Les 25 ans d’un match fondateur

Cincinnati Bengals v Green Bay Packers

C’est contre les Bengals que Brett Favre gagnera son 1er match en NFL

« Le changement, c’est maintenant  » disait l’autre… Il y en a eu plusieurs dans la riche histoire des Green Bay Packers, mais il y en a un dont on fête aujourd’hui le 25ème anniversaire, un match qui marqua le début de l’ère Brett Favre.

UNE ACQUISITION OSÉE

Cet évènement, le 20 septembre 1992, c’est la 1ère victoire de Brett Favre sous le maillot des Packers, le quarterback qui symbolisa le renouveau de la franchise de Green Bay. Une victoire acquise… à la Brett Favre. Car jeunes lecteurs, vous le ne savez peut-être pas mais si les Packers sont une franchise historique, celle-ci a connu des périodes fastes mais aussi des périodes sombres.

À la période dorée des années 60 (5 titres NFL dont les 2 premiers Super Bowls) a succédé une période noire durant les années 70 et 80 où les Chicago Bears et les Minnesota Vikings festoyaient sur le dos des Packers. Ainsi, les Packers n’avaient enregistré qu’une victoire en play-off entre 1968 et 1992 !

Mais la lumière est réapparue avec l’apparition sous le maillot vert et or du gamin du bayou Brett Favre. Je vous ferai une histoire plus complète de Brett Favre dans un autre article.

Souvenons-nous juste que Ron Wolf, le manager général de l’époque, embauché avant la saison 1991 acquit par un mouvement ambitieux, et coûteux, un joueur auquel plus personne ne croyait : le jeune quarterback Brett Favre.

Pour le chiper aux Atlanta Falcons, il dépensa en 1992 un 1er tour de draft (le 19ème choix) alors qu’il avait été choisi au 33ème choix un an plus tôt par la franchise de Georgie ! Entretemps, on ne peut pas dire que Brett Favre ait brillé : seulement 4 passes tentées en une saison, 0 complétée, 2 interceptions dont une retournée pour touchdown ! Un bilan catastrophique qui aurait scellé sa carrière NFL si Ron Wolf n’avait pas joué les Nostradamus du football américain.

gettyimages-287557-e1505938950265

UN PREMIER MATCH DIFFICILE

À l’aube de la saison 1992, il est donc clair que Brett Favre, acquis à un tel prix, était voué à être titulaire très rapidement. Pourtant, c’est Don Majkowski qui est choisi pour débuter la saison 1992 au poste de QB. The « Majik Man » fut acquis à la draft 1987 et eut une carrière en dents de scie à GB. Après une saison de feu en 1989, Majkowski, souvent blessé, eut plus de mal à convaincre en 1990 et 1991. Mais il a la place de « starter » pour débuter 1992.

En semaine 2 de la saison 1992, les Packers sont en difficulté face aux Tampa Bay Buccaneers avec Majkowski aux manettes. Avec un score de 0-17 à la mi-temps, Mike Holmgren, le tout nouveau entraîneur en chef des Packers, fait rentrer le jeune Favre (22 ans). Première action : une passe… déviée par un défenseur Buccaneer dans les bras de Favre plaqué immédiatement, soit une passe pour perte de 7 yards !!! Au final, le match se soldera par une déroute 31 à 3…

gettyimages-229641-e1505857774624

Brett Favre écoute les indications du jeune entraîneur Mike Holmgren

UNE PRISE DE POUVOIR FAVRESQUE…

Pas vraiment de quoi être rassuré sur l’avenir des Packers avec Brett Favre aux manettes. Alors Majkowski reprend les manettes en ce dimanche 20 septembre 1992 pour ce match de semaine 3 face… aux Cincinnati Bengals. Mais le destin de Majkowski est définitivement lié aux blessures. Au premier quart-temps, il se déchire un ligament de la cheville. Place doit être faite à Brett Favre.

Mais le jeune QB accumule les fumbles (4 fumbles dans le match) et les passes incomplètes. Lambeau Field le hue et réclame le 3ème QB Ty Detmer. Malgré cette conduite catastrophique, GB n’est mené « que » 17 à 3 à l’entame du 4ème quart.

Après un retour de punt de 58 yards, les Packers ne sont plus menés que 17 à 10, puis 20 à 10 après un field goal des Bengals. Brett Favre marque enfin son 1er touchdown en saison régulière sur une passe de 5 yards pour Sterling Sharpe (WR), (17-20), avant que les Bengals enfilent un FG de plus. (17-23)

Il reste 1 mn 07 à jouer, les Packers sont menés de 6 pts et récupèrent le cuir sur leurs 8 yards. En 3 passes, Favre fait remonter GB aux 35 yards adverses, puis jette le ballon par terre pour arrêter le chronomètre. Il reste 19 secondes. Favre s’élance et balance une roquette au méconnu receveur Kitrick Taylor. TD de 35 yards ! 23-23, c’est même Favre qui sera le teneur (« holder ») du ballon pour la transformation au pied gagnante. (24-23)

4575_large

La joie d’une 1ère victoire qui en appellera beaucoup d’autres

Ne laissez pas trop monter les larmes les anciens et regardez le drive de la naissance d’une légende : vidéo.

