir dans les barbecues parce qu’il adore se faire griller… Son temps de réaction sur certains jeux c’est juste… Une grand-mère paralytique irait plus vite ! C’était pas sensé être son point fort la vitesse ?

    Mention spéciale aux zebras sur la pénalité fantôme contre Martinez (alors qu’ils ont laissé passé bien pire niveau contact) et le FD-4&1-FD du dernier drive de DAL où ils ont tout faux de A à Z sans la vidéo…

  9. Merci pour l’article, encore meilleur après ce genre de W 🙂 !

    Je vais tenter d’illustrer la remarque d’Islander sur le « lumière télégénique » du stade mais je ne sais pas si ça va passer:
    http://img1.imagilive.com/1017/GODGERS_2.png

  10. Salut à tous , ça vaut le coup de rester réveillé jusqu’a 2h du mat pour voir ce dernier drive. Aaron pour moi c’est comme Messi en foot , ce mec sait tout faire je kiffe ce gars …toujours le sourire ça doit en énerver quelques uns j’adore… Mine de rien les Packers réussissent superbement dans ce stade, comme tu dis Davidbrillac j’ai connu deux QB extraordinaires à la tête des Packs certainement deux des meilleurs QB de tout les temps, il mériterait une deuxième bague le Aaron, Jones m’a beaucoup plus ainsi que Martinez , c’est bien la relêve est présente je pense ….
    Merci pour l’article , formidable comme dab

    Go Packs Go

  11. Salut, c’était moi pour la lumière ! Superbe photo !
    Je n’avais jamais vu ce genre de lumière Scorsesesiene avant ce match, c’était Incroyable, gênent pour godgers, mais super télégénique, une lumière de cathédrale, une sorte de dramaturgie footballistique 🙂
    On pourrait peut être la retrouver à Indianapolis ou à Minneapolis, mais là verrière de Dallas est très basse, et la lumière du Texas est sûrement unique.
    Vraiment très beau, surtout avec la victoire au bout.

  12. J’ai commencé avec Don Majik Man Majkowski, mais les deux suivant, c’est la crème de la crème !
    Une chance pour tous les fans des Packers, quand tu sais que nous avons connu deux QB en 26 ans voir 33 ans, quand Aaron rentrera définitivement en Californie :-(((
    Et pendant ce temps là, les Bears et les Browns, ont eu entre 25 et 30 QB !

  13. Ouais Casey à LA, et Mika à Buffalo, serait mieux dans la baie des puants !

    Pour le long snaper, et Vogel, j’avais bien vu que ça déconnait les deux fois.

    Pour t’on meilleur ami, c’est un Highlander, un écossais de sang, bien bourru, et bien têtu, quoi faire de ça ?

  14. Effectivement, sur le dernier drive, tu sens que ça le gêne, il met la main en visière sur les deux premières actions du drive (le temps de revenir dans l’ombre) : sur la passe de 14 yards pour Adams et surtout pour la passe vers Bennett où elle lui arrive un peu au niveau des genoux.
    D’ailleurs sur cette action, on voit que Bennett monte en puissance : une réception pas si facile, un 180° ultra-rapide pour se mettre dans le bon sens et une bonne accélération pour parcourir 14 yards et poursuivre la belle remontée du terrain.

    Sinon, oui pour la lumière, ça rendait super bien et c’était très beau à voir.
    Par contre, je ne suis pas sûr qu’on puisse retrouver la même chose à Minneapolis le WE prochain car le match débutera plus tôt dans la journée. Là, c’était la fin d’après-midi et donc le soleil commençait vraiment à descendre dans le ciel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.