Échauffement Week 5 : DAL – GB

Dallas Cowboys v Green Bay Packers

Dallas Cowboys – Green Bay Packers

C’est toujours un match au sommet quand 2 franchises historiques comme les Cowboys et les Packers se rencontrent, surtout quand celles-ci sont des prétendantes au trône NFC. Mais si les Packers tiennent leur rang en ce début de saison (une seule défaite contre le champion NFC), pour les Cowboys, c’est un peu plus compliqué (2 victoires, 2 défaites dont une déroute chez les Broncos de Denver et une défaite à domicile face aux LA Rams). Les Texans se réveilleront-ils face aux Wisconsinites ?

HARO SUR EZEKIEL !

NFL: Chicago Bears at Dallas Cowboys

GB ne doit pas permettre la renaissance d’Ezekiel Elliott

Au vu de la saison 2016 alors qu’ils étaient emmenés alors par deux rookies aux postes de quarterback et de coureur, les Dallas Cowboys se présentaient comme des favoris au début de cette saison 2017. Mais pour le moment, leur arme n°1, Ezekiel Elliott (RB) est sous l’éteignoir. Il en est à 277 yards en 4 matchs (9ème coureur NFL) quand en 2016, il en était à 412 yards au même stade de la saison !

Comment expliquer cette baisse de régime du n°3 de la draft 2016 ? Après sa saison 2016 de feu, Ezekiel Eliott est désormais connu des défenses qui n’hésitent pas à blinder l’espace proche de la mise en jeu. Alors, Dak Prescott doit prendre un peu plus le jeu à son compte et pour l’instant, il ne semble pas encore totalement prêt à étirer le terrain hors de sa zone de confort des 5-10 yards.

À la décharge des Cowboys, ils ont affronté sur leurs 4 premiers matchs 3 des meilleures défenses 2016, celles des New York Giants, des Denver Broncos et des Los Angeles Rams.

Aux Packers de se mettre au diapason et de jouer près de la mise en jeu pour annihiler les capacités d’Ezekiel Elliott qui bénéficie toujours d’une ligne offensive de talent qui permet à Elliott d’avoir des brèches et Prescott d’avoir du temps (seulement 5 sacks encaissés en 4 matchs). Si Elliott est restreint à un maximum de 80 yards, les Packers ne seront pas loin de la victoire.

9500106-dak-prescott-nfl-preseason-dallas-cowboys-seattle-seahawks-850x560

Le QB que les Packers doivent mettre en déroute : Dak Prescott

Heureusement, c’est quasi-certain, Mike Daniels (DT) sera de retour ! Et même si la défense à la course de GB s’est bien démenée depuis 2 matchs, elle n’est pas la même sans son Mike-D. Les coureurs Devonta Freeman (Atlanta Falcons) et Joe Mixon (Cincinnati Bengals) peuvent en témoigner. Son retour devrait également impacter le pass-rush de GB où Nick Perry (OLB) jouera encore avec un plâtre à la main.

On peut dire que la défense titulaire des Packers sera alignée avec la probable titularisation de Davon House (CB) après sa blessure au quadriceps. Les safeties Burnett et J. Jones auront un grand rôle à jouer pour stopper Ezekiel Elliott, mais aussi pour être au soutien des cornerbacks qui devront contrôler le WR star Dez Bryant dont le physique Kevin King (CB) se chargera. On surveillera aussi la performance de Damarious Randall (CB) au coeur de la polémique après son mini coup de sang du match précédent contre les Chicago Bears.

629165684.0

Mike Daniels de retour !

UNE ATTAQUE PRÊTE À PERFORMER

Tous les signaux sont au vert pour l’attaque de GB. Grâce à cette pause de 10 jours depuis le match du jeudi 28 septembre face aux Bears, GB récupère quasiment l’ensemble de ses titulaires. De plus, le coach Mike Mc Carthy sait apparemment tirer profit de cette petite pause puisqu’il affiche un bilan de 9 victoires pour seulement 2 défaites lors du match de reprise après le « mini-bye ».

Seul devrait manquer à l’appel le coureur Ty Montgomery qui aimerait tant jouer dans sa ville natale mais ses côtes fêlées devraient l’empêcher d’être sur le terrain. Même Davante Adams (WR) pourrait être de la partie, de retour de commotion après le terrible choc subi la semaine passée face aux Bears.

Les Packers récupèrent surtout leur ligne offensive… pour la première fois de l’année ! En effet, Bulaga (RT) était absent lors du match 1 puis ce fut au tour de Bakhtiari (LT) d’être absent. Les Packers ont ainsi encaissé 15 sacks en 4 matchs, soit 3 fois plus que les Cowboys ! Le bilan de 3-1 est presque miraculeux compte tenu de l’absence de ces deux joueurs qui font partie du top 5 NFL à leur poste.