Ce sera le seul TD réceptionné par Kitrick Taylor pendant ses 5 années de carrière ! Et quelle réception ! Celle qui marquera le début de l’ère Favre aux Packers. La suite, ce sera 15 années de règne au poste de QB aux Packers, 253 matchs joués d’affilée pour GB (297 au total), 4 finales de conférence jouées, 2 Super Bowls joués, 1 Super Bowl remporté en 1996, 3 titres de meilleur joueur de l’année (MVP).

15 années qui ont remis les Packers au centre du village NFL après 25 années de disette. Cela méritait bien de remarquer 25 ans après cet anniversaire du début d’une résurrection qui démarra contre les Cincinnati Bengals, les prochains adversaires des Packers ce dimanche ! Un match qui sera conduit cette fois côté GB par un Aaron Rodgers qui aura pérennisé l’héritage de Favre.

VIDÉO résumé du match

 

8 Comments

  1. Waw…..commentaire ,génial merci greenbaypackersfrance, que de souvenirs exceptionnels , une fin de match dantesque et la naissance d’un très grand QB. La vidéo est formidable , un grand merci pour cette page de l’histoire des Packs, j’ai passé un super moment.
    Hasard du calendrier , on retrouve les Bengals dimanche avec je l’èspère une victoire pour fêter ça …Go Packs Go ..

  2. Merci pour les vidéos, merci pour l’article qui est juste top et qui nous remet dans l’ambiance de l’époque !!

    La vidéo du drive contre les Bengals m’a ramené des années en arrière. Comme je le disais dans un autre article, j’ai commencé la NFL avec des VHS d’une qualité discutable de trois superbowls dont le victorieux contre les Patriots et mon premier souvenir de Brett, c’est le premier touchdown contre les Patriots : 3-4 pas en arrière, un petit pas sur la gauche et le bras qui se déplie pour servir Rison 30-40 yards plus loin (le souvenir me fait peut-être exagérer la distance 🙂 ) qui court jusqu’au touchdown. Puis ensuite, la joie de Brett qui enlève son casque, saute partout, court comme un fou. J’ai aimé le joueur et le bonhomme à ce moment là et malgré le fait d’avoir vu le match des mois plus tard, j’ai eu l’impression d’avoir perdu aussi lorsque j’ai regardé le Superbowl contre les Broncos.
    C’est pour ça que j’aime Brett, c’est pour ça que j’aime les Packers.

    Ironie, j’ai appris bien plus tard que Brett n’était pas spécialement pour la venue de Rison et avait même été plutôt content quand il n’était pas signé un (ou deux) an(s) plus tôt. Comme quoi c’est peut-être le mec dont tu penses avoir le moins besoin qui finalement te donne un petit plus le jour J.

    Merci encore pour l’article, il est super !

  3. Wow ! Tu parle de larmes, mais c’est presque ça, en tout cas les poils qui s’hérisse sur les bras, à l’évocation de ce match fondateur, mais surtout à l’évocation de mon idole Brett Favre !

    Je me souviens bien de ce match, en résumé long, ou court, sur canal, et de m’être dit, wow celui là, c’est un match winner, le légendaire Brett venait de naître, et par la même occasion de faire renaître de ses cendres les non moins légendaire Packers de Green Bay !!!

    Merci de ne pas avoir oublié Majik Man Majkowski qui nous avait redonné de l’espoir, trois saisons plus tôt ! Moi qui avait commencé en 1987 avec lui en backup de l’oublier de tous, Randy White !

    Une pensée amicale aussi au grand Ron Wolf,un grand manager qui a cru en ce petit gars du Bayou, au non bien de chez nous Favre.
    Une pensée pour un autre plus farfelu au non lui aussi bien de chez nous, Glanville Jerry ! Merci merci mille fois de nous avoir fait ce cadeau en ne croyant pas en ce petit gars.
    Et enfin, à André Rison, qui depuis l’époque Falcons, lui et favre se détestaient, mais qui ont su oublié les querelles le temps d’un Super Bowl inoubliable.

    Merci Julien, encore un super article passionnent, fait par un passionné !
    Compte sur moi pour commenter ton prochain article sur Iron297 Brett Favre le plus grand !

  4. Merci à tous pour vos commentaires.
    Quand je parle de retenir vos larmes, je plaisantais à moitié car quand j’ai revu cette vidéo, l’émotion était bien présente, et la regarder en VO dans les conditions du direct, comme tu dis, ça herisse le poil.

    Donc je savais que d’autres passionnés des Packers auraient les mêmes frissons que moi 😉

  5. J’ai compris après ça que c’était un gagnant, regarder sa joie à la fin du match, ce gars a enmener tous le monde dans son sillage, et pas sur que Reggie White serait venu si Brett n’avait pas été là !
    Sur les murs de ma chambre jaune et verte à l’époque il y avait en gros ce que l’on doit en grande partie au génial Brett Favre THE PACK IS BACK !

  6. Merci pour ce petit article/rappel 😉 ,

    L’amour du jeu à l’état pur, un truc de plus en plus rare avec toutes les polémiques actuelles.
    On n’enlèvera jamais ça à Favre et c’est sans doute ce sentiment qui lui a aussi permis de devenir l’Iron Man de la NFL à une époque où ça cognait encore dur !
    Maintenant, soit les célébrations sont bannies, ridicules ou complètement artificielles, la sobriété ou le naturel deviennent des denrées rares…

  7. Je propose d’élever une statue de gland à Jerry et un parc à thème autour qu’on appellera Glandville 😀 !

  8. À la gloire des chênes du Wisconsin bien sûr… 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.