Échauffement Week 1 : GB – SEA

Green Bay Packers – Seattle Seahawks

packers-seahawks-1a

C’est parti ! Voilà 7 longs mois d’inter-saison qui s’achèvent. Place à la saison régulière 2017 de NFL. Et pour débuter, c’est à Green Bay qu’on trouvera l’affiche de ce dimanche puisque les Packers accueillent leurs meilleurs rivaux hors division NFC North : les Seattle Seahawks. Sacrée entrée en matière !

seahawks-vs-packers-2017

UNE RIVALITÉ RÉCENTE… ET PROFONDE

Ambiance de feu prévue en ce deuxième dimanche de septembre à Lambeau Field pour la réception de l’équipe rivale des Packers (hors NFC North) au vu de l’histoire récente entre les deux clubs.

Packers et Seahawks sont en effet les seules équipes NFC à avoir fait les play-offs depuis 2012. Ces équipes sont l’étendard de la NFC et leur rivalité a trouvé son paroxysme dans la fameuse finale de conférence 2014 où les Packers avaient match gagné avant qu’un improbable retournement de situation n’intervienne dans les 4 derniers mn…

De plus, on peut rajouter au passif de cette rivalité l’épisode du « Fail Mary » en 2012. Un simple match de saison régulière devint match de « légende » après que les arbitres remplaçants (les arbitres officiels étaient en grève) aient injustement validé un touchdown alors que le safety d’alors M.D. Jennings avait capté le ballon (avant que le receveur Golden Tate ne conteste le ballon). Vidéo de la mascarade 🙂. Le seul mérite de cette action est d’avoir mis fin à la grève des arbitres officiels, la NFL, honteuse, négociant dès le lendemain avec eux.

Le dernier épisode de cette rivalité est le souvenir mielleux de la fessée orchestrée en décembre dernier par les Packers : une victoire 38 à 10 qui donnait un réel espoir aux fans cheeseheads en plein « run the table ».

UNE DÉFENSE DES SEAHAWKS INTRAITABLE

seahawksdefense_5jnr2v1h_kex9hyg6

Les 3 membres emblématiques de la « Legion of Boom » : Chancellor (SS), Sherman (CB) et Thomas (FS), mais ce dernier manquera à l’appel dimanche

Les Seahawks vivent et meurent avec leur défense. Depuis 2012, elle est sur le podium des meilleures défenses NFL, voire la meilleure selon le millésime. C’est elle qui a permis à l’attaque de manger le chrono avec Marshall Lynch (RB) ou les courses de Russell Wilson (QB).

Elle est emmenée par sa Legion of Boom, surnom pompeux déposé par les lignes secondaires de Seattle, emmenée par son « shutdown » CB charismatique Richard Sherman. L’année dernière, lors de la victoire de GB 38 à 10 contre Seattle, elle était orpheline d’Earl Thomas absent pour une fracture à la jambe. Cette absence avait pénalisé lourdement la défense des Seahawks, complètement méconnaissable lors de la fessée prise à Lambeau Field en décembre dernier, et même jusqu’à la fin de leur saison.

Outre la Legion of Boom, la défense est tout aussi forte dans son front-7. Elle arrive à mettre une bonne pression sur le QB adverse avec notamment sur la ligne les DE Michael Bennett et Cliff Avril et chez les linebackers K.J. Wright et Bobby Wagner. Et pour ne rien arranger (pour leurs adversaires), ils viennent d’échanger un 2ème tour de draft avec les New York Jets pour acquérir un des meilleurs joueurs de ligne défensive de la NFL : Sheldon Richardson. N’en jetez plus, la cour est pleine !

 

TEST POUR L’ATTAQUE

À n’en pas douter, c’est un énorme test pour l’attaque des Packers. Si elle est performante contre la défense des Seahawks, alors il sera difficile d’arrêter les Packers cette saison. Une vraie évaluation de la synchronisation de l’attaque avec notamment l’intégration de Martellus Bennett (TE) et Ty Montgomery (RB) qui débute sa 1ère saison en tant que coureur.

La ligne offensive sera soumise à rude épreuve. On espère que Bryan Bulaga sera présent (quasi-certain) et surtout en pleine possession de ses moyens après son entorse à la cheville. J’ai un peu peur d’imaginer Kyle Murphy, le RT remplaçant, face à ces grognards affamés.

gettyimages-613700876-e1481420046918

Rodgers (n°12) – Nelson (n°87) sera encore la connexion à suivre

CONTENIR LA COURSE… ET WILSON

 

L’attaque n’est pas le point fort des Seahawks. De plus, elle se base d’abord sur le jeu de course auquel la ligne offensive est rodée. Les Packers devront stopper… Eddie Lacy ! Eh oui, l’ancien Packer a signé à l’inter-saison aux Seahawks et il se pourrait bien qu’il ait la majorité des jeux de course car le RB1 Thomas Rawls est blessé à la cheville et est dans la même situation que Bryan Bulaga. On compte sur la ligne défensive (avec le néo-Packer Quinton Dial), si impressionnante en pré-saison, pour bloquer les premières foulées adverses.

Mais attention, la course ne se limite pas aux coureurs Seahawks. Russell Wilson (QB) est le meilleur exemple d’un QB coureur et beaucoup de jeux sont désignés pour une course du QB en première intention (read-option). Wilson est vif mais petit et peu puissant. Les Packers devront absolument fermer les extérieurs pour ne pas offrir des champs libres à Wilson. Le travail de la ligne défensive et des rushers sera primordiale pour refermer la poche sur lui.