Si les « B and B » (Bakhtiari et Bulaga) sont présents à 100 %, Aaron Rodgers devrait jouer dans un fauteuil car les Cowboys ont tendance à attaquer le QB adverse avec seulement 3 joueurs de ligne (dont l’ex-Packer Brian Price dans la rotation), mettant beaucoup plus de joueurs en couverture.

c460d0790eb5fee2a4571a39908f15e4--packers-seahawks-go-pack-go

Le retour des « B and B » ?

Certes, Demarcus Lawrence (DT) est le meilleur sackeur actuel de la NFL (7,5 sacks), mais il a bien profité de faibles lignes offensives adverses (NY Giants, Arizona Cardinals, Denver Broncos). Contre cette défense, la part belle est faite pour les coureurs et les Packers devront impliquer leurs jeunes coureurs Jamaal Williams (de retour) et Aaron Jones. Mais Aaron Rodgers trouvera à n’en pas douter des solutions sur ses propres courses. Le retour des OT titulaires devrait donner un peu plus de champ au tight-end Martellus Bennett pour glaner des yards à la réception.

Les Packers sont déjà la meilleure équipe NFL au nombre de TD marqués à la passe, la meilleure équipe NFL pour son efficacité en « zone rouge » (intérieur des 20 yards adverses) et la n°3 NFL pour son efficacité en 3ème tentative. Aaron Rodgers a tout pour performer face à la défense de Rod Marinelli, le coordinateur défensif des Cowboys contre qui le n°12 a un bilan de 13 victoires et 2 défaites en carrière.

De plus, le schéma défensif de Dallas est un schéma de type « Tampa-2 », ce qui, pour faire simple, est un schéma avec les 2 safeties très reculés pour prévenir les gros gains. Entre la zone des safeties et la ligne de mise en jeu, une vaste zone où un QB comme Aaron Rodgers peut trouver une cible à loisir. La défense contre la passe de Dallas a surtout perdu beaucoup à l’inter-saison : Morris Claiborne (CB), Brandon Carr (CB) et Barry Church (S) sont allés voir ailleurs. Leurs remplaçants sont une faiblesse à exploiter, en témoigne la 25ème place NFL de la défense des Cowboys sur 3ème tentative.

12-Packers-Aaron-Rodgers.jpg

PRENDRE LE COMMANDEMENT

Ce n’était que les Bears la semaine passée mais nous avons vu combien les Packers aiment tenir les rênes d’un match. Quand les Packers sont en tête, ils ne sont que rarement renversés. Aaron Rodgers est même invaincu à domicile quand les Packers mènent à la mi-temps.

Dans ce stade de Dallas où fut disputé le Superbowl victorieux de 2010, mener à la marque sera d’autant plus avantageux que les Cowboys doivent établir leur jeu de course pour pouvoir dicter leur loi à l’adversaire en consommant beaucoup de temps et d’énergie adverse. Si les Packers devancent les Cowboys au score, cela peut forcer Prescott à porter davantage son équipe sur ses épaules et le pousser à la faute, le safety Clinton-Dix veillant au grain.

Alors, verra t-on un match aussi mémorable que le match de division lors des play-offs 2016 ?

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Rodgers (QB) – A. Jones (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Evans (RG) – Bulaga (RT) – Bennett (TE) – Nelson (WR) – Cobb (WR) – Adams (WR)

Défense :

Clark (DT) – Daniels (DT) – Lowry (DT) – Matthews (OLB) – Ryan (ILB) – Perry (OLB) – House (CB) – King (CB) – J. Jones (S) – Burnett (SS) – Clinton-Dix (FS)

 

Coup d’envoi dimanche 8 octobre à 15 heures 25, heure locale, 22 heures 25, heure française.

5 Comments

  1. Super article toutes les clefs sont là pour comprendre et préparer l’avant match.
    Les Cowboys 2017 sont redescendus sur terre, et sont largement prenables en ce début de saison, d’autant plus avec une équipe enfin au complet.
    Au moins sur ce point-là on va savoir quel est la valeur de l’effectif.

    Brett Favre s’est souvent cassé les dents sur les terribles Cowboys des années 90, mais depuis le début du 21 siècle, c’est une équipe et un stade qui nous réussit bien, pourvu que ça dure.
    Go Pack Go !

  2. Merci Randall pour le pick 6!!! ;-))
    Bah sinon, Godgers quoi…
    4-1, défaite des Lions… un bon dimanche.

  3. Je ne veux pas spoiler alors je vais juste dire deux trucs:

    PUT*** RANDALL !!!

    et

    PUT*** RANDALL !!!

  4. 😀 😀 😀

  5. J’ai crié pareil !! 🙂

    Tu vas voir que bientôt il va nous dire que c’est une stratégie d’être toujours d’1/2 yard en retard sur le receveur 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.