Les pass-rushers Packers peuvent par contre se faire plaisir car si la ligne offensive Seahawks est correcte à la course, elle est souvent désignée comme la plus mauvaise pour la protection de son QB. Les OLB Nick Perry, Clay Matthews et même le néo-Packer Ahmad Brooks doivent mettre la pression sur Russell Wilson, au risque qu’il se connecte avec ses deux armes préférées à la passe : le TE Graham et le WR Baldwin.

Ce sera également une bonne entrée en matière pour les cornerbacks et les safeties, un challenge abordable idéal pour se rassurer. On attend beaucoup des lignes arrières Packers qui ont l’habitude de beaucoup intercepter Russell Wilson (5 interceptions lors de la dernière rencontre !). Alors, on ne change pas les bonnes habitudes !

seahawks-packers-football-russell-wilson-clay-matthews_pg_600

On attend beaucoup de proximité entre Matthews et Wilson 🙂

UN MATCH PAS SI ANODIN

Ce n’est que le premier match de la saison, les play-offs sont encore loin. Mais attention, Packers et Seahawks ont de grandes chances d’être en play-offs. Alors, ce match a une très grande importance en cas d’égalité de classement (victoire-défaite), que ce soit pour accéder aux play-offs ou recevoir à domicile dans ces mêmes play-offs. C’était l’objectif annoncé par Aaron Rodgers avant la saison : être capable de recevoir la finale de conférence NFC à Lambeau Field !

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Rodgers (QB) – Montgomery (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Evans (RG) – Bulaga (RT) – Bennett (TE) – Kendricks (TE) – Nelson (WR) – Adams (WR)

Défense :

Clark (DT) – Daniels (DT) – Matthews (OLB) – Ryan (ILB) – Martinez (ILB) – Perry (OLB) –  Randall (CB) – House (CB) – Rollins (CB) – Burnett (SS) – Clinton-Dix (FS)

Coup d’envoi ce dimanche 10 septembre à 15 h 25, heure locale, 22 h 25, heure française.

LET’S GO FOR 2017 ! GO PACK GO !!!

Publicités

6 Comments

  1. GO PACK GO ^^ !

    Sur le papier, les duels DL-OL seront en notre faveur car notre ligne offensive titulaire est supérieure à celle des Hawks et l’apport de deux ex-niners fait qu’ils ont déjà une bonne expérience des matches contre SEA (et certainement une grosse motivation) ce qui est certainement un plus pour des joueurs qui viennent à peine d’arriver.

    Le corps de receveurs des Hawks reste très dangereux avec des joueurs polyvalents et très mobiles comme le toujours sous-estimé Tanner McEvoy. Mettre la pression sur Wilson avec notre pass rush retrouvé/amélioré (on espère) devrait donc grandement faciliter le travail de notre secondary qui a tout à prouver après la fin de saison cataclysmique de l’an dernier.

    Je compte aussi sur notre Drun à priori plus que solide pour contenir Wilson et étouffer la course adverse en campant dans le backfield adverse.
    De notre côté, je pense que c’est la multitude d’armes offensives à disposition de Rodgers qui fera la différence. La D de SEA est bonne mais elle ne peut pas couvrir tout le monde en permanence et avec des Nelson, Adams et Bennett pour attirer les stars défensives adverses, il y aura de la place pour Kendricks & co. Reste à éviter l’épidémie de drop même avec le 12 au lancer !

  2. Les Seahawks ! Nos chers ennemis ! Bien plus que nos amis de la NFC nord ,et même les Buccaneers d’une autre époque.
    Comment oublier cette mascarade en 2012, mais surtout ce match épique et les 4 dernières minutes en 2014, ou, a la fin du match, j’aurai pu étranglé quelques joueurs, à commencer par ce TH de malheur, puis Hawks ridicule, puis pour équilibrer les pertes, Capers et son collègue des équipes spécial lol
    Que de mauvais souvenirs, sans ce match, qui nous dit que les Packers n’aurait pas un, voir deux, Super Bowl de plus au compteur.

    N’oublions pas que les Seahawks, ne sont pas du tout les même au Lambeau Field et reste sur deux défaites assez large, leurs dernière victoire remonte a 1999.

    Impatient de voir ce match, ou encore une fois, tout est dit dans ce super( comment tu dirais ? Article papier ?) sur l’avant match de ce soir.

    Que le spectacle commence, bonne saison à tous les fans des Packers.
    Go Pack Go !

  3. Enfin!!!
    La présaison c’est sympa au début mais on s’en lasse vite. Et on rentre vite dans le dur avec ce mois de septembre bien relevé.
    Un bon gros test avant d’aller en Georgie. J’ai trop hâte de voir notre escouade de TE en action, en espérant que McCarthy ne soit pas trop frileux sur ses choix de jeux.
    Je croise les doigts pour la def, bien que déçu qu’on ait laché Ringo, parfait prototype de l’esprit « draft et devellopement » de la franchise. On risque de vite le croiser en week 3 contre Cincinatti, j’espère qu’il sera pas trop revanchard, tout comme notre ami Eddie ce soir( ça va me faire bizzare de le voir dans le camp d’en face celui là!).
    Bonne saison à tous et GO PACK GO!!!

  4. Oui, bye bye Eddie. Casqué et avec ses dreadlocks, il ressemble furieusement à Marshall Lynch.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.